avatar
Invité
Invité



MessageSujet: jaz, never again go unafraid.    Sam 20 Jan - 20:59

JAZ FINCH
it's a bad day, not a bad life.



(NOM) finch, l'patronyme d'un géniteur qu't'as connu qu'brièvement entre ses allées et venues et ses déplacements à la con. (PRÉNOM) jasper, mais jaz, ça suffit aisément. (ÂGE) vingt-six années qu'tu parcours l'bitume, qu'tu découvres l'monde qui t'entoure. vingt-six années qu'tu t'en dégoûtes. du monde, d'la société. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) prince déchu, mon p'tit jaz, t'es né un vingt-quatre mars quatre-vingt onze, la grosse pomme. new york la belle, t'y a poussé ton premier hurlement. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) glandeur professionnel mon garçon, tu grattes les cordes d'ta guitare électrique un peu trop tard l'soir, tu pousses d'la voix, tu fais gueuler les voisins. plus sérieus'ment, t'es tatoueur, tu laisses une empreinte sur chaque corps qu'tu touches. (NATIONALITÉ) américain, jaz, ça n'fait pas de doute. (ORIGINES) rien d'particulier, rien qu'du sang pur dans tes veines, mon p'tit. t'es pas d'la contrefaçon. (STATUT CIVIL) volage, l'coeur qui s'arrête parfois un peu face aux sourires, à ceux qui pensent réussir à t'aider, ceux qui perdent du temps. qu'tu détruis, qu'tu fais fuir. parc'que t'es dangereux. (ORIENTATION SEXUELLE) jaz, tu tapes à tous les râteliers. des courbes féminines d'ces dames aux voix rauques d'ces messieurs. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) t'as levé ton majeur à papa et t'as pointé ta petite gueule y'a quelques mois d'ça, en septembre pour être exact, après ta sortie d'chez les types vêtus d'blouses blanches. (GROUPE) jaz, on va pas s'mentir, tu sais plus où tu vas. tu sais pas, tu sais plus. t'as plus d'espoir, c'est l'néant. tu survis.

« parce que les actes valent plus que les mots. parc'que les mots remplacent les actes.  »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) jaz, tu t'es tiré quand t'as eu la force d'te dire qu'il fallait qu'tu bouges, qu'tu te casses. qu'tu laisses derrière toi les tracas de la maison familiale, qu't'oublies, qu't'arrêtes de ressasser l'fait que partir d'chez papa revenait au principe d'abandonner maman, à l'endroit même où elle a vécu tellement d'temps. mais jaz, en septembre qu'tu t'es décidé, qu't'as sauté l'pas quand t'as trouvé un boulot chez un tatoueur du bronx, qu't'as fini par emménager au parking sans t'poser d'réelles questions. c'qui importait pour toi, c'était d'poser ton cul ailleurs qu'chez papa, échapper à ses "fais attention, jaz", à ces moments où il t'comprenait pas, où il cherchait pas à l'faire. où il t'a laissé pour compte, abandonné comme un moins que rien.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) t'y prêtes pas vraiment attention, jaz, t'en as rien à foutre des autres, t'essaies en tout cas. cet immeuble t'déplait pas, certes t'as connu plus luxueux, t'as connu l'upper east side et les grattes-ciels de grand bourge, les baies vitrées avec vu sur l'tout manhattan. mais tu t'en branles, elle t'déplait pas cette nouvelle vie, tes voisins, qu'importe c'qu'ils pensent, qu'importe leurs tronches, tu les croises pas souvent, tu les évites. y'a qu'lui qu't'as pas su éviter, lui qui s'empare d'toi sans t'demander ton avis, lui qui s'ancre petit à petit dans ton palpitant à toi, l'grand effrayé d'l'amour, d'toute forme d'attachement.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) t'es l'type pas sociable du coin, celui dont l'regard sombre fait flipper les enfants et leurs parents. on dit qu't'es pas fréquentable, on lance des rumeurs sur toi qu'tu fais péter. parc'que jaz, tu trouves toujours un moyen d'faire taire les conneries. t'aimes pas qu'on s'foute d'ta gueule, t'aimes pas qu'on mente. parc'que t'as un trouble certes, mais t'es pas fou. t'es pas taré. jaz, t'es l'fêlé du coin. mais quand bien même, t'en a rien à foutre. les regards menaçants auxquels tu réponds en levant ton majeur, ou en ouvrant simplement ta bouche. parc'que rien qu'le son de ta voix réussit à faire fuir certains d'entre eux comme détalent des lapins. pourtant, certains habitants du quartier diront qu't'es pas si méchant qu'ça, qu't'es pas méchant. un gosse perdu qu't'es. un gosse autrefois tellement gentil qui montre encore sa nature parfois, qui brise sa carapace, qui met ses démons d'côté. quoiqu'il en soit, réputation mitigée t'concernant, mon garçon.

PSEUDO/PRENOM : wake up. ÂGE : dix-neuf années. PAYS : drapeau bleu blanc rouge, l'coq qui chante aux quatre matins, les pains au chocolat. la france, mes amis. FRÉQUENCE DE CONNEXION : quotidienne. COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : bazzart. REMISE EN JEU nooon, jaz c'mon bae. (TYPE DE PERSO) inventé.(CRÉDITS) tumblr pour les gifs. COMMENTAIRE OU SUGGESTION : c'forum c'est de la bombe, changez rien. AVATAR : andy bg biersack.

©️️ Nous sommes de ceux



Dernière édition par Jaz Finch le Dim 21 Jan - 17:17, édité 10 fois

avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    Sam 20 Jan - 20:59

Raconte moi une histoire...
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

18 avril 2011
cher journal,
première fois que j't'écris, première fois rime avec présente-toi, ça a pas de sens d'commencer un bouquin futile si on sait même pas qui en est l'auteur, pas vrai ?

l'parfait cliché du gosse qui pointe sa tronche dans une famille aimante, j'suis. l'parfait cliché du gosse qui a tout pour être heureux. l'cliché qui est parti en couille, j'sais pas où il est parti le gosse, mais il est loin.
sigmund freud disait si tu veux pouvoir supporter la vie, sois prêt à accepter la mort. mais tout ça, c'est que d'la pure connerie, d'la pure fantaisie qu'on raconte aux enfants devant la dépouille du cochon d'inde qu'ils ont oublié d'nourrir. parc'que j'ai accepté la mort, parce que c'était pas un choix. et pourtant, des années après, je supporte pas, toujours pas, la vie. on mettra ça sur l'compte d'une étiquette d'malade mental qu'ils m'ont collé sur la tronche, y'a bien des années d'ça. dangereux, qu'ils disent. dangereux, sans limite. dans l'danger, y'a l'adrénaline, t'sais, l'genre de truc qui t'fait une piqûre d'rappel histoire d'te dire "hé, t'es vivant quand même", parc'que si rester cloîtré chez soi à trembler à l'idée du danger, ça donne pas d'valeur à la vie, pas d'sens. elle a pas d'sens, si on risque pas d'la perdre. elle a pas de sens, dans le fond, l'existence. on naît, on vit dans un monde de merde, on meurt, point final. si on a de la chance, on a le droit à un peu de bonheur par dessus, mais c'est vraiment si on est chanceux. sinon, c'est marche ou crève. j'avoue avoir envisagé la seconde option à plusieurs reprises.

une existence résumée au mot destruction. vingt-six années qu'tu mènes cette vie. vingt-six années de douleur, de souffrance, de peine. mais tu t'rappeles, jaz ? tu t'rappeles qu't'étais heureux, fut-un temps ? qu'maman et papa, ils étaient géniaux. ils étaient les meilleurs parents du monde, et maman, elle travaillait dur pour réaliser son rêve. elle travaillait dur, maman c'était une créatrice de mode, elle voyageait beaucoup. papa a toujours dit d'ailleurs qu't'as hérité ton don pour le dessin d'elle. maman, elle aimait voyager, découvrir d'autres horizons et pourtant, c'est ce qui lui a coûté la vie, c'est comme ça qu'elle a disparu. ces horribles machines qui en un instant réduisent des vies à néant, juste un boom et après, c'est fini. maman, elle est partie quand t'avais douze ans, le début de la fin. dépression, renfermement. à douze ans, on nous dira que c'est triste, et toi, tu diras que c'est pas grave, que c'est de ma faute, car c'est là que tout a débuté.

durant l'année 2004, extrait de l'ancien carnet d'jaz.
maman.
voilà déjà six mois qu't'es partie, que tu m'as laissé seul avec papa. tu m'as abandonné, ici. en bas. j'pense qu'à ça, maman, c'est de ma faute si t'es plus là. j'aurai jamais dû insister pour que tu sois là pour noël, c'est pas grave, on l'aurait pas fêté ou alors on l'aurait fêté plus tard. mais si ça avait été le cas, tu serais encore là, papa se noierait pas sous une tonne de travail pour oublier, il pass'rait pas son temps entre avions et passages brefs à la maison, pour s'empêcher de réfléchir, penser à toi, à moi, à nous. je lui en veux, il m'abandonne, j'suis seul depuis que t'es devenue une étoile. c'est stupide, mais chaque soir, je m'endors en regardant une dernière fois le ciel en me demandant si t'es bien, là-haut. maman, j'voudrais tellement te rejoindre.
tu m'manques. encore et toujours.


le silence, le désespoir. une adolescence sans aucun sens, pas de parents, papa, il est juste là pour gueuler quand tu détruis ta chambre sur un coup de colère dans une énième crise de nerfs. il est là pour gueuler pour ton relevé de notes catastrophique. il est là, juste pour ça. papa, il est là quand ça l'arrange, il agit comme si t'étais plus là.
papa est aux abonnés absents, maman est morte.
mais un jour, mateus débarque, comme ça.
avec ses problèmes, certes.
mais il débarque et il change ta vie.


03 décembre 2010
maman, j'sais pas ce qu'il se passe. maman, il est là, il est toujours là. il est entré dans ma vie sans demander vraiment mon avis, il est entré dans ma vie parce qu'il a décidé de m'aider, il dit que j'ai l'droit au bonheur, le droit d'être heureux à nouveau et d'me reconstruire. maman, je comprends pas comment il me supporte, moi et mes crises, mes crises et moi. comment il fait pour rester avec moi, mat ? il mérite tellement mieux tu sais, il est beau, il est gentil. il a tout pour lui, pourquoi il s'attarde sur moi alors qu'il pourrait trouver cent fois mieux ? j'comprends pas, mais y'a une voix qui me crie que le voir avec quelqu'un d'autre me briserait un peu plus que j'le suis déjà.
je l'aime, j'crois, un peu trop. maman, je sais pas ce qu'il se passe.


mateus. six lettres, un prénom un peu compliqué au départ. six lettres, un sourire, des yeux qui s'illuminent. mateus, il est arrivé sans crier gare, sans demander l'avis de qui que ce soit. il est arrivé, il a bouleversé tout sur son passage, et pourtant t'es pas l'genre de type fleur bleue et ça, il l'a vite compris. vous vous êtes connus dans les couloirs de la fac, des regards au début, et il a décrété qu'il voulait t'aider, t'aider à te reconstruire, à être heureux. t'as jamais compris ce qu'il t'trouvait, mat. il était merveilleux, de ceux qui marquent leur passage, de ceux qui sont inoubliables. il a attendu, il a toujours été là, même quand papa a voulu t'envoyer chez les fous, il a été là. il t'a toujours aidé, épaulé et un beau jour, vous vous êtes tout avoué, un beau jour, tout a explosé et l'un dans les bras de l'autre, vous vous êtes promis d'jamais vous abandonner, vous vous êtes promis d'vous aimer à en crever. bordel, qu'c'est cliché, mais toi, jaz finch, tu n'fais jamais les choses à moitié. il a été ta grande force mais également ta plus grande faiblesse. il a jamais abandonné, pour autant parfois c'était dur, vous en avez vécu, des coups durs et.. pas qu'un peu.

juin 2012

les yeux rivés sur la porte, tu l'attends. t'as aucune idée de l'heure, tu l'attends. tu l'attends, parce qu'vous vous êtes disputés un peu trop fort. y'a eu des mots durs, des mots durs sortis d'ta bouche. y'a eu ses yeux, ses yeux y avait pas d'étoiles dedans, ce soir. non, il avait le regard grave, qui lançait des éclairs foudroyants. s'il avait eu des mitraillettes à la place des yeux, il t'aurait tué sur place. ses mots résonnent dans ta tête, ça cesse pas, ça résonne en continu, ça t'rappelle que t'es minable, que tu mériterais juste de disparaître.t'es dégueulasse, jaz, j'te déteste. vas t'faire foutre. j'te déteste, qu'il a dit. et toi, t'as retenu que ça, qu'il te détestait. parce que y a rien de pire que d'entendre l'être aimé prononcer ces paroles. on imagine pas la douleur que c'est. ça tourne en boucle dans ma tête, ça tourne comme un mauvais film. pis d'un coup, y'a les larmes, la colère. d'un coup, y'a tout qui vole dans la pièce, tu disparais dans la salle de bain, tu fermes à double tour et ça sert à rien, finalement, parc'que t'es seul dans votre appartement. seul au monde, seul dans ta douleur. t'veux disparaitre, tu veux disparaitre pour de vrai. y a l'placard, et dessous le lavabo, mateus croit que t'as pas pigé qu'il y avait planqué tout c'qui aurait pu servir pour que tu te fasse mal, ou commette le pire. y a la lame, y a un trait, deux traits, trois traits, quatre, cinq. tu finis par arrêter de compter après, tu veux disparaitre. y a les larmes que tu retiens pas, plus, y'a les mots trop forts de mateus qui résonnent encore, et encore. ARRÊTE, STOP PUTAIN ! tu prends ta tête entre tes mains, y'a tout qui valse, il est pas là, il te déteste. il te déteste, tu veux mourir. (...) y a la porte d'entrée qui claque, qui t'fait sursauter. y a la porte d'entrée, y a des pas et la voix de mat dans le couloir. jaz? jaz, t'es où ? y a un long silence, tu réponds pas, et il comprend bien vite où t'es. il est pas bête, il est pas con. y a des petits coups contre la porte. ouvre la porte, je sais que tu es là.. ouvre la porte s'il te plait.. j'veux mourir, mat, j'veux partir. nouveau silence, t'entends la serrure qui se débloque. il a toujours des solutions à tout, c'est dingue. mais tu bouges pas, tu veux pas le regarder, tu veux pas voir son air déçu, parc'qu'à cet instant même, t'es sûr qu'il a des larmes plein les yeux, qu'il retient un sanglot qui finit par sortir, il finit par venir vers toi, passer ses bras autour d'ton torse pour éclater. j'suis désolé, ça va aller, j'serai jamais capable de te détester, j'le pensais pas, j'suis désolé, je veux pas que tu partes, j'ai tellement besoin d'toi, je t'aime tellement fort, tu sais.. un soupir, tu le regarde toujours pas, tes lèvres sur son front, pour le rassurer tant bien que mal. je t'aimerai toujours. nouveau silence, des yeux qui se ferment, silence rassurant malgré tout.

avril 2014

allô ? monsieur finch ? une voix inconnue à travers le combiné, les sourcils qui s'froncent, mon garçon, tu sais pas c'qu'il  s'passe. qui c'est, lui ? vous êtes qui ? bordel, la panique qui s'installe, qui prend possession d'ton être. incompréhension certaine, mon gars, tu veux être éclairé. je.. hum, agent dawkins, police. écoutez, monsieur lawley a eu un problème.. lawley. mateus. mateus a eu un problème, mateus a un problème. non, non et non c'est pas possible ! ton cœur rate plusieurs battements puis s'accélère, ton coeur tu t'demandes s'il va pas s'arrêter. t'es terrifié, l'vide, l'néant. tes démons qui t'rattrapent qui t'hurlent à la gueule qu't'es qu'un putain d'connard qui mériterait juste de crever. monsieur lawley est à l'hôpital, il a eu un accident. c'est ton univers qui s'effondre, l'impression que tes jambes lâchent sous ton propre poids, toi qu'est pourtant pas si épais, tu t'assois par terre. l'vide. tu réponds pas, il reprend la parole. il a été renversé, il est dans un état critique. il va mourir ?! j'veux le voir, laissez moi le voir. lourd soupir à l'autre bout du combiné, il t'répond qu'ça sera dur. mais il te l'dit, il t'le dit que tu peux venir le voir parce que t'es son fiancé, mais qu'il promet rien quant à l'amélioration d'son état. t'as quitté l'appartement le plus vite possible, la peur au bide, mon gars, l'palpitant qui battait à tout rompre c'jour-là. il peut pas mourir, il peut pas. (...) ton poing atterri dans le mur, mais c'est rien comparé à la douleur qui est là, c'est rien comparé à la douleur d'un cœur qui se brise de nouveau. un hurlement, rien de plus. pas de pleurs, faut croire que tu réalises pas encore.
il est mort, bordel, il est mort.


il s'en est suivi d'un retour, d'une rechute aux enfers, redescente rapide. les pleurs sont venus, mais sont repartis. t'es pas du genre à chialer comme une gonzesse, toi. mais mateus est mort, il est parti. et tu t'es promis de jamais plus aimer qui que ce soit. jamais, jamais plus. parce que c'est des conneries, l'amour, soit on meurt, soit on se déchire mais dans tous les cas on souffre. on souffre. et merde, jaz, plutôt crever que d'souffrir encore.
un peu plus de pensées morbides, un peu plus forgée, ta carapace. plus présent tes démons. t'as arrêté les études, ça mène à rien, tu supportais plus. et t'as fini par trouver un boulot, t'es devenu tatoueur après avoir passé deux ans et demi dans le noir à plus rien faire, à plus t'battre. papa, il a même réussi à t'envoyer chez les fous pendant un certain temps, après une énième crise. t'avais plus d'place dans ton carnet, mais comment tu fais, toi, sans ton carnet pour écrire, hein ? comment t'aurais fait pour continuer à parler à maman, bien qu'elle répondrait pas, mais aussi à mateus ? heureusement, il a été compréhensif, parce que dès lors d'sa première visite, malgré ton mutisme permanent, il t'a ramené un carnet. aussi simple soit-il, noir, format a4. mais ça t'a suffit pour avoir l'impression de n'pas abandonner mat, là où il est. puis finalement, il t'a pas laissé bien longtemps là-bas, il est vite revenu te chercher, demander ta sortie en clamant qu'il s'occuperait d'toi. ça, c'était durant l'année deux mille seize, lorsque t'as totalement dérapé. mais t'as appris à manipuler papa, à faire comme si tout allait bien en permanence alors qu'absolument pas, qu'la drogue, l'alcool et tout ce qui s'en suit ont rejoint ton quotidien. et dès que possible, tu t'es pris un nouvel appartement, tu t'es tiré. t'as fini ici, dans l'bronx, dans c't'immeuble. et y'a c'type qui a débarqué avec ses sourires, c'type qui croit à son tour pouvoir tout changer. c'type qui débarque comme un ouragan. c'est arrivé comme si la vie te foutait une claque dans la gueule pour te dire tu vois, t'as encore une fois de la chance que j'te sourisse malgré tout. mais c'est pas simple. parc'que l'pauvre garçon, il sait probablement pas à quoi s'attendre, il le sait pas lui, que t'es malade. qu't'es atteint. qu't'es borderline.



©️️ Nous sommes de ceux



Dernière édition par Jaz Finch le Dim 21 Jan - 17:18, édité 7 fois

avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    Sam 20 Jan - 21:15
je suis intriguée devant cette fiche vide Surprised
j'adhère totalement au choix d'avatar et de pseudo JAIME
bienvenue ici et hâte de découvrir ton perso HAN :l:

avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    Sam 20 Jan - 21:16
cette fiche vide se remplira vite. MIAOU
merci à toi ! :l:

avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    Sam 20 Jan - 21:25
jax, ce prénom. OMG :l: bienvenue parmi nous!

avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    Sam 20 Jan - 21:28
weiss, cette beauté.
merci sweetie. :l:

avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    Sam 20 Jan - 22:02
J'suis en accord avec le choix de pseudo + avatar

Bienvenue :l:

avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    Sam 20 Jan - 23:05
C'EST QUOI CETTE FICHE VIDE ???? Surprised
bienvenue chaton, hâte d'en lire plus I love you

avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    Sam 20 Jan - 23:14
j'vous fais languir :PERV:

merci à vouus I love you

avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    Sam 20 Jan - 23:37
on aime pas ça Surprised
je proteste Surprised

avatar
« NITROMÉTHANE »
« NITROMÉTHANE »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11073-deirdre-priscillia-fol

▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 5254
▹ INVESTISSEMENT : 13

▹ AGE : 32 ans
▹ APPART : Squatte le 508.
▹ TAF : Transporteur / Garagiste / Combattante et pilote clandestine
▹ AVATAR : Elliphant
▹ DC : Mimi, Niilo, Neslihan.



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    Dim 21 Jan - 13:14
Oh un nouveau tatoueur ! Tu devrais t'entendre avec @Franz Höfer ;)

Bienvenue ! au plaisir de te croiser en rp :l:


TRUST YOUR LOVE
To love you with all my heart;
To share with you all my soul;
To grow with you through all my days;
As long as we both shall live.

En ligne
avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3453
▹ INVESTISSEMENT : 254

▹ AGE : 34 ans (21 décembre)
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    Dim 21 Jan - 15:23
Bienvenue par ici ! :)


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi

avatar


Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5331-aliah-vouloir-vivre-par

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 1537
▹ INVESTISSEMENT : 9

▹ AGE : Vingt cinq ans
▹ APPART : #522 elle n'est plus seule, la présence d'un homme dans l'appartement
▹ TAF : Infirmière diplômée
▹ AVATAR : Anna Speckhart
▹ DC : Lizz & Drill



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    Dim 21 Jan - 15:31
Bienvenue parmi nous CUTE


Je t'ai dans la peau, je t'ai dans la tête mais mon cœur reste en miettes.

avatar
« NITROMÉTHANE »
« NITROMÉTHANE »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11073-deirdre-priscillia-fol

▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 5254
▹ INVESTISSEMENT : 13

▹ AGE : 32 ans
▹ APPART : Squatte le 508.
▹ TAF : Transporteur / Garagiste / Combattante et pilote clandestine
▹ AVATAR : Elliphant
▹ DC : Mimi, Niilo, Neslihan.



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    Dim 21 Jan - 17:38

Validé !
Félicitations, tu rejoins le Parking !

Félicitations ! La Concierge a bien étudié ton dossier et a décidé de t'attribuer un appartement au sein de son précieux immeuble ! Il a beau commencer à décrépir, elle l'aime son Parking alors si tu veux un conseil: ne tue jamais personne sur la moquette des couloirs parce que sinon, c'est toi qui va y passer ! En attendant de t'installer, pense à bien remplir ton profil et remplir les champs de la base de donnée ! Voici les liens qui te seront utiles pour bien commencer le jeu:

Listing des Appartements Listing des Voisins
Gérer son compte Créer sa fiche de liens
Listing des Multi-ComptesFaire des heureux
Roulette du RPS'intégrer aussi un peu



©️️ Nous sommes de ceux


TRUST YOUR LOVE
To love you with all my heart;
To share with you all my soul;
To grow with you through all my days;
As long as we both shall live.

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: jaz, never again go unafraid.    
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.