avatar
Invité
Invité
MessageSujet: BAX | B O N E M A R R O W   Dim 3 Déc - 6:26

Bax Ó Súilleabháin
les murs de l'esprit éclatés



(NOM) Ó Súilleabháin, c'est un empire déchu qui pèse trop lourds, un royaume à reconstruire, quelques mots qui font survenir l'odeur de la crasse, le craquement sinistre qui annonce la mort. Un nom irlandais qu'on prononce en crachant, les lèvres déformées de rage ou de mépris, qu'on ne soupir pas dans un élan d'admiration. Fier d'en être le porteur, il sait pourtant trop bien que c'est comme une malédiction jeté sur les corps qui s'animent avec ce fardeau sur le dos,à qui flanchera le premier sous son poids.  (PRÉNOM) Baxton, il a oublié. Baxton, c'est un passé qui porte le visage d'un ado, la naïveté encore au creux des reins et au fond des yeux. Baxton il avait pas encore croisé l'Enfer, il espérait pas grand chose de cette vie d'merde pourtant. Il a juste cru qu'il réchapperait à finir comme sa pute de mère. Histoire banale qu'on peut murmurer dans l'Bronx. Puis il a préféré rayer quelques lettres, qu'on hurle Bax ou qu'on le murmure, il s'en branle. Il serre les dents si on lui rappelle que c'est qu'un surnom, qu'on rouvre une plaie qu'il a pas envie d'écouter. Le pouvoir d'un nom, d'un mot, Bax connait trop bien, c'est parfois plus douloureux qu'un poing qui dérape contre un os. (ÂGE) 39 années qui commencent déjà à peser mais qui l'ont doté d'une patience sans fin. Il sait attendre Bax, longtemps, sans se lasser. Il s'fiche des dégâts du temps sur sa gueule, c'est son âme qui devient lourde de secrets, cette impression d'avoir vécu dix vies, dix vies d'merde qu'il tente même plus d'oublier. Ses mains sont tatouées de bien plus de sévices que ne l'affiche son âge, de bien plus de conneries et d'abus. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 25 mars 1978, peu de gens le savent, il s'fiche de ce jour où sa mère l'a sortit de son bide dans un New-York déjà à moitié contrôlé par les irlandais. C'est son existence qui a fait l'effet d'une balle dans l'coeur à celle qu'il refuse d'appeler mère, qui l'a longuement tuée jusqu'à ce qu'elle en finisse d'elle-même, le maudissant encore, encore, assez pour qu'il souvienne encore de ses hurlements accusateurs, du bruit de ses ongles raclant les murs ou peut-être sa peau ? (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) L'encre d'années passées sur le terrain gronde encore au fond de sa tête, ça cogne doucement pour lui rappeler gentiment qu'il a fait des trucs sales pour le prédécesseur d'Ambrose, une enflure qu'il a prit le temps d'éliminer sans même lui foutre la fourchette au fond de la gorge. Des jours cramés à faire le sale boulot pour un clan qui partait en lambeaux, des balles perdues dans des crânes d'innocents. Il a vu les yeux de salopes innocentes se ternir simplement parce qu'on lui avait demandé. Du sang écoulé pour rien. Quand Ambrose a reprit la couronne, Bax n'a rien dit, à peine un sourire esquissé alors que toute son âme hurlait de vengeance. De larbin, il est passé bras droit avec l'amertume qui va avec, de devoir gommer de la carte le seul qu'il a pu voir comme le boulet qui le retenait au sol, qu'il a bien souvent empêché de vriller. Pour l'instant, c'est juste lui qui s'occupe de recruter, de dire oui ou non, d'éclater des nez si l'envie lui prend, d'organiser et de bouger ses pions avec la patience d'un joueur d'échec. (NATIONALITÉ) Américain depuis bien longtemps, ça le rempli pas de fierté, il a même du mal avec la plupart de ses congénères, vomit leur mentalité mais ici ça restera son pays. (ORIGINES) Irlandais, ça s'entend pas, ça ne se voit pas et il s'en porte mieux comme ça.(STATUT CIVIL) S'poser ça a jamais été pour lui, il s'en fiche Bax des femmes et de leurs espoirs de vie confortable, il est loin des rêves ordinaires. Il baise parce qu'il le faut, les rayent de son horizon quand elles servent plus, parfois ça dure une semaine puis deux puis il se focus sur une autre. C'est un cercle qui lui va bien et qu'il ne compte pas changer. Parce que ça fait vingt ans, vingt ans qu'il désir sans prendre, que plus que son cœur, son âme se noie pour un bijou qui prend trop d'place dans son existence, qu'il gère sa vie comme un père et avec la froideur d'un protecteur. Elle ne sait pas, ne sait rien, ne saura jamais parce qu'il se tait, parce qu'il n'espère pas. L'espoir, le plus tueur des poisons. (ORIENTATION SEXUELLE) Il s'est jamais posé de questions sur sa sexualité. Comme un truc écrit au fond de sa peau, il aime les femmes, les regardent, les admirent, les méprisent avec tendresse. Ce sont des corps jolis à mater, moins à garder près de soi. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) Ça date trop pour qu'il se souvienne de la date mais il traîne dans cet immeuble qui pue le luxe de la misère depuis un moment.  (GROUPE) De ceux qui vivent.

« Le sage assure sa survie avant de l'apprécier. Le fou meurt en l'appréciant. »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Il crèche ici depuis qu'il est en âge de vivre seul, il a vu jaunir les murs comme il a vu les fissures se créer çà et là sur le sol d'un immeuble délabré. Il est arrivé avec les traits d'un gamin ressortant avec la gueule démontée d'un gars qui scalpe des gueules avant de rentrer dîner. Puis y'a eu l'ombre de feu qui l'a rapidement suivi, le traçant d'abord comme un boulet accroché la jambe, peau pâle d'une main d'enfant sans cesse accrochée à son jean jusqu'à ce que la main se détache, que le corps s'écarte, plus élancé, démarche de gamine et insultes rieuses. Il passe peu de temps dans l'appart depuis, délaisse ou fuit peut-être une Némésis un peu trop collante quand elle veut.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Il connait que peu de personnes, n'est pas du genre à traîner trop longtemps dans les fêtes qui célèbrent les voisins parce qu'il se fiche bien de qui crève ou meurt ici, des commérages qui circulent, des passions qui animent chaque corps de ce bloc de briques et de béton. Il n'aime ni ne déteste l'endroit, il y vit parce qu'il lui faut un toit, parce que c'est là qu'il a décidé de vivre et de faire son nid, sans s'y sentir plus en sécurité que ça. Sûrement qu'il restera pas là un temps infini de plus lorsqu'il aura achevé son tableau dans le clan.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) On ne cerne pas grand chose et quand on croit le cerner, on se rend compte que y'a toujours plus à comprendre ou qui soulèvent d'autres questions. Voulu ou pas, il s'en satisfait sans broncher. Bax c'est le type qui traîne dans les couloirs, parle rarement, gronde, grogne avant de revenir à une attitude plus civilisée, plus « humaine ». On frôle pas les murs en le croisant pourtant, certaines offrent un sourire auquel il répond ou pas, un coup de tête en signe de salut, des regards emmêlés mais rien de plus. Il se fait discret dans l'immeuble, se fait ombre parmi les ombres, bruyant dans son silence, il fait pourtant partie du décor depuis assez longtemps pour qu'on sache à quel étage il crèche et avec qui. Les rumeurs courent sur lui, font écho, lui reviennent souvent aux oreilles mais glissent sans qu'il ne cherche à les démonter. Les gens parlent et parleront encore, qu'ils soient dans le vrai ou non, ici il craint pas grand monde à part son propre clan et celui qui le tient d'une main de maître.

PSEUDO/PRENOM : SCARFACE. | Whitney ÂGE : 20 ans (j'ai 21 dans deux semaines on oublie ap #pute) PAYS : La France FRÉQUENCE DE CONNEXION : jamais lol (h24 obviously) COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : J'me suis perdue, j'retrouve plus mon chemin (la blague recylcée ouais) REMISE EN JEU Ah nah, désolée. (TYPE DE PERSO) inventé. (CRÉDITS) écrire ici COMMENTAIRE OU SUGGESTION : Ce perso n'est pas pechotable (du verbe pechoter), ici gît un glaçon  NIARK  AVATAR : Ben Barnes

©️️ Nous sommes de ceux



Dernière édition par Bax Ó Súilleabháin le Jeu 14 Déc - 16:54, édité 6 fois
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Dim 3 Déc - 6:27

Raconte moi une histoire...
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.



Ω Il s'est longuement esquinté son innocence de gosse dans un vieux studio où sa mère créchait, jamais trop longtemps, s'évadant parfois des semaines entières sans jamais revenir pour prendre soin de l'enfant qu'elle avait vomit par les cuisses. Il se rappelle de ses yeux de démons, noirs, si noirs de rage qu'il a plus eu peur que de ça, oubliant ses autres phobies de gamins. Son cauchemar, ses monstres de sous le lit, c'était sa mère et ses cheveux bruns semblable à une paille crasseuse, sa peau laiteuse souvent marquée des sévices de cet extèrieur qu'il a exploré bien assez tôt pour comprendre qu'il allait devoir mordre le premier si il voulait pas se faire bouffer. Sa seule musique c'était le bruit affreux du craquement des ongles de sa mère contre le plâtre d'un mur déjà creusé par d'autres passages de ses mains griffues. Parfois, sa mère hurlait, le secouait jusqu'à ce qu'il se gerbe dessus et il a supporté longtemps, assez pour patienter jusqu'à ce qu'elle décide de crever, seule, sans attendre de lui donner quelque chose. Il a jamais su pourquoi, pourquoi elle s'est passée la corde autour du cou pour quitter son monde, pour le détacher d'elle pour une éternité. Y'avait le parfum de la mort dans tout l'appartement, le froid du néant et cet affreux silence qui l'a convulsé de l'intérieur. Parce que y'avait toujours du bruit avant, toujours sa mère et ses marmonnements, sa mère et ses cris, de plaisir ou d'horreurs, sa mère, tâchant toutes les pièces de sa présence. Puis plus rien.

Ω On l'a vite foutu ailleurs à peine le cadavre de sa mère viré de l'appart, entraîné dans des coins tout aussi craignos que celui où il avait habité dix ans de sa vie. Le gosse en lui s'est brisé et Bax il a fait le ménage assez vite. Il a oublié les jeux, les rêves pour connaître mieux, pour plus avoir à trembler, l'estomac resserré par l'angoisse, sentiment puant, tueur de dignité et qui fige chacun des muscles. La peur ça finit juste par t'emmener dans la tombe mais ne pas en avoir du tout finit par te renvoyer à la même fin. Il a tissé sa patience à partir de là, dans un foyer où les meufs tapines ou dealent et où les mecs paient les mêmes meufs pour les mêmes trucs. Pas de disciplines à par celle de qui sera le plus fort. Une chambre partagée avec un autre gamin dont le nom lui échappe et rien que des murs blancs. Sans traces d'ongles ou de l'encre du sang séché d'une furie. Il s'est pas apaisé pour autant, il a apprit à frapper, à crever la peau, s'est trop souvent fait réprimander pour s'en rappeler. Il voulait pas faire peur Bax, juste plus avoir aucune trace de soumission dans les veines, de prendre le masque de la victime. Bax cherchait le pouvoir, l'ivresse d'avoir un truc à faire respecter chez lui. Il a pas eu le temps de le propager. Un gars est venu, l'air sombre, glacial, comme si toute trace de divertissement s'était barré pour laisser la place à une sagesse qui n'augurait pourtant rien de bon. C'est quand ses yeux ce sont figés dans ceux de ce type que le monde a implosé.

Ω Daire Ó Súilleabháin. Il s'est présenté d'un ton peu conciliant, comme on crache un ordre et qu'on s'attend à voir exécuter dans la seconde qui s'écoule. Il a pas tressailli Bax malgré son âge, comme les muscles épuisés pour toute une vie de trembler et se crisper et il a à peine comprit qu'il faisait face à son père - s'en foutait peut-être aussi - un mot sans sens pour lui jusqu'à présent, une silhouette sur laquelle planait toujours une ombre trop opaque pour qu'il puisse s'imaginer à quoi ça ressemble un père. Et c'est à partir du jour de cette rencontre qu'il a donné âme à un homme qui ne lui a inculqué que la discipline et l'art de fermer sa gueule quand il le faut. Un mentor plus qu'un père, il l'a plongée dans un monde où le staccato des balles se fait souvent entendre, où les corps tombent, sourdement et où on s'en branle. C'était un monde entouré d'un beau velours qui caché la laideur du crime. L'enfant est devenue un adolescent silencieux, méticuleux mais dont tout le corps respire la rage, comme un feu à peine contenu qui cesse jamais de le brûler et de lui rappeler que ça peut éclater à la gueule de n'importe qui, que sa haine choisit pour lui.

Ω Le clan irlandais l'a accueilli sans rechigner. Mais il a tout de suite accroché ses yeux à celui d'un autre enfant à l'époque. C'est une longue conversation silencieuse qui a filtré de ce regard échangé, des mots sans lettres, des sentiments silencieux et le premier sourire qu'il a pu laisser éclater depuis des années à faire la gueule. Ambrose a été le seul à pas détourner les yeux, à pas craindre d'approcher, à prendre toute la place sur ce barrage qu'il avait toujours mit entre le monde et lui. Comme par peur de devenir le mur contre lequel on ferait ses ongles, le démon de sa mère planant toujours sur ses épaules, lui murmurant d'avoir peur de tout, de rien, de ce garçon qui avait l'air d'avoir baigné dans ce monde depuis bien plus longtemps que sa tronche de gamin pouvait le laisser croire. Peut-être qu'il avait déjà dû en voir des trucs laids,ce genre d'images qui restent longtemps accrochées à la rétine pour te rappeler sans cesse, sans se lasser que t'es dans un monde de merde. Il est devenu une ancre, celui qui l'a remit en place quand il pouvait flancher, à l'ombre des yeux curieux de voir le fils d'un connard de mafieux se fêler pour pouvoir le briser. Ambrose c'est le vin dont il est jamais arrivé à se lasser, le mot ami lui a jamais convenu, frère, peut-être, un lien en titane qu'ils ce sont plantés dans l'esprit. Parfois y'a pas de paroles à échanger, juste un coup d’œil, les autres qui comprennent pas et Bax qui s'en fout. Bax qui, pourtant, sent doucement que le titane peut fondre, que ce sera à lui de briser le fil qui les tient l'un à l'autre, pour l'erreur d'un autre que Bax a jamais supporté, pour le fou qui servait de père à Ambrose, parce qu'il se voit pas ne pas venger celui qui a buté le seul homme restant de sa famille.

Ω Et Bax s'est fait patient, comme toujours. Il a attendu des années, longues, éprouvantes avant d'attaquer. Son père est mort sept ans auparavant, le laissant avec bien assez de leçons pour qu'il puisse les appliquer à la perfection aujourd'hui. La mort de son géniteur reste un fait qu'on a toujours refusé de lui expliquer jusqu'à ce que ce qu'il considérait presque comme un oncle lui crache la vérité, ivre mort, dans un flot de rage après des heures à le pousser à avouer. Il a attendu, s'est fait souriant quand il le fallait, avenant et a gardé le secret face à Ambrose. Le pourquoi du crime de son père reste un fait inexpliqué mais peut-être qu'il a eu trop envie d'en finir plutôt que de se torturer encore. Sans même touché lui-même à l'assiette de son ancien boss, Bax a laissé le temps passer cette journée-là, assez pour que le corps se durcisse légèrement, que le sang refroidisse, que sa gueule de sous merde reste longuement enfoncée dans son plat. Le hurlement d'une des filles du bar a vite fait d'alerter tout le monde. Ridicule et même trop facile pour lui qui n'a pas eu à jouer l'étonné ou le meurtri. Non, il n'a pas eu à jouer le type à l'âme blessée et il n'a rien regretté même en se présentant devant Ambrose, en jouant le soutien et en montant brutalement en grade quand ce dernier a reprit la couronne d'un maudit.

Ω Elle brûle comme l'acide caressant la peau et pourtant, elle apaise son existence douloureuse, lui paraît être celle qui secoue les axes, les fait vriller et le vent assez violent qui sait le faire tanguer d'un mot. Il a aperçut son visage boudeur bien assez tôt pour connaître son visage d'enfant puis pour apprendre par cœur celui de l'adolescente. Un port de reine pour le caractère d'une furie. Jada, c'est le nom qu'elle a décidé de choisir lorsqu'il lui a demandé. Il a acquiescé, n'a rien demandé de plus quand sa garde lui a été donné, faisant doucement écho à sa propre rencontre avec son père. Leur sang n'est pas lié, peu importe les mensonges qu'il a colporté au sein du clan pour rendre Jada intouchable, lui est bien trop conscient de tout ce qui les séparent et qui pourtant comblent leur vide. Son vide, un trou sans fin qui prend forme au creux de sa poitrine, où elle a sûrement glissée sa main à un moment pour y pêcher le peu de résistance qu'il lui restait. Pourtant Bax ne lui donne rien, à part des mots rudes, des couteaux qu'il plante tout en craignant de voir parfois ses yeux s'embuer de douleur. Peu importe pour lui qui s'interdit d'approcher et continuera à ne pas le faire. Jada c'est le joyaux qu'il a mit sous un halo protecteur, qu'il observe, qu'il dessine et redessine en apprenant par cœur la forme de son visage et les reliefs de sa personnalité, sans jamais touché, sans jamais même pensé à lever la main. Non, au lieu de la briser entre ses doigts il lui offrira un royaume, une vie entière de sécurité, ce qui semblera être une source inépuisable de plaisirs éphémères.

Ω Un an qu'Ambrose est au pouvoir, qu'il remonte doucement mais sûrement un clan partit presque en poussière, régnant sur des ruines dont les pierres sont remises une à une. Bax a su rapidement ce qu'il conseillerait à celui qu'il seconde. Il est ses poings, ses mots, ses crimes. Peu importe pour lui qui n'a plus tremblé en plantant quelqu'un ou en arrachant quelque chose à un être vivant depuis longtemps. Les rafles lui sont venues alors rapidement en tête comme un plan parfait pour retrouver un semblant d'emprise sur le quartier puis la ville. Enlever des femmes ou même des enfants ne lui fait pas vraiment regretter sa décision, certaines choses exigent des sacrifices qu'il porte sur la conscience, qu'il prend sans broncher, des cicatrices en plus qui forge encore son armure, certaines plus douloureuses que d'autres mais qu'il trouve nécessaire pour réussir à mettre un point final à ses envies de revanches. Sa punition viendra bien assez tôt pour toutes ces années de cadavres tombés sous ses mains ou ses ordres, pour toutes ces vies décimées. Sa punition où réside pourtant l'assouvissement de sa soif de vengeance.


©️️ Nous sommes de ceux


Dernière édition par Bax Ó Súilleabháin le Jeu 14 Déc - 16:38, édité 5 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7649-no-pain-no-gain-yulian
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 784
▹ INVESTISSEMENT : 34

▹ AGE : 28 (26/01)
▹ APPART : #104 avec Eden (1er)
▹ TAF : Dealer
▹ AVATAR : Shiloh Fernandez
▹ DC : Luna la princesse



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Dim 3 Déc - 9:47
:l:




Been flirtatious with death
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Dim 3 Déc - 12:30
NIARK NIARK NIARK
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Dim 3 Déc - 13:19
pas mal la meuf :l:
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Lun 4 Déc - 2:57
YULIAN, :l: :l: CUTE j'vais remettre un peu le bordel dans ta life SIFFLE
KOSTA, tu fais trop peur avec ton sourire pleins de dents Surprised (:l:)
VINCI, t'es pas mal toi aussi HEHE mais bon tu fais peur toi aussi Surprised
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Jeu 7 Déc - 1:04
Tu pouvais pas rester en Italie HEIN
(Rebienvenue, hâte de feels sous les étoiles avec nos pipous :l:)
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7945-nina-don-t-tell-me-this
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 7889
▹ INVESTISSEMENT : 120

▹ AGE : 25 ans (05/08)
▹ APPART : #202, avec le serbe
▹ TAF : Cambrioleuse / Hackeuse / Organisatrice d'événements pour le Sapphire
▹ AVATAR : Meg Myers
▹ DC : Eden



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Jeu 7 Déc - 11:15
Re-bienvenue :l:




▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼
• The feeling of your skin is locked in my head •

(c) Miss Pie

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Ven 8 Déc - 17:48
MATTY, Non, j'ai oublié ma veste au Parking MILY LA PRUDE (ouiii vivement FAN :l:)
NINA, merci beaucoup :l:
En ligne
avatar
« Chouchou d'Al »« Chouchou d'Al »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t8762-lincoln-it-s-morning-ag
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 1899
▹ INVESTISSEMENT : 36

▹ AGE : Dix-huit désillusions.
▹ APPART : #1411, les Boloss.
▹ TAF : Survivre et c'est à plein temps.
▹ AVATAR : Bjorn Winiger
▹ DC : Maddox l'intox & Georges la douceur.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Sam 9 Déc - 1:03
Re-bienvenue sur le forum ! :l:


.
avatar
« Pétales brûlés »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11288-art-laisse-moi-respire
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 1177
▹ INVESTISSEMENT : 84

▹ AGE : vingt ans, la cervelle pétée, le cœur accroché au quartier. A l'autre révolé.
▹ APPART : Le 106, premier étage. Voisin un peu trop sage.
▹ TAF : Secrétaire au garage, poitrine masculine. Capitaine de son naufrage, vendeur de farine.
▹ AVATAR : Anton Lisin
▹ DC : Kendall Eden, la dévergondée.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Sam 9 Déc - 11:18
C'est qui cette fragile là ? Emo jamais vu SIFFLE
Rebienvenue Ma couille :l: Emo


embrasse-moi comme tes cigarettes
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Lun 11 Déc - 4:14
(et le prix d'la meuf lourde revient à Whitney NIARK)
LINCOLN, merciii :l:
ART, ftg j'suis plus fragile maintenant NIARK "ma couille" tu connais pas ça toi Surprised
merci bisous bb :l:
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t12927-lizz-ailes-deployees
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 1524
▹ INVESTISSEMENT : 14

▹ AGE : 24 ans
▹ APPART : 1203, douzieme étage
▹ TAF : étudiante en sciences anthropologiques le jour, trafiquante la nuit et serveuse les weekends
▹ AVATAR : Melina Martin
▹ DC : Aliah & Drill



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Lun 11 Déc - 11:39
Noé Malverti a bien changé dis donc :hihi:
T'es beau (belle) comme ça aussi HEHE
Bon courage pour ta fiche :l:
Et rebienvenue parmi nous louloute CUTE



( FILLE LIBRE COMME L'AIR )
fille aux ailes d'argent, oiseau volant. Regarde le monde cruel avec ses yeux clairs, se créer des rêves pour tenter de toucher l'univers.


avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Lun 11 Déc - 12:00
Je ne suis pas d'accord. (Pis dsl mais ton prénom on dirait un meuble IKEA. BROKENHEART)
avatar
« Soldat de la Tsarine »« Soldat de la Tsarine »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6315-niilo-kuolema-tekee-tai
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 5962
▹ INVESTISSEMENT : 75

▹ AGE : 37 ans
▹ APPART : #902
▹ TAF : Agent de sécurité du Red Light | Protecteur des meilleurs (Blackson, Coalman, Kourakine, Williamson)
▹ AVATAR : Lasse Matberg
▹ DC : Mimi, Ness, Dei.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   Lun 11 Déc - 12:03
Moi ça me fait penser à Baxter le laboratoire MDR
Re, grouille de finir ça Surprised


Et toi, de mes exploits glorieux instrument, mais d’un corps tout de glace inutile ornement ; fer, jadis tant à craindre, et qui, dans cette offense, m’as servi de parade, et non pas de défense.

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: BAX | B O N E M A R R O W   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.