avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Mar 23 Jan - 14:27

CARLOTA *CARLIE* GRINSPAN
if it costs you your peace, it’s too expensive



(NOM) GRINSPAN, d'une grande famille qui a su faire ses preuves à NYC et dans le quartier des affaires, grande famille car il s'agit de deux parents fortunés, deux garçons et deux filles, certains suivent les pas de leurs aînés, d'autres se sont enfuis vers d'autres chemins, elle fait partie de la seconde catégorie.  (PRÉNOM) CARLOTA, des origines brésiliennes qui ressortent non seulement sur sa peau, mais également dans son prénom, un prénom dont elle est fière, mais elle préfère se présenter autrement, par son surnom Carlie, c'est plus léger, plus américain, plus elle.(ÂGE) 25 ans, à se perdre dans les dédales de sa vie et de sa famille non tant soudée qu'il n'y parait. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 22 septembre 1992, la petite dernière de la famille, la plus gâtée, mais aussi la plus oubliée et la plus détestée par ses frères et sœurs, or, pour papa & maman on ne touche pas à leur fille chérie, elle ne ressent pas la même chose. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Caissière, dans le supermarché du coin, le temps que ça aille mieux, inutile de préciser qu'elle pioche dans la caisse parfois, comme si un salaire aussi maigre pouvait subvenir à ses besoins impulsifs, mais pas question de demander des sous à papa, plutôt....(NATIONALITÉ) Américaine, parfois elle aurait aimé autre chose, un pays moins compliqué, un pays où n'habitent pas autant de cons, comme ceux qu'elle est obligée de croiser chaque jour au supermarché ou devant sa porte. (ORIGINES) Brésiliennes, d'où le sang chaud et l'impulsivité qui fait de Carlota ce qu'elle est, chaque année, la famille y passait les étés, au bord de la plage dans leur petit chalet. (STATUT CIVIL) Fiancée, au fils d'un riche homme d'affaires de Brasilia, pour entretenir les affaires comme ont convenu ses parents, elle n'était pas consentante et ne l'est toujours pas, Paolo l'insupporte, mais au fond il lui ressemble plus qu'elle n'y croit. (ORIENTATION SEXUELLE) Bisexuelle, de nombreuses aventures qui l'ont fait grandir et apprécier un peu plus la vie chaque nuit, une d'elles l'a fait venir ici, seule. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) 1er janvier, 1 mois avant son mariage officiel, elle a couru pour échapper à son soit disant destin sans prévenir personne, peut-être que dans deux semaines elle sera portée disparue, alors elle ne pourra pas se cacher très longtemps. (GROUPE)De ceux qui survivent, dans son appartement miteux, c'est toujours mieux qu'entre les bras de ce brésilien qu'elle n'apprécie pas.

« Because fuck you, that's why  »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) « Il y avait cette fille, je l’ai rencontrée à une soirée, dans un bar quelconque de Manhattan, j’étais en train de me disputer avec le barman – pas que je sois folle ou désespérée pour avoir un verre gratuit non, mais parce que c’était mon cousin et il avait osé mal me parler. Enfin, nous étions en désaccord sur un sujet. Ce n’était pas le moment, ni l’endroit, je l’accorde, mais c’est arrivé. Je l’ai giflé. Je me suis retournée, énervée – est ce que je vous ai dit que j’avais des problèmes d’impulsivité ? Bon, maintenant vous le savez. C’est là que je l’ai vu. Du moins, c’est là où je lui ai rentré dedans. C’était une blonde, élancée, magnifique, on aurait dit un mannequin tellement elle était belle et mince, mais elle avait ce regard, triste, noir, comme si elle venait de perdre quelqu’un. J’ai appris plus tard qu’elle venait de perdre son frère dans un accident de voiture et qu’elle était venue ce soir-là pour se mettre une mine – ce qui lui aurait rappelé le bon vieux temps. Mais je ne pouvais pas laisser une âme en détresse seule, alors je l’ai accompagnée à une table, loin de mon cousin et je lui ai payé un verre. - Pas avec mon argent, je vous avoue. Dans ce temps-là, je comptais encore sur la réussite de mes parents.  C’était l’année dernière, depuis, de l’eau a coulé sous les ponts, je vous assure.

Nous avons passé une nuit ensemble, puis deux, puis toute une semaine. J’ai appris qu’elle avait un fils de quelques mois à peine et qu’elle s’était brouillée avec son frère – qu’elle considérait comme son jumeau – à cause de cet enfant non souhaité. Elle avait repris les choses en main, avant que l’accident n'arrive. Plus jeune, elle avait déjà passé quelques mois en hôpital psychiatrique pour comportement dépressif. Et non, je n’avais pas peur. On se ressemblait, chacune avec nos problèmes. Elle, la dépression et l’alcoolisme ; Moi, l’impulsivité et les cigarettes. Je me suis identifiée à cette âme perdue dont je connaissais maintenant le prénom et la vie. Romane. Du moins, elle m’avait donné au départ son surnom, car oui c’était un de nos autres points communs : nous utilisions des surnoms. Carlota…Carlie, Romane… certains auront deviné.

Au bout d’un mois, oui notre relation avait tenue jusque-là et c’était un exploit, je lui ai expliqué ma situation. Et elle m’a dit que si je voulais m’échapper quelques mois dans un endroit, mais toujours situé en ville, elle connaissait ce qu’il me fallait. Mais elle m’a prévenu, on ne s’arrange pas là-bas, on devient pire. C’est là qu’elle m’a parlé du Parking, des gens qu’elle connaissait, de son meilleur ami alcoolique, du mec qui l’avait fait tombé enceinte pendant une soirée, de son frère, de sa cousine dont elle n’avait d’ailleurs plus de nouvelle depuis longtemps, son ex-copine, ses voisins…Tous ces gens qu’elle n’oublierait jamais, mais qui faisaient dorénavant parti du passé.

Je pensais vraiment qu’elle exagérait. Je l’ai remercié. Et j’ai emménagé ici.

J’ai toujours quelques contacts avec elle, mais j’ai préféré arrêté notre relation, j’allais la faire retourner en Enfer avec toutes mes conneries. Elle était trop parfaite pour endurer ça une nouvelle fois. J’ai fait ça par amour, vous comprenez ? »


(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) « Si j’étais encore cette gamine de quatorze ans, je vous aurais répondu : J’en pense que dalle de votre immeuble de merde et de ces cons de voisins. Mais cette fille-là n’existe plus. Je suis devenue bien plus sympathique et moins têtue, quoique, ça dépend avec qui je discute. Comme tout le monde, il y en a ça passe, il y en a d’autres ça passe pas. Point barre. Pardon, j’étais en train dire que je m’étais calmée avec le temps.

Bref, l’immeuble est exactement comme on me l’avait décrit. J’avais vraiment pensé qu’elle avait exagérée, mais non, elle avait même était plutôt gentille avec lui. Ça changeait vraiment de Greenwich Village et de notre belle maison de quartier de riches. Je suis sûre que Tomas et Joaquim (mes frères) seraient ravis de se foutre de moi, vu ma nouvelle magnifique demeure…un petit studio. Mais vous n’inquiétez pas, il sera bien décoré. Façon hippie, zen, yoga et tout ce bazar. Je ne suis pas de NYC pour rien, comment pensiez-vous que j’occupais mon temps, après les cours ? J’allais sortir avec des amies, je faisais du yoga, du handball, un peu de gymnastique, de la natation et j’allais au cinéma avec mes rendez-vous. Comme toutes les gosses de riches et j’ai gardé quelques vieilles habitudes.

Je m’égare. Donc, l’immeuble est parfait pour me cacher de mon merveilleux (c’est ironique, chéri) fiancé et de ma splendide grande famille. Personne ne sait que je suis là. Ma mère serait capable d’appeler les flics et de lancer un avis de recherche pour sa petite fille disparue. Je l’appellerais bien dans une ou deux semaines, mais sans lui dire où je me trouve. Par contre, Rebecca peut aller se faire voir. Cette sa**** peut attendre de mes nouvelles – c’est ma sœur, pour info.

Les voisins… certains m’attirent par leur fragilité et d’autres par leur dangerosité. Je décrypte facilement les gens et les comportements, alors je remarque très vite de quel côté se situe la personne. Avant de me lancer dans des études d’immobilier obligées par mon père, j’aurais aimé faire des études de psychologie. Aider les patients. M’aider moi. Et qu’est-ce que j’ai eu à la place ? Le droit de vendre et louer des appartements de merde. C’est un secteur porteur, mon c**.  Merci papa !

J’ai déjà un endroit préféré : le toit, pour observer les étoiles et cracher sur les passants dans la rue.
On ne me changera pas. »


(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) « Vous voyez cette fille dans le couloir habillée d’habits trop longs et des cheveux décoiffés, l’impression qu’elle ne s’est jamais douchée depuis un an, cherchant à se faire des sous par n’importe quel moyen. Et ben, ce n’est définitivement pas moi.

Je suis plutôt du genre à aimer le confort, les choses précieuses, enfin… si on oublie la bague de fiançailles de Paolo que j’ai jeté dans les toilettes avant de me barrer de notre cocon de couple non-formé naturellement et surtout pas par amour. Elle était ornée de diamants, en définitif : elle était très chère. Mais je préférais être en paix avec moi-même plutôt que de mentir avec ce bijou qui ne me représentait pas. Je suis une femme libre, pas un objet qu’on utilise pour faire des marchés entre différents pays. Je ne suis pas la seule de la famille a avoir été fiancée de force, ma sœur l’est, elle a même continué jusqu’au mariage, puis jusqu’aux gosses. Résultat, elle a deux gosses monstrueux et elle n’est pas heureuse, mais ça s’est entièrement sa faute. Je ne suis pas du genre à me laisser faire, personnellement. Pas comme elle.

Imaginez-vous une femme brune aux airs tropicaux et à la peau bronzée, en train de fumer sa clope adossée à sa fenêtre, à moitié nue, avec du Bob Marley en fond, style One Love et murmurant les paroles en souriant comme une idiote. Ça,  ça me représente mieux. Je vis au jour le jour. Je n’ai pas d’engagement (du moins, je m’enfuis à la première obligation qui arrive dans ma vie). Je suis seule et heureuse. Parfois, accompagnée, jamais par la même personne, jamais longtemps. J’ai de l’amour pour tout le monde, sauf pour ceux qui le force.
Alors parfois, il m’arrive de m’emporter contre les personnes qui m’emmerdent ou qui n’ont pas le même avis que moi. Je le sais, j’y travaille, je veux m’améliorer. Mais je crois que le changement n’arrivera pas de suite. J’ai encore le temps, je n’ai que vingt-cinq ans.

Vous me prendrez sûrement pour une pute qui fait entrer n’importe qui chez elle, pour une folle qui garde un pistolet dans son sac et sous son oreiller pour sa protection, pour une cinglée qui frappe n’importe qui pour n’importe quoi ; pour une effrontée, une malpropre, une chieuse, une voleuse…

Je ne suis rien de cela et tout à la fois.  »


PSEUDO/PRENOM : SANDBORN. ÂGE : 20 PAYS : France (bientôt Italie pour quelques mois) FRÉQUENCE DE CONNEXION : 1/2 fois par semaine COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : Par une amie  :hihi:  REMISE EN JEU Non. (TYPE DE PERSO) inventé (CRÉDITS) écrire ici COMMENTAIRE OU SUGGESTION :  BRILLE  AVATAR : Sara Sampaio

©️️ Nous sommes de ceux



Dernière édition par Carlie Grinspan le Mer 24 Jan - 20:10, édité 15 fois
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Mar 23 Jan - 14:27

HE:LL
made by satan


I really hope you find the happiness you’ve be pretending to have.


« - Carlota, ma chérie, je voudrais te présenter quelqu’un ! »
Le son de sa voix n’était pas rassurant, Carlie détestait que sa mère l’appelle de cette façon et cela depuis des années malgré l’avoir prévenue maintes fois qu’elle souhaitait se faire appeler par son surnom. Mais les origines brésiliennes en elle devaient préférer l’accent de son pays. D’ailleurs, on entendait toujours depuis cinquante ans ces notes du sud dans sa voix. Elle était aux Etats-Unis seulement grâce à son mari, sinon la pauvre serait restée dans ce gang de Sao Paulo à mourir à petit feu. Il l’avait sauvé lors de ses quinze ans des griffes des méchants loups.

Les talons aiguilles raisonnaient dans la pièce maitresse de la maison, le salon, tandis que Carlie était affalée sur le canapé à feuilleter un magazine people pour rire des énormités qui étaient écrites dans ces torchons. « Un peu de finesse, ma filha ! » Elle n’en oublierait jamais le beau lexique portugais, toujours à mélanger les mots entre les deux langues : sa maternelle et celle qu’on lui a imposé.

« - Maman que me vaut l’honneur de ta présence ? » Insolence des jeunes années, la dernière fille de la famille n’avait que vingt-ans.

« - Je te présente ton petit-ami : Paolo. Le fils d’un grand et riche homme d’affaires de Brasilia. Il est à New York pour raison familiale. Qui plus est, pour toi. » Voilà comment la mère avait annoncé à sa fille qu’elle lui forçait de sortir avec un brésilien pour leur propre pouvoir et égoïsme. Carlie se leva d’un bond, riant à pleines dents devant ce jeune homme qui n’avait pas l’air d’être très intéressant. Au fond, elle ne faisait qu’accuser le coup de cette annonce. Cet événement avait déjà eu lieu dix ans auparavant, avec sa sœur Rebecca et un certain Adonaldo, avec qui elle était mariée dorénavant. Et maintenant, c’était à son tour.

« - Hors de question. Je ne me laisserais pas dicter ma vie comme vous l’avez fait avec Becky ! Je ne suis pas comme elle, je n’accepterais pas ça ! Il parle au moins un mot d’anglais ou je vais devoir apprendre le brésilien ?... » Tomas passa en coup de vent dans la pièce, sentant un piège se refermer sur sa petite sœur. Il n’allait pas la sauver, loin de là. Il préférait éviter tout problème avec ses parents, sinon, lui aussi il y passerait. Les garçons avaient évité ce désagrément de mariage forcé pour une quelconque alliance en Amérique du Sud. Il était chanceux et le savait pertinement. « Tomy fait quelque chose ! » Cria-t-elle au désespoir, ayant pour réponse un simple soupir. « Cabrão ! » ajouta-t-elle avant de remettre son attention sur les deux énergumènes qui étaient devant elle : sa mère et ce… comment déjà ?

« - Paolo ici présent souhaiterait te dire deux mots. » Paolo. Ok. Bien. La dame de la maison connaissait très bien les problèmes de sa fille et ce qu’elle venait de dire enclencha le bouton rouge. Carlie attrapa le magazine qu’elle était en train de lire avant de se faire déranger et le jeta à la figure du jeune homme – plutôt sexy, il fallait l’avouer. « - Qu’il essaye ! » Fut ses dernières paroles avant de s’enfuir et s’enfermer dans sa chambre de princesse.

Deux ans plus tard, les deux avaient emménagés ensemble, en face de la maison de famille des Grinspan, comme par hasard. Et deux ans de plus pour annoncer les fiançailles. Bien sûr, notre chère Carlota n’avait été guère au courant de cette annonce, puisqu’elle passait le plus clair de son temps : à l’université, dans les bras d’autres hommes ou même femmes, en centre-ville avec ses amis ou dans des coins plus reclus de New York, comme le Bronx, où elle trouva un petit travail qui allait bien embêter son père.




©️️ Nous sommes de ceux


Dernière édition par Carlie Grinspan le Mer 24 Jan - 20:44, édité 6 fois
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Mar 23 Jan - 14:52
Ouuuh la belle sara ! On la voit si peu en ce moment POTTE
Bienvenue t'es belle, et jviendrais te voir pour un lien avec ma leo vu qu'elle a travailler au supermarché du coin aussi NIARK
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Mar 23 Jan - 15:21
Bienvenue :l: T'es super jolie JAIME

Courage pour ta fiche ! chou
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11228-jessica_-now-your-mess
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 739
▹ INVESTISSEMENT : 27

▹ AGE : 20 ans. (22 jan)
▹ APPART : #801 - 8e étage
▹ TAF : étudiante en langues étrangères.
▹ AVATAR : Nadine Leopold
▹ DC : //

MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Mar 23 Jan - 15:48
bienvenue sur le forum :)


skies on fire
you look so good, my heart rate higher cause architects and artists build towers to admire, but you control the floodgates and i’m on fire.

Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Mar 23 Jan - 16:12
La beauté :l:
J'aime beaucoup la présentation de la fiche et ce début :l:
Bienvenue ici CUTE
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Mar 23 Jan - 17:25
@Marshall Butler J'ai pensé qu'elle méritait un peu qu'on la joue oui CUTE
Je t'attends dans mes mps avec plaisir !!
Merci beaucoup DE CEUX

@Cam Prescott Merci DE CEUX

@Jessica Copeland Merci ! CUTE

@Bax Ó Súilleabháin Venant d'un personnage avec Ben Barnes je ne peux que grandement apprécier HAN HAN HAN HAN (oui, je l'aime un peu beaucoup, du coup il nous faudra un lien si tu veux bien CUTE )
Et merci beaucoup ! DE CEUX

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 327
▹ INVESTISSEMENT : 10

▹ AGE : cinquante-deux piges le salopard et c'est vrai qu'il est bien conservé même si ça le fait râler d'entendre ça.
▹ APPART : #onverra
▹ TAF : figure emblématique du clan Ó Súilleabháin. boss intransigeant, boucher comme ils disent, vendeur de viande fraîche.
▹ AVATAR : Frank Grillo.
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Mar 23 Jan - 17:52
je suis mon cousin pour une fois, quelle beauté ce début de fiche, vivement la suite CUTE
bienvenue :l:





a woman is more dangerous than a loaded pistol.


she makes
me a killer


avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Mar 23 Jan - 20:18
@Ambrose Ó Súilleabháin oh ça me fait plaisir CUTE et quelle famille vous dis donc! :hihi:
Merci DE CEUX
avatar
« Knorr, Chadore »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 4265
▹ INVESTISSEMENT : 451

▹ AGE : 34 ans (21 décembre)
▹ APPART : Greenwich Village. Pas de voisins, pas d'invités. Personne n'entre dans son antre.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations (PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic).
▹ AVATAR : Tom Hiddleston


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Mar 23 Jan - 20:33
Bienvenue à toi ! :)




« Every ...


Breath you take
move you make
bond you break
step you take
single day
word you say
game you play
night you stay



I'll be watching
YOU. »
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t12957-nimue-odalyn-comme-une
▹ MESSAGES : 1406
▹ INVESTISSEMENT : 43

▹ AGE : 23 ans et autant de plaies mal cicatrisées
▹ APPART : 1009 - F1 (10e)
▹ TAF : Prostitution, gardienne d'enfants
▹ AVATAR : Ashley Moore
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Mar 23 Jan - 20:56
Bienvenue! Puisses-tu trouver la liberté, ici, à défaut de richesse Smile


I don't believe in the existence of angels But looking at you I wonder if that's true. If I did I would summon them together and ask them to watch over you, to each burn a candle for you, to make bright and clear your path, and to walk, like Christ, in grace and love and guide you into my arms  
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Mar 23 Jan - 20:57
@Isaak Coalman Merci CUTE

@Nimue Odalyn Je l'espère Emo Merci DE CEUX
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Jeu 25 Jan - 10:01
bienvenue chou j'aime beaucoup le personnage, hâte de voir ce que tu nous réserves :l:
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9243-alessia-o-si-chacun-doi
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 402
▹ INVESTISSEMENT : 9

▹ AGE : Vingt-sept années que je foule la Terre et je ne l'ai toujours pas faite exploser.
▹ APPART : #1006/ dixième étage
▹ TAF : Pickpocket. Je vous fais les poches pour vivre. Parfois, je passe aussi dans votre appartement, si je flaire un bon coup. Je suis polyvalente, comme fille.
▹ AVATAR : Alexandra Park


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Jeu 25 Jan - 11:22
Cette beauté OMG Bienvenue au Parking !


❝ living like we're renegades❞
long live the pioneers, rebels and mutineers. go forth and have no fear; come close the end is near. it's our time to make a move, it's our time to make amends, it's our time to break the rules.
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    Jeu 25 Jan - 13:42
@Héra Doyle Merci beaucoup, on dirait que la tienne est pas mal non plus CUTE :l:

@Alessia Romanelli Et toi alors OMG merci :l:
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Carlie { welcome to the club, where sad kids look good }    
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.