avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13989-scar-a-nos-consciences
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 239
▹ INVESTISSEMENT : 59

▹ AGE : vingt hivers à compter les calvaires et les misères.
▹ APPART : #1504 (15)
▹ TAF : y'a les doigts qui pianotent sur le clavier, les cils qui papillonnent sous la luminosité de cet écran délabré et la poupée qui se fait marionnettiste pour manipuler les égoïstes et se nourrir des risques. menteuse, hackeuse, elle contredit les enjeux dans les lignes de codes pour foutre le désordre.
▹ AVATAR : holland roden.


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 6:23

Scarlet "Scar" Buckley
(( si les Hommes se tirent dessus, c'est qu'y'a des vaccins dans les balles... ))



(NOM) buckley, nom craché à la volée, malédiction qu’elle devra toujours arborer, comme une croix qu’elle se doit de porter malgré son manque de foi. quelques syllabes dégueulasses dont elle ne veut plus écouter l’écho la poupée, car y’a l’ampleur des maux qui résonnent encore dans sa caboche abîmée. l’indifférence et la violence mais aussi la démence d’une famille qui crevait de résistance. (PRÉNOM) jolie scar derrière ses grands yeux blafards, douce mélodie qu’on pourrait prendre pour une folie mais qui en réalité n’est qu’une tragédie. c'est le surnom avec lequel elle apparaît la beauté, celui qu'elle fait brûler sur les lèvres rosées et qui éveille la curiosité quand on s’attarde sur sa silhouette de dentelle, là où on peut détailler toute  l’ampleur des os brisés. (ÂGE) vingt hivers à compter les calvaires et les misères. vingt hivers à attendre que le printemps se manifeste enfin. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 13 novembre 97. la date est figée comme une erreur dans la chronologie, comme un piège aux effluves de supercherie. y’a eu la fierté de la fille tant désirée, de la gamine en planche à pain qu’on peut moduler pour en faire une si belle poupée. puis y’a eu la vérité, l’horreur de la différence, la douleur de l’inévitable. mais elle vient d’ici la jolie, elle n’a pas bougé d’ici, elle appartient à ce bronx taudis. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) y'a les doigts qui pianotent sur le clavier, les cils qui papillonnent sous la luminosité de cet écran délabré et la poupée qui se fait marionnettiste pour manipuler les égoïstes et se nourrir des risques. menteuse, hackeuse, elle contredit les enjeux dans les lignes de codes pour foutre le désordre. (NATIONALITÉ) pas d’accent, pas de contes d’antan, que ce produit pur d’une amérique dure. que cette "renégate" qu'on a foutu en éclats pour réparer les dégâts. (ORIGINES) le sang qui crépite dans les veines, hémoglobine brûlante qui ronge le coeur plein de haine. y’a le nom qui sonne pas américain, qui semble lointain. mélodie d’une angleterre profonde, qu’on a abandonné pour un rêve succinct. (STATUT CIVIL) poupée seule dans cet univers de travers, elle a le palpitant à l’envers sous les plaies amères. la carcasse qui se fracasse contre les reins des étrangers pour un peu de liberté. (ORIENTATION SEXUELLE) poupée qu’on a enfermé pour ses goûts particuliers, quand les surnoms ne suffisaient plus pour la rabaisser. étiquette bien accolée dans son dos quand elle marche sur un fil tordu, petite funambule qui se fout de tout, qui est perdue. elle aime les filles comme les garçons. c’est con mais comme ça. et on n’a essayé de la soigner de ça. de cette maladie, comme ils disaient, eux, ses parents si religieux. car scar elle n’a pas le droit de leur faire ça. après tout, elle doit être jolie et taire sa folie. juste être cette môme bien établie, celle qu'on oublie dans l'effervescence de cette société abrutie. mais ils n'ont pas compris, que scar elle brûle d'anarchie. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) écrire ici  (GROUPE) espoir crevé, coeur à l’agonie et corps sous la paralysie, il n’y a plus que cette survie, que cette folle envie de vivre loin de l’inertie. de profiter des années gâchées, de se racheter une joie atrophiée, de sourire comme une tarée comme si la vie ne l’avait pas tabassé. mais y’a les conditions damnées, la fuite prématurée, les barreaux qui sont encore trop près…

« peut être, qu'au fond, j'ai envie de me crever de tes lèvres jusqu'à l'excès, peut être que je veux agoniser, ne plus avoir d'air pour respirer... ouais peut être que je veux juste caner.  »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) courir encore, courir jusqu’à que les corps se cassent, s’entassent. dans la cohue d’une échappatoire, dans l’entrée d’un appartement dérisoire. y’a les souffles qui brûlent, les babines retroussées par la notion de liberté. y’a que ces gamins abîmés, déchets de la société, qui s’étendent là sur le parquet, qui apprennent à respirer. c’est tout récent, c’est vibrant de changement, ça le fait battre un peu violemment son palpitant. à la poupée qui a la carcasse fracturée, les membres en pièces détachées. saveur acidulée qui se répand contre son palais, doux goût de liberté contre cette société qui veut l’enterrer… parenthèse dorée dans cette condamnation à perpétuité.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) enfer cannibal où les âmes se font la malle. paradis fugace qui s’efface sous les orages. y’a que de la contradiction dans ses lamentations. car il y a la vie à portée, il y a l’envie de se laisser couler. les regrets, les plaies, la douleur aiguisée… ça tourne sans cesse, carrousel de cendres, d’esprits en fumée. étrangers qui voguent sous les émeraudes ternies, qui s’attardent sur la jolie en débris… ça bouge, ça recommence. la cadence accélère sous la misère. l'manque d'argent tue les âmes. l'espoir s'enfuit dans la fumée noire. c’est qu’un refrain, qu’un rythme malsain. y’a les sourires qui se cachent, et les mensonges qu’on se vend comme des pilules d’audace. y’a juste l’humanité, la fragilité des êtres qui transparait sous les reflets…

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) belle gueule cassée derrière ses mèches fauves, tigresse en embuscade qui agace tout autant qu’elle fracasse. elle est la poupée cassée, le jouet qu’on a trop de fois jeté comme un putain de mégot terminé. celle qu’on prend avec pitié, car elle a la silhouette artificielle, la jambe arrachée et la douleur dissimulée. l’handicapée, l’unijambiste, la beauté froissée. y’a trop de surnoms qu’on pourrait lui donner, y’a trop d’étiquettes faciles à épingler sur sa chair veloutée. mais y’a surtout cette réalité, ce corps qui se vend contre les silhouettes épurées. la pute aux grands yeux clairs, la salope à la carcasse à l’envers.

PSEUDO/PRENOM : freakshow. ÂGE : 22 piges. PAYS : la baguette tout ça. FRÉQUENCE DE CONNEXION : souvent. #geek COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : je le guette en scred depuis quelques mois (mais j'en avais entendu parler il me semble). REMISE EN JEU c'est un pré-lien donc oui  AS . (TYPE DE PERSO) pré-lien de @Coma Keating. (CRÉDITS) tumblr. COMMENTAIRE OU SUGGESTION :  FESSE  AVATAR : holland roden.

©️️ Nous sommes de ceux



Dernière édition par Scar Buckley le Mar 20 Mar - 0:51, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13989-scar-a-nos-consciences
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 239
▹ INVESTISSEMENT : 59

▹ AGE : vingt hivers à compter les calvaires et les misères.
▹ APPART : #1504 (15)
▹ TAF : y'a les doigts qui pianotent sur le clavier, les cils qui papillonnent sous la luminosité de cet écran délabré et la poupée qui se fait marionnettiste pour manipuler les égoïstes et se nourrir des risques. menteuse, hackeuse, elle contredit les enjeux dans les lignes de codes pour foutre le désordre.
▹ AVATAR : holland roden.


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 6:24

Hélas, elle se sait
prisonnière d'un sort

dont elle ne se sort jamais. en effet, dès qu'on s'approche d'elle, les épingles encore plus profond dans son cœur s'enfoncent.



(( MAIS DANS L'OMBRE DU MIROIR JE NE VOIS QUE DU TRISTE )) môme désirée, gamine qui fait la fierté. première de la lignée, exemple parfait. elle a les cheveux roux et le regard doux. comme une lueur d’espoir dans l’obscurité. comme une étincelle dans la morosité. scarlet, ça résonne entre les tympans, c’est la saveur qui claque sur le palais, le goût sucré de la naïveté. c’est le début de quelque chose d’insignifiant, d’une existence qui ne comptera pas vraiment. un pantin désarticulé auquel on tire les fils sans songer. c’est une différence qu’on ne pourra accepter. une violence qu’on n’avait pas prémédité. c’est un cercueil dans lequel on va l’enterrer…


(( ET SI LES BATIMENTS EXPLOSENT, C'EST POUR FABRIQUER DES ETOILES )) elle rêve la poupée, elle rêve loin de la réalité. quand y’a ses doigts qui pianotent sur le clavier, à la place de voguer sur les tissus vermeilles de vêtements bien apprêtés. elle qui ne veut pas de robes pour se pavaner, mais bien un ordi pour se brûler la rétine jusqu’à l’excès. geek qui se cache derrière ses pixels, qui se crée de nouveaux repères au travers de cet écran merveille. elle passe sa vie derrière son ordi, préférant sa compagnie à l’inertie des visages ternes à l’extérieur. monde laid, fantômes éparpillés qui s’agrippent à la morosité, qui ne peuvent plus assumer la réalité. elle se moque, elle, derrière son nuage informatique de ces errants qui s’affichent pour un peu de popularité, ou pour une certaine crédibilité. eux qu’on étiquette, autant qu’on achète. victimes de la consommation excessive et de cette société corrosive. et elle s’amuse au travers des lignes de code, scar, pour souffler un peu de son anarchie. elle grandit avec cette envie, d’apprendre sans comprendre chaque limite de la vie.


(( IL N'Y A PAS LA VIE SANS LA MORT, MI AMOR. MAIS COMMENT TE DIRE QU'ELLE ME TUE ET QUE C'PIRE ENCORE. )) y'a le conte qui continue, qui se rue sous l'innocence qui devient inconscience. cette jeunesse dorée qu'elle continue de bouffer. tous ces facteurs particuliers qui l'éclate, toutes ces futilités auxquelles elle se rattache. les premières beuveries, les premières conneries. les baisers qu’on vole à l’arrachée avec ses rougeurs tachetées.  les nuits agitées dans les bras d’étrangers. elle mord la liberté comme un fruit empoissonnée. les années qui passent, les responsabilités en impasse… elle ne change pas son quotidien, elle maintient le même refrain. elle ne bosse pas, elle arnaque des gars, en vantant une justice délabrée pour quelques billets, en hackant des caméras de sécurité. elle ne vaut pas mieux que tous ces enfoirés… et pourtant elle s’y plait. puis y’a la réalité, douloureuse et foireuse, qui vient la frapper de plein fouet.

quand une nuit, elle décide de se balader sous les étoiles éparpillées. quand elle se permet de rêver à un peu de danger et qu’elle n’a pas idée sous la mélodie qui s’écoule entre ses tympans, que le vent tourne subitement. elle ne voit rien, qu’une série de chiffres sous les phares aveuglants, elle n’a pas le temps de s’écarter, de s’échapper. y’a juste cette voiture en face d’elle qui roule beaucoup trop vite, l’alcool au volant, la mort au tournant. et le choc dément. le noir, le néant. l’enfer qui s’ouvre précipitamment.

la poupée elle s’est réveillée dans des draps blancs. le corps déchiqueté, la jambe arrachée. comme une fatalité pour tous ses pêchés… sa réalité altérée, l’envie de gerber. tout son monde s’est écroulé et pourtant elle a lutté. elle a continué de respirer pour se venger. essayer de marcher pour que son corps mécanique puisse avancer. elle n’a rien dit aux autorités concernant le matricule de son bourreau effacé, elle s’est permise de dessiner la justice entre ses phalanges ensanglantées. harcèlement permanent envers cet enfoiré qui a tracé pour éviter le procès. elle l’a enterré, fait chanter, tuer. et elle continue de s’acharner car elle n’a plus deux jambes sur lesquelles se reposer et que cela n’a pas de frais. justice cruelle, liberté de dentelle. elle joue avec le feu la poupée dans l’attente de se brûler. dans le besoin de détruire et de reconstruire. kamikaze qui se nourrit de sa rage, pour effacer les orages. y’a plus de limites, plus d’arrêts, juste l’envie de vivre jusqu’à en crever.


(( ET ON OUBLIE LA PUTAIN D’IDÉE D’PLAIRE QUI NOUS EMPÊCHE TOUJOURS DE FAIRE )) elle rêve la poupée, elle rêve loin de la réalité. quand y’a ses doigts qui pianotent sur le clavier, à la place de voguer sur les tissus vermeilles de vêtements bien apprêtés. elle qui ne veut pas de robes pour se pavaner, mais bien un ordi pour se brûler la rétine jusqu’à l’excès. geek qui se cache derrière ses pixels, qui se crée de nouveaux repères au travers de cet écran merveille. elle passe sa vie derrière son ordi, préférant sa compagnie à l’inertie des visages ternes à l’extérieur. monde laid, fantômes éparpillés qui s’agrippent à la morosité, qui ne peuvent plus assumer la réalité. elle se moque, elle, derrière son nuage informatique de ces errants qui s’affichent pour un peu de popularité, ou pour une certaine crédibilité. eux qu’on étiquette, autant qu’on achète. victimes de la consommation excessive et de cette société corrosive. et elle s’amuse au travers des lignes de code, scar, pour souffler un peu de son anarchie. elle grandit avec cette envie, d’apprendre sans comprendre chaque limite de la vie.


(( A NOS VIES DE MERDE, DANS CE MONDE DE MERDE QUI TIRE A SA FIN )) alors elle vit trop, elle abuse de tout par peur de perdre tout. y’a son frangin qu’elle entraîne partout pour faire les 400 coups. cadence infernale de celui qui se foutra le plus dans le mal. défi insatiable, lien abyssal. scar, elle danse, elle s’abandonne dans la mélodie de l’hardcore, dans le requiem des corps en désaccords. les filles, les garçons, même passion. elle brûle d’un feu qui ne s’éteint pas, d’une étincelle qui scintille jusqu’aux éclats. et y’a le dégoût, l’amertume dans les regards, les jugements qui traversent de part en part. lames de rasoir qui rongent l’équilibre des consciences, qui défoncent la foi des parents las. alors il la balance là bas. loin de tout, loin de lui, loin du frangin et de leurs délires enfantins. prison dégueulasse pour la reformater, virer le virus qui rôde dans ses veines serrées. car leur môme elle peut pas aimer les bouches rosées, elle peut pas s’aventurer contre les déliés des gamines apeurées. il faut juste la convertir, la maintenir dans la normalité. et y’a l’enfer qui s’ouvre sous ses pieds. les crocs qui viennent ronger ses os ankylosés. puis le frère qui vient la retrouver, qui refuse de plus l’avoir à portée. et y’a tous ces gosses, tous ces divergents, tous ces inconscients qui aiment plus qu’ils ne comprennent. eux, les renégats de cette société, les déchets de ce monde bien cadré. ça se révolte, ça crie à l’anarchie, ça gueule des cris. puis ça s’enfuit. juste une bande, quelques gamins paumés qui accourent pour leur liberté. juste les enfants perdus qui s’abandonnent à cet univers distordu.


©️️ Nous sommes de ceux


Dernière édition par Scar Buckley le Mar 20 Mar - 2:14, édité 3 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13612-wilf-inh-sen-mitsuji
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 911
▹ INVESTISSEMENT : 54

▹ AGE : √642
▹ APPART : officieusement au #1301 (#504 payé de peine et misère)
▹ TAF : Nettoyeur de lieu de tournage de snuff movies, réalisateur de films indépendants (gore baby)
▹ AVATAR : sen mitsuji
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 6:31
Bienvenue la belle. Vas mater ta boite à MP. HAN HAN Twisted Evil :l:


I've always liked to play with fire.
Fucked and drank all night. Acted all alright. Had no need to fight. Tonight, tonight.
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13989-scar-a-nos-consciences
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 239
▹ INVESTISSEMENT : 59

▹ AGE : vingt hivers à compter les calvaires et les misères.
▹ APPART : #1504 (15)
▹ TAF : y'a les doigts qui pianotent sur le clavier, les cils qui papillonnent sous la luminosité de cet écran délabré et la poupée qui se fait marionnettiste pour manipuler les égoïstes et se nourrir des risques. menteuse, hackeuse, elle contredit les enjeux dans les lignes de codes pour foutre le désordre.
▹ AVATAR : holland roden.


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 6:33
Merci bien CANDICHOU y'a rien dans ma boîte à mp MDR ou alors j'ai déjà répondu HEHE


You don't love me, big fucking deal I'll never tell, you how I feel. It almost feels like a joke to play out the part when you are not the starring role in someone else's heart, you know I'd rather walk alone.
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 7:51
J’aime beaucoup ce que je lis :l:
Bon choix de pré lien CUTE
Puis ce nom JAIME
Bienvenue ici :l: :l:
avatar


Voir le profil de l'utilisateur
▹ MESSAGES : 270
▹ INVESTISSEMENT : 2

▹ AGE : 19 ans
▹ APPART : Tu habites là où l'on veut bien de toi, faute d'avoir de quoi payer un loyer complet...
▹ TAF : Tu aurais aimé poursuivre tes études mais hélas, tu as du faire un choix et ta santé a été prioritaire, tu fais donc des petits jobs par ci, par là et quand c'est vraiment la dèche, tu chantes au coin d'une rue.
▹ AVATAR : HPW
▹ DC : Al, Mishatte et Ace

MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 8:13
Bienvenue parmi nous HAWW
avatar
« toxicomane céleste »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13522-venu-d-en-bas-j-veux-c
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 224
▹ INVESTISSEMENT : 50

▹ AGE : VINGT NEUF
▹ APPART : DORMEUR DU BITUME
▹ TAF : BRANLEUR BOY INTOXIQUÉ
▹ AVATAR : DYLAN RIEDER


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 9:56
bienvenue.

Spoiler:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13196-luna-sometimes-violenc
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 1216
▹ INVESTISSEMENT : 77

▹ AGE : 24 ans (21/06)
▹ APPART : Décide de garder l'appartement de Jam #304
▹ TAF : Plus rien maintenant
▹ AVATAR : Emily Rudd
▹ DC : Yu



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 10:01
Bienvenue toi :l:


avatar
« Knorr, Chadore »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 4265
▹ INVESTISSEMENT : 451

▹ AGE : 34 ans (21 décembre)
▹ APPART : Greenwich Village. Pas de voisins, pas d'invités. Personne n'entre dans son antre.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations (PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic).
▹ AVATAR : Tom Hiddleston


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 10:05
Bienvenue parmi nous !
#moufassa

:l:




« Every ...


Breath you take
move you make
bond you break
step you take
single day
word you say
game you play
night you stay



I'll be watching
YOU. »
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13684-elea-sanders-maya-step
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 263
▹ INVESTISSEMENT : 90

▹ AGE : 23
▹ APPART : #1204
▹ TAF : sert du poison aux âmes solitaires (barmaid)
▹ AVATAR : maya


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 10:14
le titre et le début de ta fiche OMG
bienvenue :l:
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9243-alessia-o-si-chacun-doi
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 402
▹ INVESTISSEMENT : 9

▹ AGE : Vingt-sept années que je foule la Terre et je ne l'ai toujours pas faite exploser.
▹ APPART : #1006/ dixième étage
▹ TAF : Pickpocket. Je vous fais les poches pour vivre. Parfois, je passe aussi dans votre appartement, si je flaire un bon coup. Je suis polyvalente, comme fille.
▹ AVATAR : Alexandra Park


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 11:02
Cette plume OMG Bienvenue !


❝ living like we're renegades❞
long live the pioneers, rebels and mutineers. go forth and have no fear; come close the end is near. it's our time to make a move, it's our time to make amends, it's our time to break the rules.
avatar
« Pétales brûlés »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11288-art-laisse-moi-respire
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 1178
▹ INVESTISSEMENT : 84

▹ AGE : vingt ans, la cervelle pétée, le cœur accroché au quartier. A l'autre révolé.
▹ APPART : Le 106, premier étage. Voisin un peu trop sage.
▹ TAF : Secrétaire au garage, poitrine masculine. Capitaine de son naufrage, vendeur de farine.
▹ AVATAR : Anton Lisin
▹ DC : Kendall Eden, la dévergondée.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 13:00
Olalalalaaaa tu écris tellement bien FAN y'a du rythme, on dirait que tu as fait attention aux sonorités aussi, ça fait des rimes ! J'adore vraiment, si je pouvais écrire comme ça CRY ME A RIVER
Le personnage a l'air très interessant en plus, puis Holland est si belle OMG
Hâte d'en savoir plus sur elle !
EDIT : et en plus c'est un pré-lien de Coma OMG

Bienvenue ici I love you


embrasse-moi comme tes cigarettes
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 13:54
Tmtc j'approuve le choix de prénom :l: :l:
Bienvenue, j'ai hate d'en lire plus
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5331-aliah-vouloir-vivre-par
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 1557
▹ INVESTISSEMENT : 18

▹ AGE : Vingt cinq ans
▹ APPART : #522 elle n'est plus seule, la présence d'un homme dans l'appartement
▹ TAF : Infirmière diplômée
▹ AVATAR : Anna Speckhart
▹ DC : Lizz & Drill



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 15:00
Bienvenue parmi nous BRILLE


Je t'ai dans la peau, je t'ai dans la tête mais mon cœur reste en miettes.
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   Lun 19 Mar - 18:41
bienvenue officiellement toi NIARK
tu me jettes de la falaise quand tu veux.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: SCAR ► Holland Roden   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.