En ligne
avatar
« Knorr, Chadore »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 4173
▹ INVESTISSEMENT : 446

▹ AGE : 34 ans (21 décembre)
▹ APPART : Greenwich Village. Pas de voisins, pas d'invités. Personne n'entre dans son antre.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations (PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic).
▹ AVATAR : Tom Hiddleston


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: M - Ex Co-équipier - LIBRE   Lun 5 Fév - 18:28

Stew
Michael Fassbender / Chris Hemsworth / James Franco



(NOM) Stewart (Stew) (PRÉNOM) Au choix (ÂGE) Entre 35 et 40 ans (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) Au choix (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Flic (a travaillé à la brigade des stup', peut avoir changé de service entre temps). Il peut avoir un poste haut placé ou être resté agent de terrain, à vous de voir. Il fait du bon boulot en tout cas, est une excellente recrue et son intégrité est sans faille. (NATIONALITÉ) Au choix (ORIGINES) Au choix (STATUT CIVIL) Divorcé. Sa femme n'a pas supporté de découvrir la vérité. (ORIENTATION SEXUELLE) Bi ou Homo, assumé, même si ça n'a pas toujours été le cas. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) Au choix (peut y être arrivé après son divorce, par exemple) (GROUPE) Rêvent ou Vivent.

« T'avais pas conscience d'être à la recherche de toi-même ; jusqu'à ce qu'il te trouve  »

T'étais son co-équipier, son mentor. Un peu plus vieux, mais pas de beaucoup, juste assez pour l'accueillir au sein du service et lui apprendre le peu de ficelles du métier qu'il ne connaissait pas. Il n'y avait pas grand chose à lui montrer, ce petit con savait déjà tout. T'avais jamais vu ça ! On t'avait parlé de lui, bien sûr. Un élève surdoué, tout juste sorti de l'école. Il avait fait forte impression sur ta hiérarchie. Tous ceux qui l'avaient croisé semblaient l'adorer. T'as même été jaloux, à un moment, quand t'as vu la vitesse à laquelle l'élève à dépassé le maître. Il réussissait tout, brûlait toutes les étapes et sa vie semblait tellement plus excitante que la tienne. T'étais enfermé dans ta routine, dans ce mariage qui ne t'apportait qu'ennui et morosité ; cette vie sans joies et sans peines, insipide à pleurer, qui te tuait à petit feu. Lui, il arrivait à sa prise de poste décoiffé, le cou ravagé de suçons, des éclats de rire plein la bouche, plus insouciant que tu ne l'avais jamais été. Ça te rendait fou. A l'époque, t'aurais pas su dire si c'était les traces sur sa peau - preuves accablantes de sa dépravation - où ses sourires insolents qui t'agaçaient le plus. En fait, t'étais tiraillé entre deux jalousies difficiles à avouer ... Tout ce que tu consentais à admettre, quand tu te posais la question à toi-même, c'était que tu l'adorais autant que tu le maudissais parfois.

Malgré ça, il bossait bien, faisait mouche à tout les coups. T'étais content d'être son binôme, au fil du temps t'avais même fait le deuil de ton orgueil égratigné par sa tendance à te piquer la vedette. Tu t'en foutais, tant que vous continuiez à être ensemble. Ça aurait du t'alarmer, d'ailleurs, mais t'as préféré fermer les yeux sur cette tendance un peu trop récurrente à espérer impatiemment les instants en sa compagnie. Tu le voyais comme un prince et un démon à la foi ; borderline, certes, parfois trop prompt à jouer avec le feu, à prendre des risques insensés lors des perquisitions, mais diablement efficace, diablement ... sexy.

Ca t'es tombé dessus sans que tu ne le vois venir. Un matin, tu sais plus trop comment. Vous aviez rendez-vous pour une planque. T'avais laissé ta femme seule dans le lit, t'étais habillé comme tous les jours et avais pris la route, clope au bec, col relevé. Au moment de son arrivée, t'étais transis de froid dans cette caisse pourrie, au pied de cet immeuble de merde, en train de ronchonner sur ce job ingrat qu'il fallait décidément que tu aimes beaucoup pour accepter de telles conditions de travail. Isaak s'est engouffré par la portière passager, débraillé, la cravate de travers. Lui et son goût inexplicable pour les costumes hors de prix ... C'était d'un ridicule ! T'as levé les yeux au ciel, prêt à râler sur ses mauvaises habitudes, à répéter pour la énième fois qu'il fallait qu'il arrête de sortir toute la nuit quand une journée de planque requérant attention et concentration était prévue aux aurores. Il t'a complètement pris de cours lorsqu'il a commencé à se déshabiller. Tu l'as regardé faire, figé par la puissance de ce que la vision de son corps faisait naître en toi. Il t'avait toujours attiré, mais t'avais préféré croire que c'était de l'affection entre collègues devenus potes avec le temps. Ce lien qui relie les co-équipiers, ou une connerie du genre. Comme dans les films où les binômes donneraient leur vie pour leur acolyte. Jamais t'aurais pu croire qu'il te ferait avoir une demi-molle à cinq heure du matin, dans un quartier mal famé du Bronx.

En une fraction de seconde, tu t'es cru mourir. Ta vie a défilé sous tes yeux, comme si ta mémoire avait voulu revoir toutes les situations qui auraient pu laisser deviner ce dont tu étais en train de prendre conscience, les mains serrées si fort sur le volant que tes jointures en souffraient. T'as revu le visage de ta femme le jour de ton mariage, ainsi que celui des quelques filles avec lesquelles tu l'as trompée quand ça a commencé à sentir la routine entre vous. Tu t'es rappelé avoir aimé ça, même si l'expérience avait fini par te prouver que ce n'était pas la réponse à vos problèmes de couple, qu'il ne servait à rien d'aller voir ailleurs. Pris à la gorge, t'as cherché une explication à tout ça, mais rien de satisfaisant n'a surgit de ton passé. T'as juste revu la première de vos poignées de main et t'es souvenu d'un menu détail qui t'a foutu un coup au cœur. Il avait la peau douce ...

- Eh ? Tu m'entends ? T'as secoué la tête pour t'extraire de tes pensées, te raccrocher à la réalité. Non, bien-sûr que non, t'as pas de boxer de rechange à me prêter ! Franchement, Stew', faut que tu fasses quelque chose pour ça ! T'es en train de devenir vieux et chiant. Tu ne saisissais qu'un mot sur deux, tes capacités de concentration mises à mal par le tracé de ses abdos taillés net. Tu t'es entendu répondre un " Quoi ? " rêveur et troublé. Il a continué son pitch tout en enfilant les vêtements propres apportés avec lui dans un sac à dos. Quand il en a eu fini avec sa tenue, tu l'as regardé se recoiffer avec soin dans le miroir du pare-soleil. Tu l'as trouvé tellement beau que ça t'a fait mal. Et donc, j'ai jamais vu ça. Elle m'a sucer au moins dix kilomètres de queue cette salope. Sans parler de sa copine ... Je te jure, t'as raté une nuit d'enfer. La prochaine fois, je te prends avec. On va se faire une touz' de dingue ! T'as imaginé son corps dans celui de nanas sublimes, ces meufs incroyables qu'il arrivait toujours à se taper, ce qui foutait les boules à toute la brigade. Tu l'as vu comme dans un rêve éveillé, léchant des peaux bronzées, caressant des jambes interminables. Et t'as juste eu envie de vomir en constatant que ton désir n'était pas tant orienté vers ces filles que vers leur chance de pouvoir jouir sous ses doigts. Stew' ? Ca va ? Ta gueule ! T'as répondu, T'es en retard. Puis t'as refoulé tout ça pour te concentrer sur la planque.

Après ce jour, t'as voué ta vie à ton job, t'es occupé l'esprit de mille manières pour ne surtout pas penser à cette révélation contre tous principes. T'avais grandi dans une famille conservatrice, t'étais moqué des pédés à l'époque du lycée. T'avais même été capitaine de l'équipe de foot, avec tout ce que cela impliquait de larbins pour faire tes devoirs et de cheerleaders en guise de petites amies. T'en avais épousé une et si vous n'aviez  pas eu d'enfant, c'était juste parce que ce monde te semblait trop corrompu pour y faire naître une vie innocente. Tous les matins, tu t'es regardé dans le miroir en te disant que t'étais quelqu'un de droit, de normal, de juste. Que t'avais pas besoin de ça dans ta vie, pas besoin de devenir un cliché à toi tout seul. La crise de la quarantaine, le divorce, la révélation sur ta sexualité ... Des conneries tout ça !

Et pourtant ... Quand il est tombé, t'as cru recevoir un couteau dans le cœur. Involontairement, c'est toi qui l'a poussé dans le ravin. Tu ne savais pas, n'as jamais soupçonné qu'il puisse être un pourri. C'était une intervention mineure, qui ne nécessitait pas que tu fasses appel à lui. Tu y es allé seul, es tombé sur lui. Pris la main dans le sac. Ce sale gamin insolent, dérangeant, désirable ... T'étais persuadé que malgré toutes ses frasques, c'était un mec bien, un vrai soldat. Tu t'es senti souillé, trahis, abandonné. Et heureusement que tu ne le soupçonnais pas, car Dieu seul sait les erreurs que tu aurais pu commettre, sous le coup de l'émotion, pour lui éviter d'aller en taule ! La panique t'as saisi à la gorge, t'as repensé à cet annonce que tu avais passée sur le canal de service, en chemin. Les renforts sont arrivés, t'as rien pu faire pour le sauver. Ils l'ont embarqué sous tes yeux désœuvrés et t'as jamais parlé à personne de ce que tu t'étais senti prêt à bafouer, ce jour là, pour qu'il puisse prendre la fuite et t'expliquer, plus tard, les raisons de ses actes.

T'as vécu son absence comme une douleur physique. T'es venu le voir durant deux ans, en dépit des critiques de tes collègues et des mises en garde de ta conscience. Ça t'a coûté ton mariage : Laureen ne l'a jamais dit ouvertement, mais elle a fini par comprendre ce qui te poussait à retourner le voir derrière la vitre du parloir, pendu au fil du téléphone comme un cadavre en décomposition. Lors de vos face à face, t'as jamais su lui avouer pourquoi t'étais là. T'as trouvé des excuses, détourné la conversation ... Et puis il a disparu. Du jour au lendemain, il n'est plus venu répondre à tes visites. Sans explications d'aucune sorte, il a cessé d'être présent dans son uniforme de taulard, avec tous ces bleus sur son visage. T'as imaginé le pire. Et si quelqu'un lui avait fait du mal ? S'il s'était fait tué par tous ces casseurs de filc, de l'autre côté des barreaux ? L'angoisse ... Pour finir par apprendre qu'il était en bonne santé, qu'il ne voulait simplement plus te parler.

Aux heures les plus sombre de la nuit, seul dans l'océan de draps froids comme la glace, t'as plus d'une fois pleuré sur son silence comme sur ta dignité. Tu t'es méprisé d'être tombé amoureux d'un homme, encore plus de celui-là. Il t'a fallu des années pour accepter d'avoir changé à son contact, des années pour te reconstruire avec cette nouvelle identité.

Aujourd'hui, t'assumes ; t'as tourné la page. T'es sorti avec des hommes, es devenu une version de toi plus épanouie, plus en accord avec elle-même. Tu restes le même - droit, honnête, complaisant -, à la différence près que tu ne t'ennuies plus et arrives au poste avec les cheveux décoiffés, toi aussi. Mais t'as jamais vraiment oublié ses éclats de rire et la façon dont, ce jour là, il a bordé sa chemise dans son pantalon, contorsionné sur son siège, hermétique au changement que son arrivée avait provoqué dans ta vie. Malgré toutes les saloperies que tu as appris sur lui après l'enquête et le procès, malgré son abandon et sa disparition soudaine au parloir, il t'arrive encore de penser à lui. Tu n'es plus triste, tu n'es plus névrosé, t'as surmonté l'absence.

Mais qu'en sera-t-il de son retour ? Y as-tu seulement pensé ... ?

ISAAK COALMAN - Le chapitre 1
Un fantôme du passé, relégué depuis longtemps au rang de souvenir auquel tu préfères ne pas penser. Tu lui dois beaucoup et lui en veux beaucoup également. Inaccessible, il t'a fait souffrir de mille façons, sans même s'en rendre compte, comme un gamin qui joue avec les fourmis. Cela fait 5 ans que tu ne l'as plus vu, t'as presque oublié son visage. Il paraît qu'il est sorti et qu'il est riche maintenant. Son nom est passé aux infos plusieurs fois, mais t'as toujours zappé pour éviter d'en apprendre d'avantage. Tu préfères oublier et ne pas chercher à savoir. Tant mieux, car si tu creusais, tu découvrirais de quoi raviver le brasier de tes sentiments passés. Attend un peu de savoir ce qui lui est arrivé et pourquoi - pour qui - il a disparu du jour au lendemain. Attend de voir ce qu'il est devenu, si noir, si sale, gâché. De la colère, de la jalousie, du désir et de la peur, voilà tout ce qui te menace chaque fois que tu sors en ville et manques de le croiser, sans même en prendre conscience. Pourtant, il arrivera forcément un jour où vous vous tomberez dessus. Ce jour là, ton petit cœur risque de prendre cher. Sois prévenu.

NEOR STOLEN - L'élément perturbateur
Tu ne sais pas encore à quel point tu le connais. En fouillant dans les archives, tu découvriras tout ce qu'il faut savoir sur son passé. L'armée, la violence, tout ça ... Mais ce n'est pas ce qui retiendra le plus ton attention. Tout ce que tu verras, toi, c'est que c'est lui, le monstre. Celui que tu devras remercier, car il aura fait changer Isaak en un être devenu accessible, mais que tu apprendras à haïr également, car son pouvoir sur Coalman te rendra fou, te poussera aux pires extrémités pour tenter de rivaliser avec sa folie. The Dog : putain de clébard qui salit tout avec ses sales pattes. Quand tu sauras tout, que tu auras le fin mot de l'histoire, alors peut-être seras-tu amené à te battre avec lui pour un os que vous convoiterez tous les deux.

©️️ Nous sommes de ceux





« Every ...


Breath you take
move you make
bond you break
step you take
single day
word you say
game you play
night you stay



I'll be watching
YOU. »


Dernière édition par Isaak Coalman le Ven 22 Juin - 13:20, édité 27 fois
En ligne
avatar
« Knorr, Chadore »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 4173
▹ INVESTISSEMENT : 446

▹ AGE : 34 ans (21 décembre)
▹ APPART : Greenwich Village. Pas de voisins, pas d'invités. Personne n'entre dans son antre.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations (PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic).
▹ AVATAR : Tom Hiddleston


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: M - Ex Co-équipier - LIBRE   Lun 5 Fév - 18:29

Le mot en plus
Parce que j'ai quelques exigences

AVATAR

J'ai mis plusieurs propositions, d'autres sont les bienvenues ! En fonction du caractère du personnage (sur lequel vous avez beaucoup de marge), je pense qu'il y a de quoi varier les goûts et les couleurs alors on en discute sans problème ^^ Tant que la personne choisie respecte le delta de l'âge, it's OK.

PSEUDO

Il est libre de choix, lui aussi. J'aime bien l'idée que, de toute façon, tout le monde l'appelle par son nom de famille, souvent même par le diminutif de son nom (STEW). Mais si cela vous pose problème, allons-y pour d'autres idées, rien n'est fermé ;)

LIENS

- Le fait qu'ils aient été co-équipiers offre une large possibilité de liens en doublons (que Stew connaissent les mêmes personnes que Isaak, principalement parce qu'à l'époque ils étaient toujours fourrés ensemble). Vous pouvez donc harceler par MP chaque membre dont le perso ici bas à connu Isaak par le passé MR GREEN  (#patatechaude).

- Dans le présent, je suppose qu'un flic des stups n'aura aucun mal à se faire tout un tas de copains au Parking  Laughing

- Je pense que Néro ne vous aimera pas-du-tout What a Face  A voir avec lui, moi je me mêle pas de ce genre de bagarre ! (#lâche) A noter toutefois que vous êtes flic et lui ex-taulard ... Vous avez l'avantage  ROBERT  (ça lui fera pas de mal de redescendre d'un étage dans sa toute puissance à ce con  Surprised )

- Enfin, Isaak n'a jamais soupçonné le début du quart de ce que Stew a bien pu ressentir pour lui à l'époque (et à ce jour). Il ne sait pas qu'il est devenu bi / gay pour la simple et bonne raison que Stew ne lui en a jamais parlé, pas même aux parloirs. Coalman ne sait pas non plus pour son divorce. En fait, à sa sortie de prison, il a tellement mal vécu d'être devenu un être dépendant et brisé qu'il a fait une croix sur toutes ses relations passées et n'a pas cherché à revoir Stew. Il a juste essayé de survivre, tout seul, de son côté et s'est beaucoup moins bien reconstruit que Stew.

- ET DONC : Soyez le visage amical dans la vie d'Isaak, s'il vous plaiiiiit ! Il lui faut quelqu'un de bien et d'accroché à la cause perdue qu'il représente s'il veut pouvoir espérer s'en sortir (car pour le moment c'est le théâtre des déchéances dans sa life ho )

PRÉSENCE

Qu'on puisse s'écrire au moins deux fois par semaine, histoire de faire avancer les choses à rythme convenable. Stew étant la seule chose qui pourrait tirer Isaak vers le haut en ce moment, j'aimerais pouvoir en profiter pour élever le niveau Laughing

La longueur des postes m'importe peu. J'ai tendance à tartiner (#teamtartine) quand l'inspiration me donne des envolées lyriques, mais je promets de modérer mes diarrhées verbales si elle vous sont indigestes coeur  Le plus important c'est le fond, l'action, l'émotion ... (DRAMA  DRAMAQUEEN )

AUTRE

COTE JOB : Suite à l'interpellation d'Isaak, Stew peut aussi bien avoir été promu à sa place (chef de la brigade des stup') qu'avoir sombré dans son sillage.

Exemples :
* Accusé de ne pas avoir remarqué que son co-équipier était un ripou et foutu au placard, relégué au rang d'agent de terrain pour l'éternité.
* Félicité pour avoir fait tomber Isaak et remercié en ayant été nommé à sa place.
* A demandé à changer de service après le procès, décidé à tourner la page.

A vous de voir si vous le préférez triste et rancunier vis à vis de sa situation professionnelle ou plutôt satisfait de son sort.

COTE CARACTÈRE : La aussi, vous avez le choix de la nuance. J'imaginais qu'après toutes ces années, Stew aie pu se reconstruire et avoir survécu à son espèce de dépression post crise existentielle, mais vous pouvez tout à fait lui garder une part de drama, notamment vis à vis de son rapport à Isaak, puisque son rapport à la sexualité, lui, n'est désormais plus un problème. En effet, il faut qu'il s'assume plutôt bien (pour faire contraste, car Isaak n'assume pas très bien d'être devenu gay en taule et encore moins d'être un soumis).

J'imaginais ce perso avec quelques tâches sur le plumage, mais pas assez pour être qualifié de mauvaise personne. Oui, il a trompé sa femme quand il était marié, mais c'était parce qu'il ne comprenait pas encore qui il était vraiment. Oui, il a déjà foutu son poing dans la gueule d'un suspect lors d'un interrogatoire, mais il n'a jamais falsifié de preuve, corrompu qui que ce soit ni violé la loi en profitant de son statut. Il peut avoir des méthodes musclées, être un poil impulsif si vous le souhaitez, mais il doit rester quelqu'un de bien car c'est un bon flic, avec une assez bonne morale. Il peut avoir des jours sans, des jours plus blasés que d'autres car la vie lui a appris que le monde est loin d'être rose, mais il garde l'intime conviction que chacun est responsable de ses actes et que c'est l'effort de tous d'être quelqu'un de bien, pour que les choses changent et pour que les innocents arrêtent de se faire baiser à tout va. Plus ou moins chevaleresque, faites comme bon vous semble ! Je suis ouverte à tout type de caractère tant que le noyau reste et permet de faire de lui un parfait YIN RESTONS ZEN  pour le YANG que représente Isaak Twisted Evil

KWA-KIL-EN-SOI : Je reste à dispo par MP ou partie invités pour débattre. D'ailleurs, je suis incollable sur le conflit israélo-palestinien * sbaff *  FAIL


©️️️ Nous sommes de ceux




« Every ...


Breath you take
move you make
bond you break
step you take
single day
word you say
game you play
night you stay



I'll be watching
YOU. »
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.