Répondre au sujet Partagez|


Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar

› Âge : vingt-huit ans
› Occupation : Cuisinier
› Messages : 6
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Dim 13 Aoû - 13:18


Nathaniel Hopkins
"They make it look easy, connecting with another human being. It's like no one told them it's the hardest thing in the world."




(NOM) Hopkins (PRÉNOM) Nathaniel (ÂGE) 28 ans (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 1er Janvier 1989 à New-York City (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Cuisinier (NATIONALITÉ) Américain (ORIGINES) Américaines (STATUT CIVIL) Célibataire (ORIENTATION SEXUELLE) hétérosexuel (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) 20 Mars 2014  (GROUPE) nous sommes de ceux qui survivent.

« Une petite phrase dite par votre personnage  »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Ça fait trois ans que je suis arrivé dans l’immeuble. J’pense qu’on peut dire que je reviens de loin, j’ai passé plusieurs années en hp, en ressortant je suis retourné habiter avec mes parents le temps de reprendre mes études et aussi le temps d’avoir assez d’argent pour me payer quelque chose. Mon arrivée ici c’est un peu comme un nouveau départ, je laisse mon passé derrière moi pour aller de l’avant. Enfin, je dis ça mais en fait je ne peux pas oublier mon passé. Donc j’me contente d’aller de l’avant, d’avancer.


(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) L’immeuble est…sympa. Pour tout vous dire j’suis un mec assez discret et solitaire. Je parle pas énormément aux autres, je parle pas beaucoup aux voisins. Certains sont cool et sympas, d’autres sont complètement cons sur les bords. Mais je reste agréable, je dis bonjour à tout le monde, je leur souris… mais ça ne veut pas dire que j’apprécie tout le monde. C’est pas l’immeuble le plus moderne, le plus classe et le mieux fréquenté de New-York, mais c’est tout ce qui était dans mes moyens. Je suis juste cuisinier, dans un restaurant je gagne pas des masses. Alors j’ai pris ce que je pouvais.


(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Ma réputation ?! Allez demander aux voisins vous verrez bien ! Je pense que tout le monde me voit comme le fou. Bah oui, j’vous rappelle que je sors d’un hôpital psychiatrique, j’ai une tonne de médicaments à prendre et je suis suivi par un psychiatre. Donc ouais je crois qu’ils me voient comme un fou. Pourtant je parle pas de ma maladie et de mon super séjour en hp à tout le monde. Alors je sais pas comment ils le savent. Mais allez-y, demandez aux voisins ce qu’ils pensent de moi. Pourtant je suis un gars comme tout le monde, c’est pas parce que psychologiquement parlant, je déraille complètement que je suis pas normal. Donc je dirais qu’il y a deux catégories de personnes : ceux qui ne jugent pas, et ceux qui sont à fond dans les stéréotypes. Donc, ceux qui se disent que si j’ai été en hôpital psychiatrique, je dois être un grand malade, un fou, un psychopathe. Mais je vous assure que je suis normal.

PSEUDO/PRENOM : Alicia ÂGE : vingt-tois ans PAYS : France FRÉQUENCE DE CONNEXION : 4/5 jours par semaine, tout dépend de mon emploi du temps en cours et en stage ! COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : sur facebook  HAN  REMISE EN JEU Non (TYPE DE PERSO) inventé  (CRÉDITS) tumblr COMMENTAIRE OU SUGGESTION : le forum a l'air super intéressant, j'avoue que j'ai eu un coup de coeur coeur AVATAR : Evan Peters


Dernière édition par Nathaniel Hopkins le Dim 13 Aoû - 16:06, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

› Âge : vingt-huit ans
› Occupation : Cuisinier
› Messages : 6
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Dim 13 Aoû - 13:19


Raconte moi une histoire...
you and I, we were born to die.




Non mais quelle idée, naître le premier janvier à huit heures du matin. A peine arrivé dans ce monde de fou que je faisais déjà chier mon monde. A cause de moi ma mère a certainement passé une soirée du nouvel an pourrie. Même si elle me dit que ma naissance était le meilleur moyen de commencer l’année et blablabla. Tout ce genre de choses bateau et bien chiantes à entendre.  Alors voilà, je suis né le premier janvier mille neuf cent quatre-vingt-neuf. J’étais un bébé prématuré puisque normalement j’étais censé arriver le dix mars. Mais j’ai eu de la chance, mes poumons étaient déjà bien développés ainsi que tous mes autres organes. Donc ça n’a pas vraiment eu de grosses incidences sur le reste de ma vie.

Dès mon enfance, la vie avait apparemment décidé de me baiser. J’vous préviens, j’ai pas eu la vie la plus joyeuse du monde, au contraire…

J’ai toujours vécu dans le Bronx. Ma mère c’était une prostituée, et mon père je le connais pas. Certainement un de ses clients… Elle traînait dans des affaires pas claires. Pas claires du tout. Je crois qu’elle était aussi un peu junkie sur les bords. Mais en tout cas, je peux dire avec certitude que ma mère, elle m’aimait. Et elle a vraiment essayait d’être une bonne mère. C’est quand j’avais quatre ans que tout est vraiment partie en couille. Le 16 Mars 1993.


16 MARS 1993

Je me souviens de ce jour comme si c’était hier. Enfin, je me souviens surtout de cette soirée, cette nuit… Un gars est venu à la maison, il était en colère genre vraiment en colère. Je l’entendais crier, hurler sur ma mère. Et puis j’entendais ma mère crier. Je suis donc sorti de ma chambre et j’ai vu ce mec, il avait un révolver en mains. Il pointait son arme sur ma mère.      « Maman ?.. » je lui demande d’une toute petite voix. Ma mère est en larmes, elle a peur, je le vois sur son visage.  « Retourne dans ta chambre Nathaniel… » J’avais que quatre ans, mais j’étais pas non plus con. Un mec, inconnu hurlait sur ma mère tout en pointant une arme sur elle, je savais bien que quelque chose de grave se passait. Moi aussi j’avais peur, je m’en souviens… Je me suis cachais derrière la porte, effrayé. Et le gars il continuait à hurler des trucs…apparemment ma mère lui devait de l’argent beaucoup d’argent. Et puis…il a tiré. Et il est parti. Sur le coup, j’ai eu du mal à réaliser ce qui était en train de se passer. Ma mère se vidait de son sang, elle est morte sur le coup. Je me suis avancé et je me suis assis à côté d’elle.    « Maman ?..  Maman, réveille-toi… » Je la secoue, mais aucune réaction de sa part. Moi par contre, je pense que c’est à ce moment-là que j’ai commencé à réaliser ce qui était en train de se passer. Ma mère était morte. Juste devant moi. Je suis assis à côté du corps inerte de ma mère.  « Maman s’il te plaît… » Et là j’ai fondu en larmes. Ma mère était morte. Il y a dix minutes elle rigolait avec moi. Et maintenant elle est morte. Je pleurais, encore et encore. Et je restais là, assis dans son sang, sans rien faire. J’avais quatre ans. Je savais pas vraiment que je devais appeler la police, ou les urgences… j’en savais rien. Je ne sais pas combien de temps plus tard, la police toque. Elle demandait d’ouvrir. Ils ont toqué une fois, deux fois… personne n’ouvrait. Je n’arrivais pas à me lever. Alors ils ont défoncé la porte. Moi de mon côté je pleurais toujours, et je levais la tête vers les trois policiers qui étaient devant moi. L’un deux m’a pris dans ses bras. Et après ?... Je sais pas c’est le trou noir. Je me souviens de rien. Apparemment c’est les voisins qui ont appelé la police parce qu’ils ont entendu du bruit.

Moi après tout ça, j’ai été dans un foyer puisque je n’avais plus aucune famille, ma mère c’était ma seule famille. Elle avait déjà perdu ses parents et elle était fille unique. Et puis j’ai été suivi par un pédopsychiatre pendant quelque temps. Ils ont retrouvé le gars qui a buté ma mère et apparemment c’était son mac et elle lui devait de l’argent. Beaucoup, beaucoup d’argent. Ma mère est morte à cause d’un règlement de compte qui a mal tourné… J’ai été adopté deux ans plus tard, j’avais six ans et le couple avait déjà une petite fille d’un an ; Arizona.  Ma mère adoptive est serveuse et mon père adoptif musicien. Enfin il essaie de percer dans la musique quoi… Ils n’ont pas des moyens incroyables, mais ils m’aiment et ils aiment ma sœur adoptive. Ils m’ont donné la chance et l‘espoir d’une nouvelle vie. Dans cette histoire moi, je suis resté complètement traumatisé.

J’étais un gamin très solitaire, j’avais des amis oui. Mais j’aimais bien rester tout seul. Et aujourd’hui c’est encore le cas. Mon père n’est pas très présent. Mais ma mère est du genre à être très protectrice. Trop même. Elle a tendance à pas me laisser respirer ça me rend fou.  Je m’entends super bien avec ma sœur, elle m’oblige pas à parler de ce que j’ai vu, elle me soutiens à sa manière. J’ai donc vécu une vie plus ou moins normal quand ils m’ont adopté. Je les remercie. Même si je restais traumatisé par l’image de ma mère se vidant de son sang. J’ai réussi à avancer plus ou moins normalement. Plus ou moins

A quinze ans je suis tombé amoureux. Je vous jure, je me souviens d’elle et de notre rencontre comme si c’était hier…

SEPTEMBRE 2004 – Cours de mathématiques

Ce jour-là c’était la rentrée des classes, tout le monde était déprimé à l’idée de reprendre les cours et on était déjà tous nostalgiques des vacances d’été, du soleil, de la plage, des journées qu’on passait à ne rien faire. Enfin, personne ne voulait reprendre les cours quoi. Je discutais avec mes potes dans le couloir des vacances qu’on venait de passer, et puis après on est parti s’installer chacun son tour dans la salle de cours. Et puis une jolie fille s’installa à côté de moi. Merde alors je l’avais jamais vu avant, c’était perturbant. Et c’était pas la seule chose qui était perturbante. Elle était tellement belle. Tellement, tellement belle, je n’arrivais même pas à détourner le regard. Elle avait de longs cheveux blonds bouclés qui lui arrivaient en bas du dos, des yeux verts dans lesquels je rêvais de pouvoir m’y perdre pendant des heures. Je secouais le visage pour m’aider à retourner à la réalité. Si je continuais à la fixer comme ça elle allait flipper la pauvre.  « Excuse-moi… T’es…t’es nouvelle non ? Enfin j’t’avais jamais vu avant… » Elle me sourit. Oh putain, mon estomac se retourna et mon cœur manqua un battement.  « Oui je viens d’arriver mes parents ont emménagé ici la semaine dernière.. » Je lui souris doucement, nos regards se croisèrent un quart de seconde encore une fois, mon estomac se retourna et je baissai les yeux.  « Oh...euh...bah...bienvenue ici alors. Moi c’est Nathaniel, mais tu peux m’appeler Nate. » Je lui souris encore et j’entends mes potes derrière ricaner. Voilà, cette fille me plait et ça se voit apparemment puisqu’ils sont en train de se foutre de ma gueule. Je me retournai alors vers mes potes, fronçant les sourcils.  « Enchantée, Nate. Moi c’est Emma. » dit-elle en riant un peu.

Et c’est comme ça que tout a commencé, elle avait besoin d’aide pour les maths alors je lui ai proposé mon aide. Et puis depuis ce jour je passais tout mon temps avec elle et un mois plus tard on était ensemble. C’était parfait parce qu’en plus son groupe d’amies collait super bien avec mon groupe de potes. On était amoureux, je l’aimais comme même aujourd’hui je n’ai jamais aimé aucune autre fille. Elle était parfaite. Mais genre vraiment parfaite. J’ai beau y réfléchir, j’ai du mal à lui trouver des défauts. Vous allez peut-être me dire que c’est normal qu’on a tous déjà vécu ça parce que c’est justement ça le premier amour. D’accord vous avez peut-être raison, mais notre problème à Emma et moi c’est qu’on était toujours collés l’un à l’autre. C’était juste trop.

MARS 2007 – Dans les couloirs du lycée




Deux ans plus tard, lors de notre dernière année de lycée, Emma s’était rendu à une soirée organisée par un mec de notre classe. Moi j’y suis pas allé, j’avais juste pas envie de sortir, et puis de toute façon j’ai jamais été très fêtard. Et du lundi tout le monde disait qu’elle avait couché avec Michael, un connard qui lui tournait toujours autour. Je m’énerve vite, alors quand j’ai appris ça, ça m’a foutu hors de moi.  « Putain mais assume merde ! Pourquoi tout le monde dirait que t’as baisé avec si c’était pas vrai ? » Ca faisait déjà presque une demie heure qu’on s’engueulait, j’en avais marre. Elle me disait qu’elle n’avait rien fait et que tout ça n’était pas vrai mais moi, je la croyais pas. Je lui hurlais dessus, je comprends pas pourquoi je m’énervais comme ça. C’est là que j’ai commencé à dérailler un peu. Quelque fois je fais des trucs que je contrôle pas. C’est comme si j’étais pas tout seul dans ma tête. Ouais je sais que dit comme ça, ça peut vous paraître drôle mais croyez-moi c’était tout sauf drôle. Je lui hurlais dessus de la même manière que le gars qui a tué ma mère lui hurlait dessus. Y'a des moments où je me fais un peu peur...

**

Bref, des gens nous avaient entendu et une nouvelle rumeur a commencé à circuler : tout le monde disait que je battais ma copine. Tout le monde parlait derrière mon dos, Emma avait beau dire à tout le monde que je n’avais jamais levé la main sur elle, personne ne la croyait. Petit à petit j’ai commencé à déprimer, je commençais à m’éloigner de mes amis et même de ma copine. Mes parents m’ont emmené voir un médecin qui m’a mis sous antidépresseurs sans vraiment chercher à en savoir plus. J’ai développé une phobie scolaire, du coup mes parents m’ont déscolarisé et j’ai terminé mon année à domicile, j’ai passé mon bac et je l’ai eu. Mes potes et Emma passaient beaucoup de temps chez moi, mais moi je sortais plus j’avais plus goût à rien. Plus le temps passait, plus je me sentais mal, bizarre. Je me renfermais sur moi-même, j’avais des excès de colère que je maîtrisais pas. Il était même pas si rare que je refuse de voir Emma et mes potes quand ils passaient me voir.  J’avais envie et besoin d’être seul. De toute façon, je me sentais jamais seul c’est comme s’il y avait toujours quelqu’un avec moi. En fait je me coupais du monde extérieur, petit à petit. Je commençais à avoir des hallucinations, je voyais de trucs j’entendais des choses, des voix. Et pour moi tout ça c’était réel, quand on osait me dire que ce que je voyais n’était pas vraiment là… Je pétais un câble, je pouvais même me montrer violent. Un peu à la fois ma dépression allait de mieux en mieux, mais à contrario je sentais beaucoup trop bien. Encore une fois, je faisais des trucs que je maîtrisais pas. Et plus on me contredisait, plus je devenais fou, plus je me renfermais sur moi-même. Je repoussais même ma soeur qui jusque là, était la seule personne qui avait une certaine emprise sur moi. Si même ma soeur ne pouvait plus m'approcher, c'était qu'il y avait vraiment un problème avec moi. Je disjonctais complètement. J'étais seul, je me sentais seul. mais en même temps, justement je me sentais pas seul. J'entendais constamment des voix que personne d'autre n'entendait. Et ces voix me disaient des trucs atroces. Alors je perdais patience, je devenais vraiment fou... Quand je parlais ça ne voulait rien dire du tout, j'avais des discours remplis d'incohérence. Mes parents (surtout ma mère) étaient inquiets pour moi. Et ma soeur aussi elle s'inquiétait.



OCTOBRE 2008 – Bureau du psychiatre du Centre Médico-Psychologique de New-york.



J’avais obtenu mon bac, le lycée s’était fini et je ne savais pas ce que je voulais faire de ma vie. Donc je m’étais pris une année sabbatique, mes amis avaient commencé leur premier mois à la fac et moi…mon état psychologique s’était empiré, vraiment empiré. Mes hallucinations étaient de plus en plus présentes, j’étais complètement renfermé sur moi-même. Ma copine m’avait quittée, j’étais de nouveau dans un épisode dépressif sévère. Voyant mon état s’empirer, mes parents m’avaient emmené aux urgences et ils m’ont amené ici, voir un psychiatre. Sur le coup je ne comprenais pas pourquoi, ni ce que je faisais ici. J’étais complètement paumé. Je faisais trembler ma jambe alors que mes yeux parcouraient tout le bureau du psychiatre, sans jamais pour autant le regarder.   « Alors, dites-moi qu’est-ce qui vous amène ici monsieur Hopkins ? » me demanda le médecin. Mes yeux se posèrent sur lui seulement quelques secondes, je grimaçai et soupirai juste après.  « Ça recommence… Y’a ces voix qui me parlent toujours… Matin, midi, soir, même pendant la nuit. Elles se taisent jamais. J’en peux plus… Faut qu’elles se taisent. Faut qu’elles arrêtent de parler. Elles me demandent de faire des trucs, elles… Quelque fois je dis des trucs, je fais des trucs que j’contrôle pas. C’est comme si elles m’obligeaient à faire des choses… » C’était la première fois que quelqu’un ne me regardait pas comme si j’étais un fou. Pourtant, je suis fou. J’entends des voix dans ma tête. Y a que les fous qui ont ça non ? Je ne dis plus rien pendant un moment, j’étais au bord du gouffre j’en pouvais vraiment plus.  « J’dors plus. J’peux plus dormir. Elles sont toujours là. Elles sont toujours là. Dans ma tête. J’en peux plus. J’en peux plus. J’veux mourir, elles me disent qu’il faut que je meurs. Comme ça elles s’en iront. Elles seront plus là. » Là j’étais au plus mal. Quand je disais que je voulais mourir, je le pensais vraiment. J’avais envie de mourir, pour pouvoir être plus tranquille. C’était le seul moyen d’aller mieux. Enfin ça c’est ce que je croyais. J’suis resté là, à parler avec le psychiatre pendant deux longues heures. A la fin du rendez-vous le diagnostic a été sans appel : « C’est plutôt simple pour moi de te dire ce qui est en train de se passer Nathaniel. Je peux te tutoyer ? » Je déglutis et acquiesçai d’un rapide signe de tête. « Tout ce que tu me décris là… Tout ça me fait penser à une maladie bien particulière. Ne t’inquiète surtout pas tout va bien se passer d’accord ? » Je le regarde, légèrement tremblant, attendant qu’il continu. C’est ce qu’il fit d’ailleurs. « Nathaniel, tu es atteint d’une schizophrénie. Une forme un peu spéciale de la schizophrénie. On l’appelle la schizophrénie dysthymique. Ça veut dire que cette maladie, la schizophrénie, chez toi elle a entraîné un autre trouble mental. La bipolarité. Les premiers symptômes de cette maladie arrivent plus ou moins vers dix-huit ans. La schizophrénie est une maladie très compliquée à traiter, mais pas impossible. Il faut que tu saches que c’est une maladie dont tu ne guériras jamais. Mais il va falloir apprendre à vivre avec. C’est pourquoi je te demande si tu es d’accord pour être hospitalisé un certain temps ? Tu seras dans une aile psychiatrique avec des professionnels qui vont pouvoir t’aider, et on va trouver un traitement adapté pour que tu puisses vivre normalement. » Quoi ?! Je suis un schizophrène ?!  Je me souviens que c’est la première chose que je me suis dite. Je secouai la tête, me levant brutalement de la chaise.    « Non non non ! Je veux pas ! Je veux pas putain j’suis pas fou ! Je vais très bien. Laissez-moi rentrer chez moi s’il vous plaît. Y a ma copine qui m’attend certainement chez moi, faut que j’y aille ! » Moi qui lui faisais confiance, moi qui pensais qu’il ne me prendrait pas pour un fou lui . « Nathaniel, c’est normal que tu aies peur. Ta copine t’a quittée tu me l’as dit tout à l’heure. Ça va aller, c’est normal que tu paniques. » Non, non je ne veux pas pas… Non je vais très bien. C’est n’importe quoi. C’est qui lui ce médecin en carton là ? Il est nul, il va falloir que je dise ça à mes parents. Nathaniel le fou était vraiment en train de complètement dérailler, je n’ai jamais été aussi mal, là c’était vraiment exceptionnel. Je passai mes mains dans mes cheveux alors que je regardai partout autour de moi.  « Vous mentez c’est pas vrai  Vous vous êtes trompé… » En fait, je ne faisais que répéter ce que les voix me disaient. Le psychiatre a mis un moment pour me calmer, mais il y est arrivé. Bon au final il est peut-être pas si nul que ça ce médecin. Je me souviens que quand il a annoncé le diagnostic à ma mère, elle a pleuré.  Elle a dû regretter de m’avoir adopté. La pauvre…elle adopte un garçon de six ans qui à première vue avait l’air normal. Et elle finit par se coltiner un fils schizophrène. Elle a dû avoir envie de m’abandonner. Et je la comprends, elle avait pas prévu de se retrouver avec un fils fou. Parce que ouais du coup j’ai la confirmation d’un professionnel que j’suis bel et bien fou. C’est ce que vous êtes en train de vous dire d’ailleurs en lisant ces lignes ?! Vous vous dites   « putain le gars il est schizophrène. Il est fou non ?! Il doit être violent ?! Je vais pas m’approcher de lui, il me fait flipper. » Vous en faites pas. Assumez vos pensées, j’ai l’habitude maintenant.

J’ai fini par me faire interner, et là l’enfer continuait…

Pendant très longtemps je n’étais pas très coopératif. Je ne comprenais pas ce que je faisais là. En fait, je sais pas trop si c’est que je ne comprenais pas ou si c’est plutôt que je ne voulais pas accepter ma place en hp. En même temps c’est un peu dur à avaler. Le médecin me dit que je suis schizophrène et qu’en plus de ça, c’est une schizophrénie dysthimachintruc ? En gros je suis schizophrène et bipolaire en même temps ? Je savais même pas que c’était possible… Pendant un an je leur ai mené la vie difficile, j’envoyais chier les infirmières je ne prenais jamais mes traitements, je ne parlais jamais au psychiatre pendant mes séances. Au début ils ont voulu trouver un bon traitement pour ma bipolarité, parce qu’ils disaient que déjà le risque suicidaire était très important chez les patients schizophrènes, mais qu’il l’était encore plus quand c’était une schizophrénie dysthimique. Cette maladie est aussi appelée le trouble schizo-affectif. Appelez-la comme vous voulez en fait, je m’en fous. Durant un long moment j’avais pas le droit aux visites, personne ne pouvait venir me voir. Me demandez pas pourquoi, ils me disaient que ça faisait partie du processus de guérison… Que des conneries ouais. Processus de guérison de mon cul.

Au bout d’un an j’ai décidé de me montrer un peu plus coopératif et j’ai arrêté de me laisser couler. Parce qu’un jour ma sœur m’a rendu visite et elle s’est mise à pleurer et elle m’a suppliée de changer d’attitude. Elle m’a dit que nos parents divorçaient et qu’elle avait besoin de retrouver son frère. Son frère d’avant. En gros, pas le fou. Le vrai Nate. Parce que je suis pas comme ça habituellement. Je suis un garçon sympa, poli, discret, observateur, intelligent, marrant. C’est peut-être pas flagrant là maintenant tout de suite mais je vous assure que je suis comme ça normalement… Ils ont galéré à réussir à trouver le bon traitement pour moi. Une deuxième année est passée, et puis une troisième… Au bout de trois ans je commençais vraiment à aller mieux.  Vous vous demandez certainement si j’avais toujours des hallucinations ? Si j’entends encore aujourd’hui toujours des voix dans ma tête ? Oui. Il est impossible de guérir complètement. Mais j’ai réussi à atteindre une guérison qui est dite quasi-partielle, comme 25% des patients atteints de cette maladie. J’entends toujours des voix quelque fois, malgré mon traitement. Mais j’arrive plutôt bien à les critiquer, j’arrive à prendre le dessus sur elles. J’ai commencé à avoir quelques autorisations de sortie de temps en temps, une heure tous les samedis. Et puis tous les samedis après-midi, après toute la journée le samedi et puis tous les weekends. Quatre ans plus tard, je suis enfin sorti. J’étais libre. Putain qu’est-ce que c’était bon. La liberté.



DECEMBRE 2011 – aujourd’hui

J’avais 22 ans, et je venais enfin de quitter l’hôpital psychiatrique. La réinsertion a été difficile, mais je savais ce que je voulais faire : je voulais être cuisinier. Alors j’ai fait mes études, j’ai fait ma rentrée en septembre 2012 et je les ai terminées en 2014. Mes parents n’étaient pas trop d’accord pour que je parte dans cette branche. Ils disaient que j’étais trop intelligents pour n’être ‘’que cuisinier’’. Mais je m’en foutais de leur avis. En Mars 214 je suis parti de chez ma mère et je me suis pris un appartement dans le Bronx, en collocation avec Ari ma sœur.

Ma maladie est très mal vue par les autres. Ça fait peur un schizophrène non ? Pourtant je suis un garçon comme les autres, à la différence que je prends la blinde de médicaments (que j’ai plutôt pas intérêt à arrêter sinon je vais dérailler à nouveau !) et je vois un psychiatre toutes les semaines.  Je suis pas plus dangereux que les autres personnes. Ok, si je fais une crise je peux être violent. Je suis violent même. Mais justement les médicaments que je prends sont là pour m’éviter tout ça. Antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques, antipsychotiques… J’ai toute une panoplie chez moi. Donc oui, j’avoue que je déteste l’image de la société sur les maladies psychiatriques. Maintenant je vis normalement, ou du moins presque normalement. J’ai un job en tant que commis de cuisine dans un restaurant de la ville. Je m’y plais vraiment bien, mais j’avoue que j’ai aussi hâte de pouvoir monter les échelons et devenir chef de cuisine et pourquoi pas avoir mon propre restaurant un jour.





© Nous sommes de ceux


Dernière édition par Nathaniel Hopkins le Lun 14 Aoû - 22:34, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

› Âge : 27 ans
› Appart : #702 (septième étage)
› Occupation : D'après mon CV, je suis avocate. Mais en ce moment, je suis juste une chômeuse de plus entre les murs du Parking.
› DC : La pickpocket au sourire espiègle (Alessia).
› Messages : 35
› Nombre de RP : 2

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Dim 13 Aoû - 15:47

Tu viens me cuisiner quelque chose quand tu veux ! Bienvenue sur DC :l:


tout recommencer
Tout recommencer sans courir derrière personne. Imprudence, j'redonne un peu d'place à la chance. Découvrir les souv'nirs, coller des couleurs au sens, un peu mieux que foncé, noir ou pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11844-avalon-le-coeur-tropic


En ligne
avatar

› Âge : vingt-deux ans.
› Appart : #1408, avec son bourreau.
› Occupation : fantôme des rues, témoin de la crasse quotidienne, enfant de la vulgarité qui ne cherche même plus à monter les échelons de la société.
› DC : Chad, Vinnie & Stanislas.
› Messages : 56
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Dim 13 Aoû - 15:58

UN CUISINIER. trop cool le métier :l:
hâte de découvrir ce personnage LECHE
bienvenue HEHE



if you could lick my heart, you'd taste nothing but poison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« The Dog »
› Âge : 37 ans
› Appart : Appart #1202
› Occupation : Gérant de la maison close Le Moine, Parrain de la mafia Bartolotti
› DC : Jefferson
› Messages : 1239
› Nombre de RP : 8

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Dim 13 Aoû - 22:43

Personnage intéressant, j'ai hâte de le voir évoluer sur le forum lui :l:


....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Je suis un Super Héros:
 

Bartolotti For President !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t4871-nero-the-dog


avatar

« Le dandy »
› Âge : Vingt neuf années à bourlinguer.
› Appart : #1301, avec Rosario.
› Occupation : Cameraman pour une chaîne de télévision. Joue de temps en temps au gogo danseur pour arrondir les fins de mois.
› DC : Angelo, Eros & Logan
› Messages : 120
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Dim 13 Aoû - 22:54

Bienvenue par ici ! :l:

Evans Peters je dmsfjsldkgjfldfkj CANDICHOU HOT AS GNOE :PERV: SALIVE




by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11613-kelsey-i-don-t-think-t


avatar

› Âge : vingt-huit ans
› Occupation : Cuisinier
› Messages : 6
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Dim 13 Aoû - 23:18

Merci à vous ! HAN


Nate Hopkins
The body forms scar tissue to close a wound. Eventually, scars fade. Who knows, with enough time you may not even remember how you got them. ▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

› Âge : 26 ans
› Appart : #609 (F3) avec Astoria
› Occupation : voleur de voiture et chauffeur
› Messages : 54
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Lun 14 Aoû - 4:40

bienvenue I love you


IT'S NOT THE END ♒︎ call me anytime you can see the lightning don't you be alone, you can always find me. we've got our wild love raging, raging. lost among a million changing faces. every day our eyes keep trading places. we've got our wild love raging, raging
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11837-maxwell


En ligne
avatar

› Âge : 24 ans et autant de plaies mal cicatrisées
› Appart : 1009 - F1 (10e)
› Occupation : Prostitution, ennui
› Messages : 136
› Nombre de RP : 4

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Lun 14 Aoû - 13:41

Oh, tu nous écris un roman!!! Je veux la suite *_*


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11688-nimue-oh-mum-she-has-s


avatar

› Âge : 25 ans
› Appart : 709
› Occupation : Cours de dessin & petits boulots quels qu'ils soient au besoin
› Messages : 49
› Nombre de RP : 2

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Lun 14 Aoû - 14:46

Super début de fiche ! *o*
Bienvenue sur le forum MIAOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11531-aslane-parait-qu-il-fa


avatar

« BAD DECISIONS, BETTER STORIES »
› Âge : 60 années très assumées.
› Appart : #UC.
› Occupation : Médecin interdit de pratiquer, il est aujourd'hui l'empereur d'un large trafic de drogues et de médicaments.
› Messages : 185
› Nombre de RP : 4

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Lun 14 Aoû - 15:28

Evan Peters FAN Bienvenue ici ! :l:


LA JEUNESSE EST
une fraction de folie
(C) KATAII
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t12011-sergio-je-te-frapperai


avatar

› Âge : 23 ans
› Appart : 1203, douzieme étage
› Occupation : étudiante en sciences anthropologiques, barmaid au lumignon blanc
› DC : Aliah & Drill
› Messages : 1279
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Lun 14 Aoû - 18:14

Han un cuisiner FAN
Bienvenue :l:
Et ta plume BRILLE


Des fois, tu te sens sirène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5347-lizz-nager-dans-l-ombre


avatar

› Âge : 26 ans, ça rapproche du gouffre de la trentaine plus effrayant que la mort.
› Appart : #1201, un vrai bordel de bibelots mélangeant les journaux de Dasha et ses propres affaires.
› Occupation : Professeur particulier, wedding planner à l'origine.
› DC : l'Azur en porcelaine.
› Messages : 202
› Nombre de RP : 2

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Lun 14 Aoû - 18:59

Ptain manquerait plus qu'il soit né un lundi et il aura fait chier jusqu'au bout Emo SIFFLE
j'aime vraiment ce que je lis pour l'instant, hâte de le voir évoluer ici :l:
et qui sait, on pourra ptêtre se trouver un truc MIAOU
puis Evan Peters, ce bbchou :l:
Bienvenue par ici CUTE


☆☆☆ MOU COMME L'AMOUR, Il m'a dit qu'il m'aimait, quand il était ivre et quand il ne l'était plus. Il m'a dit qu'il penserait à moi, chaque minute, que je serais sa douleur et son réconfort. Il m'a dit qu'il aimait mon cul, mes yeux bizarres ma bouche à mourir. Dans quelques semaines, il m'aura oubliée. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11654-nova-explosion-d-etoil


avatar

› Âge : vingt-huit ans
› Occupation : Cuisinier
› Messages : 6
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Lun 14 Aoû - 22:09

Merci pour cet accueil et de vos compliments, ça me touche BRILLE
Et oui, pour l'histoire j'ai toujours tendance à écrire un roman SIFFLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« révolé sa mère. »
« révolé sa mère. »
› Âge : Tantôt gamin, tantôt blasé comme un homme âgé, il vient d'atteindre le 19 ans et on s'en fout.
› Appart : #1411 (F2) avec le fantôme de sa mère la junkie, Badz Hijodealgo le fagg et Lincoln le renardeau perdu.
› Occupation : Saboteur, Al passe sa vie à se griller lui-même. Devenir dealer n'était sans doute pas sa plus riche idée...quoique, ça lui a rapporté pas mal, t'as pas vu ses Nike neuves ? Bah voila. Puis sinon, on le trouve au garage de Deirdre aussi.
› DC : Ekaterina et Misha
› Messages : 4015
› Nombre de RP : 22

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived Lun 14 Aoû - 22:21

Bienvenue parmi nous HAWW
Evan on le voit de moins en moins alors qu'il est carrément cool !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2900-al-o-la-bombe-a-retarde


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived

Revenir en haut Aller en bas

Nate ◊ Life doesn't have to be perfect, it just has to be lived

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Le phénomène "second life"
» L projet life papillons
» Life - L'aventure de la vie
» "Un avatar sur Second Life consomme autant d'énergie qu'un brésilien moyen"
» LIVRE : Life after Doomsday, ou comment survivre apres le nucleaire.

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: De ceux qui ont succombé :: Les Locataires du Parking :: Les Dossiers Approuvés-
Répondre au sujet
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)