AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: lewis – the world won't listen   Ven 22 Déc - 0:49

Lewis Tracy Arendse
bolts from above hit the people down below, people in this world we have no place to go



(NOM) Arendse, un nom qui fait dire « oh, tu es néerlandais ? » et il répond oui pour ne pas avoir à développer.(PRÉNOM) Lewis, Lou pour les intimes, deuxième prénom Tracy — pas de traces de ses origines dans ces prénoms-là, seulement d'un certain attrait pour les noms vieux-jeu. (ÂGE) 18 ans, tout juste sorti de l'adolescence, quelques poils qui se battent en duel sur son menton et une voix rauque qu'il exprime sans pudeur depuis qu'il a mué. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 24 novembre 1999, dans le Queens. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) c'est un « artiste », un libéral, quelqu'un de pas bien utile à la société somme toute. Lou a commencé la musique à huit ans et a fait ses débuts en public dans un groupe d'ados à quinze ans ; aujourd'hui, il a une carrière solo de musicien sous le pseudonyme de Seigfried, mais à défaut d'en vivre vraiment, il a également un petit boulot dans une pizzeria. (NATIONALITÉ) Américain, né et élevé ici, jamais sorti. Il rêve parfois d'ailleurs, mais ça va rarement plus loin que Mexico City. (ORIGINES) C'est d'Afrique du Sud qu'est originaire le grand-père paternel de Lou, mais pas une goutte de réel africain dans ses veines. L'Apartheid a fait son œuvre et les Arendse n'y ont aucunement résisté, ne se mêlant qu'avec des blancs, des néerlandais, parfois à la limite de la consanguinité, jusqu'à donner ce roux à qui on dit qu'il est africain. Tout ce qui reste à Lewis de « son pays », c'est son nom et de vieilles chemises, et les histoires de son grand-père qui lui dit qu'ils retourneront là-bas, sur leur terre, quand ils seront plus à l'aise financièrement ; mais Lou sans même y être allé se sent déjà comme un intrus, un conquérant illégitime. Il ira un jour peut-être sur la terre de ses ancêtres, en étranger.  (STATUT CIVIL) Célibataire, et pas prêt de se marier, ou peut-être que si, qu'est-ce qu'il en sait, il n'arrive même pas à prévoir ses propres actions, cet enfant, il serait capable de rencontrer quelqu'un et de l'épouser sur un coup de tête s'il lui demande. (ORIENTATION SEXUELLE) Bisexuel certain, les deux sont à égalité.  Ses yeux voyagent partout, il aime juste ce qui est beau, et même parfois ce qui ne l'est pas vraiment, parce qu'il aime voir, imaginer, sentir.  (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) Novembre 2017, il y a un peu plus d'un mois. Beau cadeau d'anniversaire. (GROUPE) de ceux qui rêvent

« i'm not brave  »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Une fois ses dix-huit ans passés, on en eut assez de ce fils encombrant, son bric-à-brac traînait partout dans la maison et puis c'était un bon-à-rien, refusant d'aller à l'université malgré toutes les opportunités que ses parents lui donnaient, et trop occupé à faire des tatouages en stick-and-poke à ses amis sur le canapé du salon quand la maison était vide pour avoir le temps d'étudier. La vie ensemble n'était que dispute après dispute, et ça pesait à tout le monde. Il a fallu une dernière dispute pour qu'il parte, la plus violente de toutes, parce qu'ils ont dû finir par accepter qu'il n'avait pas d'avenir tel qu'ils l'entendaient. Pourquoi le Bronx, pourquoi le parking ? Parce que c'est déjà un ailleurs, mais une alternative low-cost pour le dire ainsi, le dépaysement à quelques pâtés de maison : c'est déjà un autre univers.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) C'est un endroit étrange, ce parking : depuis son arrivée il a croisé de tout, des jeunes, des vieux, des gens avec les mains dans les poches qui regardent de tous les côtés et d'autres qui ne regardent que le sol. Il y a toujours du bruit, et tout est décrépi. Il aime bien, pourtant, ça ne change pas tant de chez ses parents, mais il y a l'avantage qu'ils ne soient pas là. Après dix-sept ans au même endroit, à s'user face aux visages trop vus, chaque nouvelle face est la bienvenue.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Il vient d'arriver, et pourtant il y a déjà des choses à dire. Chaque jour des voisins de palier toquent à sa porte pour se plaindre du bruit, il a beau les prévenir, laisser des notices à l'accueil, leur dire qu'il ne peut pas faire autrement... Pour les vieux du bloc, il est déjà fiché comme le sale jeune bruyant. Pour les autres, il est aussi le nouveau plutôt souriant mais qu'on connaît pas très bien. Il dit bonjour à tout le monde, Lou, il s'efforce tant bien que mal de nouer des relations dans l'immeuble, il fait pas vraiment de vagues pour l'instant.

PSEUDO/PRENOM : philomène ÂGE : 17 ans PAYS : Maroc FRÉQUENCE DE CONNEXION : presque tous les jours, mais rp que le week end sauf pendant les vacances COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : partenariat REMISE EN JEU Oui (TYPE DE PERSO) inventé (CRÉDITS) tumblr COMMENTAIRE OU SUGGESTION : c'est beau ici  AVATAR : Archy Marshall (King Krule)

©️️ Nous sommes de ceux



Dernière édition par Lewis Arendse le Mar 26 Déc - 23:43, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: lewis – the world won't listen   Ven 22 Déc - 0:50

Raconte moi une histoire...
putting all the clothes you washed away, as you're folding the shirts you hesitate, then it goes fast, you think of the past



(PETITES MAINS GRANDS ESPOIRS) Lewis obtient sa première guitare à neuf ans. C'était le premier choix sur toutes ses listes de Noël et d'anniversaire depuis deux ans, devant les figurines collector, le piano et l'ordinateur. Il est déjà malin cet enfant, il sait faire des listes de façon à ce qu'on lui achète ce qu'il veut vraiment. La guitare est un modèle pour adulte, trop grande pour lui. C'est un investissement, ses parents savent qu'il ne va pas la lâcher de sitôt, ils ne veulent pas avoir à en racheter une dans un futur proche. Lou joue presque tous les jours en essayant d'apprendre tout seul, et la cacophonie résonne dans tous les murs de leur maison mal isolée. C'est papi qui finalement lui paie des leçons pour arrêter ça, lui qui était au départ le plus réticent à cette affaire de guitare : homme clairvoyant, il perçoit déjà dans son petit fils son futur de musicien libéral vivotant des allocations. Mais pour l'instant, du moins, ses oreilles sont sauvées. Lewis est très heureux, et bien vite il fait écouter des reprises de Wonderwall et Waterloo Sunset à tous ses camarades, fort impressionnés par les trois accords grattés avec passion.

(GRIMPER L'ECHELLE) La vie sociale et Lewis ça a toujours été une affaire paradoxale. On le perçoit tantôt comme la caricature de l'intello avec ses cheveux roux, sa carrure maigrichonne et l'appareil dentaire qu'il a porté jusqu'à ses quatorze ans ; et tantôt comme un artiste mystérieux avec ses activités de musicien et plus tard de tatoueur amateur. Le problème de Lou c'est cet air impassible qui lui colle au visage, on le pense froid et les sourires ont l'air bizarres sur lui, trop de dents, un peu menaçants. Ce n'est pas qu'il est asocial, mais il est un peu dans son monde, et il a été catégorisé comme "bizarre" dès son premier jour de collège et les étiquettes ne s'en vont pas si facilement.

(DANS LES COINS DES FÊTES) Au lycée, il s'ouvre un peu plus. C'est celui avec qui on traîne sans vraiment le connaître. Il est invité à presque toutes les fêtes, pour la musique : dans sa première année à Lincoln High School, il fonde le groupe de rock d'ados The Lost Boys, en tant que guitariste et vocaliste, avec un de ses amis de l'époque, Keegan, et un bassiste qu'ils ont recruté par auditions. Ils sont assez populaires, ils jouent des trucs faciles, ça ne leur plaît pas toujours mais les trucs expérimentaux n'arrivent pas à conquérir les foules, ils le savent. C'est à cette époque là que Lewis a sa première petite amie, elle s'appelle Chelsea et c'est une fan de leur groupe. Il savait depuis le début que c'était une mauvaise idée et que ça se passerait mal, mais il accepte toujours les choses sur un coup de tête et cette fois n'a pas fait exception. Pourquoi ça n'a pas marché ? Elle attendait trop de choses de lui, et puis il ne la connaissait pas, il ne savait pas comment se comporter, tout plein de raisons.

(LÈVRES FROIDES) C'est peut être à cause de Chelsea : il a vraiment besoin d'essayer autre chose. Il est à une fête de Nina — il l'aime bien parce qu'elle les paie pour leurs concerts, mais bon elle est tellement riche aussi —, ils jouent quelques chansons et puis ils laissent leur place. Il boit et danse un peu, puis Keegan lui propose d'aller fumer — bien sûr il accepte, et il le suit dans la salle de bain. Ils sont tout près dans ce petit espace, et sa tête est trop légère. Il l'embrasse, et c'est pas du tout prémédité, mais ça lui paraît pas si stupide sur le moment : il a l'impression d'avoir lu des signaux clairs, Keegan le regarde tout le temps, et ils sont si proches. Mais il doit avoir mal compris parce qu'un poing remplace vite les lèvres. Sonné, il tient sa mâchoire quelques secondes, courbé vers l'espace maintenant vite. Keegan a fait quelques en arrière, mais il s'approche à nouveau, presque l'air de vouloir s'excuser, quand Lewis se redresse et retourne le coup. Il n'a jamais frappé quelqu'un auparavant, mais il est vexé, il a mal et il a trop d'adrénaline d'un coup, il doit la laisser exploser même si ce n'est pas la façon dont il l'aurait voulu. Le combat aurait pu aller plus loin si le bruit n'avait pas attiré du monde, qui les sépare. Personne n'avait vu jusqu'ici Lewis être ne serait-ce qu'énervé, on le regarde bizarrement. Il rentre à la maison dans la voiture de son amie Jade, tripotant sa lèvre fendue.

(THIS IS NOT MY LIFE, IT'S JUST A FOND FAREWELL TO A FRIEND) Il espérait que personne n'apprendrait la raison de leur dispute, mais dès le lundi suivant tout le lycée est au courant. Il sait que ce n'est pas Keegan, il ne répond même pas quand on lui parle de ça, mais il ne parle plus à Lewis. Il évite son regard dans les couloirs, et le groupe est séparé dans un accord tacite. L'histoire a été déformée : selon certains, il a ré-embrassé Keegan après qu'il l'ait frappé (il aurait bien voulu). Selon d'autres, Keegan aurait répondu au baiser. En tout cas, c'est l'affaire parfaite pour que tout le monde puisse exprimer son opinion sur l'homosexualité, qu'on leur ait demandé ou non. Lewis n'est plus invité à toutes les fêtes... Mais de toute façon, il n'a plus de groupe.

(LA CHASSE AUX SORCIÈRES) Mais le vrai problème ce n'est pas Keegan qui l'ignore, ce n'est pas les quelques personnes qui chuchotent sur son passage, il peut encore les supporter, il a toujours connu les regards curieux. Le problème c'est David ; il ne le connaissait pas vraiment avant tout ça, c'est juste un vague ami de Keegan, mais maintenant il saisit chaque occasion pour le rabaisser. Sous prétexte de défendre son ami, il lui fait des farces de mauvais goût et des remarques cruelles devant sa bande qui en rit même s'ils semblent parfois un peu gênés. Mais Lou, certes il aime pas la confrontation directe, alors il réagit pas trop, mais il a pas envie de se laisser faire non plus. Alors il fait quelque chose de réellement stupide : il décide de draguer la copine de David. C'est la vengeance parfaite, et ça ne sort pas non plus de nulle part : il aime bien Marcia après tout. "C'est une mauvaise idée", lui dit Jade dès la première fois qu'elle le voit lui faire des sourires. Il le sait au fond de lui mais Lewis est marié aux mauvaises idées. Réfléchir aux conséquences, c'est pas son truc. Pourtant, il prend vite conscience que Jade avait raison, quand il se rend compte que les yeux et les mains et le sourire de Marcia font naître des frissons dans son ventre, et qu'il n'a pas envie de faire ça pour des raisons aussi mesquines, et que s'il va jusqu'au bout il va le regretter. Mais c'est déjà trop tard : quelqu'un a raconté à David qu'il les a vus fumer ensemble derrière le lycée (les rumeurs, toujours les rumeurs!). Il l'arrête sur le parking presque vide après les cours, il lui demande si c'est vrai, il lui demande ce qu'il faisait avec sa copine. Il répond rien. Cette fois, il n'y a personne pour mettre fin à la baston, et il laisse Lewis avec son œil au beurre noir et son nez qui saigne sur le bitume froid. Il reste presque une demi heure à fumer ses dernière cigarettes pendant que la nuit tombe, assis par terre contre une voiture. Il se dit avec ironie que David ne semblait plus trop le considérer comme un "pédé", avec tout ça. C'était pas son but, au fond ? Qu'est-ce qu'il essayait de prouver, franchement ?

(LES DINGUES ET LES PAUMES) C'est Jade qui met une poche de glace sur son œil quand il rentre chez elle plutôt que chez lui, ce soir-là. A ce stade, c'est une des seules personnes à ne pas le considérer soit comme un gros connard, soit comme un gars juste vraiment bizarre impliqué dans des affaires délicates. Elle sait qu'il est juste assez con, assez souvent. Ils discutent toute la nuit, et quand il rentre enfin chez lui au matin, il se fait engueuler comme jamais.

(MEXICO) Il se sent pas très bien après tout ça, il a l'impression de tout faire de travers. Les notes qui sortent de sa guitare sonnent fausses. Son groupe lui manque, Keegan lui manque, Chelsea lui manque. Un jour quand son grand-père n'est pas à la maison, il va fouiller dans sa chambre pour prendre entre ses mains les belles chemises qui appartenaient elles-mêmes à son père, et qu'il portait au pays ; et les livres écrits en afrikaans, qu'il essaie de déchiffrer bien qu'il ne parle pas un mot de cette langue. Il se demande si l'Afrique du Sud lui manque, et comme la réponse est négative il se demande si elle lui manquerait, s'il y était déjà allé. Il ferme les yeux et pense à tout ce qui lui manque ; il essaie de s'imaginer les paysages de la terre de ses ancêtres et ne voit personne qui lui ressemble. Ensuite il se demande où est-ce qu'il voudrait aller, où est-ce qu'il voudrait vraiment aller. Il imagine Chicago, Atlanta, Miami, Los Angeles. Mexico City. Il n'est jamais allé plus loin que le New Jersey : il faut commencer petit. Tout lui paraît si loin...

(DE FIL EN AIGUILLE) Il se pose beaucoup de questions récemment mais la vie continue dans le Queens. Sa guitare lui fait la tête depuis qu'il a quitté le groupe, en attendant il se concentre sur autre chose : le dessin. Il a toujours eu un vague intérêt là-dedans, mais vraiment, c'est juste une excuse pour commencer à faire ce dont il a vraiment envie : tatouer. Il veut laisser sa trace et répandre de la beauté sur la peau des gens. Et puis, si tous ces artistes DIY sur instagram peuvent le faire avec juste une aiguille, du fil, de l'encre à tatouer et du cellophane, pourquoi pas lui ? Son premier essai c'est sur lui-même, un petit soleil sur la cheville. Ce n'est pas parfait mais ça lui semble déjà très beau. Jade met un peu de temps à se laisser convaincre mais bientôt elle arbore une petite lune sur la cheville inverse, miroir de son soleil. Elle lui fait de la pub, elle qui a encore pas mal d'amis, et pour une la rumeur lui profite. Pas mal de lycées sont partants pour un tatouage amateur d'un ado manipulant une aiguille au bout d'une baguette chinoise enroulée de cellophane. C'est pas cher, c'est plutôt joli et il accepte de tatouer des mineurs, il n'en faut pas plus. Quelques-uns ne savent pas que c'est Lewis qui fait ça et sont un peu surpris en arrivant chez Jade (son salon de tatouage la majorité du temps, à part quand sa propre maison est vide), mais il n'obtient pas tant de réactions négatives. Les affaires se sont tassées, il est de nouveau le petit artiste en périphérie que tout le monde connaît de loin.

(NOUS ÉTIONS DEUX) Il commence à sortir avec Jade peu de temps après ça. C'est leur dernière année de lycée, et ils savaient que ça allait arriver. Ils se tournent autour depuis longtemps. Lewis reprend la musique — c'est l'obtention d'un synthétiseur pour son dix-septième anniversaire qui l'y pousse. C'est un cadeau qu'il s'est fait à lui-même, avec l'aide de Jade et de quelques autres amis. Aucune chance qu'un tel cadeau vienne de ses parents : ses notes mauvaises à la base ont encore baissé pendant sa phase difficile, ils ne veulent pas qu'il ait une distraction de plus. Mais maintenant qu'il l'a, ils ne peuvent pas le lui enlever. Avec son synthé et sa guitare, il commence à faire tout lui-même ; il a plus envie d'être dans un groupe, il veut faire son propre truc. Sa grosse révélation, c'est l'album de Frank Ocean dans lequel il trouve son nom de scène ; et il se lance après des semaines de travail sur ses propres chansons, et un an sans jouer devant des gens, à une fête de Nina à nouveau, ironiquement. Accueil mitigé : c'est pas aussi dansant que ce qu'il faisait avec The Lost Boys, certains se détournent de la scène, mais il y a aussi des têtes et des corps qui se balancent, on sent dans la salle qu'il y a un petit truc.

(GODSPEED) Sa musique marche quand même mieux sur Soundcloud et sur Youtube. Seigfried est plus populaire sur Internet que ne l'ont jamais été The Lost Boys, et il en est plutôt fier. Mais tout ça ne rendra jamais fiers ses parents. Il n'a pas changé, les études ne l'intéressent pas, il n'aime pas lire, écrire, calculer, rien de tout ça. Mais le problème c'est qu'il finit bientôt le lycée et le problème commence à devenir pressant. Jade veut aller à l'université, et pas n'importe laquelle, elle vise Columbia. Lou ressent un pincement au cœur quand elle le lui annonce mais il savait que ça arriverait. Ce n'est pas si loin au fond Columbia, mais c'est pourtant déjà un autre univers. Il sent que Jade veut mettre fin à ce qu'ils ont avant qu'ils commencent à s'éloigner. Il ne veut pas que ça arrive. Et pourtant, c'est lui qui rompt : "on devrait juste casser," dit-il un jour, sans contexte, sans introduction, au milieu d'une discussion le soir après les cours sur le perron des Monroe. "C'est vrai, on va devoir le faire de toute façon." Il regarde le sol, il ne veut pas voir sa réaction. Pas grand chose n'est dit après ça. Fin abrupte à la relation la plus importante de sa courte vie : il regrette un peu de l'avoir fait aussi mal, mais il n'avait pas envie de laisser traîner les choses, de perdre du temps à trouver les bons mots. Ce n'est pas maintenant qu'il va commencer à réfléchir à ses actions.

(LES YEUX LEVÉS VERS L'ASPHALTE) Lou ne va pas à la fac, à la place il va dans le Bronx. Ça lui correspond quand même mieux. Il ne garde pas vraiment de liens avec ses amis du lycée. Il trouve un boulot de livreur de pizzas, il explore le quartier pour trouver où il peut jouer ; il repère les bars et les cafés, jette un œil à la boîte de nuit de gay, il trouve aussi le salon de tatouage. Il se dit qu'il va se plaire ici. Il connaît personne, et personne ne connaît ses conneries. Il prend des résolutions : sourire aux gens (pas si dur au final), avoir une vie sociale normale (peut-être faisable) et arrêter de prendre des décisions stupides (parfaitement impossible).
©️️ Nous sommes de ceux


Dernière édition par Lewis Arendse le Mar 26 Déc - 23:46, édité 3 fois
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: lewis – the world won't listen   Ven 22 Déc - 3:44
Mais quel perso original HAN
j'adore les origines, clairement :l:
et il est trop pipou oh lala POTTE
bref j'suis sous le charme bsr
j'ai hâte d'en lire plus et de le voir en jeu ton bbchou
bienvenue ici CUTE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11228-jessica_-now-your-mess
avatar


▹ MESSAGES : 536
▹ INVESTISSEMENT : 0

▹ AGE : 20 ans. (22 jan)
▹ APPART : #801 - 8e étage
▹ TAF : étudiante en langues étrangères.
▹ AVATAR : Nadine Leopold
▹ DC : //

MessageSujet: Re: lewis – the world won't listen   Ven 22 Déc - 3:55
bienvenue parmi nous ♥️


skies on fire
you look so good, my heart rate higher cause architects and artists build towers to admire, but you control the floodgates and i’m on fire.

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2900-al-o-la-bombe-a-retarde
avatar
« révolé sa mère. »
« révolé sa mère. »

▹ MESSAGES : 5193
▹ INVESTISSEMENT : 0

▹ AGE : 20 ans, l'âge batard, trop vieux pour garder un pied dans l'enfance, trop jeune pour ta récente paternité.
▹ APPART : #1411 (F3) avec tes pioupious.
▹ TAF : Dealer local du Parking et environs proches, il est également l'associé de Deirdre Haynes au garage 8Ful.
▹ AVATAR : Joe.
▹ DC : Henry et Elliot



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: lewis – the world won't listen   Lun 25 Déc - 23:16
Bienvenue parmi nous HAWW
18 ans...toi, tu pourrais bien devenir un pioupiou ! C'est pas comme si tu pouvais vivre de la musique :PERV:


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: lewis – the world won't listen   Mar 26 Déc - 0:02
HAN Twisted Evil :l:
Bienvenue par ici. MIAOU
Il a l'air trop bien ton perso, ouesh. SLIP
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: lewis – the world won't listen   Mar 26 Déc - 23:48
Merci tout le monde, ça fait plaisir HAN j'ai posté mon histoire, et je m'excuse au passage pour la longueur assez excessive de celle-ci, j'étais inspirée GNOE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5328-geert-juste-un-doigt#10
avatar
« requin d'eau douce »
« requin d'eau douce »

▹ MESSAGES : 1143
▹ INVESTISSEMENT : 0

▹ AGE : 56 ans.
▹ APPART : 142.
▹ TAF : Pornographe.
▹ AVATAR : Chris Noth
▹ DC : Makayla la sauvage, Odalie la sirène



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: lewis – the world won't listen   Mer 27 Déc - 3:21

Validé !
Félicitations, tu rejoins le Parking !

Félicitations ! La Concierge a bien étudié ton dossier et a décidé de t'attribuer un appartement au sein de son précieux immeuble ! Il a beau commencer à décrépir, elle l'aime son Parking alors si tu veux un conseil: ne tue jamais personne sur la moquette des couloirs parce que sinon, c'est toi qui va y passer ! En attendant de t'installer, pense à bien remplir ton profil et remplir les champs de la base de donnée ! Voici les liens qui te seront utiles pour bien commencer le jeu:

Listing des Appartements Listing des Voisins
Gérer son compte Créer sa fiche de liens
Listing des Multi-ComptesFaire des heureux
Roulette du RPS'intégrer aussi un peu



©️️ Nous sommes de ceux


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: lewis – the world won't listen   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.