avatar


Voir le profil de l'utilisateur
▹ MESSAGES : 270
▹ INVESTISSEMENT : 2

▹ AGE : 19 ans
▹ APPART : Tu habites là où l'on veut bien de toi, faute d'avoir de quoi payer un loyer complet...
▹ TAF : Tu aurais aimé poursuivre tes études mais hélas, tu as du faire un choix et ta santé a été prioritaire, tu fais donc des petits jobs par ci, par là et quand c'est vraiment la dèche, tu chantes au coin d'une rue.
▹ AVATAR : HPW
▹ DC : Al, Mishatte et Ace

MessageSujet: Minou minou minou (Art)   Sam 3 Fév - 23:17
Tu commençais à t’y habituer à force, au gris béton du Bronx, aux visages fermés dans le métro et à la gueule que tiraient les gens qui se croisaient et se décroisaient sans jamais vraiment se voir. C’était un peu triste quand même, cette concentration de vie humain, grouillante comme dans une ruche…sans qu’il ne se passe strictement rien. Sans qu’il n’y ait le plus infime soupçon de vie dans les regards. Toi, ça te mettait le moral dans les chaussettes mais finalement, tu ne valais pas beaucoup mieux que tous ces autres New-Yorkais enfermés dans leur bulle, écouteurs sur les oreilles et le nez plongé dans leur smartphone.
Quittant la rame de métro quand ce dernier parvint à ta station, tu te laissais emporter par la masse non sans te demander ce qui arriverait si tu cessais soudainement de marcher. Serais-tu porté par la foule comme dans un tsunami ? Noyé par le courant ? Asphyxié par tous ces autres ?
Ce n’était pas si souvent que tu te laissais ternir par ces sinistres pensées et d’un petit mouvement de tête, tu tentais de chasser ta mauvaise humeur en pensant à l’après-midi que tu allais passer à la bibliothèque. Peut-être te contenterais-tu de choisir un livre avant d’aller te poser dans un café ? Tu n’étais pas encore décidé mais quelque chose attira ton regard dans la ruelle que tu venais de passer. C’était quoi ça ?
Revenant sur tes pas, tu y regardais à nouveau. Bah ? Qu’est-ce qu’il fabriquait à quatre pattes, un bras tendu sous la benne à ordures ? Honnêtement, ce n’était pas tes oignons mais tu ne pouvais t’empêcher d’être curieux. Un jour où l’autre, tu tomberais mal…peut-être aujourd’hui ? « Tout va bien ici ? »
avatar
« Pétales brûlés »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11288-art-laisse-moi-respire
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 1178
▹ INVESTISSEMENT : 84

▹ AGE : vingt ans, la cervelle pétée, le cœur accroché au quartier. A l'autre révolé.
▹ APPART : Le 106, premier étage. Voisin un peu trop sage.
▹ TAF : Secrétaire au garage, poitrine masculine. Capitaine de son naufrage, vendeur de farine.
▹ AVATAR : Anton Lisin
▹ DC : Kendall Eden, la dévergondée.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Minou minou minou (Art)   Sam 10 Fév - 11:02
Certainement besoin d’ami, un qu’il pourrait s’accaparer sans lui demander son avis. Certainement besoin d’une présence à ses côtés, du mouvement sur le lit quand il s’étire le matin pour signaler son réveil, même si ce n’est que par intérêt, que pour demander à manger. Déposer ses envies de caresses quelque part, s’enlever des quelques envies d’affection qu’il a envie de donner. Pas à la bonne personne. Ça fait deux mois qu’il y réfléchit. Ça fait deux mois qu’il se dit oui pour pencher pour le non. Pourtant il est revenu souvent aux alentours de la bibliothèque, et lire n’était qu’une excuse pour essayer de le retrouver, à travers la fenêtre vers laquelle il avait pris l’habitude de s’installer. Ce n'est pas un beau jeune homme qu'il a repéré. C'est un chat. Un chat de gouttière certainement. Trop longtemps abandonné dans la rue. Peut-être que ses maîtres le cherchent, peut-être qu’il est déjà considéré comme mort. Peut-être qu’on l’a abandonné. Il est sale le chat, le museau marron, les pattes noircies des crasses du quartier. Il n’est pas très beau, il a un peu le poil abimé. Frêle, épuisé, les poubelles ne doivent pas bien nourrir en hiver. Et Art, les yeux vers l’extérieur sans se préoccuper du livre qu’il a pris au hasard, il hésite encore. Je le prends ? Pourquoi je le prendrais ? Peut-être qu’il ne veut pas. Peut-être qu’il m’aime pas. Comme un humain qu’il voudrait accoster avec comme phrase d’accroche « ça te dit qu’on devienne inséparable ? »

Pourtant, il a du pain dans sa poche, qui fait plein de miettes mais il s’en fiche. Il va crever ce chat s’il ne se nourrit pas, et Art, il s’auto-proclame super héros des animaux abandonnés dans la rue. Ça sonne bien non ? Il n’a qu’à lui donner la nourriture et il repartira chez lui sans le prendre s'il veut tant rester dans la rue ce chat. Au moins il aura fait sa bonne action du jour. Juste lui déposer un peu d’espoir à ses petites pattes et repartir sans rien dire, avec un sourire. Pour une pauvre bête qui peut-être s’en sort très bien. Enfin vu son état il en doute. Et puis c’est sans aucune réflexion supplémentaire, qu’Art se lève de sa chaise pour sortir de la bibliothèque, ramenant son écharpe contre son nez pour pas tomber une énième fois malade. Il commençait à en avoir marre de ces foutus rhumes, même la grippe était venu frapper à sa porte en janvier et s’était invitée chez lui comme bon lui semblait. Il était resté au lit quatre jours, et Deirdre s’était inquiété. « J’ai qu’une grippe, ça ira mieux demain » qu’il lui avait répondu. « Je suis malade… » qu’il avait chouiné auprès d’Al parce qu'étonnement il avait été intrigué de ne plus le voir au garage. Son attention, Art ne l’a désiré pas de la bonne manière, il le savait. Il s'en doutait. Mais tant pis. Il se disait que le lendemain il se reprendrait en main. Et le lendemain, il trouvait une excuse pour procrastiner une nouvelle fois. Après tout il n'y avait rien de mal ? C'était normal de vouloir l'attention de ses amis. Surtout lorsqu'on est assené par une maladie pour fragile. Les pieds sur le trottoir qui s’avancent vers une petite ruelle, le vent glacial de février lui gèle les joues qui deviennent vite rouges, la mâchoire qui claque quand le froid passe à travers les tissus. Le chat se cache sous une poubelle noire en entendant ses pas et Art a le visage bien attristé. Il fait si peur que ça ? Les humains ont au moins la politesse de faire semblant de rien. Même de mentir. Se mettant à genoux, il penche son buste en avant pour regarder sous les ordures, la petite bête qui l’observe bien bizarrement. Elle a l’air intriguée, et effrayée à la fois. Alors le gamin vient chercher dans sa poche de quoi attiser ses narines et pose le petit bout de pain devant eux. Peut-être un peu trop proche de lui mais si l’animal s’approche c’est plutôt bon signe non ? En tout cas, le chat préfère faire un bruit bizarre avec sa bouche dans un élan d’intimidation peut-être ? Et alors que le rasé s’apprête à lui parler comme un fou le ferait on le coupe dans son élan. Le gamin sursaute en se redressant vivement, tournant son visage rougie par l’hiver derrière lui où il y rencontre un garçon. Le visage qui se ferme rapidement pour encaisser de quelconques moqueries, il l'analyse deux minutes comme s'il était très discret. Qui est-ce ? Il n'a pas l'air méchant mais sait-on jamais, Art reste quand même froid. Il n'a pas son flingue mais les cours de Malony commencent à rentrer dans sa tête. Face à sa question, il fait le point sur la situation en quelques secondes et ses joues ne rougissent peut-être plus que le froid. Aucun commentaire, ok ? « Euh… Oui ? Je… Je donnais à manger à un chat » qu'il répond, il espère, avec assurance. Et quand il repose les yeux sur son bout de pain, il n’est plus là. « Je m’improvise nourrice d’animaux abandonnés » qu’il essaie de dire avec un humour bancal pour contrebalancer avec le ridicule de son élan héroïque, n'osant pourtant plus trop s'abaisser vers le sol, pas réellement rassuré de cette présence inconnue. Après tout dans ce genre de ruelle, il avait pris la mauvaise habitude de se faire casser la gueule.


embrasse-moi comme tes cigarettes
avatar


Voir le profil de l'utilisateur
▹ MESSAGES : 270
▹ INVESTISSEMENT : 2

▹ AGE : 19 ans
▹ APPART : Tu habites là où l'on veut bien de toi, faute d'avoir de quoi payer un loyer complet...
▹ TAF : Tu aurais aimé poursuivre tes études mais hélas, tu as du faire un choix et ta santé a été prioritaire, tu fais donc des petits jobs par ci, par là et quand c'est vraiment la dèche, tu chantes au coin d'une rue.
▹ AVATAR : HPW
▹ DC : Al, Mishatte et Ace

MessageSujet: Re: Minou minou minou (Art)   Jeu 22 Fév - 0:43
On en voyait tous les jours des drôles de choses dans le Bronx alors parfois, tu t’étonnais toi-même de te laisser surprendre encore comme pour ce mec couché à plat ventre, un bras sous une poubelle. Il n’avait pas peur lui, il n’avait jamais entendu parler de tétanos et des saloperies du genre ? Toi en tout cas, tu n’aurais pas osé te mettre pas terre dans la crasse, surtout auprès des poubelles dégueulasses où tous les SDF de la ville avaient pissé. Le truc c’est que tu étais trop curieux pour passer sans poser de questions, sans doute poussé par ton jeune âge et ta naïveté. En même temps, le type n’avait pas l’air bien épais alors tu te risquais à lui poser la question. Au pire, il ferait quoi ? Il t’enverrait chier et toi, tu ne chercherais pas la merde, tu dirais ok avant de continuer ton chemin en te disant que les New-Yorkais feraient mieux de détendre leur slip. Ou pas hein, peut-être qu’il serait cool.
Examinant avec plus d’attention la scène qui se déroulait sous ton nez, tu visualisais le morceau de pain devant lui et son air plein d’espoir. Il y avait quelque chose d’enfantin dans son visage, comme illuminé à l’idée d’attraper une bestiole, un têtard, un chiot, un chaton, tu ne savais pas trop, c’était tout le mystère de la situation et toi, t’aimais bien tout savoir. La réponse ne tarda d’ailleurs pas à tomber : c’était un chat qu’il tentait d’attirer. « Ecoute je veux pas ruiner tes espoirs mais je crois que ça mange de la viande les chats. Genre des croquettes. » fis-tu avec un petit sourire mais le chat semblait décidé à lui donner raison parce qu’aussi rapide que l’éclair, il attira le morceau d’un coup de patte avant de disparaître aussitôt sous la benne. « C’est un chat ? J’ai vu la batte mais il était rapide ! » dis-tu sans vraiment oser t’approcher de peur de ruiner ses efforts. Puis peut-être qu’il ne voulait pas d’aide, peut-être qu’il voulait juste apprivoiser seul à seul l’animal, ce serait pas déconnant. Bien souvent, c’était à force de patience que l’on arrivait à quelque chose. « Tu veux de l’aide ? Enfin je crois pas pouvoir faire plus mais… »
avatar
« Pétales brûlés »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11288-art-laisse-moi-respire
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 1178
▹ INVESTISSEMENT : 84

▹ AGE : vingt ans, la cervelle pétée, le cœur accroché au quartier. A l'autre révolé.
▹ APPART : Le 106, premier étage. Voisin un peu trop sage.
▹ TAF : Secrétaire au garage, poitrine masculine. Capitaine de son naufrage, vendeur de farine.
▹ AVATAR : Anton Lisin
▹ DC : Kendall Eden, la dévergondée.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Minou minou minou (Art)   Lun 5 Mar - 20:07
Salissant le tissu de son jean, s’abimant un peu plus les genoux sur le goudron, il ignorait la douleur sur ses os, plus concentré à vrai dire, à appâter cette bête bien maigre, un coup de vent et peut-être qu’elle pourrait s’envoler. Elle a l’air si fragile, abandonnée, quelque peu fébrile, les yeux clairs grands ouverts sous la poubelle. Les pattes semblent épuisées, peut-être même blessées ? Il pose un bout de pain, il pense qu’il fait ça bien, qu’il aura reconnaissance, un signal de sa présence. Le chat est trop loin, il ne voit que sa queue sale, en surveille les mouvements. Qu’est-ce que ça mange un chat ? Il ne sait même pas poser la question. C’est si exigent que ça ? Même à la rue ? Pourtant l’inconnu derrière lui qui le surprend, lui confirme ses doutes. De la viande. Tout le contraire de ce qu’il a ramené pour l'animal. Alors c’est un peu déçu qu’il tourne la tête, pense déjà abandonné, la moue aux lèvres alors qu’il a merdé.  « Oh ! » qu’il s’exclame, l’impression d’avoir vu un coup de vent, un truc blanc, « tu as vu ça ? » qu’il dit avec une excitation nouvelle, sa tête qu’il abaisse à nouveau pour voir si la bête est plus proche, à croire qu’elle joue à la statue. Et Art, comme un enfant, arrache un autre bout de pain pour remplacer l’ancien parti bien loin, son buste qu’il redresse, feint d’être partie, rentré chez lui alors qu’il a toujours les genoux écrasés au sol à la vue de la bestiole. Il ne bouge plus, alors que l’autre parle, « oui c’est un chat… » qu’il lui murmure en retour, comme évident, comme s’il fallait être silencieux, ses yeux bleus qu’il fixe sur la nourriture sans s’en détacher, près à voir une patte qui viendrait le voler, peut-être le chat en entier.

«  Chuuut ! » qu’il le coupe, un mouvement de main en l’air pour l’inciter à se taire. Il retient même sa respiration le gosse, les lèvres pincées d’espoir et d’hystérie contenue. Il va réapparaître. Il le sait. Il en est certain. Mais la minute passe et toujours rien, y’a un coup de vent qui le fait trembler, qu’emporte une feuille de papier. « Viens manger... » qu’il tente, en venant une nouvelle fois le chercher des yeux et enfin il voit sa tête, ses yeux émeraudes, les pupilles dilatées, prêt à sauter. « Wow ! » quand il manque de se faire griffer la joue ou le nez, son corps qu’il recule d’un bond en arrière avant de se lever. Le chat prend le pain, retourne dans sa cachette. « Il doit être bien affamé pour ne pas faire son difficile… » qu’il dit à l’intention du brun, chassé du sol par ce pauvre petit chat. « Je ne pense pas qu’il m’apprécie… », tant pis. Il coupe le pain en plusieurs morceaux à la force de ses doigts avant de les jeter près de la poubelle comme si c’était un simple oiseau. Mais même si ce n’est pas du beauf, ça lui remplira au moins un peu le ventre, « j’essaierai une prochaine fois ! », il hausse les épaules, le tirant par le coude loin de l’animal pour le laisser tranquille, regardant néanmoins jusqu’au dernier moment pour voir si la bête ne sort. En vain. Peut-être qu'il n'y aura pas de prochaine fois, que le chat mourra. Soupirant, il ressort de cet quête plutôt dépitée, passant sa main sur la poche arrière de son jean pour en sentir un papier.

Merde.

Où est-ce qu’il est ? Les mains à plat, il tâte toutes ses poches, celles que de sa veste aussi, les yeux par terre, un peu paniqué. Merde. Merde. Merde. Où est son papier ? Y’a un poème marqué. Le sien, ses mots, son écriture, son français, son de la Rose. Il n’a pas pu le perdre, on n’a pas pu le lui prendre. Il fait demi tour, regarde sur ses pas s’il n’y a pas une feuille plié en quatre quelque part, peut-être qu’elle est déjà loin, poussé par le vent. Ses traits se crispent, sa tête qu'il tourne dans tous les sens comme s'il venait d'égarer le nord. « Euh… Tu n'aurais pas vu un papier ? » il redresse la tête vers lui, les yeux affolés, son angoisse qu’il essaie de garder. Il vient de perdre son jardin secret.


embrasse-moi comme tes cigarettes
avatar


Voir le profil de l'utilisateur
▹ MESSAGES : 270
▹ INVESTISSEMENT : 2

▹ AGE : 19 ans
▹ APPART : Tu habites là où l'on veut bien de toi, faute d'avoir de quoi payer un loyer complet...
▹ TAF : Tu aurais aimé poursuivre tes études mais hélas, tu as du faire un choix et ta santé a été prioritaire, tu fais donc des petits jobs par ci, par là et quand c'est vraiment la dèche, tu chantes au coin d'une rue.
▹ AVATAR : HPW
▹ DC : Al, Mishatte et Ace

MessageSujet: Re: Minou minou minou (Art)   Mar 20 Mar - 21:09
Ce qu’il y avait de beau avec le Bronx, c’est ce que l’on voyait chaque jours ces petits détails qui finalement, rendaient le décor du quartier plus lumineux qu’il n’y paraissait. Il suffisait parfois d’un rien, un graffiti plus beau que les autres, un garçon du quartier qui laissait un enfant prendre place sur ses genoux derrière le volant, des amitiés interculturelles…Tant de petits éléments qui collés bout à bout, chassaient la grisaille et la monotonie. 
Ce garçon, face contre terre un bras tendu sous une benne faisait partie de ces petits détails et plus encore quand tu compris ce qu’il essayait de faire. Tu ne connaissais pas grand monde pour se soucier des chats errants et tu étais curieux de voir s’il allait y parvenir. Si l’animal ne connaissait rien aux humains, tu te doutais bien qu’il ne serait pas aisé de l’apprivoiser. L’animal semblait pourtant avoir très faim car d’un coup de patte, voilà qu’il avait chipé le bout de pain. « Oui ! Rapide pour un affamé ! » commentais-tu mais il t’intima vite de te taire, tout concentré dans sa chasse. Le mieux aurait été de le laisser tranquille sans doute mais tu étais trop curieux de voir l’animal pour partir tout de suite.
Le regardant faire en silence, tu attendis qu’il s’adresse à nouveau à toi pour reprendre la parole. « A mon avis, tu devrais lui ramener tous les jours un bol de croquettes et un peu d’eau, au bout d’un moment il saura que tu ne lui veux pas de mal. » suggérais-tu en essayant de te montrer rassurant et encourageant à la fois. Ce serait dommage qu’il se décourage si vite. « Je pense juste qu’il a peur » ajoutais-tu alors qu’il s’imaginait que l’animal ne l’appréciait pas. Ce n’était sans doute pas un problème d’affinité, juste…de comportement naturel ? C’était sans doute une question de survie pour ce chat, de se méfier des autres. Il ne savait pas lui, que le mec était gentil. Toi non plus d’ailleurs tu n’en savais rien. Tu allais lui poser la question quand le garçon commença à s’agiter, à la recherche d’un truc visiblement. Son portable ? Ses clés ? Tu n’en avais pas la moindre idée. « Heu non…c’est quoi ? Tu veux que je t’aide à chercher ? »
avatar
« Pétales brûlés »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11288-art-laisse-moi-respire
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 1178
▹ INVESTISSEMENT : 84

▹ AGE : vingt ans, la cervelle pétée, le cœur accroché au quartier. A l'autre révolé.
▹ APPART : Le 106, premier étage. Voisin un peu trop sage.
▹ TAF : Secrétaire au garage, poitrine masculine. Capitaine de son naufrage, vendeur de farine.
▹ AVATAR : Anton Lisin
▹ DC : Kendall Eden, la dévergondée.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Minou minou minou (Art)   Sam 28 Avr - 19:09
Ce chat n’était vraiment pas commode, griffe sortie, les canines dévoilées comme une intimidation qui voulait tout simplement dire « casse-toi ». Ça lui apprendra à vouloir faire les sauveurs. A la proposition de l’inconnu, Art reste mitigé. Ça ou il ne sait vraiment pas s’y faire avec les animaux. « Je n’ai pas de croquettes chez moi. Puis je ne sais pas si je le reverrais demain » qu’il dit déjà tout défaitiste en haussant les épaules, s’éloignant définitivement de la poubelle qui semblait être la cachette parfaite pour l’animal en détresse. Mais après tout il n’avait pas tord, le chat errant devait être à la rue depuis pas mal de temps s’il se fiait à son allure. Il a dû en voir des méchants défiler. « Mais tu as peut-être raison. Je verrais. De toute façon je passe souvent ici, la bibliothèque n’est pas loin et j’y vais la plupart du temps quand je ne… travaille pas » quand je ne deale pas. Après tout c’est illégal, et un séjour en commissariat par un trop plein de confessions à un bon citoyen n’est pas dans ses projets pour l'année. Surtout vu tous les dossiers non classés que ça ressortirait au passage.
Mais pour le coup, là tout de suite, ce qui le préoccupait le plus c’était ce bout de papier qui avait disparu de sa poche. Génial. Il se revoyait des mois en arrière lorsqu’Orri avait rattrapé son poème parti dans les airs pour se moquer. Fait chier. Qui sait peut-être que cet homme le lui avait volé pour une quelconque raison ? Juste parce qu’il est malveillant. Il n’avait pas la tête du tueur du coin mais les péripéties de la vie lui avaient appris une leçon : se méfier des apparences. Vraiment. Même si là ce n’était peut-être pas un humain qu’il fallait protéger mais bien un simple bout de papier. Mais le garçon ne semble pas du tout savoir de quoi Art parle et c’est un peu chiffonné qu’il regarde un peu partout autour de lui, derrière les poubelles, aux troncs des arbres, « c’est un papier » qu’il répète, « il y a quelque chose marqué dessus au crayon » qu’il précise. Un poème précisément mais ce n’est pas une invitation pour le lire. Revenant sur ses pas, il espère bien trouver le papier avant lui mais ça c’est avant que l’inconnu l’interpelle à nouveau. Art se tourne vers lui et détaillant le papier plié en quatre dans sa main et se précipite vers lui pour l’ouvrir, « oui c’est celui-là… Tu l’as lu ? » qu’il demande un peu paniqué, oubliant sur le coup de le remercier. Il espère que la réponse soit négative.


embrasse-moi comme tes cigarettes
avatar


Voir le profil de l'utilisateur
▹ MESSAGES : 270
▹ INVESTISSEMENT : 2

▹ AGE : 19 ans
▹ APPART : Tu habites là où l'on veut bien de toi, faute d'avoir de quoi payer un loyer complet...
▹ TAF : Tu aurais aimé poursuivre tes études mais hélas, tu as du faire un choix et ta santé a été prioritaire, tu fais donc des petits jobs par ci, par là et quand c'est vraiment la dèche, tu chantes au coin d'une rue.
▹ AVATAR : HPW
▹ DC : Al, Mishatte et Ace

MessageSujet: Re: Minou minou minou (Art)   Ven 11 Mai - 1:04
La survie vous forgeait un caractère. Tu l’avais suffisamment observé chez tes gamins que tu ramassais dans les rues, certains étaient devenus si sauvages qu’ils étaient prêts à refuser la moindre aide de peur que ça leur revienne dans la figure. Tu avais de la peine pour eux mais malgré leur rage, tu n’abandonnais pas, avançant pas à pas pour les apprivoiser. Malheureusement, certaine ne voulaient pas être aidés et pour eux, tu ne pouvais rien. Ce serait dommage que le garçon abandonne dès la première tentative, le chat avait sans doute besoin d’être mis en confiance avant de bien vouloir se laisser attraper. C’est du moins ce que tu lui conseillais. « Au pire, achètes une boîte de thon à la supérette, j’suis sûr qu’il ne résistera pas à l’odeur ! » insistais-tu, pas décidé à baisser les bras si vite. T’étais comme ça, un éternel optimiste. Tu souris d’ailleurs quand il finit par admettre qu’il restait une chance. « Peut-être qu’on s’y croisera à nouveau, nous aussi ! » souris-tu. Ce n’était pas pour jouer au lover mais lui aussi à sa manière était un petit chat à apprivoiser et à son instar, vous risquiez de vous revoir si le destin le voulait bien.
Le jeune homme sembla pourtant soudain inquiété par quelque chose et à son air paniqué, tu ne pus t’empêcher de te montrer soucieux, en vrai Saint Bernard que tu étais. Tu ne laissais jamais tomber personne, même si tu ne les connaissais pas. « Heu d’accord, genre plié ? » questionnais-tu histoire d’avoir une idée de quoi chercher. A vrai dire, tu ne songeais pas à demander ce qu’il contenait, commençant déjà à fouiller les recoins, revenant même sur tes pas à la recherche du mystérieux papier disparu. Puis quelque chose finit par attirer ton regard dans le caniveau. Ce dernier avait commencé à prendre l’eau mais c’est sans doute ce qui l’avait sauvé des égouts. Par reflexe, tu l’ouvris, non pas pour lire mais pour que l’eau n’altère pas l’écriture mais avant même que tu ne le voit arriver, il t’avait bondit dessus pour te l’arracher des mains. « oh la calmos, j’ai pas lu mais il est trempé, un peu plus et le papier resterait collé ! »
avatar
« Pétales brûlés »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11288-art-laisse-moi-respire
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 1178
▹ INVESTISSEMENT : 84

▹ AGE : vingt ans, la cervelle pétée, le cœur accroché au quartier. A l'autre révolé.
▹ APPART : Le 106, premier étage. Voisin un peu trop sage.
▹ TAF : Secrétaire au garage, poitrine masculine. Capitaine de son naufrage, vendeur de farine.
▹ AVATAR : Anton Lisin
▹ DC : Kendall Eden, la dévergondée.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Minou minou minou (Art)   Dim 27 Mai - 23:11
Ce garçon avait les allures de l’optimiste, Art qui déjà baisse les bras, jamais bien confiant quand il faut plaire, se vendre comme un garçon charmant, un garçon sympathique. Un mec qui donne a mangé sans poison, sans aucune raison. Il n’a jamais été habitué aux animaux le gamin, il n’en a jamais eu un dans les mains. Ça semble si fragile. Puis s’il s’y attache ? Et s’il meurt l’animal ? Il ne veut pas avoir mal. Il n’a juste pas réfléchi, il a fait le con, à venir avec sa cap de superman. Il n’avait que du pain. Et la chat il ne semble pas satisfait. Mais l’inconnu le rappelle doucement à l’ordre. Oui, il a peur sûrement. Peut-être qu’Art aussi finalement. D’un regard sur lui, il le surprend avec ses mots, comme un bientôt, comme s’ils allaient se revoir. Vraiment ? C’est rare qu’on recroise les passants, souvent ils disparaissent avec le vent. Le gamin lui lance un sourire, un peu timide, « euh, ouais ! Pourquoi pas », il hausse les épaules, ne sait pas vraiment quoi répondre. Mais il est ok. S’il le croise dans la rue, un autre jour, il lui dira bonjour. Promis.
Puis merde.
Il a perdu son papier.
La panique, il touche toutes ses poches, les yeux effrayés, non, non, non, non, non. Il regarde autour, revient sur ses pas, retourne près du gars, et la chorégraphie se répète. L’inconnu est calme, tellement calme, qu’Art en perd sa patience, « oui plié », qu’il répond presque avec irritation, comme si la réponse était logique, que sa question était stupide. Mais qu’est-ce qu’il en peut lui ? Ce n’est pas lui qui a fait s’envoler son bout de papier, mais l’idée qu’il lui ait volé lui traverse l’esprit. Et puis comme par hasard c’est lui qui le trouve en premier. En quelques enjambées, Art le rattrape et prend son papier des mains, feuille qui se découpe légèrement entre ses doigts par l’eau qui vient tout dévaster, effacer les quelques traits. Fait chier. L’eau a mangé un vers. Les épaules qui s’affaissent, il secoue son papier dans un espoir vain de le faire sécher, puis de ses yeux bleus, il le fixe. Il est bien gentil celui-là. Ça le perturbe. Qu’est-ce qu’il fout là ? S’il était normal, il lui aurait déjà cassé la gueule. Il se serait foutu de sa gueule. « Sérieux le gars se met dans cet état pour un bout de papier ! Mort-de-rire ! », mais non. Il a même fait attention à cette foutue feuille. Art fronce les sourcils, « d'où viens-tu ? » pas qu’il connaisse tout le Bronx, mais ce jeune homme n’a pas les allures de ces quartiers. Faut croire que ceux qui paraissent doux, sont ceux qui lui font le plus flipper.


embrasse-moi comme tes cigarettes
avatar


Voir le profil de l'utilisateur
▹ MESSAGES : 270
▹ INVESTISSEMENT : 2

▹ AGE : 19 ans
▹ APPART : Tu habites là où l'on veut bien de toi, faute d'avoir de quoi payer un loyer complet...
▹ TAF : Tu aurais aimé poursuivre tes études mais hélas, tu as du faire un choix et ta santé a été prioritaire, tu fais donc des petits jobs par ci, par là et quand c'est vraiment la dèche, tu chantes au coin d'une rue.
▹ AVATAR : HPW
▹ DC : Al, Mishatte et Ace

MessageSujet: Re: Minou minou minou (Art)   Sam 2 Juin - 12:26
Tu ne voulais qu’aider, c’était ta manière d’être, tu essayais toujours de rendre la vie des autres un peu plus facile mais malgré tes tentatives, le brun semblait de plus en plus mal à l’aise. A croire qu’il craignait que tu lui piques son chat, que tu voulais te l’approprier ou quelque chose dans ce genre-là. Ce n’était pas le cas, tu n’étais pas certain que Malony apprécie que tu ramènes toutes les bestioles errantes trouvées, déjà que tu avais ramené Casey…
L’adolescent semblait pourtant plus simple à gérer que ce garçon-là mais en même temps, il ne t’avait pas sonné…Pinçant un peu des lèvres face à cette constatation, tu haussais des épaules. Ok, tu n’allais pas insister davantage. Tu allais sans doute partir quand la panique le prit, fouillant fébrilement autour de lui, te mettant à contribution à la recherche de son papier. Le truc c’est que tu voulais bien aider mais si c’était pour te faire engueuler, ce n’était pas cool !
Tu étais habitué à l’agressivité des gamins mais là, tu n’avais rien fait de mal, si ? Tu ne savais même pas quoi chercher ! Une chance que ton regard soit attiré au sol mais avant même que tu ne termines ta phrase, il vint te l’arracher des mains. « Merci, de rien. » soufflais-tu en frottant tes doigts mouillés contre ton jean, un peu agacé de te faire regarder comme un coupable. C’est là que tu pouvais placer le célèbre « C’est parce que je suis renoi ? » sauf que non, tu passais outre, n’y songeant que vaguement, pour rire. Du moins, pour te faire rire toi. Une chose de certaine, tu n’étais pas venu l’aider pour te faire regarder de travers ensuite. « Caroline du Sud ? Bon écoute je vais te laisser, bon courage pour le chat » annonçais-tu en enfouissant tes mains dans les poches.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Minou minou minou (Art)   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.