avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   Lun 21 Aoû - 20:26

Azur Lefteris
O C E A N E Y E S.



(NOM) Poisseux et collant, dégouline de désespoir, de rage, des secrets qu'on enfouit sous des cadavres déjà rongés par la vermine. Ca brillait trop, un empire vite tomber en ruine, une mère rêveuse, un père qui met plein d'espoir dans le destin de son fils et rien dans celui de sa fille. Et la porte ouverte sur l'Enfer. Plus rien que des hurlements comme symphonie quand on le prononce, plus qu'une grimace qui persiste sur sa face de poupée lorsqu'on a l'audace de l’appeler Lefteris, une envie subite de gerber, plus sûre de vouloir de ce nom, allégorie d'une famille qui a laissé pousser la graine de la décadence. Plus vraiment de fierté à être de ces princesses grecques qui ont les jupons tâchés de sang, la folie au creux des rétines. (PRÉNOM) Un joli murmure, une caresse pour les sens, un parfum d'ailleurs, le bleu azuréen, la passion d'une mère artiste pour ces ciels dénués de nuages. Maman voulait qu'elle représente l'allégresse, la grâce, la naïveté. Azur. L'enfant qu'on a trop aimé puis pas assez, qu'on a laissé se ternir, devenir moins lumineux, plus qu'un ciel où le soleil est souvent prêt à s'coucher, un violacé comme les bleus cosmos qu'on arrive à trouver sur l'ivoire d'une peau bien cachée. (ÂGE) seulement 18 années à se noyer dans une cage au vieux relent de billets, aspirateur à la place du nez, vulgarité au bord des lèvres, provocation sur l'épiderme et au coin de ses lèvres en bouton de rose.(DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 20 juillet 1999 à New York, le sourire et la douceur d'une mère encore innocente, un père aux yeux vides d'amour, un frère qui lui a déjà mit une laisse autour du cou. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) L'école, elle a cessé de vouloir y aller, s'ennuyant des regards qui décortiquent chaque parcelles d'elle, les mots crachés, une rage dont elle a pas besoin. Parfois, oui, parfois, elle s'égare à saisir de nouveau un pinceau, à peinturlurée une toile de couleurs, la jeter, recommencer. C'est qu'un prémisse, c'est qu'une légère lueur mais elle sent revenir l'envie de faire quelque chose, de redevenir elle-même. (NATIONALITÉ) américaine, se branle de l'être parce qu'ici ou ailleurs, elle sait plus réellement ce qu'elle est. (ORIGINES) la mer est trop bleue et les maisons trop blanche, Grèce qu'elle a vu de trop près, assez longtemps pour réapprendre la langue, s'amuser à marmonner des insultes envers des vieux qu'elle a jamais vu, presque prêt à l'exorciser elle et son âme pécheresse. (STATUT CIVIL) Cœur éternellement amoureux des opales qui racontent l'Italie et la douceur, l'intouchable. Son corps donné aux mauvaises mains. Azur qui n'aime qu'une fois, qui détestera à l'infini. (ORIENTATION SEXUELLE) elle a jamais su, l'homme ou la femme, qui sera celui ou celle qui aura les mains les plus audacieuses, aura les lèvres les plus curieuses, un jeu de cartes qu'elle pioche sans réfléchir, brûlant pour n'importe qui.  (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) août 2016, le teint poli par un désespoir trop profond pour qu'on puisse même l'entendre parler, les mains encore bandées et tremblantes des blessures qu'on a gravées dans sa peau. (GROUPE) De ceux qui vivent.

« Parfois j'ai envie d'être aimable mais j'ai souvent la flemme  »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Les mains encore bandées, elle a atterrit ici, au côté d'un frère plus bavard qu'elle, pas moins froid, respirant le malsain. Ils étaient ce duo atypiques que tout le monde mataient avec circonspection, sans savoir quoi penser. Elle, trop silencieuse, encore blême, des horreurs coincées dans les rétines, des phrases incapable de sortir, un carnet à la main, doigts tremblants, nerveux. Des meubles vendus en masse, des souvenirs partit contre de l'argent, un héritage vite dilapidé, un appartement souvent hanté de silence, ils sont arrivés là à deux, maintenant y'a plus qu'elle pour se souvenir de leur arrivée, pour se rappeler que tout à commencé ailleurs, bien avant le Bronx et sa vieille fureur.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?)  Si longtemps qu'elle s'est habituée à cet immeuble aux murs miséreux, aux têtes grisées par leur existence bancale, les corps ambulants dans un décor tremblant. C'est laid à voir mais à croire qu'on s'habitue plus vite à la laideur des autres qu'à la notre. Azur ça fait un an et demi qu'elle s'perd ici, qu'elle s'imprègne des couloirs, qu'on peut la voir souvent s'échouer sur les escaliers, sur le perron. C'est là qu'elle croise des vieux regards, qu'elle envoie de rares sourires quand sa lune est pas voilée par des nuages noirs. Maintenant que son frère n'est qu'un fantôme planant au dessus d'elle, elle aimerait se casser de cet immeuble qui lui a jamais offert grand chose, cherche pas à se mêler aux autres, fout le bordel dans le peu de fêtes organisés par les voisins, repart aussi vite. Elle en pense pas grand chose, au final. Elle observe, elle remarque sans dire un mot de plus, se fiche bien des vies qui grouillent derrière les murs de son appartement.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?)  Elle a été la femme, la catin, la petite sœur, la princesse lâchée là sans qu'on sache pourquoi. Aujourd'hui, sa face où traîne parfois des bleus, ses yeux sans plafonds étoilés, son corps trop frêle, on le connait, on y voit rien qu'un être camé au désespoir, qui cherche plus grand chose à gratter du monde. C'est plus rare de la voir les doigts salis de peintures ou de fusain, plus rare de la voir errer sur le toit, une clope coincée entre des lèvres séchées de lassitude. C'est la blonde lunaire qu'on a pas envie d'approcher, par peur de se prendre des insultes sans raison, qui transpire tellement la violence qu'on préfère ne rien lui dire, qui semble plus être celle qu'elle était en arrivant, trop timide pour sortir un seul mot. Oublié le carnet et la douceur. Elle a l'allure de celle qui a un peu trop vaincu d'un seul coup, qui supplierait bien d'un peu de répit si elle avait pas une fierté qui l'étouffe sévèrement, qui aimerait se remettre à compter les étoiles, à offrir des chocolats chauds à des filles aussi silencieuses qu'elle, qui voudrait repeindre la face du monde en oubliant tout le passé qui a foiré. Pas simple. Alors elle reste dans sa peau violacée, dans sa psychose, parce que c'est plus facile de faire fuir que de laisser approcher.

PSEUDO/PRENOM : SCARFACE. | Whitney. ÂGE : 21 ans  PAYS : il s'peut que j'sois en bas à droite de la France. Mais c'pas sûr. FRÉQUENCE DE CONNEXION :  h24  COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : Bazzart, je crois bien. REMISE EN JEU Non. (TYPE DE PERSO) inventé. (CRÉDITS) écrire ici COMMENTAIRE OU SUGGESTION : j'reviens avec ma bombe à retardement, couvrez vous bien NIARK AVATAR : Suki Waterhouse

©️ Nous sommes de ceux



Dernière édition par Azur Lefteris le Mer 4 Avr - 0:22, édité 4 fois
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   Lun 21 Aoû - 20:26

Raconte moi une histoire...
D E L I C A T E.

(UN MAUX) Le passé ne compte plus pour Azur, une page qu'elle a recouvert de nuages assez épais pour pas être tentée de regarder à travers. C'était une autre vie, une autre personne. Une fille qu'elle reconnaît à peine, à présent. Des souvenirs en vrac de cette Azur qui foulait le sol comme si de l'or allait y pousser à chaque pas, le sourire venimeux et les yeux doux qui brillent pour le fric qu'elle jetait par les fenêtres. Puis plus rien. Les rires ont cessés de résonner dans ce trop grand appartement, les canons ouverts et le bruit suintant du carmin qui tâche les murs. Ses parents plus rien que des pantins étalés au sol, les cheveux blonds de sa mère prenant la belle teinte d'un rouge qu'elle n'a jamais vraiment aimé. Et son père qu'elle a observé rendre son dernier souffle dans un bruit immonde, le sang, comme on verse du vin, dégoulinant par ses lèvres. La vision la hante encore aujourd'hui, pas vraiment envie d'en parler, y'a plus rien à en dire de toute façon ou d'alimenter ses nuits faites de visions cauchemardesques, s'abrutit souvent le cerveau avec de l'alcool ou en fumant tout ce qu’elle peut trouver. Son esprit est une toile qu'on a déchirée, piétinée et qu'elle essaie de recoller sans succès.

(DEUX MAUX) Plus esclave que femme libre, sa naissance a été un contrat signé avec le Diable. Les murmures d'une colère froide jetés dans son oreille d'enfant mêlés à ses doigts tiraillant ses mèches d'or, le blond et le brun se confondant, c'est tout ce qui l'a bercé et tout ce qui l'a liée à son frère pendant des années. Des mains trop curieuses, des regards à la dérobée qui sont devenus trop récurrents. Papa, Maman, ils doivent jamais savoir et ils ont jamais su ce qui se tramait dans sa tête d'ado sans moral. Un fil en titane qu'il a planté dans son âme et cette putain de corde qu'elle a l'impression d'avoir autour du cou même quand elle le voit pas. Az qui parle jamais d'amour entre eux, c'est juste à celui qui veut dominer l'autre et elle est certaine de rien dominer, à présent. Juste un pion qu'il place là, là où il peut garder les yeux sur elle. Elle a cessée d'aimer son corps trop près du sien et son regard sur elle. La révulsion amoureuse de ses tripes, l'écho de la scène de rage et de folie qu'ils ont laissés éclater dans cette salle de bain qui hante encore ses yeux quand elle entend sa voix, joli défilé d'images rougies par la rancune. Rêve de normalité, une normalité bancale, qu'elle arrive pas à s'offrir, prie pour qu'un jour cesse cette rancœur entre eux ou peut-être que ça ne vient que d'elle. Parfois, ouais, parfois elle aimerait bien juste avoir son frère pour elle et se confier à lui comme on se confie à un parent, lui jeter des bouts de ses secrets en sachant qu'il jouera pas avec pour la briser encore. Sans se lasser. Des fantasmes d'avenir qui sont plus utopiques qu'ambitieux. Et puis elle et son envie de vaincre le monde, subitement, de le faire redescendre de son trône, le murmure d'un vent de trahison qui pointe doucement son nez.  

(TROIS MAUX) les doigts souvent tâchés des craies qu'elle utilise pour dessiner, le noir du fusain sur la pulpe de ses doigts, souvent elle dessine Azur. Rien de concret, des ciels étoilés à des visages gâchés par un amer désespoir, elle trouve son inspiration dans la beauté dégueulasse et dans la laideur délicate. Elle aime tout, s'en inspire, y trouve un refuge qui la coupe de ce monde tellement immonde, de ce qu'elle est et de ce qu’elle veut être sans y parvenir. Et ce bleu dont elle tâche ses feuilles, pour Maman, Maman et sa propre passion pour la peinture, une artiste douce, trop douce pour son père trop froid. Parfois, elle en offre, s'étonne de voir briller un peu de joie dans les yeux de ces gens qui découvrent ce qu'elle fait quand elle est pas occupée à se faire du mal. Le désir qui grandit d'ouvrir sa propre galerie, pour qu'on y voit ce qu'elle fait et pour faire connaître des artistes, comme elle, qu'on reconnaît jamais vraiment, des talents qu'on gâche, encore cachés dans leur propre ombre.

(QUATRE MAUX) La Grèce a été belle. Une autre prison, dorée, pleine de règles frigides et moyenâgeuse. Elle a haï son frère de l'avoir laissé là-bas avant de s'accoutumer à la vie d'adolescente rebelle. Aucune pitié pour ces vieux cons qu'on appelle grands-parents et dont elle a aucuns souvenirs. Rien que leurs regards sur elle qui s'écarquillaient de plus en plus au fil des jours qu'elle brûlait en même temps que ses cancéreuses. A embrasser des filles devant le perron et à rentrer ivre, à écraser ses clopes au coin des tableaux hors de prix avant de se laisser prendre par eux, dans l'obscurité, ses lèvres indiscrètes plongeant sur la peau d'un mec trouvé par hasard. Un peu trop pour eux, pour leurs cœurs si fragiles, hurlant contre elle et ses manières de démon et Az qui n'a fait que lever les yeux au ciel, jetant quelques billets à ce type pour son aide, si précieuse. Un retour direct pour le Bronx et son décor de no man's land qui lui a presque manqué.

(CINQ MAUX)  Ce silence qui nous traverse de part en part, comme une lame qu'on fait entrer et ressortir, qui fait mal à en hurler d'épuisement. Plus qu'un blanc latent dans sa tête. Une semaine dans un noir complet à compter les carreaux de sa salle de bain, à verser glaçons sur glaçons dans son bain, s'y plonger pour tenter de soigner ce corps qui la dégoûte. De ses seins à ses pieds qui ont trop bien réagit dans le noir de cette ruelle et ses yeux secs, sûrement plus assez de larmes à faire couler dans le réservoir de la tristesse. Elle en garde un peu pour plus tard. Pour plus important. Ca arrive, à tout le monde, à toutes ces femmes dans lesquelles on s'vide en les laissant pour morte, par frustration, par envie, par vengeance. Ce mot gravé sur sa langue qu'elle se répète sans cesse, une envie d'arriver à être beaucoup plus qu'un paillasson sur lequel on s'essuie rapidement, qu'on écrase sous ses pieds avant de continuer sa marche vers un truc plus beau. C'est son nouveau point d'ancrage, pas certaine que y'ait encore de la place pour de l'amour dans sa tête. Pas pour l'instant, pas maintenant, pas quand y'a la mort qui veut sonner à sa porte. Pour elle ? Non. Pour toutes ces raclures qu'elle a laissé filer, d'abord les faucheurs de parents puis le reste qui viendra après. Az qui a comprit que le temps, elle a que ça. Le temps de s'éveiller, le temps d'être quelqu'un, le temps pour devenir normale, le temps pour basculer.


© Nous sommes de ceux


Dernière édition par Azur Efstathios le Mar 22 Aoû - 2:35, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   Lun 21 Aoû - 20:53
c'est vrai que t'es bien bonne quand on voit ta tête MIAOU
j'te souhaite pas bienvenue parce que j'ai l'esprit de contradiction mais j'te love quand même en cachette :l:
ET C'EST QUOI CETTE HISTOIRE VIDE LÀ MAGNE TOI MEH
aller la bise, HOT :l:
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   Lun 21 Aoû - 20:53
p'tain mais ta plume quoi... Surprised
et puis azur. Surprised
jtm t'es trop moche. chou
(rebienvenue sinon hein. MR GREEN )
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   Lun 21 Aoû - 21:12
Daniel Rhodes a écrit:
c'est vrai que t'es bien bonne quand on voit ta tête MIAOU
j'te souhaite pas bienvenue parce que j'ai l'esprit de contradiction mais j'te love quand même en cachette :l:
ET C'EST QUOI CETTE HISTOIRE VIDE LÀ MAGNE TOI MEH
aller la bise, HOT :l:

je sais que j'suis bonne NIARK viens voir de plus près, j'ai pleins de choses à montrer encore ROBERT
moh moh trop d'amour CUTE
TU TE CALMES CA ARRIVE MEH
la bise ouais Emo HOT

Dasha Larsson a écrit:
p'tain mais ta plume quoi...  Surprised
et puis azur.  Surprised
jtm t'es trop moche.  chou
(rebienvenue sinon hein.  MR GREEN )
han HAWW
azur/dasha forever tmtc Emo
jtm aussi, ma queen de la laideur POTTE
(merciii HEHE)
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   Lun 21 Aoû - 21:16
MON AMOUR Surprised
cette chose est à moi. Emo
ah non c'est vrai, j'redescends sur terre.
toujours aussi moche ça me rassure, jtm :l:
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   Lun 21 Aoû - 23:52
Bienvenue
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   Mar 22 Aoû - 1:03
Vinci Hope a écrit:
MON AMOUR Surprised
cette chose est à moi. Emo
ah non c'est vrai, j'redescends sur terre.
toujours aussi moche ça me rassure, jtm :l:

MY LOVE SIFFLE
cette chose t'emmerde surtout MEH
ouais, pose les pieds par terre et viens que j'te démonte NIARK
jtm aussi, tes compliments me vont droit au cœur qui bat là où tu sais :l:

London Goodwitt a écrit:
Bienvenue

merci bien CUTE
avatar
« The Dog »
Voir le profil de l'utilisateur
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 1641
▹ INVESTISSEMENT : 64

▹ AGE : 37 ans
▹ TAF : Ex-taulard, Videur au Pussybox
▹ AVATAR : Tom Hardy


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   Mar 22 Aoû - 1:05
Mon futur petit jouet adoré :l:
Tu es belle tu sais...


....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   Mar 22 Aoû - 3:48
Si j'suis le jouet préféré, j'suis une femme comblée MIAOU :l:
je suis belle que de loin, tu touches pas hein Surprised
avatar
« Soldat de la Tsarine »« Soldat de la Tsarine »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6315-niilo-kuolema-tekee-tai
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 5959
▹ INVESTISSEMENT : 75

▹ AGE : 37 ans
▹ APPART : #902
▹ TAF : Agent de sécurité du Red Light | Protecteur des meilleurs (Blackson, Coalman, Kourakine, Williamson)
▹ AVATAR : Lasse Matberg
▹ DC : Mimi, Ness, Dei.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   Mar 22 Aoû - 3:49
*touche et repart* chou


Et toi, de mes exploits glorieux instrument, mais d’un corps tout de glace inutile ornement ; fer, jadis tant à craindre, et qui, dans cette offense, m’as servi de parade, et non pas de défense.

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   Mar 22 Aoû - 9:29
Lâchez ma pute sœur Emo
Reeeee NIARK
avatar
« Maman Tapin »« Maman Tapin »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13065-mimi-fapfapfapfa-splou
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 2744
▹ INVESTISSEMENT : 24

▹ AGE : 18 ans (27)
▹ APPART : #1310 avec Tom-Tom & Nana (Tom & Iris)
▹ TAF : Thésarde en Histoire de l'Art renconvertie en Succube du Pussy Box || CamGirl et Photographe de Charme pour arrondir les fins de mois.
▹ AVATAR : Sasha Grey
▹ DC : Niilo, Ness, Dei, Natacha.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   Mar 22 Aoû - 12:22

Validée !
Félicitations, tu rejoins le Parking !

Félicitations ! La Concierge a bien étudié ton dossier et a décidé de t'attribuer un appartement au sein de son précieux immeuble ! Il a beau commencer à décrépir, elle l'aime son Parking alors si tu veux un conseil: ne tue jamais personne sur la moquette des couloirs parce que sinon, c'est toi qui va y passer ! En attendant de t'installer, pense à bien remplir ton profil et t'inscrire sur les listings:

Listing des Appartements Obtenir un rang
Listing des Métiers Créer sa fiche de perso
Listing des Multi-ComptesCommuniquer avec les autres
Roulette du RPGérer son compte



© Nous sommes de ceux


GOLDEN AGE OF GROTESQUE
The devils are girls with Van Goh's missing ear, you say want you want but filth is all that they hear, and I've got the jigger, to make all of you bigger.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Azur Lefteris ► Suki Waterhouse   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.