AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t4006-kyllien-les-gens-sont-c
avatar
« doudou-peluche »

▹ MESSAGES : 1232
▹ INVESTISSEMENT : 0

▹ AGE : 23 ans
▹ APPART : #1014 avec Leo, le joli bébé et l'ado boudeur.
▹ TAF : Plume d'Or.
▹ AVATAR : Luke Newberry
▹ DC : Bambi, Iris



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Kyllien // I been on the run and I don't even know what's coming.   Ven 22 Déc - 18:43

Kyllien Eden
Quand on vous voit, on vous aime. Quand on vous aime, où vous voit-on ?
Quand on vit, on vous aime. Quand on vous aime, comment vit-on ?



(NOM) Eden, le Paradis perdu. (PRÉNOM) Kyllien, t'as toujours bien aimé ton prénom, il glisse sur la langue, beaucoup de l qui sonnent doux à l'oreille. (ÂGE) 23 ans, et toutes tes dents. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 24 décembre 1994, à Londres. Ta mère t'a toujours répété que tu as été son petit miracle de Noël. Tu ne sais pas si tu es un miracle ; tu sais juste que ça a contribué à garder un peu la magie de cette époque. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Ecrivain, t'as réussi à ouvrir ton ordinateur il y a de cela presque un an, et depuis, tu ne le lâches plus. Le deuxième roman qui est sorti il n'y a pas si longtemps que ça, mais t'en as fais moins un foin que lors du premier ; peut-être parce que tu avais d'autres choses à penser. (NATIONALITÉ) T'as la nationalité anglaise, même si tu n'y es plus retourné depuis l'enfance, et celle américaine, pays où tu as grandi. (ORIGINES) Anglaises, t'as tout de British toi, tu as même un petit reste d'accent sur la langue – et tu adores le thé. (STATUT CIVIL) libre, l'amour qui a toqué plusieurs fois à ta porte mais c'est finit maintenant, tu ne le cherches plus. Tu profites, simplement. (ORIENTATION SEXUELLE) Gay, qui s'assume totalement. Peut-être un peu trop, parfois. Les femmes, tu les aimes juste pour leur faire de gentils câlins de bisounours. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) Cela fait déjà trois ans que tu es ici, entre ces murs fades que tu aimes pourtant plus que tout. Le Parking, tu le considères comme ton unique maison ; il y a tout ce qu'il te reste de ta famille et tous ceux que tu aimes, ici. (GROUPE) Tu es de ceux qui vivent, tes rêves qui se sont brisés sur des phalanges, sur des personnes trop sombres, à l'âme remplie de piques, un jour. Mais t'abandonnes pas, t'es quand même rempli d'espoir et de joie.

« Ils portent une blessure invisible, qu'ils ne peuvent oublier car c'est cela que le corps cicatrise le moins bien, les maladies qui n'ont pas de nom. Elles se taisent et n'osent rien avouer. »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Maman est morte, tu devais te débrouiller seul. Le deuil collé au corps, t'as voulu partir loin, le plus loin possible de la vie que vous avez menée, alors tu es arrivé au Bronx ; loyer peu cher, suffisamment loin d'Elle, tu as posé tes valises il y a deux ans et tu n'es toujours pas reparti. Il faut croire que malgré le quartier peu recommandable, l'immeuble légèrement délabré et les choses douloureuses que tu as vécu ici, ils gardaient suffisamment d'arguments pour te faire rester quoi qu'il en coûte.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) On pourrait souvent croire que ce quartier n'est absolument pas fait pour quelqu'un aussi doux que toi. Que tout est bien trop dur, trop froid, que tu risquerais de plonger du mauvais côté et te mettre à tout détester ; mais pas du tout. Ici, t'as rencontré bien plus d'espoir que dans les grandes maisons avec jardin, tu t'es fais des amis – les meilleurs quoi soient, à ton avis -, des amours et des emmerdes, et tu te sens bien, finalement. A ta place. Certes, certains voisins ne sont vraiment pas recommandables ; ils te font un peu peur, quand tu les croises dans les couloirs, mais tu ne leur cherches pas de problèmes et tout va bien.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) T'es le pipou qui a l'air un peu perdu dans ce monde de brutes. Tu es si facilement touchable, si facilement atteignable, vu comme ça il semblerait qu'on puisse te détruire d'un seul petit coup de poing. La petite tapette fragile. Pourtant, si on te connaît un peu, on sait pourtant à quel point tu t'es endurci, depuis que tu es ici. T'essaies de te faire le plus d'amis possibles, d'aider le maximum de gens ; parce que t'es aussi le genre de gars qui tend la main, quoi qu'il se passe par la suite. Quitte à te faire entourlouper, comme c'est déjà arrivé. Tu as les épaules solides, tu le sais désormais. Tu veux porter les autres, loin, leur montrer la lumière. Peut-être pour, à ton tour, te sentir bien vivant.
PSEUDO/PRENOM : Tetsu ! ÂGE : 18 y.o, je me sens vieille. PAYS : Toujours la France ! FRÉQUENCE DE CONNEXION : 24h/24, j'suis trop accro à vous ehe. COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : Pouahaha, c'était y'a longtemps, c'était Noël, je m'ennuyais et une pote m'a parlé de son perso qu'elle a fait ici... Aujourd'hui j'suis là, mais plus elle. RIP Léopold mdddr REMISE EN JEU En cas de suppression, acceptez-vous que votre personnage soit scénarisé ? Pourquoi pas, si il vous sert à quelque chose. (TYPE DE PERSO) inventé (CRÉDITS) Dinosaure, Yves Simon pour les citations. COMMENTAIRE OU SUGGESTION : JVOUS AIME CA FAIT 2 ANS QUE JE SUIS ICI SNIF QUE LE TEMPS PASSE VITE AVATAR : Luke Newberry

©️️ Nous sommes de ceux





I'M THE KING BITCHES:
 


Dernière édition par Kyllien Eden le Lun 25 Déc - 21:50, édité 3 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t4006-kyllien-les-gens-sont-c
avatar
« doudou-peluche »

▹ MESSAGES : 1232
▹ INVESTISSEMENT : 0

▹ AGE : 23 ans
▹ APPART : #1014 avec Leo, le joli bébé et l'ado boudeur.
▹ TAF : Plume d'Or.
▹ AVATAR : Luke Newberry
▹ DC : Bambi, Iris



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Kyllien // I been on the run and I don't even know what's coming.   Ven 22 Déc - 18:44

I. Start//

L'enfance est floue dans ton esprit. Tu n'as que des bribes qui te reviennent dans un épais nuage de brouillard – la plupart de ta vie à Londres, c'est ta mère qui t'en a parlé. Il y a eu son amour avec ton père, apparu au beau milieu de son tour du Monde ; alors elle a posé ses valises en pensant qu'elle ne les utiliserait plus jamais, auprès de lui, et l'a aimé. Oh, ils se sont aimés, oui. Mais ton père lui a mis des chaînes, sans même s'en rendre compte. Ta mère était une aventurière ; mais elle a finit par mettre de côté cette partie d'elle pour continuer à vivre avec lui. Il y a eu ta naissance, en guise de cadeau du ciel ; un merveilleux Noël passé à l'hôpital pour te mettre au monde. Et très vite, la désillusion. Papa, il voulait que tu hérites de l'entreprise. Il voulait que tu lui succèdes, et dès ton plus jeune âge, il a essayé de t'apprendre à te tenir droit ; c'est de ça, que tu te souviens. Les tu n'es pas à la hauteur qu'il te répétait du haut de tes quatre petites années, jusqu'à te faire pleurer. Alors Maman, un jour, elle s'est délivrée de ses chaînes ; pour toi. Pour te sortir de là. Elle a prit ta petite main et elle t'a emmené loin, sans jamais se retourner. Papa ne vous retiendra jamais.

Tu as grandi aux États-Unis, bercé par les couleurs et le folklore de ta mère. Petit appartement rempli de vie et de rire, tu regrettes peut-être un peu cette époque douce et innocente. C'est ici que tu as su que le Père Noël n'existait pas ; mais c'est aussi à ce moment-là que tu t'es rendu compte que c'était ta mère elle-même qui portait toute la magie de Noël. L'adolescence elle-même s'est passée sans trop de vagues ; à part peut-être ton regard qui s'est plus tourné vers la gente masculine que féminine. Grosse source de stress pendant plusieurs longs mois ; ta mère était ouverte d'esprit, mais jusqu'à quel point ? Est-ce qu'elle accepterait vraiment que son fils soit gay ? La réponse fut bien évidemment oui. Ton coming-out s'est passé comme si tu lui parlais de la météo ; et tu te rendais bien compte de la chance que tu avais, d'avoir une mère telle qu'elle, que c'était rare, bien trop rare.

Les premiers amours, les premières déceptions ; adolescence normale, vie normale et heureuse. Bien trop parfait, n'est-ce pas ?

Le cancer. Amas de cellules qui dévastent tout sur leur passage, qui tordent de douleur, t'as vu ta mère perdre toutes ses couleurs et son sourire devenir plus pâle, plus tordu. La chimio et autres traitements qui coûtent chers ; tu t'es mis à bosser en parallèle de tes études, pour finalement passer une dernier examen et ne plus jamais remettre un pied à l'école afin de combler le manque d'argent. Deux ans de combat acharné, qu'elle a finit par perdre ; ta mère s'est éteinte, et tu as pris la fuite de votre ancienne vie ensemble, le cœur assombri par le deuil. A peine une petite valise en main, t'as tout laissé, tout vendu pour t'en aller sans trop de problèmes. Le début de ta vie au Parking, il y a deux ans de cela.



II. //End.

Quand tu y penses, tu te dis que tu as réellement commencé ta vie uniquement en arrivant ici ; que le reste, tes amours précédents, tes douleurs et tes larmes et tes joies, n'avaient été qu'un préambule à ce que tu allais vivre dans cet endroit. Tu as d'abord passé une année à ne presque pas sortir de chez toi, manière à toi de faire couler le deuil sur ton corps, en te répétant que tu ne pouvais pas vivre plus grande douleur que celle de la perte ; petit naïf. C'est lorsque tu as recommencé à sortir de chez to que la noirceur du Bronx s'est probablement petit à petit étalée sur toi ; mais tu ne t'en es pas aperçu tout de suite. Même pas lorsque ton cœur s'est littéralement déchiré à ton premier vrai amour ; le fort, celui qui consume de l'intérieur, celui dont on ne sort pas indemne, celui qui marque à tout jamais. Tu n'en n'es pas sorti indemne. T'as cherché à approfondir la blessure, à creuser ton âme, à voir jusqu'où tu pouvais aller dans les ténèbres. La fin a été signée dans une chambre d'hôtel sordide. La douleur au plus profond de ton corps et de ton âme, le sang dans l'eau de la douche. Tu te réveilles encore parfois en hurlant, la nuit. Et tu t'es dis ; plus jamais.

Le plus inattendu était assurément Serenn. Qui aurait cru que tu avais un demi-frère ? Ton père est décédé, alors celui-ci t'a cherché, il souhaitait te rencontrer. Te pourrir la vie, tu crois, pour ne jamais avoir cherché à recontacter ton géniteur. Tu ne sais pas. Serenn, il parle pas beaucoup. Il fait souvent la gueule et parfois t'as peur que les ténèbres de ce quartier l'engloutissent à son tour. Mais il refuse toujours de s'en aller, malgré les déménagements à répétition ces derniers temps ; malgré qu'il t'ait vu passé par tous les états d'esprit du monde, malgré votre relation conflictuelle. Ton frère, tu ne le comprends pas trop, mais lui aussi a finit par marquer ta vie au Parking.

Tu as fais de nombreuses autres rencontres. Bonnes comme mauvaises, mais même les mauvaises tu as essayé de les convertir en autre chose, quelque chose de plus lumineux – tu étais comme ça, tu voulais à tout prix rendre les autres plus beaux. C'est peut-être ce qui t'a permis d'être ami avec un genre de personnes qui sont aux antipodes de ce que tu es toi. C'est probablement ces rencontres qui t'ont en quelque sorte poussées à écrire ton propre livre, à faire ce que tu aimais vraiment ; tu n'as jamais regretté. Tu t'es attaché, à beaucoup de monde ; et à leur tour, ce beaucoup de monde a disparu. Tu as vu les gens s'en aller, les uns après les autres. Ceux que tu as tenté d'aider – Kendall en dernière trace dans ton cœur, douloureuse et encore à vif. Ceux que tu as aimé – Même si Orfeo comme Coma ont finit par te laisser de bons souvenirs et un sourire aux lèvres quand tu y penses, s'en remettre fut compliqué.

Après cet énième abandon, tu as croisé Leo, déposant une demande de colocataires dans le hall. Deux chambres de disponible, ensemble parfait pour toi et Serenn alors que tu ne supportais plus la vision de l'appartement que tu as loué pour un Kendall disparu. Alors tu as repris ta valise, pour un changement moins radical cette fois ; juste quelques étages en plus à gravir, lorsque l'ascenseur fait sa mauvaise tête.

Il faut croire que tu aimais bien bouger, te lancer dans de nouvelles choses, aussi éphémères et douloureuses soient-elles...



©️️ Nous sommes de ceux




I'M THE KING BITCHES:
 


Dernière édition par Kyllien Eden le Lun 25 Déc - 21:48, édité 3 fois
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Kyllien // I been on the run and I don't even know what's coming.   Sam 23 Déc - 11:29

Mon Bisounours préféré. chou :l:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t4006-kyllien-les-gens-sont-c
avatar
« doudou-peluche »

▹ MESSAGES : 1232
▹ INVESTISSEMENT : 0

▹ AGE : 23 ans
▹ APPART : #1014 avec Leo, le joli bébé et l'ado boudeur.
▹ TAF : Plume d'Or.
▹ AVATAR : Luke Newberry
▹ DC : Bambi, Iris



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Kyllien // I been on the run and I don't even know what's coming.   Jeu 28 Déc - 0:16
Oreste chou:l:




I'M THE KING BITCHES:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5328-geert-juste-un-doigt#10
avatar
« requin d'eau douce »
« requin d'eau douce »

▹ MESSAGES : 1143
▹ INVESTISSEMENT : 0

▹ AGE : 56 ans.
▹ APPART : 142.
▹ TAF : Pornographe.
▹ AVATAR : Chris Noth
▹ DC : Makayla la sauvage, Odalie la sirène



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Kyllien // I been on the run and I don't even know what's coming.   Jeu 28 Déc - 14:08

Validé !
Félicitations, tu rejoins le Parking !

Félicitations ! La Concierge a bien étudié ton dossier et a décidé de t'attribuer un appartement au sein de son précieux immeuble ! Il a beau commencer à décrépir, elle l'aime son Parking alors si tu veux un conseil: ne tue jamais personne sur la moquette des couloirs parce que sinon, c'est toi qui va y passer ! En attendant de t'installer, pense à bien remplir ton profil et remplir les champs de la base de donnée ! Voici les liens qui te seront utiles pour bien commencer le jeu:




©️️ Nous sommes de ceux


Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13415-coma-sous-les-paves-la
avatar
« la cicatrice. »

▹ MESSAGES : 1927
▹ INVESTISSEMENT : 0

▹ AGE : la vingtaine qui pointe le bout de son nez, et coma est étonné d'être parvenu jusque là sans crever.
▹ APPART : y'a eu le quinzième avec le patriarche tant adulé, le quinzième comme foyer au plus près des toits. brièvement y'a eu l'appart de deidre avant qu'il se fasse embarquer comme un malpropre. maintenant il se terre de nouveau au quinzième dans un nouvel appartement, plus grand avec toute sa tribu qu'il tente de planquer. le repère des gosses perdus qui ont réussi à s'enfuir et qui se cachent pour mieux survivre. inconnu entre les murs qui l'ont vu grandir, il sait pas encore si l'appartement est une libération ou une prison. mais il est enfin revenu à la maison.
▹ TAF : il a fait plein d'trucs, coma. passeur de drogues depuis tout gosse, il connaît le trafic comme sa poche, mais il a raccroché, pas longtemps avant d'se faire embarquer. il a essayé de bosser pour deirdre mais il a jamais été très doué, il a même pas pu finir le lycée. maintenant il fait c'qu'il peut pour pas crever, il se sent comme un étranger.
▹ AVATAR : jake cooper.
▹ DC : /



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Kyllien // I been on the run and I don't even know what's coming.   Jeu 18 Jan - 10:56
Je ne pouvais pas ne pas laisser de petit mot sur ta fiche quand même.
T'aime. :l:





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Kyllien // I been on the run and I don't even know what's coming.   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.