AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 14:22

Anaël D'Albenas
Je suis l'esprit qui toujours nie. Et c'est avec justice, car rien n'existe en ce monde qui ne mérite d'être détruit.



(NOM)  D'Albenas. Du foutre en lettres pour marquer mon être du sang de mes aïeux. Pour qu'encore et en corps j'existe pour eux. Je suis de ceux qui ne connaissent pas de décès. Les grandes lignées, les grandes fortunes, les destins tracés. Petit déjà, j'prenais les autres pour des cons. J'savais la valeur de mon nom. Le fier fils du saint père. Nourri au sein de la nourrice pour ne pas abimer le silicone dans ceux de la mère. D'Albenas, c'est l'histoire d'une partie de jambes en l'air dans un lit à baldaquin. Le nom bourgeois d'un voyou en costard De Furssac et chemises de soie. Je suis de ceux que tu aime détester. De ceux que tu envie en secret.  (PRÉNOM) Anaël. C'est difficile à hurler alors souvent, elles m'appellent Ana. Eux, ne m'appellent pas. Je ne sais pas d'où ça vient, je sais juste que c'est moi. Trois voyelles, pour deux consonnes. Cinq lettres que tu ne retiendras pas. Que je ne veux pas que tu apprennes. Qui n'appartiennent qu'à moi. Que je ne te donnerais pas. Je ne suis pas le plus sociable ni aimaible des malfrats.  (ÂGE) 23 ans. Dans ma tête, j'en ai dix sept. On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans. On a tout le temps. Je suis de ceux qui comptent les années en saison. Pour qui il n'y a que des Automnes, jamais de Printemps.  (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 7 juillet 1994. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) J'apprends à gérer les affaires de mon père pour lui succéder. Trop occupé à m'ennuyer. (NATIONALITÉ) Française. (ORIGINES) Allemandes. (STATUT CIVIL) Célibataire. (ORIENTATION SEXUELLE) Hétérosexuel. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) 1 Septembre 2017. (GROUPE) De ceux qui vivent.

« Alors, tu pourras te vanter d'avoir croiser le diable.  »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) C'est arrivé comme ça, comme un coup de poing. Un matin. Un vrai coup de poing. Mon père furieux qui me tire par l'oreille jusqu'à son bureau. Je suis épuisé, me remet à peine de mon voyage en Thailande. J'ai les oreilles bouchées par le sommeil, pourtant j'entends des râles. Une fusillade d'insultes que je ne saisis qu'à moitié. Raclure, fils indigne, incapable, lâche, immature, petit con, enfoiré, pauvre merde. Un peu le même refrain, comme quand j'étais gamin. Il hurle, je ne comprends rien. Jusqu'à ce qu'il agite une feuille devant mes yeux. Une facture corsée. J'essaye de me souvenir, mais ma tête ... ma tête ne veut pas émerger. Je le regarde effrayé, une nouvelle giffle, une nouvelle insulte. Trois millions. C'est ce que j'ai dépensé en une soirée pour acheter un club de strip tease à Bangkok. Je ne m'en souviens pas. Mon père va me le rappeler toute ma vie. "Sale gosse insolent et inconscient de l'effort". C'est ce que je suis. C'est sa faute à lui. A 23 ans il décide de rectifier le tire. Il m'envoie en plat pays découvrir "ce qu'est la vie". Rationnement des dividendes, comptes à rendre sur toutes mes activités. J'ai 23 ans, il veut faire de moi son PDG. Alors j'ai le droit à une immersion en pleine nature urbaine, au milieu des gens normaux et insipides, pour gagner en maturité. Encore une idée à la con pour pouvoir m'envoyer à des milliers de kilomètres de la maison et se taper toutes mes ex copines dans mon salon.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Je n'en sais rien. Je les regarde sans les regarder. Ils sont là, à côté, comme des fantômes qui passent sans me transpercer. Tous les mêmes visages, la même allure. Que j'observe avec dédain, accueille avec mépris. Ils transpirent la médiocrité comme les murs qui les accueillent. Ils ne sont ni valeureux, ni précieux. Je les regarde comme une bombe humaine. Prête à exploser au moindre claquement de porte, à la moindre réflexion. Je ne suis pas de nature sociable, l'antipathie est inscrite dans mon ADN. Alors, si vous voulez mon avis sur tout ça ? Des sardines en boite avariée qui ne mérite, à mon sens, ni égard, ni salue.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Le voisin narcissique et bruyant, qu'agit comme si tout lui appartenait. Qui ne dit jamais bonjour, passe toujours le premier. Monte seule dans l'ascenseur même quand une personne âgée voudrait l'accompagner. Insolent, arrogant, méprisant. Celui aux longs manteaux, aux costards sombres, au sourire inexistant. Le regard noir même quand vous le congratulé d'un sourire. Le voisin étrange, à l'accent étrange, qui semble s'être perdue ici. La limousine toujours garée aux pieds de l'immeuble. Le sale riche qu'on aurait envie de dégommer.

PSEUDO/PRENOM : Emyr ÂGE : 27 ans PAYS : France FRÉQUENCE DE CONNEXION : Assez fréquente, 2 fois par semaines. COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : Sur google. REMISE EN JEU Non (TYPE DE PERSO) inventé (CRÉDITS) Tumblr COMMENTAIRE OU SUGGESTION : Bonjouuuuuur  CUTE  AVATAR : Ed Westwick

©️ Nous sommes de ceux

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 14:23

Anaël D'Albenas
N'y a-t-il que dans les crématoriums qu'on trouve un peu de chaleur humaine ?



Froid, j'ai froid. Jusqu'à l'intérieur de moi. L'eau boue dans mes intestins déformés. Ils se contractent, lestes, éventrés. Le ventre lui-même éventré. Comblé, vidé, incomplet. C'est un trou blanc cramé à la lumière noire. La rue, je ne la regarde pas. J'y marche, je la connais par coeur. J'ai froid. Il n'y a pas de bruit, les yeux tournés vers le thorax je sens mes palpitations geindre comme une musique de guerre. Vacarme muet qui tambourine, elle me traîne ivre, fatigué. Colère, rage et euphorie se baladent sur mes membres engourdis, se choquent aux parois, s'entrechoquent parfois. Des coups de poing de plus en plus fort, pas de répits, pas de répits. C'est douloureux dedans. J'ai mal à l'estomac, envie de vomir. De hurler, violenter mon crâne contre les murs de pierres, le faire exploser. Je suis enragé. Je ne sais pas pourquoi. Qui est cet Hadès au fond de moi, d'où vient cette infatigable colère à l'intérieur de moi ? Je ne me souviens pas. C'est là et je ne sais pas pourquoi. Elle ressemble à un écho virulent, à un tremblement de se taire, à un bruit étouffé. Que s'est-il passé ? J'ai envie de cogner. Frapper les briques, les tempes, la tête, écraser la grêle, l'eau devenue grêle et tout expulser. Mâchoire crispée, elle me fait mal. J'ai l'impression que ma bouche est vissée, ma bouche est sèche. Superficielles. Les émotions superficielles, eaux d'artifices, extérieures, importées. Je ne peux pas m'en débarrasser. Je sais, je sais, elles ne m'appartiennent pas. Je m'accroche à cette idée pour ne pas mourir de froid. Je sais, je sais, je les ai accueillies quand les autres ne me voulaient pas. J'ai ouvert les bras autrefois, je les ai aspirées à pleine dents. Mordu dedans pour se rassasier, nourrir l'inconstant, remplir le creux qui n'arrêtait pas de gargouiller. Elles me creusent. Il y a quelques semaines, quelques mois, je ne sais pas. Je les ai avalées ces émotions quand il fallait trouver des raisons à ce qu'on ne ressentait pas. Quand il fallait formaliser, faire en sorte de dire quelque chose, n'importe quoi. Habiller l'absence d'émotions par d'autres émotions, se forcer à les croire, les croire parce qu'elles étaient mieux que le rien. J'étais fatigué du rien, j'ai voulu en faire quelque chose. Mettre des noms, des lettres, de la consistance sur le cantique silencieux. Je pensais qu'elles partiraient. Je pensais qu'elles ne resteraient pas là, que j'allais les digérer. J'ai tenté de mettre des doigts invisibles au fond de ma gorge pour les vomir, mais elles sont restées là. Greffées sur chacun de mes muscles contractés, elles ne partent pas. Je sombre, je suis sombre. En colère, j'ai froid, tellement froid. Du vent, des images, elles étaient l'élan pour ressembler à un autre qui me ressemblait. L'autre moi. Tuer le malade imaginaire imaginé pour soi tant elle était pénible la vacuité. Elles me hantent. J'ai envie de frapper, cogner, casser la gueule de quelqu'un, je n'en sais rien. N'importe quoi pourvu qu'elles arrêtent leur fête, je suis gavé de ce festin, il faut qu'elles disparaissent. Elles ne disparaissent pas. Je ne suis pas en colère, la colère est là. Je n'ai pas envie d'être en colère, elle me prend dans ses bras. Creuse des trous opaques dans ma poitrine, je n'ai plus faim, avale encore ce que je recrache. J'implore le rien de revenir me dévêtir, faire demi-tour, partir. Calcine le sang, c'est de l'acide qui court, j'ai envie de crier. Ma bouche est cousue, sèche, langue ventousée au palais, dents occupées à mâcher. Je sais qu'elles sont fausses, qu'elles ne m'appartiennent pas. Je ne sais pas les résorber. Elles sont irréelles et je suis plongé dans leur réalité. De la tête aux pieds, je ne sais pas m'en extirper. Quand j'avance encore, je danse pour marcher. La chorégraphie jusqu'à l'immeuble, je l'ai répété mille fois, je connais les gestes, je compte les pas. Mes jambes ne sont pas à moi, elles dansent. Je suis en colère, ce n'est pas ma colère. Ce n'est pas moi, ce n'est pas moi. Elles parasitent ces émotions, elles transforment mon ventre en sac de rage. Elles sont aux autres, elles me commandent. Je marche comme on tangue, il ne fait ni jour ni nuit. L'immeuble est froid, la porte grince, elle se moque de moi. Je m'arrête pour la regarder se fermer comme on consent à son incarcération. Elles sont aux autres, elle est aux autres cette colère. Un harpon, elle m'attire là et si je me débats, elle serre l'étreinte, embrasse-moi, embrasse-moi. Elle me hante ta colère, reprends-la, je n'en veux plus, je te la rends, elle est à toi. Elle cogne plus fort quand la rue se dissipe, que la cage d'escalier résonne à chacun de mes claquements de chaussures. C'est un autre qui habite mon corps, il n'y a pas de place pour moi.




Je commets des crimes depuis l'âge de huit ans. A huit ans déjà, je tuais des gens. C'est ce que mon père répétait. "Ta mère est décédée à cause de toi, c'est toi qui l'a tué". J'ai fini par croire mon père. J'ai tué ma mère.

Anaël a huit ans. Sa mère va pour le chercher à la sortie de ses cours de violon. La pluie torrentielle n'épargne pas sa voiture qui glisse et percute un autre véhicule lancé à contre-sens. Anaël a attendu pendant des heures l'arrivée de sa mère, jusqu'à ce que son professeur, inquiet, lui annonce la nouvelle. Ce jour-là, Anaël a complètement fermé la porte de ses émotions. Il n'a ni pleuré, ni crié. Il n'en parle même jamais. Son père l'a toujours tenu pour responsable du décès de sa mère, et c'est ce qui est resté dans sa tête.

Son père s'est marié quelques années après à une arriviste sulfureuse, de vingt ans plus jeune que lui. L'archétype de la blonde péroxydée, lobotoxée, attirée par l'argent et qui ne se promène jamais sans ses deux chiwawas. Anaël la déteste mais il a appris à faire avec. Son éducation complètement délaissée par son père lui a laissé le temps d'apprendre et d'écumer les vices les plus pernicieux qui existent. Il n'a ni limite ni retenue. Anaël a un gout prononcé pour la destruction. Depuis toujours, tout ce temps, c'est son unique projet. Détruire, martyriser, dégommer, aplatir, fracasser. Et quand ce ne sont pas les autres qu'il détruit, il se détruit lui-même.


© Nous sommes de ceux


Dernière édition par Anaël D'Albenas le Mer 20 Sep - 15:31, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6880-ness-ness-presso-what-e
avatar
« Pinkie Pie »
« Pinkie Pie »

▹ MESSAGES : 1581
▹ NOMBRE DE RP : 8

▹ AGE : 35 ans
▹ APPART : #1403, avec la fleur japonaise Kekali et princesse Shalimar.
▹ TAF : L3 de Droit / Propriétaire d'une entreprise pharmaceutique / Chimiste de pacotille
▹ DC : Mimi / Niilo / Dei / Sinaï

MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 14:43
Oh j'ai comme l'impression qu'on va être copains toi et moi NIARK

Bienvenue MIAOU


Donnez-moi la force
Et moi qui suis là qui regarde et qui voit
Je donnerai tout de même ma vie
Pour cette enfant qui grandit
R&J
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« Moelleux comme un Pitch »

▹ MESSAGES : 1537
▹ NOMBRE DE RP : 1

▹ AGE : 59 y.o
▹ APPART : #907 (neuvième étage) entre le ciel et la terre, à mi chemin entre dieu et l'enfer
▹ TAF : prêtre, passeur de la parole divine, engagé dans un tas d'associations locales.
▹ DC : Franz ; Popi ; Éléazar; Nikita



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 14:59
Un nom biblique + Ed + ta fiche : OMG :l:
je vais te mp vite sous plusieurs de mes têtes AS


La Vérité
Nous savons en effet que la loi est spirituelle mais moi, je suis charnel, vendu au péché. Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux et je fais ce que je hais.
Épitre de Saint Paul aux Romains.

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 15:30
Woooow ! J'adore la manière dont est rédigée ton histoire ♥️
Puis ce nom et cet avatar HAN Je veux un rp, obligé !
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t12094-azur-sans-atomes-croch
avatar
« queen des tchoins »

▹ MESSAGES : 1493
▹ NOMBRE DE RP : 4

▹ AGE : 18 ans, gamine à l'esprit dézingué puis démon au sang trop froid.
▹ APPART : #1012, l'appart souvent vide, où elle a tout le temps de s'niquer foie et poumons.
▹ TAF : fée à la poudre d'or, elle traîne dans les rues pour le clan irlandais, larbin qui n'a l'ambition que de détruire.
▹ DC : Bax, l’enragé & Vivi, la rêveuse

MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 15:35
cette plume est magnifique :l:
et Ed, j'approuve tellement HOT
Bienvenue par ici CUTE


Elle se sentait toujours vulnérable, il y avait toujours un défaut secret dans son armure. Elle ne savait pas elle-même en quoi il consistait. C'était le manque d'un moi robuste. Elle n'avait pas d'assurance naturelle. Il y avait en elle un terrible vide, une absence, un défaut d'existence.


J’ÉTAIS LA PLUS BELLE DU BAL:
 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 15:37
Le diable ? Laisse moi rire MIAOU
Bienvenue parmi nous HAWW
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 15:40
Neslihan Özel : Je t'attends donc dans ma boite MP HEHE

Rauera Taare : Mais oui, oui, ouiiii, avec plaisir Smile

Fayne Dahl : Rendez-vous incéssament sous peu Cool

Azur Efstathios : Mignon ça CUTE

Ekaterina Vdovitchenkova : Viens voir de plus prés :PERV:

Et merci à tous, surtout
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6675-lux-boulevard-of-broken
avatar
« bombe à retardement »

▹ MESSAGES : 374
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : vingt-cinq ans
▹ APPART : #1407 au quatorzième
▹ TAF : a avalé des pilules d'anti-dépresseurs, à sourire aux infirmières qui tentent de lui remonter le moral, à envoyer chier ceux qui la saoulent. Mais barmaid au bar du coin la plupart du temps.
▹ DC : aucun.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 15:41
    Bienvenue dans le coin MRM BANANE !
    Bon courage pour ta fiche !


head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why. © endlesslove.


LARKINS ♥:
 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 15:53
Lux Perkins : Merci c'est gentil :)
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 15:55
Tu passeras me voir au Lumignon Blanc MIAOU
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 16:05
Ekaterina Vdovitchenkova : Au vue de tes occupations socio-professionnelles, je pense que nous serons amenés à nous croiser plus d'une fois. Tu peux préparer ma carte d'abonné HEHE
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 17:24
Bienvenue HEHE
HEHE
T'es bow! Ed se fait tellement trop rare sur les forums, je suis trop happy de le voir joué HAN

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11228-jessica_-now-your-mess
avatar


▹ MESSAGES : 472
▹ NOMBRE DE RP : 2

▹ AGE : 20 ans. (22 jan)
▹ APPART : #801 - 8e étage
▹ TAF : étudiante en langues étrangères.
▹ DC : //

MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 19:17
Bienvenue à toi ♥


skies on fire
you look so good, my heart rate higher cause architects and artists build towers to admire, but you control the floodgates and i’m on fire.

Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   Mer 20 Sep - 20:40
Oh bah eh, j'ai cru à une fille avec le prénom et là surprise! Original en tout cas :)

Bienvenue CANDICHOU
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Anaël - Maintenant, tu connais le vrai nom du diable.   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.