avatar
« Moelleux comme un Pitch »
Voir le profil de l'utilisateur
▹ MESSAGES : 1581
▹ INVESTISSEMENT : 11

▹ AGE : 59 y.o
▹ APPART : #907 (neuvième étage) entre le ciel et la terre, à mi chemin entre dieu et l'enfer
▹ TAF : prêtre, passeur de la parole divine, engagé dans un tas d'associations locales.
▹ AVATAR : Lambert Wilson
▹ DC : Franz ; Popi ; Éléazar; Nikita



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: SERGE ♦ OF GODS AND MEN   Lun 15 Jan - 23:44

Serge Michot
Nous savons en effet que la loi est spirituelle mais moi, je suis charnel, vendu au péché.
Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux et je fais ce que je hais.
Épitre de Saint Paul aux Romains.



(NOM) Michot - S’il est répandu sur le sol français, ton nom fait tâche chez les amerloques et pourtant, il portait déjà tout en lui même. Michot, ça vient tout droit de l’hébreux Mikael, Mikael, c’est celui qui est comme Dieu. Sans doute fallait-il cela pour te faire flirter avec l’hybris. (PRÉNOM) Serge comme Gainsbourg, le chanteur préféré de ta chère maman, maman aimait Gainsbourg, elle te le faisait écouter, des heures durants, et papa hurlait, parce que Gainsbourg, c’était mal, c’était la débauche.  ( GE) 59 ans et les rides qui vont avec, tu n’as peur ni de ton âge, ni de la mort: Dieu te prendra à ses côtés - ou te prendra tout court - et pour le reste, les croyants ont toujours préféré les prêtres plus âgés. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 8 mars à Nice en France, dans l’ancien hôpital militaire, là où papa a perdu sa jambe, là où tu venais avec maman, réciter des prières pour qu’il s’en sorte. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ)Prêtre pour de faux, il joue les grenouilles de bénitiers, décidé à ne jamais se laisser éloigner de Dieu par les principes crétins de quelques pantins en aubes blanches.  (NATIONALITÉ) Française jusqu’au bout des ongles, qui en douterait avec un nom pareil? Y’a bien un peu de sang polonais au fond de ses veines, mais oublié depuis trops longtemps. (ORIGINES) Française par maman, et par papa. C’est pas des collabos, mais on en était pas loin. Mais attends, Gainsbourg, il était pas juif? - vous avez compris pourquoi papa cognait parfois sur maman maintenant. (STATUT CIVIL) Marié à Dieu (ou pas) Puisque personne ne l’a ordonné, Serge n’est pas vraiment prêtre, alors qu’il baise, qu’il suce, qu’il encule, ou qu’il branle, personne n’en a rien à foutre. Mais il feint le célibat, pour continuer à faire la quête, à mettre les croyantes à genoux, et absoudre les péchés des pratiquants du bout de sa crosse. (ORIENTATION SEXUELLE) Tu as renoncé à la chair. (Ou pas) parce qu’y a-t-il spectacle plus jouissif que la croupe cambrée d’un croyant qui se repent?   Bisexuel (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) 14 janvier 2018  (GROUPE) De ceux qui vivent.
« Les voies du Seigneur sont impénétrables. Mais pas mon cul.  »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?)  Après l’office, tu as réunis tes affaires dans quelques sacs, et tu as pris la route de cet immeuble. Habitué au Queens, tu étais forcé de quitter ton ancien immeuble parce que l’un de ses habitants t’avais vu au sortir d’un club gay et s’amusait à répandre tout un tas de rumeurs sur toi. Au fil des lettres anonymes qui sont arrivées dans ta boîte aux lettres, tu as compris qu’il te fallait prendre une décision: elle a été évidente. New York est une grande ville, en changeant de quartier, tu avais la certitude que plus personne ne te connaîtrait. La paroisse du Bronx étant désertée depuis le départ de ton prédécesseur, tu t’y es fais une place sans avoir besoin de trop de négociations. On ne t’a pas demandé de références, ni même de preuve de ton ordination: ils étaient trop heureux de trouver un glandu pour reprendre l’église en main.
(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Pour toi, derrière chaque porte, il y a une histoire. De la jeune veuve avec ses trois gamins sous le bras, au gamin toxico qui prend un peu trop d’herbe, en passant par la grand-mère que les gens laissent crever dans l’indifférence générale. Tu aimes l’immeuble, parce qu’il raconte des choses, parce qu’il te parle, parce que tu sens qu’ici, au delà de tes débauches, il y a quelque chose à faire, que faire face aux oubliés de Dieu a toujours été au centre de tes préoccupations, et que le Parking te semble être une bonne vision de ces zones oubliées.
(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) L’homme à la soutane, le visage bienveillant, les grands yeux gris du prêtre lui attirent la sympathie des habitants, même parmi les moins fréquentables: étrangement, le Bronx est de ces quartiers où l’homme d’église est encore respecté, peut-être que ses mafieux ont peur de la colère de Dieu, peut-être est-ce simplement que Serge est d’une sociabilité et d’une bienveillance sans borne. En apparence.
PSEUDO/PRENOM : L0lita GE : 22 ans. PAYS : France FRÉQUENCE DE CONNEXION : 7/7 COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : Y’avait de la lumière. REMISE EN JEU Nope. (TYPE DE PERSO) Inventé (CRÉDITS) TumblrCOMMENTAIRE OU SUGGESTION : C’est quand le sixième compte?  AS AVATAR : Lambert Wilson

©️️ Nous sommes de ceux


La Vérité
Nous savons en effet que la loi est spirituelle mais moi, je suis charnel, vendu au péché. Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux et je fais ce que je hais.
Épitre de Saint Paul aux Romains.

avatar
« Moelleux comme un Pitch »
Voir le profil de l'utilisateur
▹ MESSAGES : 1581
▹ INVESTISSEMENT : 11

▹ AGE : 59 y.o
▹ APPART : #907 (neuvième étage) entre le ciel et la terre, à mi chemin entre dieu et l'enfer
▹ TAF : prêtre, passeur de la parole divine, engagé dans un tas d'associations locales.
▹ AVATAR : Lambert Wilson
▹ DC : Franz ; Popi ; Éléazar; Nikita



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: SERGE ♦ OF GODS AND MEN   Lun 15 Jan - 23:46

Raconte moi une histoire...
Mes biens chers frères, mes bien chères soeurs, si nous sommes réunis aujourd’hui dans cette église….

[L’APRES GUERRE] Lorsqu’il est revenu d’Algérie en 1962, ton père t’a trouvé là, du haut de tes quatre ans. Une naissance sans éclat, entre les murs du même hôpital militaire que celui où il venait d’être rapatrié. Dans les dernières attaques, il avait perdu une jambe, et avait trouvé Dieu. Dès lors, il devint plus dévot que les dévots, et se mit en tête de faire de toi un parfait petit serviteur de Dieu. Dieu l’avait sauvé de la mort, il fallait bien le lui rendre, et puisqu’il n’était plus ni en âge, ni en état de le faire, alors ce serait toi qui le ferait à sa place. Si ta mère avait eu la bêtise de te donner le prénom d’un chanteur de gaudrioles de mauvais goût, il se chargerait de te remettre dans le droit chemin, quoi qu’il lui en coûte. Alors aux chansons de Gainsbourg ont succédés les Ave Maria et les psaumes.  

[L’ENFANT DE CHOEUR] Huit ans à peine, et tu rayonnais déjà dans la blancheur évanescente de ton aube. Après des heures et des heures passées sur les bancs du catéchisme et les nombreux dimanche passés à assister à l’office, tu as obtenu le privilège de pouvoir servir le prêtre de l’église de ton quartier. Fier comme un coq, tu as porté avec élégance, les cierges de l’office, tu as tenu avec ferveur le missel, tu as marché droit, avec la croix. Il ne te semble pas avoir vu un jour ton père plus fier de toi. Ce rôle te plaisait, la compagnie des autres enfants, souvent plus âgés que toi, aussi. Jouant un rôle de guide spirituel et religieux, ils t’aidaient à ne pas commettre d’impair, et bien vite, tu passas tout ton temps libre à leur côté, fuyant la compagnie des autres gamins qui se moquaient de tes manières de grenouille de bénitier.

[POINCONNEUR DES LILAS] Mais à s’appeler Serge, on en perd jamais vraiment les manières. Alors tu rencontras Emile. Enfant de choeur lui aussi, mais de deux ans ton ainé. Aux côtés d’Henri, les textes prenaient un autre sens, ils étaient moins rudes, plus discutables, ils devenaient sujet à débat, des heures durant, des chiques entre les dents, et les pieds trempés par les vapeurs salées de la Méditerranée. Un jour, Emile fait glisser ses lèvres contre la pomme d’Adam naissante de ton cou. Sa main glisse dans le tissus humide de ton maillot, se saisit de ta verge et te caresse, faisant échapper de ta bouche des sons gutturaux bien loins des clameurs de la messe. Une fois, deux fois, trois fois, toujours, plus loin, plus fort aussi. Emile est là, à la messe, et puisqu’il est là aussi, c’est que ce que vous faites n’est pas un mal. Alors tu y reviens. Jusqu’à ce qu’il s’en aille, qu’il déménage, mais seul. Ses parents restent à Nice. Tu ne sauras jamais où Emile s’est envolé.

[IN TUTELA DOMINI] Ton certificat de fin d'étude en poche, tu pousses la porte du séminaire pour entrer en sacerdoce. Ta mère te demande d’attendre, de poursuivre tes études d'ingénieur, mais tu n’en fais rien et te cloîtres entre les murs du séminaire pour apprendre à être digne de Dieu. Ce que certains appellent l’heure du choix, est une évidence pour toi, et bientot, la tunique noire et son col blanc remplacent l’ensemble de tes vêtements. Les journées sont rythmées par la prière et l'étude théologique des textes. Dans l’ombre du cloître, tu n’oublies jamais vraiment ton amour des hommes, de temps à autres, ta main se glisse sous la soutane pour venir y quérir des plaisirs sulfureux accompagnés de fantasmes phalliques, tu n’y vois pas le mal, ce qui est plaisant ne peut être mauvais. Entré dans un séminaire italien aux mœurs relativement strictes, le latin devient comme une deuxième langue pour toi, et tu passes tes journées à œuvrer pour la préparation du vin vendu par le séminaire pour financer son propre fonctionnement autarcique.

[INCOMMODA IN CARNE] Contre tes lèvres roses naissait le goût âcre et salé du foutre, substance divine, bénie de Dieu, comme un second baptême scandaleux. Tu te souviens encore des renflements de la verge du Père Sandro, des veines tendues de plaisir, et de la rondeur de ses couilles perdue dans un tapis aux allures de granit noir. C'était une fois, parmi tant d’autres, mais ce soir là, ta vie toute entière à basculé. Surpris par l’un de vos supérieurs, l’affaire a fait scandale dans tout le séminaire et quelques jours plus tard, on te laissait faire tes sacs en te traitant de sodomite. Passe encore qu’un curé profite de la crédulité d’un enfant, mais qu’il soit pédé? Certainement pas. Tu es reparti, avec au coeur, une blessure inguérissable. En t’arrachant au séminaire, on t’arrachait à la vocation d’une vie, on t’arrachait a Dieu que tu étais pourtant certain de comprendre, mieux que quiconque. Trop honteux pour rentrer à Nice, tu t’es établi dans un petit village Corse.

[LE MASQUE] T'intégrant sans peine à la vie du petit village, tu apprends rapidement que l’eglise est laissée à l’abandon depuis la mort du dernier prêtre. Un voisin de passage chez toi, il voit les vêtements religieux et la confusion est là: dès lors, tu n’as pas la force de rétablir la vérité. Ainsi, le père Serge Michot rend-il son premier office et toi, tu commences à mentir, sans le vouloir. Mais le mensonge est une tentation séduisante, surtout lorsqu’il permet de vivre ce rêve dont tu avais été privé. Simple de nature, tu ne cherches pas à vivre dans l'opulence, bientot, on t’ouvre le presbytère et on vient chercher recueillement et pénitence chez toi. Même si tu as conscience du caractere tendancieux de ce mensonge, et du fait que ce dernier soit condamné par Dieu, tu te justifies à ta conscience en faisant pénitence, brutalement, viscéralement. Mais Dieu ne peut probablement pas t’en vouloir de veiller à répandre sa parole et ses préceptes n’est-ce pas?

[LA RUMEUR] Cependant, la vie douce que tu mènes en Corse ne fut que de courte durée. Jeune prêtre de village à 37 ans, tu donnes le catéchisme aux enfants de la paroisse. Il ne faudra que quelques mois pour qu’une rumeur absurde et infondée surgisse et prenne comme un feu de paille: On t’accuse d’avoir eu des gestes déplacés à l'égard d’une gamin de 7 ans à peine et de tous tes vices, la pédophilie n’a jamais fait partie. Tu essaies, péniblement, d'étouffer les rumeurs, de rappeler à tous qu’il est en vogue de reprocher de tels atrocités aux membres du clergé, dont le commun des mortels ne comprend pas le choix, et qui voit le choix de l'abstinence comme une contrainte forcée pouvant mener aux pires déviances. Alors même que dire la vérité aurait pu te délivrer de ces rumeurs, tu tiens trop à ton statut d’homme d’eglise. Les insultes, les lettres anonymes, les menaces de morts, les graffitis sur la façade du presbytère. Toutes ces choses finissent par avoir raison de toi et tu finis par renoncer à ton rôle, pour t’envoler vers un autre continent ou repartir à zéro. En France, l’affaire avait fait la une de quelques quotidiens locaux, aux États Unis, au moins, tu ne serais qu’un inconnu.

[IN GOD WE TRUST] En arrivant sur le sol Américain, tu as la chance de pouvoir connaître un nouveau départ, une nouvelle vie, exempte de mensonges. Mais en dehors de la religion, tu n’as rien, alors il te faut repartir de là. Posant tes valises dans le Queens, tu ne tardes pas à te faire connaitre dans le quartier, tu donnes un coup de main à la soupe populaire, tu aides au refuge animalier, tu distribues des couvertures aux sans-abris. Un jour, un voisin te croise et remarque le col blanc qu’il t’arrive encore de porter à de nombreuses reprises. Il commence à te parler de la paroisse, du fait que le pretre se fait vieillissant et qu’il aurait besoin de l’aide d’une nouvelle recrue. Le souvenir des accusations qui ont pesé sur toi en Corse revient, mais tu acceptes sans la moindre hésitation, prenant, au moment de sa mort, la place du père Mickaël King. Avec les Etats-Unis tu découvres une ferveur religieuse nouvelle pour ta plus grande joie: dans ce pays où les présidents jurent sur la Bible avant de commettre les plus belles conneries, tu ne pourrais pas faire tâche.

L’HOMME DU NEUVIEME ÉTAGE] Pourtant une betise te fit à nouveau tomber: un soir, dans l’ombre d’une soiree gay, là où tu ne pensais pouvoir etre vu ou reconnu, un membre de la paroisse te vit. Dès lors, ce fut de nouvelles rumeurs, presque aussi virulentes que celle que tu avais connu en Corse. Décidé à ne pas te laisser abattre à nouveau, tu renonça à ta fonction. Mais le service religieux te manquait. L’impression te t’eloigner de Dieu se faisait atrocement sentir et avec cette derniere, les facettes les plus sombres de ton caractere refaisait surface. Alors à nouveau, tu as déménagé. Le Bronx etait un quartier suffisament mal fâmé pour que tu n’y fasses pas tâche et depuis le départ du pere Donnelly, la place etait restée vacante.
Louant un appartement au neuvième étage du parking, tu as ainsi repris un rythme de vie sain. Ou presque.
( n’est pas saint qui veut.)
©️️ Nous sommes de ceux


La Vérité
Nous savons en effet que la loi est spirituelle mais moi, je suis charnel, vendu au péché. Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux et je fais ce que je hais.
Épitre de Saint Paul aux Romains.

avatar
« Maman Tapin »« Maman Tapin »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13065-mimi-fapfapfapfa-splou
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 2744
▹ INVESTISSEMENT : 24

▹ AGE : 18 ans (27)
▹ APPART : #1310 avec Tom-Tom & Nana (Tom & Iris)
▹ TAF : Thésarde en Histoire de l'Art renconvertie en Succube du Pussy Box || CamGirl et Photographe de Charme pour arrondir les fins de mois.
▹ AVATAR : Sasha Grey
▹ DC : Niilo, Ness, Dei, Natacha.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: SERGE ♦ OF GODS AND MEN   Mar 16 Jan - 8:56
MOUSTACHE


GOLDEN AGE OF GROTESQUE
The devils are girls with Van Goh's missing ear, you say want you want but filth is all that they hear, and I've got the jigger, to make all of you bigger.
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: SERGE ♦ OF GODS AND MEN   Mar 16 Jan - 9:00
ce personnage qui s'annonce mon dieuuuu (vive l'humour) I love you
il est parfait ce petit nouveau, bienvenue CANDICHOU
avatar
« NITROMÉTHANE »« NITROMÉTHANE »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11073-deirdre-priscillia-fol
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 5284
▹ INVESTISSEMENT : 16

▹ AGE : 32 ans
▹ APPART : Squatte le 508.
▹ TAF : Transporteur / Garagiste / Combattante et pilote clandestine
▹ AVATAR : Elliphant
▹ DC : Mimi, Niilo, Neslihan, Natacha.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: SERGE ♦ OF GODS AND MEN   Mar 16 Jan - 11:55

Validé !
Félicitations, tu rejoins le Parking !

Félicitations ! La Concierge a bien étudié ton dossier et a décidé de t'attribuer un appartement au sein de son précieux immeuble ! Il a beau commencer à décrépir, elle l'aime son Parking alors si tu veux un conseil: ne tue jamais personne sur la moquette des couloirs parce que sinon, c'est toi qui va y passer ! En attendant de t'installer, pense à bien remplir ton profil et remplir les champs de la base de donnée ! Voici les liens qui te seront utiles pour bien commencer le jeu:

Listing des Appartements Listing des Voisins
Gérer son compte Créer sa fiche de liens
Listing des Multi-ComptesFaire des heureux
Roulette du RPS'intégrer aussi un peu



©️️ Nous sommes de ceux


And in their triumph die,
like fire and powder,
Which, as they kiss, consume.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: SERGE ♦ OF GODS AND MEN   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.