avatar


Voir le profil de l'utilisateur

▹ MESSAGES : 88
▹ INVESTISSEMENT : 36

▹ AGE : 24 ans
▹ APPART : 803
▹ TAF : Employé dans un entrepôt et vendeur dans un sexshop
▹ AVATAR : Herman Tommeraas
▹ DC : Jacek Tonnesen, Casey Adersen



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Sam 24 Fév - 2:17
Que venait-il de faire... était-il sérieux ? Mads... il ne se reconnaissait pas sur le coup... mais genre vraiment pas. Lui qui avait passé ces quatre dernières années à ne vivre comme une ombre, à n'avoir de vie sociale que les échanges avec ses collègues de ces deux boulots, là... là il venait d'inviter un inconnu... un inconnu à la rejoindre et pas n'importe où en plus : à La Maison Rouge, le Sex-Shop où il bossait comme vendeur. Quel message cela allait-il envoyer ? Mais surtout... quel message avait-il envie d'envoyer ? Il n'en était pas tout à fait certain Mads... c'était confus dans sa tête... tout ce qui lui importait c'était... c'était qu'en effet ça avait été très agréable de discuter avec lui. A dire vrai cela lui avait tellement manquer de discuter avec quelqu'un... et il avait envie de le faire de vive voix. Alors certes, il avait bien vu qu'il s'agissait d'un homme, qu'il cherchait à pécho en plus mais... pourquoi pas peut être ? Même si pour ça aussi il n'était plus très doué. Mais déjà surtout... il était curieux de voir qui donc était son interlocuteur et si il y aurait toujours cet intéressant feeling... bordel, les applis c'était dangereux !

Du coup il était là, la boule au ventre à regarder vers l'extérieur. Heureusement il n'y avait personne dans la boutique, il était même le seul employé encore sur place, passant le relais au petit matin au suivant, l'endroit ne fermant jamais ou presque. Et c'était terrible, car il avait beau se concentrer sur l'extérieur avec la lumière de la boutique et l'obscurité de la nuit il lui était impossible de se rendre compte de ce qui se passait dehors. Alors il était là... à se demander comment il allait se comporter sans vraiment trouver... jusqu'à ce que la cloche au dessus de la porte ne tinte, faisant automatiquement se redresser Mads, tentant de voir si... si Hamlet était en effet venu le retrouver.

avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Sam 24 Fév - 9:09
Tu coupes le moteur, beaucoup trop sobre. Ce soir, tu t'es retrouvé pris au piège. Une solitude sans pareil à combler, des envies de sexe qui se réveillent et la guerre intérieure pour résister à la tentation de courir allumer Stolen afin qu'il fasse taire le feu. Pas question d'en être rédui à ça ! Tout sauf devenir la chatte en chaleur de ce connard. Alors l'alcool, on oublie ; parce qu'une fois ivre, tu ne contrôles plus tes pulsions. Te voilà frustré, dans l'impossibilité de noyer les voix qui tournent dans ta tête, t'empêchent de dormir ... t'amènent à tromper l'insomnie sur un site de rencontres.

Sexe virtuel, photos porno, branlettes connectées, rien de bien jouissif. Une rustine pour combler un trou, un pansement sur une jambe de bois. Tu savais que le soulagement ne durerait qu'un temps, mais c'était mieux que rien. Puis, tandis que tu t'essuyais les doigts, y'à cet onglet qui s'est mis à clignoter dans les conversations privées. Un fou, c'est le cas de le dire. Trop bavard, trop sincère, trop jeune probablement. Mais les apparences sont parfois trompeuses, c'est pourquoi t'as gratté sous la surface ; pour vérifer tes premières impressions autant que pour tromper l'ennui. Tu t'apprêtais à lui souhaiter bonne nuit en lui accordant le droit à une unique question quand il a su te surprendre. Pourquoi pas ? Quitte à perdre ton temps de sommeil en discutions inutiles, autant qu'elles soient réelles. On est toujours moins seuls à deux que par écrans interposés.

Ta main lisse ta cravate de la même couleur que l'enseigne du sexshop et tu souris, amusé. Si ça c'est pas de l'ironie. T'envoies un dernier message via l'application pour signaler ton arrivée et pousses la porte en conquérant. Des mecs en costard de grand couturier, ça doit pas se voir tout les jours, dans ce bouiboui. Tu détonnes, comme à ton habitude. Trop chic, trop classe, trop propre pour ce genre d'endroit. Pour une fois, ça te plait. Ce côté old school du sexe assumé et revendiqué t'apaise, toi qui vis depuis des mois dans le camouflage de tes fantasmes tordus. Tu t'avances sans te presser, soignes ton entrée pour laisser à ton rencard le temps de monter en pression et d'anticiper ce moment où vos regards se croiseront pour la première fois. T'es agréablement surpris de constater qu'il y a quelque chose d'excitant dans ce facteur " interlocuteur inconnu ". D'autant plus que vous êtes seuls, pas d'autres clients que toi dans la boutique. Tu tournes le coin d'un rayon ... et finis par tomber sur lui. Un sourire charmeur fend instantanément ton visage : Salut. Je suis venu justifier ton salaire. Quelqu'un m'a dit qu'un employé se tournait les pouces sur son clavier, y paraît même qu'il raconte sa vie en ligne.


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi

avatar


Voir le profil de l'utilisateur

▹ MESSAGES : 88
▹ INVESTISSEMENT : 36

▹ AGE : 24 ans
▹ APPART : 803
▹ TAF : Employé dans un entrepôt et vendeur dans un sexshop
▹ AVATAR : Herman Tommeraas
▹ DC : Jacek Tonnesen, Casey Adersen



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Sam 24 Fév - 16:52
Il était là Mads, stressé... il n'avait plus l'habitude de ces rencontres à l'aveugle. À dire vrai il n'avait jamais eut l'habitude de ce genre de rencontre. Déjà à l'époque il était passé à côté de l’engouement pour internet et au final il avait raté la génération site de rencontre et discussions virtuelles... des choses dont il ne saurait dire si cela lui avait manqué ou pas. Mais les faits était là : Mads n'avait personne, pas d'amis quasiment. Des voisins certes chez qui il s'invitait souvent pour faire son homme à tout faire et parler un peu, des collègues aussi, mais vraiment peu de monde... avec qui parler et avoir l'impression de vivre. Et là pour le coup, ce Hamlet lui avait un peu donné l'impression de ne plus être tout seul. Pourtant ce type il ne lui avait vraiment échangé que quelques messages, pas plus ! Mais il l'avait écouté, s'était intéressé à sa vie, à son histoire et pour la première fois depuis tellement longtemps Mads avait pu se confier un peu. Cela avait été une sensation agréable... et du coup, mû par un courage qu'il ne se connaissait pas il l'avait invité à passer, histoire que cette douce conversation... ne meurt pas simplement avec lui nuit.

Mais voilà... maintenant il avait peur, terriblement ! N'ayant aucune confiance en lui, rien... est-ce que ce serait pareil une fois qu'il l'aurait face à face ? Est-ce que le terme pathétique ne referait pas finalement surface ? Mais surtout allait-il entrer ou fuir en voyant la devanture de son métier de nuit ? Mais il avait reçu ce dernier petit message, message annonçant qu'il était bien là et porterait quelque chose de rouge et il avait sentit cette boule dans son ventre se faire plus grand, retenant sa respiration en entendant la cloche tinter et se redressant, tentant d’apercevoir... Hamlet. Et pour le coup... Mads ne s’attendait pas à ça ! Mais cela le détend dans un sens « Je plaide coupable ! Je me tourne bien les pouces ! Mais je n'avais personne dont je devais m'occuper or... te voilà ! » avait-il commencé avec un sourire « En tout cas je suis impressionné, il y a des gens franchement classe on dirait sur cette appli finalement ! Bien que... je ne sache pas trop si ça se dit ce genre de truc... Jolie cravate soit dit en passant ! »

avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Sam 24 Fév - 19:10
Tu l'observes attentivement derrière ton sourire de façade et sens tout de suite que vous n'évoluez pas dans le même monde, lui et toi. Ses exclamations sont simples, sincères, spontannées. Il réfléchit à voix haute et passe du coq à l'âne en se laissant distraire par ta cravate, syndrôme d'un esprit bien moins habitué que le tiens à soupeser le sens de chaque phrase, l'inflexion de chaque mot. Il te donne l'impression d'être un enfant qui ne s'attendait pas à croiser d'autres spécimen que ceux de son espèce en surfant sur le net et tu ne sais pas si c'est ton passé de flic ripou ou ta nouvelle vie de millionnaire désabusé qui te fait te dire que ce gosse est terriblement innocent. Ca t'intrigue plus que ça ne te déçoit. En fait, ça le rend sympathique et sexy. Heureusement que tu t'es paluché avant de venir, car la vision de son visage poupon encadré de DVD porno et de godemichets t'aurait probablement excité.

Tu t'avances, joueur, curieux de voir où sont les limites de cette rencontre inattendue. L'expression de stress qui imprégnait son visage à ton arrivée n'est pas tout à fait morte, tu ne peux résister à l'envie de jouer un peu avec les braises ; juste pour voir s'il est aussi maladroit et timide qu'il le prétend sur la toile. C'est vrai, elle te plait ? Ta main caresse doucement le tissu lisse et brillant ; un geste à connotation sensuelle dans ce temple de la pornographique. Je l'aime beaucoup celle-là, elle est douce, ne coupe presque pas les poignets quand je les attache aux barreaux du lit. Sourire destabilisant. Tu ne culpabilises pas, après tout, tu l'avais conseillé de ne pas donner d'informations sur lui au premier internaute venu. Ton regard balaye la pièce, détaille les étagères. Beaucoup de supports vidéos, de quatrièmes de couvertures explicites : des culs, des chattes, des seins ... ça manque de bite, clairement. Alors ? Qu'est ce que tu me conseilles ? Renvoi dans les cordes et utilisation stratégique de son job pour surfer sur la vague du dérangeant. Tu aimes sentir le malaise des autres face à tes propres mises en scènes et reste insensible au fait que ce type d'humour puisse incommoder ton monde. Toi, ça t'amuse beaucoup !


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi

avatar


Voir le profil de l'utilisateur

▹ MESSAGES : 88
▹ INVESTISSEMENT : 36

▹ AGE : 24 ans
▹ APPART : 803
▹ TAF : Employé dans un entrepôt et vendeur dans un sexshop
▹ AVATAR : Herman Tommeraas
▹ DC : Jacek Tonnesen, Casey Adersen



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Sam 24 Fév - 19:46
C'est étrange dans un sens... mais pas forcément désagréable comme genre de rencontre pour Mads. Bien sûr il n'avaient pas vraiment grand chose à voir l'un avec l'autre ! Déjà ils n'étaient pas vraiment de la même génération mais ça franchement... Mads s'en fichait bien. Certains de ses collègues étaient au dessus de la cinquantaine carrément et cela ne l'empêchait pas de s'entendre parfaitement avec eux et lui ne devait même pas dépasser la mi trentaine de son envie. Mais surtout, au vu de sa tenue, de sa prestance... il devait vraiment avoir l'air d'un bouseux ce pauvre Mads avec ses fringues usées et sans aucun style, ceci au milieu de ce déballage d'objet sexuels et autres DVD qui laissait le plus jeune totalement de glace.

Un sourire se dessina sur ses lèvres alors que son camarade commentait ses paroles, jouant avec sa cravate, faisant des sous entendu. Finalement il avait beau être habillé comme quelqu'un de très distingué, il était en territoire connu, reconnaissant des tactiques qu'il avait vécu un millier de fois depuis qu'il travaillait ici. Mais par contre, contrairement aux autres, il avait pas envie de le rembarrer car quand il le faisait les gens s'énervait et qu'il ne voulait pas l'énerver lui et du coup il n'osa pas vraiment lui dire que tout ce qui était gadget et autres accessoires... lui faisait ni chaud ni froid « Très jolie, oui. » Pour le coup ça restait vrai ! « Et comment tu fais pour attacher tes propres poignets aux barreaux d'un lit avec ? Ça doit être sport, non ? » Il faisait l'idiot volontairement, la parfaite parade pour éviter tous les dragueurs et autres qu'il avait dû subir. Mais là, au lieu d'offrir son visage aussi froid que la glace, il souriait quand même, lui montrant bien qu'il se payait sa tête.

Du reste Mads s'était tourné vers les articles qui se trouvaient dans la boutique « Ce que je te conseil... » pour le coup son air un peu blasé de la vie avait reprit le dessus « Tu veux la version commerciale ou la version Mads... » Mads... il ne s'était pas encore présenté il y pensait « Oh oui d'ailleurs, moi c'est Mads ! D'où « LeFou » ! Enchanté ! » Son sourire était réapparu pour cette petite parenthèse avant de soupirer fortement en regardant les films et autres sextoyz « Si tu veux mon avis personnel, tout ça ce n'est pas très intéressant. Déjà oubli les films ! Si t'es gay très décevenant, je reçois des plaintes régulièrement des clients pour ça. Du reste je ne sais pas... moi j'ai jamais été sensible à tous ces jouets ! Mais je peux comprendre que ça puisse plaire... mon frère adore ça, je le sais, même si j'aurais aimé ne jamais savoir. Mais du coup ça dépend... t'as plus envie de jouets ou plutôt de tenue pour des jeux de rôle ? » Il se mit alors à le détailler du regard, comme pour l'analyser « Vu que monsieur aime bien s'attacher les poignets je dirais qu'il y a pas mal de  menottes et autres. Même si la cravate a au moins le mérite d'être classe. Sinon une série d'accessoires comme des harnais ou autres accessoires comme des gag ball pour ceux aimant la domination. Et évidemment il y a tout un stock de gods et de fleshlight pour les plaisirs persos ou même à deux ! Il y a peut être un petit truc en particulier qui te ferais plaisir ? Voir si j'ai ça en stock ? » Même si Mads avait concrètement l'impression de lui demander ce qu'il voulait tester sur lui... il n'était pas con ! Pas forcément excité par les jouets mais pas contre faire quelque chose avec lui. Mais il était un peu stressé... car il n'avait plus rien fait depuis.... bien trop longtemps ! Et son stresse devait commencer à se voir sur son visage alors qu'il perdait en assurance en le regardant droit dans les yeux « Qu'est-ce que... tu voudrais ? »

avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Sam 24 Fév - 22:53
Il riposte et ton sourire passe de joueur à indulgeant. Petit con, c'est trop facile de faire celui qui comprend de travers. Alors tu hoches la tête et mimes un geste de magicien pour sous-entendre que tu ne manques pas d'entraînement. Lui non plus, apparemment, car il se lance dans une présentation détaillée des marchandises que propose la boutique. D'abord tu ris, ensuite te contente de sourire, piqué par l'une de ses qualifications à ton sujet. Gay. Ca sonne comme une insulte à tes oreilles. Pourtant, tu admets avoir une préférence pour les hommes depuis ton séjour en prison ; le problème - et tu ne le sais que trop bien - vient de cette illusion du choix qu'on ne t'a pas laissée, à l'époque. L'homosexualité, c'est pas iné chez toi. Tu te souviens d'une époque où t'aurais décroché la lune pour une jolie paire de seins où des jambes à la peau douce. Nostalgique sans vraiment l'être, tu regrettes plus la mort de ton libre arbitre que celle de tes désires pour la gent féminine. Pour t'assumer comme étant gay, il aurait fallu que ça ne dépende que de toi. Mais ça ... C'est une autre histoire. Une histoire que tu essayais de fuir, ce soir, tu te souviens ?

Battement de cils, tu reviens péniblement dans la conversation pour te prendre un deuxième pic dans l'oreille. Domination. Stop ! On se concentre ! T'es en train de trier l'information à ton désaventage et de tomber doucement mais sûrement dans ces TOC dont parle le psy. Les bouffées d'angoisses post-traumatiques, t'en as eu suffisamment au cours du mois écoulé pour commencer à les voir venir. Allez Isaak, respire, t'es encore beau et propre dans ton costard, les apparences te sauvent la mise, tu peux surmonter ça sans te mettre à péter un plomb devant ce gamin qui ne fait ce pour quoi on le paie. " ... truc en particulier qui te ferait plaisir ? Voir si j'ai ça en stock ? " Tu lui souris toujours, mais ton regard est vide et creux. Difficile de passer à côté du fait que t'es perdu dans tes pensées. Ses yeux s'accrochent aux tiens, sa voix manque d'assurance quand il te demande ce que tu voudrais. Un ange passe, silence bourdonnant dans la conversation tandis que tu n'arrives pas à refaire surface, perdu dans son regard. Y se passe quoi, là ? Je ... Tu repousses les émotions qui te submergent. Y'a tellement de choses que tu voudrais et que personne ne semble pouvoir t'offrir : trouver la paix, réussir à dormir, te défaire de tes vices, tuer Nero, retrouver l'ancien toi, oublier le passé ... Tellement de regrets dans ta besace. Parallèlement à ça, il y a toujours cette part de toi qui désire tout l'inverse : te perdre dans d'avantage de tourments, te regarder couler et laisser faire, baiser Nero, le laisser te détruire jusqu'à devenir un trou noir, une anti matière émotionnelle qui ne ressentirait plus rien. Rien de tout ce que tu ressens à cet instant, sous les yeux d'un gosse qui s'inquiète du god que tu pourrais bien lui acheter. Je voudrais bien que tu me parles de toi. Parce que tant qu'on parle de lui, t'as pas besoin de réfléchir à ce que tu ressens dans cet anarchie émotionnelle qu'est devenue ta vie depuis janvier. C'était nul de te rentrer dans le tas comme ça, oublie, je m'excuse. Je m'appelle Isaak et je suis prêt à boire tes paroles, vas-y, balance. Il a besoin de parler ? T'as besoin d'écouter pour arrêter de penser. Y'a moyen de bien vous entendre.


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi

avatar


Voir le profil de l'utilisateur

▹ MESSAGES : 88
▹ INVESTISSEMENT : 36

▹ AGE : 24 ans
▹ APPART : 803
▹ TAF : Employé dans un entrepôt et vendeur dans un sexshop
▹ AVATAR : Herman Tommeraas
▹ DC : Jacek Tonnesen, Casey Adersen



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Lun 5 Mar - 19:28
Avait-il déjà mentionné le fait qu'il était stressé ? Mads ne savait pas vraiment ce qu'il lui avait prit... une telle prise de risque, d'initiative... cela ne lui ressemblait pas ! Ou du moins... ça ne lui ressemblait plus. Il est vrai que, fut un temps, il avait été un jeune comme les autres, adorant faire des rencontres, en ayant fait certaine très volage même mais là... il n'avait plus l'habitude, plus l'expérience... il ne savait pas trop comment se tenir ou même simplement réagir devant cet homme qui avait réussit à tromper son ennuie via le biais de quelques messages échangés et qui à présent... coupait court à sa solitude mais le mettait aussi face à quelque chose qu'il n'avait plus envisagé de faire depuis tellement longtemps... Alors il improvisait, tentant de répondre aux attentes de son camarade en espérant que, le moment venu, il saurait quoi faire et surtout quoi dire mais aussi qu'il ne finirait pas par faire fuir celui ci par lassitude. Donc il se lança dans ce petit exercice, tentant de présenter ses articles, de jouer le vendeur tout simplement, de tenter d'imaginer, avec le peu d'informations qu'il possédait ce qui pourrait lui plaire... mais au final il avait juste l'impression de s'enfoncer car plus il parlait... plus son partenaire semblait loin, plus vraiment intéressé par ce qu'il était en train de lui dire alors que la minute d'avant il semblait être prêt à le dévorer sur place. Avait-il fait quelque chose de mal ?

Puis d'un coup le silence fut coupé, l'autre homme lui demandant simplement de parler de lui et déclenchant un immense soupir de soulagement chez le plus jeune. Un sourire s'était de nouveau dessiné sur ses lèvres tandis que son regard se plongeait de nouveau dans celui de Isaak « Nan t'inquiète. Déjà ici j'ai l'habitude puis bon... je me doute bien de l'image que j'ai dû renvoyer avec mes messages puis cette invitation. » Il n'était pas dupe Mads... il savait très bien qu'il avait tendu des perches, des perches involontaire sur le coup mais dont il ne pouvait ignorer l'existence, son camarade ne pouvant donc assumer toutes les fautes. Mads eut alors un léger rire, croisant les bras avant de dire « Mais je t'avoue ça me rassure. Je ne suis pas... très à l'aise avec tout ça, je le reconnais. Déjà de base j'ai toujours eut un rapport particulier avec le sexe mais là... disons que ma dernière fois doit remonter a au moins deux ans. Ironique pour un mec travaillant dans un sexe shop, hein ? Sachant que je hais chacun des objets présents ici, n'en voyant vraiment pas l'intérêt... » Son regard s'était alors perdu sur ses pieds... laissant planer un léger silence avant de reprendre « Je suis désolé si je t'ai fait croire des trucs. Enfin... c'est pas que j'en ai pas envie. À dire vrai... c'est possible que j'en ai envie, je sais plus vraiment dire. Mais... tu te souviens ce que je te racontais par message ? Je me suis un peu coupé du monde. Car sans prévenir je me suis retrouvé avec la garde de mon frère et d'un coup... je me suis un peu emmuré dans le fait de rapporter de l'argent pour entretenir son avenir et seulement le siens. Mais ce n'est pas bon, je m'en rend bien compte... ou plutôt mon frère s'en est bien rendu compte et au départ, si j'étais réticent, je me suis rendu compte en testant que j'avais en effet... besoin de parler. La preuve, tu m'as à peine demandé de le faire que déjà je te fais un roman, hahaha ! » Son rire était en réalité plus déprimé qu'autre chose. Il releva alors ses yeux vers Isaak avant de dire « Je suis paumé je crois... je sais plus trop comment on fait pour ne pas juste avancer en mode automatique. Ma vie se résume à une routine qui ne comprend rien de plus que le métro, boulot, dodo et je ne sais vraiment pas comment en sortir sans que tout le reste autours ne s'effondre purement et simplement. »

avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Mer 7 Mar - 6:40
Tu restes coi et parfaitement immobile tandis qu'il te raconte sa vie, te confies ses secrets et creuse entre vous un faussé aussi colossal que celui séparant deux planètes dans l'univers. Un faussé - pour ne pas dire un gouffre - qui sépare vos modes de vie et vos préoccupations. Deux ans d'abstinence te paraît être une peine bien maigre pour un si grand gaillard. Il pourrait encaisser plus sans se plaindre, c'est évident ! Pourtant, tu essayes de freiner ton jugement. Toujours soucieux de fuir tes problèmes, tu bois ses paroles et te prends à visualiser sa vie, à faire preuve d’empathie pour imaginer ne serait-ce qu'une seconde ce que serait ton quotidien si tu étais lui, avec un frère à charge et une routine abrutissante. C'est cruel, voire même très nombriliste, mais tu restes persuadé que ses problèmes ne sont rien comparés aux tiens. A croire qu'avoir une échelle de valeurs et de comparaison, même si elles n'engagent que toi, te rassure. Peut-être te dis-tu qu'en ayant les problèmes les plus conséquents, tu auras également plus d'excuses pour ne pas oser leur faire face ; pour fuir comme tu fuis en t'accrochant à son discours, la tête qui approuve, le regard qui soutient, l'oreille qui aspire le moindre détail pour oublier les battements de ton cœur au bord de l'implosion depuis quelques semaines. Son rire triste t'interpelle, te fais te dire que ce mec est aussi seul que toi alors qu'il suffirait d'un rien pour mettre fin à sa misère. Tu te demandes comment peut-on rester aussi minablement enlisé dans vingt centimètres d'eau quand toi-même tu parviens à survivre dans un océan de vagues toutes plus violentes les unes que les autres, toutes décidées à te couler. Tu plaisantes, n'est ce pas ? C'est plus fort que toi, t'as besoin d'être cynique.

Tu l'observes, l'analyses. Un mioche, gentil, mignon, paumé. Un dessert pour les connards comme toi. Et pourtant ... Cette nuit tu pourrais peut-être te faire plaisir autrement qu'en le culbutant dans l'arrière salle ? Tu songes en silence, tandis qu'il se mure dans un silence gêné d'avoir autant parlé. C'est à peine s'il ne commence pas à se gratter la nuque en regardant ses chaussures. Tu soupires, décidé à tenter l'expérience d'un truc que tu n'as encore jamais fait : la philanthropie. Très bien, je te propose un truc. Ecoute bien : Demain c'est dimanche, je suppose que tu ne travailles pas. Alors on attend que ton service se termine, on prends un café, on fait un truc de fou qui te sort de ton quotidien, on déjeune dans un 4 étoiles qui pue le fric à t'en faire oublier que t'es pauvre et, si t'as aimé, je te baise avant que tu rentres chez toi. Comme ça, on règle une bonne partie de tes problèmes en moins de 24 heures et il te restera toujours l'option de jeter l'ado par la fenêtre s'il n'est pas satisfait d'apprendre que son site de rencontres t'a permis de faire tout ça. Le pire dans cette histoire, c'est que tu lui souris fièrement, comme si le fait d'étendre les possibilités d'actions infinies que t'offre ton compte en banque blindé n'était pas une insulte à son existence faite de petits boulots et d'horaires infernales pour joindre les deux bouts. Si tu n'as pas aimé, tu ne seras pas obligé de coucher avec moi. Précision qui a son importance, tu ris, peut-être un peu trop narquoisement. T'as du comprendre que si je cherchais une pute, je n'avais qu'à sortir la carte gold ...


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi


Dernière édition par Isaak Coalman le Jeu 22 Mar - 15:41, édité 1 fois

avatar


Voir le profil de l'utilisateur

▹ MESSAGES : 88
▹ INVESTISSEMENT : 36

▹ AGE : 24 ans
▹ APPART : 803
▹ TAF : Employé dans un entrepôt et vendeur dans un sexshop
▹ AVATAR : Herman Tommeraas
▹ DC : Jacek Tonnesen, Casey Adersen



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Mer 21 Mar - 23:37
Si il plaisantait ? Si il plaisantait... il ne savait pas trop comment il devait le prendre pour le coup, se sentant juste plus pathétique encore et ayant un léger, vraiment très léger mouvement de recul avant que son regard ne rencontre le sol « Je... enfin... non, pas vraiment... » qu'il avait alors dit timidement, ne sachant pas trop si... si il n'avait pas juste tout gâché à parlé de sa vie qui au final n'intéressait vraiment personne. Peut être qu'il n'aurait pas dû l'écouter finalement son frère, peut être bien qu'il aurait dû resté enfermé dans son automatisme... car il avait fini par s'y faire Mads, il avait fini par se faire à l'idée qu'il ne vivait plus pour lui et qu'il n'avait plus rien pour lui. Il aurait pu continué des années comme ça en ne pensant à rien, en faisant juste son boulot, s'occupant de Rellian et... claquant sans doute au bout du compte... mais en ayant assuré un avenir au plus jeune. Mais non... il avait fallu qu'il ait envie de... tenter de retrouver un semblant de vie... pour se rendre compte qu'il n'était juste plus fait pour ça. Et le pire c'est que maintenant il allait être difficile pour lui de se couper de nouveau de tout... pas sans y perdre encore un peu plus de lui même.

Mais l'autre avait reprit, cet homme à l'allure si classe, Isaak... il avait reprit la parole et pour le coup... Mads devait avoué qu'il ne s'était pas attendu à cela... mais genre pas du tout ! Il releva donc la tête, le regardant avec de grands yeux ronds, tentant de digérer l'information puis de voir... si il se moquait de lui ou pas. Et il eut un rire nerveux Mads, un rire nerveux face à sa proposition mais surtout quand ce dernier supposa qu'il ne bossait pas le dimanche... si seulement ! Cela dit c'était ici qu'il était coincé, donc le soir, étant en effet off dans son autre boulot, ce qui lui donnait l'occasion de... de peut être profité de cette nuit à sa guise. Ce n'était sûrement pas une bonne idée... mais c'était mieux que la monotonie dans laquelle il s'était enlisé. Il répondit alors « D'accord. » ne prenant pas vraiment plus de temps pour hésiter « D'accord, fais moi vivre tout ça. Et... je pense même qu'on peut partir maintenant. Mon collègue doit arriver dans une heure... je n'aurais qu'à laissé un mot et verrouillé en attendant, il me couvrira pour le nombre de fois où je l'ai couvert. » annonçait-il alors, plus terrifié qu'impatient en se disant que si il attendait plus longtemps... il serait capable de se désister à la dernière minute par crainte.  Il eut même un sourire accompagné d'un nouveau petit rire quand Isaak lui assura que son cul n'était pas son seul but « Oui c'est vrai, t'as l'air de pouvoir te débrouiller autrement. Au final c'est moi qui ait du bol. » Il s'attela donc à la tâche de préparer sa sortie, prenant ses affaires, laissant un petit mot sur le comptoir, attrapant les clés. Il n'en revenait toujours pas de faire ça... mais il en avait besoin pour ne pas devenir fou. Et alors qu'il signait, prêt à décoller, il se tourna vers Isaak, rougissant de nouveau avant de dire « Tu veux que... tu veux que je prenne un truc avant qu'on sorte ? » sous entendu quelques articles qui auraient pu lui taper dans l'oeil... au cas où...

avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Jeu 22 Mar - 16:09
« D'accord. »
Tu ne te le feras pas répéter deux fois ! Maintenant que l'idée est là de faire tout ce que tu viens de lui proposer sur un coup de tête, pour le seul plaisir d'en avoir les moyens et de tromper l'ennui à grand renfort d'improvisation, tu ne te verrais pas rentrer chez toi sans le kidnapper au passage. C'est à peine si tu lui laisses le temps de laisser le mot pour son collègue et de te rejoindre de l'autre côté du comptoir avant de t'avancer vers la sortie, lui sur tes talons qui mesure la chance qu'il a de te croiser cette nuit. Tu n'en dirais pas tant ... Preuve n'est plus à faire que tu laisses plus de larmes que d'éclats de rire dans tes sillages, mais - qui sait ? - peut-être cette nuit ne serait-elle source de regrets pour aucun de vous deux ? Pour le moment tu n'y vois que la promesse de penser à autres chose qu'à ce qui te tourmente perpétuellement et cela te suffit amplement.

Il hésite en te demandant s'il doit s'encombrer de l'un des objets présents dans la boutique pour votre virée nocturne. Tu pars d'un grand éclat de rire et passes un bras autour de son cou pour l'attirer jusqu'à dehors, ébouriffant ses cheveux au passage. T'es un petit marrant, toi ! Un amusement sincère, légèrement différent de la condescendance avec laquelle tu as plus l'habitude de sortir ce genre de réplique. Mads verrouille la porte derrière vous et vous voilà partis dans la nuit. Arrivé à la voiture, tu prends place derrière le volant et te tournes vers lui pour le perturber un peu. Tu te penches dans sa direction, faisant mine de venir l'embrasser, mais dévies au dernier moment pour attraper la ceinture de sécurité et la lui boucler bien sagement, comme on le ferait avec un enfant. Accroche-toi, elle en a sous le capot cette Porsche. Sans plus attendre, tu mets le contact et pars à fond de cale dans les rues de New York, grillant les feu rouge, zigzaguant entre les voitures et poussant le volume à fond pour vous abrutir d'adrénaline. Ton rire éclate entre les klaxons des autres automobilistes, surpris et furieux que tu les dépasses tantôt par la droite, tantôt par la gauche.

Ta course prend fin dans un crissement de pneus, après des minutes qui passent trop vite à ton goût mais probablement interminables à celui de Mads. Vous êtes arrivés à l'autre bout du Bronx, tout près des quais. Tu coupes le contact et te tournes vers ton co-pilote complètement décoiffé, peut-être aussi un peu choqué par cette course folle à travers les entrailles de la grosse pomme. Respire, Mads, t'es tout blanc. Tu te sentiras jamais vivant si tu serres les fesses comme ça. Peut-on considérer cela comme un conseille de sage, quand on voit l'inconscience avec laquelle tu viens de mettre ta vie et la sienne en danger ? Question de points de vue, de toute évidence. A lui de voir s'il préfère le confort d'une routine qui l'abrutit à l'ivresse d'une existence qui n'a ni queue ni tête et qui te ferait bander un cheval même sur le chemin de l'abattoir. Toujours partant pour un café ? Ou quelque chose de plus fort si tu préfères.

Il vous reste un peu de temps avant que le soleil ne se lève ; de quoi prolonger la nuit s'il le désir.


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi


Dernière édition par Isaak Coalman le Jeu 5 Avr - 17:09, édité 1 fois

avatar


Voir le profil de l'utilisateur

▹ MESSAGES : 88
▹ INVESTISSEMENT : 36

▹ AGE : 24 ans
▹ APPART : 803
▹ TAF : Employé dans un entrepôt et vendeur dans un sexshop
▹ AVATAR : Herman Tommeraas
▹ DC : Jacek Tonnesen, Casey Adersen



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Jeu 5 Avr - 16:29
Un petit marrant... Mads ne tentait pas d'être marrant pourtant, il était juste paumé. Il ne savait pas... il ne savait plus comment cela marchait, comment on faisait et ce qu'on devait faire. Pire encore, lui qui était pourtant né avec la technologie... il ne savait pas grand chose de cette dernière au final, faisant sa première rencontre par internet et ne comprenant pas... si il y avait des codes spéciaux, surtout étant donné le site par lequel il avait rencontré Isaac. Mais au moins l'autre ne se moquait pas de lui... du moins gentiment quoi, mais il ne l'enfonçait pas. Mads l'avait donc suivit à l'extérieur, ayant l'impression d'être un gosse vu comment son camarade semblait être avec lui, à le materner et lui ébouriffer les cheveux, ce qu'il n'avait plus ressentit depuis... si longtemps... lui qui avait l'impression d'être un adulte depuis si longtemps maintenant quand il avait dû s'oublier pour faire survivre Rellian. Il s'était alors installé dans cette voiture, une voiture bien trop riche pour lui qui ne possédait rien de plus qu'une vieille bagnole bousillée qui menaçait de lâcher à tout moment... et il sentit la tension monter alors que l'autre s'approchait... pour lui mettre sa ceinture. Il jouait avec lui, clairement ! Il savait très bien s'attacher seul... Mais Mads n'avait rien dit... ne pouvant pas de toute manière, avec ses joues en feu.

Le trajet cependant... le trajet lui avait vite fait oublier sa gêne pour être remplacé par... de la crainte ! Mads, lui qui était pourtant, fut une époque, un ado rebelle, était devenu aujourd'hui un adulte un peu trop méfiant, passant son temps à veiller sur un frère qui jouait les casse cou et qui voulait à tout prix éviter les accidents, mis face à une telle vitesse et un manque de respect des règles de sécurité disons qu'il n'en menait pas large, enfoncé dans son siège et agrippé à la porte. Finalement ce que Isaac voulait c'était lui donner une crise cardiaque ? En tout cas lui il semblait s'amuser comme un fou. Quand enfin la voiture s'arrêta, ceci non sans en rajouter une couche à la frayeur de Mads, ce dernier était vraiment pale... bien loin du rouge qui avait envahit ses joues avant. Et sa remarque... au moins il restait en vie ! Même si au final ce qu'il avait n'était pas une vie, là était tout le problème... en attendant respirer n'était pas une mauvaise idée. Sa question cependant... il le regarde, l'air incrédule « J'ai failli faire une crise cardiaque rien qu'avec ça... tu penses que je suis capable d'encaisser plus ? » ce n'était pas dit méchamment... à dire vrai c'était même une vrai question ! De toute manière... si il avait décidé de prolonger l'expérience avec ce site de rencontre... c'était bien pour vivre quelque chose qui lui changeait de son quotidien « Qu'est-ce que tu as de plus fort à proposer ? » la question n'était pas tant pour savoir et peser le pour et le contre... non... la question traduisait clairement son choix et donc sa volonté de savoir la suite du programme.

avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Jeu 3 Mai - 4:34
Si tu le penses capable d'encaisser plus ? Un sourire digne des démons les plus charmeurs des enfers étire tes lèvres fines. On peut toujours encaisser plus. L'expérience te l'a prouvé, c'est pourquoi tu n'as peur de rien lorsqu'il s'agit de jouer avec le feu et de repousser tes limites. Tout - dans l'existence humaine - est soumis à une part de réserve avec laquelle il suffit de savoir jouer pour se sentir pleinement exister. Les poumons, par exemple, ne se vident ni ne se remplissent jamais complètement. La force également : capable de ressusciter un corps à l'agonie pour l'aider à survivre où bien de se décupler lors d'un accident pour l'extraire d'une situation dangereuse. Même l'esprit vit sur la réserve. Pas pour rien que la drogue fait fureur auprès des populations et que des cartels entiers en font leur business. Un carton, une pilule, un rail et - hop ! - le champ des possibilités s'ouvre sur l'esprit libéré de son pragmatisme. Pragmatique, c'est bien le mot qui semble définir Mads et sa léthargie inexcusable pour son âge.

Tu tends le bras pour ouvrir la boîte à gants. Dedans, une flasque en métal et les papiers du véhicule. Tu laisses la paperasse mais t'empares de la flasque. Viens, qu'on voit ce que tu peux encore encaisser ... Ta portière s'ouvre, tu sors de la Porsche et la contournes pour réceptionner le gamin de l'autre côté. Une fois le système de verrouillage activé, tu prends les devant et marches jusqu'aux quais à travers les docks et leur paysage urbain. La scène est affreusement familière et tu te gardes bien de lui dire que tu es déjà venu ici, plus de sept ans auparavant. Tandis que tu t'approches d'une pile de containers qui semble ne pas avoir bougé depuis tout ce temps, tu refoules les souvenirs de ce soir où tu t'es fais arrêter, là, quelques mètres plus loin, à l'entrée du port. Ce n'est pas pour te remémorer cet événement regrettable que tu as choisi de te rendre à cet endroit ; c'est pour la vue qu'il offre sur le soleil levant. Tu grimpes ? Le voyant rester derrière alors que tu as déjà escaladé un container, tu tends la main dans sa direction pour mieux l'encourager. Si tu veux picoler, il va falloir monter avec moi. Allez, donne-moi la main ! Quelque chose de grinçant dans ta voix, comme une provocation. S'il faut secouer ce gamin pour le faire exister, tu ne te feras pas prier. Plus il s'active, plus tu gardes éloignés les démons qui te tourmentent perpétuellement. S'il reste immobile, tu sens les tracas te rattraper, inexorablement. Alors tant pis s'il faut refermer ta main sur la sienne et le tirer lourdement pour le hisser jusqu'à toi, le débraillant au passage tandis qu'il te tombe dessus, peut-être sujet au vertige, peut-être pas habitué à ce genre de sans gêne. Tu t'en fous et ris de bon cœur en laissant le creux de tes genoux épouser le coin métallique du container.

Vous êtes sur la plus haute accumulation de ferraille, d'ici, vous verrez se lever le soleil sur l'Hudson sans aucun problème. Desserrant ta cravate, tu portes la flasque à tes lèvres et t'enfiles une rasade de bourbon. L'alcool te brûle la gorge et t'arrache un frisson tandis que tu tends le goulot à ton acolyte. Qu'est ce qui te manque le plus ? Question que tu lui adresses sans le regarder, tes yeux rivés sur l'horizon vert de gris, et qui fait écho en toi également. Ce qui te manque le plus, c'est le sommeil. Une nuit sans cauchemars et sans frustrations, quel bonheur ça serait.


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi


Dernière édition par Isaak Coalman le Mar 15 Mai - 0:13, édité 1 fois

avatar


Voir le profil de l'utilisateur

▹ MESSAGES : 88
▹ INVESTISSEMENT : 36

▹ AGE : 24 ans
▹ APPART : 803
▹ TAF : Employé dans un entrepôt et vendeur dans un sexshop
▹ AVATAR : Herman Tommeraas
▹ DC : Jacek Tonnesen, Casey Adersen



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Lun 14 Mai - 23:53
Mais dans quelle aventure s'est donc laissé embarqué Mads ? Lui qui normalement est la raison même, ceci au point d'en être d'un ennuie mortel... Il ne comprend pas, il ne comprend pas comment il a pu se laisser aller de la sorte, suivre cet homme qu'au final il ne connaît pas, cet homme qui fait tellement tâche dans le paysage qu'il a toujours vu et surtout suivre cet homme dans cette voiture qui coûterait quatre fois tout ce qu'il pourrait gagner en une vie. Pourtant il était là... accroché au siège certes mais il était là alors qu'il l'emmenait à toute vitesse dieux sait où ! C'était... tellement impensable... incroyable aussi clairement. Même si Mads et les sensations fortes... il n'avait tellement plus l'habitude et pourtant il en était friand quand il était jeune. Il avait tellement l'impression d'être... inapte à tout à présent, c'était pathétique !

Pourtant... pourtant il avait envie au fond, envie de tester de nouveau ses limites, de les repousser, de redevenir ce garçon un peu fou qu'il était à l'époque ! Mais il ne savait plus si il était capable d'encaisser. Heureusement Isaak était là, là et prêt à voir ce qu'il avait dans le ventre ! Cela faisait au moins un. Il était donc sortit de la voiture avant de venir ouvrir à Mads, l'invitant à sortir lui aussi et d'ailleurs ce dernier bien heureux de sentir de nouveau le contact du sol sous ses pieds. Il l'avait alors suivit, suivit tandis que l'autre continuait vers les docks, s'enfonçant de plus en plus dans un monde silencieux et très peu éclairé, interdit surtout. Du moins c'était ainsi que Mads le voyait. Et c'est finalement devant des containers que Mads s'était arrêté, regardant son camarade les escalader d'un air perplexe. Mais qu'est-ce qu'il avait en tête au juste ? Mads ne comprenait décidément pas... mais quand son camarade lui tendit la main il n'hésita pas longtemps, l'attrapant et grimpant car ce soir... ce soir il devait vivre à nouveau et se laisser aller « Je suis là c'est bon ! » avait-il lâché tandis qu'il grimpait, n'ayant pas le talent de son frère pour jouer les escaladeurs de l’extrême mais s'en sortant pas trop mal. Enfin... se ramassant quand même sur Isaak à la fin, faisant ainsi étalage de son agilité suprême ! Et cette proximité... n'était clairement pas sans effet.

Entendre rire Isaak cependant aida à détendre l'atmosphère, Mads riant alors à son tour avant de s'écarter et de prendre place à côté de lui. Quand son camarade lui tendit sa flasque le plus jeune la prit, n'hésitant pas un instant pour en prendre une bonne gorgée. Il donnait peut être l'impression d'être sage mais l'alcool ça le connaissait. Quand à sa question... « Ce qui me manque le plus ?... la danse sans doute... j'adorais danser. Avec des potes on s'était fait cette... petit troupe de danse... on se sentait vachement libre, ça nous défoulait sans faire trop de connerie et surtout... ça nous permettait de nous exprimer. Mais c'est terminé ça... je n'ai plus le temps et perdu le contact avec mes amis... mais qu'est-ce que j'aimais danser. » ça avait toujours été son plus grand regret... d'avoir dû arrêter. Enfin... peut être aurait-il pu continuer, qu'il n'était pas forcé de tout stopper mais... ça devenait trop douloureux, trop difficile de voir que l'envie était là mais que le temps manquait. Alors il avait préféré couper court... se disant qu'en ne faisant plus rien il souffrirait moins qu'en voyant sa passion lui échapper lentement mais sûrement.

avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   Mer 16 Mai - 20:49
La danse ? Sa réponse te surprend. Jambes dans le vide, les talons de tes chaussures tapotent nonchalamment contre la paroi métallique. Tu l'écoutes parler de ce qui semblait être une véritable passion et te sens soudain - contre tout attente - un peu envieux de ce gamin fatigué et vieux avant l'âge. Ton esprit s'égare dans la contemplation de son visage, de ses mimiques d'expression. Il devient tout de suite plus habité lorsqu'il parle de danser, ce qui te fait méditer sur tes propres passions ; celles qui ne font que te détruire un peu plus au fil des jours. Alcool, drogue, sexe, scandales ... Des refuges comme autant de tombaux qui ne provoquent en toi que le plaisir éphémère d'une jouissance n'ayant rien à voir avec l'estime de soi. A peine un peu d'auto-satisfaction quand tu fous les deux pieds dans le plat lors d'un dîner mondain où de toute autre connerie de ce genre. A vrai dire, discuter avec Mads te fait te rendre compte que tu as depuis longtemps décroché de la vie réelle et que ceci n'est pas dut qu'aux millions dont tu as hérité en sortant de taule. Tu t'es perdu bien avant ça, là bas, sous les barreaux. C'est d'ailleurs ce qui t'a amené jusqu'à ce gosse un peu paumé ...

Nouveau soupire blasé. Cette situation te donne l'impression d'être atteint du syndrome des dieux de l'antiquité ; ceux qui enviaient les mortels d'avoir une existence condamnées et limitée dans le temps. Toi, tu te sens déjà mort. Nero t'a tué. Pour faire passer la pilule, tu picoles à nouveau, indifférent au fait que la descente sera plus compliquée que la montée. Au loin, l'aube continue de pointer le bout de son nez mais l'on n’aperçoit pas encore le premier rayon de soleil. Il ne devrait plus tarder. Voir quelque chose de beau est l'un des rares plaisirs pures qu'il te reste.

Envahi par le spleen, tu finis par te ressaisir et tends ton portable, l'application spotify ouverte sur ton compte premium. Choisis une musique. Il te regarde, l'air interdit. Tu insistes en secouant l'iphone sous son nez. Allez, choisis une musique. J'ai envie de te voir danser. Tu as pris la mauvaise habitude qu'on t'obéisse quoique tu demandes. Non pas que tu le prennes pour l'un de tes employés ou des nombreux lèche-cul qui ne jurent que par toi (ou plutôt par ton compte en banque), mais tu ne comprends pas qu'il hésite. Qu'est ce que tu veux de plus ? Tu as une piste - tu désignes le toit de l'immense container sur lequel vous vous trouvez, assez grand pour permettre une liberté de mouvement appréciable - une enceinte - à nouveau, tu secoues le téléphone dont le volume, poussé au maximum et dans le silence de la nuit, devrait amplement suffire - et un public . Là, tu écartes les bras à la manière du Christ qui se présente aux apôtres. Comme pour le convaincre, tu lui tends également la flasque. Désinhibe-toi avec l'alcool s'il le faut, j'en profiterai pour abuser de toi quand tu seras saoul. Sourire tout en demi-mesure, qui ne dit pas si tu plaisantes où non et qui n'est là que pour le provoquer un peu, le réveiller de sa sieste qui semble durer depuis des années.


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (LM) 14 Rue Dominos, La Maison Rouge   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.