Partagez|


elie ≈ perché sur son croissant de lune.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 3:28

Elie Rolaan
Il y a une raison pour laquelle les poneys plaisent tant aux enfants. Parce qu'ils ne grandissent jamais, ils sont figés dans l'enfance. Une condition enviable.

Nom il sait pas sa signification, et pour pas se mentir, il s'en fiche un peu ; il préfère se faire des histoires, des tas d'histoires. Il en a pas honte, il le déteste pas, après tout son père a le même et étant donné que c'est un héros, son héros, ça vaut tout l'or du monde. Prénom il a pas eu droit au prénom d'un grand-père mort en guerre, d'un personnage de fiction, Elie est Elie, même si ça laisse à aller à des jeux de mots, Elie c'est tout doux, ça caresse la langue et ça claque contre le palais. Elie c'est simple, et ça permet aucun surnom. Date et lieu de naissance un certain 4 mars 2009 dans la capitale française, ah Paris ! Sauf qu'il en garde aucun souvenir. Âge il a pas l'âge le plus facile, n'empêche qu'il reste le plus amusant. Six ans c'est plus que de la découverte, c'est de la compréhension, de l'ébahissement et des mines boudeuses qui s'étalent sur quinze kilomètres, il pige le fonctionnement des adultes maintenant et il sait comment faire plier une échine lorsqu'il se sent d'humeur de petit prince. Nationalité américain. Origines le père est né ici, quant à la mère il en a pas la moindre idée. Statut matrimonial trop jeune pour encore s'y tenter, de toute manière les filles c'est nul. Orientation sexuelle il aura largement le temps de se poser la question quand il aura deux-trois poils au menton. Job ou Activité un jour il est vétérinaire, un autre astronaute, puis magicien - surtout ça en fait - sauf que la réalité, elle vaut pas trois sous. Il est qu'écolier, haut comme trois pommes il a pourtant encore la force de supporter le poids de ses espoirs. Groupe de ceux qui rêvent, parce qu'Elie peut encore se le permettre et que le désespoir il connaît pas. Type de perso scénario du dad.  JAIME  CUTE  Crédits écrire ici (ni Bazzart, ni Tumblr),  Autorisez-vous, en cas de suppression, l'utilisation de vos scénarios et/ou familles par d'autres joueurs ? oui.

Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? Y'a un peu plus d'un mois, quelque chose comme ça, il saurait plus dire exactement. Ils sont juste là, font office de présence, c'est Eddie qu'a décidé de s'arrêter ici. Pour combien de temps en revanche, ça, le garçonnet il en a pas la moindre idée. Au moins ils ont une maison rien qu'à eux, même si la route ça lui laisse un petit vide dans le coeur, il a prit le goût de l'inconscience faut croire.
Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Il se fait pas tellement d'avis sur le sujet, disons que c'est comme partout ; y'a des chouettes, y'a des bougons, y'en a qui sont étranges. Et y'en a qui gueulent aussi, beaucoup, c'est rare de passer une journée sans entendre une mouche voler, parfois y'a des verres qui craquèlent ou des chiens qui aboient, c'est pas spécialement un endroit rêvé pour éduquer un enfant. N'empêche qu’étonnamment ça lui déplaît pas, oh il a vu mieux c'est indéniable, mais il y a quelque chose d'amusant ici, qui titille ses nerfs. Y'a de la vie ici, c'est ça qui est nouveau, ça bouge en communauté et ça forme une immense masse mouvante, comme des vagues ayant la rage.
Quelle est votre réputation au sein du quartier ? On le remarque, les petites vieilles s'arrêtent pour lui dire bonjour, les adolescents lui lancent un regard attendrissant, il est pas détesté Elie, bien au contraire il est même carrément aimé. Toutefois, étant discret et passant un temps considérable entre les quatre murs de l'appartement, il est pas le plus connu de l'immeuble, ni de la cité entière. Il sait se faire discret, c'est qu'un gosse de toute manière, il peut pas causer le moindre mal - alors à quoi bon s'y attarder ?



feat david mazouz
si y'a un truc que le mouflet garde bien sur lui ; c'est son carnet. Un carnet qu'en a vu des choses, ou du moins depuis qu'il l'a - quelques mois donc - dedans il s'entraîne à bien écrire, et il dessine surtout. Des bestiaux, des terres qui viennent d'une autre galaxie, des visages inconnus, y'a de tout, surtout de rien, et une grosse partie de tout ce qui lui plaît, déplait, c'est son exutoire, son petit jardin secret, et on y touche pas - même pas papa, sauf quand il demande, là il peut faire un effort. à croire qu'il peut pas passer une seule journée sans se vautrer. Genoux écorchés, coudes saignants, le petit garçon est du genre à enchaîner les gourdes et les défis comme personne, oh parfois son père s'en tire les cheveux, le bon côté des choses c'est qu'il est toujours là pour éviter que ça s'infecte. Manquerait plus qu'il se fasse amputer ! Enfin, ça pourrait être chouette dans l'esprit d'Elie, il pourrait mettre une jambe en bois à la place, se la jouer pirate aussi effrayant que barbe noire. en parlant de se faire soigner, il enfile constamment son armure de gros dur, de petit mec. Il a pas le droit de pleurer, pas pour des blessures qui auront aucune incidence sur son futur, il se permet pas de chouiner parce qu'il veut qu'on soit fier de lui Y'a rien de plus beau selon Elie, la fierté ça transporte, ça fait des petits papillons dans le bide et surtout ça fait pétiller les yeux - quitte à vouloir ressentir ça souvent, il prend sur lui pour pas être aussi braillard qu'une fille. très expressif dans son genre, Elie a la fâcheuse tendance à trop démontrer ses émotions par le biais de son visage. Dégoûté, étonné ou encore joyeux, ça s'étire dans tous les sens, ça fait rire, souvent ça attendri et rarement ça inquiète. Si les yeux sont la porte ouverte vers l'âme, alors sa trogne dans sa totalité est sa complète mise à nue. il a un appétit de moineau, ce qui est plutôt marrant en sachant qu'Eddie fait toujours de la bouffe pour un banquet. Ah ça, il l'a un peu inquiété au début à pas franchement toucher à ses frites ou à ses pâtes, il peut rien c'est juste que son estomac se cale rapidement. A la rigueur, il peut faire une grosse exception pour les cochonneries sucrées - mais le peu de fois où il peut les toucher, ça se résume à un emballage de jeté, papa tient à ce qu'il ait une bonne hygiène de vie. Elie s'amuse d'un rien, la preuve en est qu'il est incapable de se défaire de sa ficelle, ou plutôt du jeu de ficelle. Avec ça il se triture les doigts, il fait des formes, incompréhensibles et quand elles sont réussies - ou du moins quand il estime qu'elles le sont - il les montre fièrement à son entourage, à papa ou encore cette fille qu'est souvent chez eux - tout le temps même en fait. Il aime construire, déconstruire, plus que passer des heures devant un écran, et même, il préférera largement zieuter les nuages pour y percevoir des formes plutôt que de convulser à cause d’images trop rapides. le voyage ça lui manque, les paysages et les gens aussi, c'est pas pareil maintenant qu'ils sont posés, qu'ils volent plus comme des pies.   il aime pas spécialement les chats, non pas qu'il fuit lorsqu'il en croise un, loin de là, il aime juste pas ce qu'ils dégagent. Les chatons ça va encore, c'est juste les plus vieux qu'il trouve assez vicieux, de loin et depuis toujours il préfère clairement la présence des chiens. c'est pas bien, on le tape sur les doigts quand il fait ça, pourtant le jeune Rolaan se ronge les ongles. Il sait pas pourquoi, même que de temps en temps ça fait mal et qu'il saigne, n'empêche qu'il arrive pas à s'arrêter et que devant n'importe quoi il peut se retrouver avec un doigt dans le bec à le mâchonner. depuis quelques semaines à peine, Elie se fatigue très rapidement, il a le souffle court et l'énergie qui tombe à sec lorsqu'il se dépense de trop. Normal pour un môme à priori, ça l'embête un peu parce que du coup il fait pas tout ce qu'il voudrait faire en une journée. Il fatigue oui, et la mécanique de son coeur déraille, rouille progressivement.
   



y'a ce démon qui tripote ton âme.
(4 ans)

« On va oùùùù ? » Qu'il avait pris l'habitude de couiner pendant qu'il serrait un peu plus la main de son père, tout en le dévisageant de ses yeux verts. Ils allaient ici, parfois là, surtout loin de la civilisation ou au contraire trop proche. Ils marchaient pas mal, sauf quand Elie était fatigué, là, il pouvait se la jouer bandit de grand chemin en se jetant sur le dos de son compagnon d'infortune. Pourtant, s'il s'ébahissait devant un rien - y compris des animaux qu'il semblait voir -, n'empêche qu'il répétait toujours cette même question. Il aimait pas les surprises Elie. Enfin si, il aimait plutôt bien, le problème c'est qu'il détestait pas savoir et qu'impatient comme il était, il tirait vite la moue lorsqu'il avait pas la réponse qu'il voulait. Alors quand il se sentait en état de jouer de son air de biche en détresse il fixait intensément son modèle, le suppliant intérieurement d'arrêter la torture. C'était vilain. C'était amusant pourtant puisque lui, le grand Eddie, il gardait un sourire aussi gigantesque qu'un croissant de lune. Il devait se moquer de lui, sans aucun doute. Faut dire qu'y'avait de quoi avec un microbe pareil qui traînait des pattes quand il avait pas ce qu'il voulait. Il avait même eu de la chance de pas se faire abandonner comme le petit poucet, de toute façon il en avait pas le droit, il pouvait pas, il se rattrapait à sa façon en se lovant contre ses bras une fois la nuit fracassée sur le ciel bleu, et surtout il gloussait tout le temps. Il pouvait pas s'en empêcher. Peu importait le regard des passants, lui il se bidonnait pour un oui, pour un non, il agissait en bon orateur, en assistant du Houdini moderne puisque toute l'attention lui retombait dessus. Et il causait. Bon sang ce qu'il pouvait taper la discussion avec n'importe quel être qui croisait son regard bourré d'étoiles, même que ceci, même que cela, et puis ceci, et oh cela ! Il épatait la galerie en mimant les trucs étranges qu'il avait pu croiser sur sa route sableuse et étriquée. Il était bien Elie, bêtement bien, simplement bien avec lui, avec papa qui l'avait embarqué en vacances, avec papa qui se lassait pas de lui montrer du doigt l'horizon tout en lui ébouriffant les bouclettes, ce papa qui était fort, ce papa qui était doué pour tout - y compris pour le rassurer quand il flippait. Il l'aimait et quand il lui disait, il lui susurrait surtout dans le tympan, parce que c'était un secret, leur secret rien qu'à eux. Ils étaient les aventuriers d'une époque moderne qui visait à rendre plus vieux les enfants, ils étaient les rebellés des photos sur les cartes postales, ils voulaient tout voir et arriver à se comprendre. Parfois, Elie lui demandait quand est-ce qu'ils allaient rentrer. Eddie, quant à lui il lui répondait avec des mots charmants, des phrases bien tournées qui lui laissaient cette possibilité de choix. Il finissait par oublier, parce que sa petite existence elle durait du matin jusqu'à ce qu'il se couche, tout était un éternel recommencement. Y compris cette question, une seule, cette foutue et unique question. Pour y répondre, son père enfilait son plus large sourire, il serrait un peu plus sa main dans la sienne pour la réchauffer et ajoutait en haussant les épaules. « Quelque part. » De quoi le pousser à encore une fois demander où ils allaient, petit rituel aux allures d'une taquinerie, c'était cette répétition qui lui permettait de ne pas éteindre sa flamme, sa bougie, sa petite étincelle dont papa prenait soin. Celle-là qu'il voulait garder tout contre son coeur, celle qu'il ne voulait partager avec personne.

cette ombre qui veut tes perles cristallines.
(5 ans)

C'était un carrousel.
Y'a tout qui tournait, y'a tout qui tanguait, y'avait même des rires qui se perdaient dans l'immensité de cette grande surface. Il était seul, planté en plein milieu de la place, et effrayé il avait préféré reculer pour se cogner contre le mur. Tout battait vite dans son corps, ses tripes faisaient un tour complet, autant que son sang qui frappait douloureusement contre ses tempes. Il avait lâché la main de son père, il avait brisé le lien entre deux âmes et maintenant il en payait le prix. Il avait juste envie de voir une vitrine qui regorgeait de livres à images, il avait voulu laisser place à sa curiosité. Et quelle terrible erreur ce fut. Maintenant il s'en mordait les ongles, l'intérieur de la joue, triturait avec nervosité son sweat tout en tapotant du pied. Il avait attendu, une dizaine de minutes et papa il était toujours pas là. Papa il devait savoir pourtant, il devait pouvoir le retrouver en un claquement de doigts, pouf et il était de retour. Pas cette fois. Et il avait peur, peur de finir ici, de devenir un enfant-loup ou un autre garçon bizarre comme il avait pu en voir des fois à la télévision. Déglutissant, sa gorge tremblait à outrance tandis que des petites larmes perlaient dans le coin de ses iris. « Ben alors ? Qu'est-c'que tu fais ici tout seul ? » Il savait pas d'où ça venait, c'était rauque et ça sentait l'existence balafrée. Il avait à peine levé un sourcil qu'il avait croisé une présence, à priori rassurante, pourtant elle faisait qu'attiser un peu plus ses névroses. « T'as perdu tes parents ? » Il s'était même accroupi le type un peu barbu, il avait l'air vraiment inquiet. Sauf que là, Elie, il lui voyait se faire pousser des grandes dents et sans plus de cérémonies il avait répondu sèchement. « NAN ! » Puis il s'était carapaté sans savoir où il allait. Il avait couru à moitié, à peine marché, ce qu'il savait c'est que les lumières lui faisaient mal aux yeux et que sa respiration coinçait de plus en plus. Ses poumons se compressaient un peu plus, c'était dérangeant, c'était terrible et au bout de quelques mètres il avait fini par répondre aux instincts de survie. Il regardait à gauche, puis à droite, à chaque fois qu'un son lui rappelait son père il était sur le qui-vive. « Papa ? » Il répondait pas, peut-être qu'il parlait pas assez fort, faut dire que la foule arrangeait rien en piaillant, il avait retenté le coup. « PAPA ? » Un peu gueulé, un peu violenté, c'était pas la manière d'agir d'un enfant sage, pourtant là il l'était plus. Semblable à un sauvage qui réussissait plus à trouver de quoi se remplir l'estomac, ça allait de mal en pire, tout prenait de l'ampleur, tout passait avec une vitesse déconcertante ou c'était justement trop lent. Dans son rivage, ça se brouillait, il divaguait vers d'autres îles horrifiques alors il s'était permis de pleurer. Pleurer comme jamais il n'avait pleuré. Pleurer comme si on lui faisait subir la pire des sanctions. Pleurer, comme si son papa était plus là, monté chez les anges ou descendu à l'étage plus bas. « PAPAAAAAA ! » C'était déchirant, ça faisait le même effet qu'un feu d'artifice raté. On aurait dit un chiot, c'était le mot juste, un pauvre délaissé qui trouvait plus sa fratrie, blessé de surcroît il avait perdu ses repères. Son repère. « PAPAAAAAA ! » Il recommençait à chaque fois qu'il perdait pas son souffle, il y mettait toute son âme, ses tripes comprises, ça se perdait dans ses hoquets dégénérés, dans ses joues qui devenaient de plus en plus gonflées, rougeâtres en même temps qu'il palissait. C'était une mélodie, celle de l'enfant qu'allait plus revoir son père parce qu'il avait désobéi, parce qu'il avait osé lui lâcher les doigts, qu'il avait voulu faire bande à part en se croyant capable d'être solitaire. Il aurait pas dû, et il regrettait. Et s'il était plus là ? Il lui restait qui ? « MAMAAAAAAN ! » Il l'avait fait, c'était sortie naturellement, parce que si y'en avait un, devait bien y'en avoir une aussi. Parce que même si sa présence était qu'un spectre, elle allait bien pouvoir débarquer à cet instant. Il était pas joli à voir, il était risible pour les plus affreux d'entre eux. Il voulait quelqu'un, c'était tout, rien de bien folichon, sinon Elie allait devoir se débrouiller pour se sortir de l'eau. Sauf qu'il nageait très mal, il coulait, il s'attardait sur les traits féminins, espérant qu'elle allait le choper dans ses bras pour lui dire que tout allait bien, qu'elle était là, que papa était pas loin. « ELIE ! » Et il arrivait toujours quand il le fallait, pour l'arrêter dans ses espoirs, pour étouffer son image, pour prendre sa place.

et puis y'a ton sourire.
(6 ans)

« T'as triché ! » Avait craché Tommy en plissant le bout de son nez d'aigle. Ils étaient là, deux sur le sol, sur le bitume de la cour de récré à faire voler les billes et se rafler la mise. C'était pas la nouvelle console à la mode, c'était pas non plus les cartes qu'il était possible d'échanger avec machin ou bidule. Non c'était des ronds qui roulaient, roulaient jusqu'au mur et là, assis ils allaient se crêper le chignon. Elie, quant à lui, c'est pas qu'il aimait pas l'école, c'est qu'il avait de plus en plus de mal avec ses camarades. Ils étaient bêtes et méchants parfois, les filles, elles, elles faisaient que glousser quand il passait. C'était pas pareil que les voyage, c'était pas la même chose que d'apercevoir une météorite en plein jour, c'était pas la même chose que de salir ses souliers pour trouver de nouvelles destinations. Ils étaient là, maintenant, depuis quelques mois à tout casser et si le gamin Rolaan avait exprimé sa joie en découvrant les murs de l'appartement, l'enseignement c'était autre chose. A son tour, il avait dégainé sa mauvaise mine en soupirant. « Même pas vrai. » Parce qu'il était honnête Elie, et que s'il l'accusait de piper les petites bulles rigides c'est bien parce qu'il était nul à ce jeu, il y voyait rien d'autre si ce n'est un perdant qui s'assumait pas. Puis Tommy était devenu rouge, un peu comme un gros piment, il avait serré ses petits poings en beuglant. « Toute façon, toi, t'as même pas d'maman d'abord ! » On pouvait pas refaire la méchanceté de l'enfance, on pouvait pas y modeler à sa guise sa dureté, sa réalité cinglante qui laissait les fées là où elles étaient. Et à peine le plus jeune des deux avait-il entendu ça qu'il avait senti son pauvre petit palpitant se serrer, fort, si fort qu'il avait juré l'entendre saigner. Il en avait pas oui, de maman. Maman c'était qu'une chimère. Maman c'était qu'une rangée de dents brillantes. Maman c'était une odeur qui s'effaçait, pourtant il voulait pas oublier. Il pouvait pas s'y résoudre. Elle était quelque part, dans son esprit, bien cachée dans son terrain vague à idées, il voulait la chercher, même s'il avait paumé les plans pour trouver le grand X qui signerait les retrouvailles. Quand il fermait ses paupières, il pouvait presque entendre le timbre de sa voix, ou un faux, parce que ça faisait longtemps qu'ils avaient filé. C'était tout doux, comme du velours, ça ronronnait comme un chat joueur et puis il y avait ses yeux. Ses yeux malicieux, pétillants, tout bleus qu'ils étaient, ça lui rappelait l'océan. Ou peut-être qu'ils étaient verts, comme ceux de papa, ou bruns ? Il doutait de plus en plus Elie, il avait secoué sa tignasse sauvage avant de se lever pour brailler à son tour. « M'en fiche, j'ai un papa. » Et Eddie ça suffisait largement, pas vrai ? C'est ce qu'il se disait, c'est ce qu'il voulait croire, alors que son petit Jiminy Cricket bien posé sur son dos lui murmurait à l'oreille qu'il y avait quelqu'un d'autre. Si y'avait un papa, devait bien y'avoir une maman, c'était dans l'ordre des choses, c'est comme ça que ça devait se passer. La preuve c'est qu'en levant sa tête il croisait le portrait familial et cliché d'un couple parfait, y'en avait deux pour s'occuper d'un ou encore de plusieurs. Pourquoi il est tout seul, Eddie ? Il comprenait pas, il voulait et il voulait pas comprendre, ça se serrait dans son estomac, à un tel point qu'il avait donné un coup de pied dans les billes avant d'enfoncer ses doigts dans ses poches qui contenaient des vieux boutons qu'il avait jamais jetés. « BEN T'AS TOUJOURS PAS DE MAMAN ! » Flûte, il continuait, ça s'arrêtait plus et ça tournait dans son crâne, à un tel point que pour une fois il était énervé. Il avait envie de lui écraser ses ongles sur sa joue trop propre, de lui faire ravaler sa fierté à deux balles. Sauf que papa il serait pas fier de lui, il lèverait la voix et le punirait pour avoir osé frapper un crétin. Il avait tout gardé sur lui, sur ses frêles ses épaules qui avaient déjà un mal de chien à supporter sa combinaison de peau. « OUI MAIS J'AI UN PAPA. UN PAPA. UN. PA-PA. » Il s'était retenu d'ajouter que lui, ce grand dadet, il en avait deux des mamans. Mais, il voulait pas tomber aussi bas que lui, il voulait pas rentrer dans ce cercle vicieux. Il voulait rester digne, Elie, qu'il se fasse prendre pour un grand garçon même s'il comprenait à peine les tournures de phrases des adultes. Grognant dans sa barbe inexistante, il avait préféré poser ses fesses plus loin, sur l'escalier qui allait pas tarder à être remplis d'élèves de son âge, ou des plus grands. T'as pas de maman, merci, ça il le savait. T'as pas de maman, si il en avait une, c'est juste qu'elle était ailleurs. Ailleurs dans un rayon de soleil, dans un croissant de lune, ou dans son oreiller quand il écrasait sa caboche dessus. Elle sortait peut-être de l'eau, ou des flammes, il en savait rien, ou plutôt il savait plus, alors il inventait des histoires pour combler le vide quand y'avait pas papa dans son horizon. Elle pouvait être aventurière, dompteuse de lions ou pourquoi pas magicienne, ça devait être pour ça d'ailleurs qu'elle l'attendait pas derrière le grillage. Parce que son tour il avait loupé, qu'à la place de sortir de la boîte, elle avait fini en Chine. Et c'est comme ça qu'il avait réussi à s'apaiser, en se disant qu'elle reviendrait avec son teint porcelaine ou de café, avec ses boucles brunes ou son rideau blond, ça faisait son bonheur, qu'il prenait partout où il pouvait le trouver. Tommy était trop stupide de toute manière. Il en avait une de maman, elle était juste cachée derrière un mur de mousse.

elf
passe ta souris !
Yo les choukibous.  coeur Moi c'est Laura, 19 ans, coincée en Alsace, je suis actuellement étudiante en arts du spectacle, cursus théâtre, L2 j'espère d'ailleurs l'avoir celle-ci.  Laughing  JAIME J'fais du RP depuis que j'ai 11 ans à tout casser, ça fait une trotte que j'ai plus posé les pieds sur un forum typé city/réaliste, comprenez par là que vous êtes donc un sacré coup de coeur pour que je m'sois d'jà tranquillement installée.  ROBERT Je m'connecte au moins une fois par jour, les RPs ça risque d'être plus irrégulier par contre, mais j'essaie de faire mon possible pour pas prendre trop de temps.  PERV J'espère faire honneur à ce scénario, love sur vos culs.  POTTE  BLBLBLBL  HEHE


Dernière édition par Elie Rolaan le Dim 26 Avr - 23:06, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 3:34

OH J'ADORE CETTE CHANSON OMG OMG OMG coeur bon, mon petit mec, mon bébé chat à moi  coeur . bienvenue cent fois. je t'aime déjà (mais je crois que ça, tu le sais déjà MDR)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 3:46

Oh mais j'marque des points, c'est bon à savoir ça. HEHE MERCI DADDYNOURS, encore une fois j'espère ne pas te décevoir. OMG coeur
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 10:18

Oh le p'tit Rolaaaaaan Twisted Evil Twisted Evil HAN HAN
Tellement mignon, tellement choupinet SUPER SUPER coeur coeur HEHE
Bienvenue ici petit chouuuu
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : Trente-sept douilles échouées, éparpillées à terre.
› Appart : #1513/15ème, seul dans un grand appartement bien vide à présent. Et trop silencieux.
› Occupation : Officiellement, professeur particulier de langues (Suédois, Russe et Gaélique Irlandais). Officieusement, infiltré dans un grand réseau de proxénétisme pour lequel il est un informateur. En réalité ? Agent du FBI sous couverture, anciennement policier dans les moeurs puis la criminelle de L.A. après avoir été sniper au sein de la US Army.
› DC : Le guitariste Islandais au coeur arraché (Àsgeir Aylen), l'Irlandais aux poings écorchés (Aisling Ó Luain) & la catin aux couleurs mensongères (Aaliya Abelson).
› Messages : 743
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 10:40

Bienvenuuue BRILLE Superbe choix de scénario :) L'avatar est juste trop choupi CUTE J'aime beaucoup le début de l'histoire, bon courage pour la suite ^^



TIME IS RUNNING OUT

There are foundational elements  in our lives. People... that form the brick and the mortar of who we are. People that are so deeply embedded that we take their existence for granted until suddenly they're not there. And we... collapse into rubble.© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5366-lyam-o-neill-it-s-too-c


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 11:26

Oh un ptit bonhomme ho

Bienvenue DE CEUX
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 11:29

Bienvenue :l: :l: Super choix de scénario, ça va être cool un gosse en plus a Parking (y'a une petite Hope qui est arrivé hier si je ne dis pas de bêtises)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 11:30

Hwww il est CUTE JAIME
Bienvenue au Parking coeur
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« arnaqueur d’étoiles »
› Âge : twenty-eight yo – march, 21st.
› Appart : #603 / 6th floor – avec son âme-sœur. de retour au sixième, avec un sale goût d’abandon au fond de la gorge.
› Occupation : mon corps appartient à ceux qui en ont les moyens, mon âme est damnée, mon cœur ne cesse d’espérer – la catin du quartier.
› DC : la princesse aux arcs-en-ciel (flora) la chair mutilée (celso) la seal noyée (elinor) & l’étoile morte (solal).
› Messages : 1136
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 12:49


Mais c'est le petit Bruce Wayne de Gotham ! FAN CUTE I love you Je l'aime tellement dans cette série. DE CEUX

En tout cas bienvenue parmi nous et bon courage pour la fin de ta fichette. ho Tu as fait un très bon choix de scénario. What a Face



« in the eye abides the heart »


kiss kiss bang bang :l: :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tinyurl.com/gmals6m


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 13:59

je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. je t'aime. ho
j'ai failli décéder en voyant qu'on avait le bébé rolaan sur le fo GNOE (quin et alexy sont témoins MDR)
ohlala, j'ai hâte d'en lire plus ♥
puis bien évidemment, bienvenue à la maison ♥♥♥♥♥♥♥
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 14:59

Comment il est trop mignon lui POTTE
On a une invasion d'enfants là MDR MDR

Bienvenue en tout cas, hésite surtout pas si t'as besoin POTTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 15:51

WOH. Que d'amour par ici. JAIME CUTE
Merci beaucoup à tous, encore une fois j'espère ne décevoir personne et réussir à rendre honneur à ce petit scénario. OMG ET COUCOU MAMAN, je t'aime aussi même si je commence sérieusement à t'oublier. MIAOU ho J'suis contente d'avoir fait la surprise à ce point. :hihi: :PERV:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 16:06

Pourquoooooooooi tu n'as pas neuf ans ! *pleure très fort*

Bon pas grave, mais je te préviens, je veux un lien

"Le Gamin du Parking" ça sonne bien je trouve, on va RP ensemble, crois-moi

En tout cas, Bienvenue Elie !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 16:16

Bienvenueeeeeeee, un deuxième gosse c'est cool tout ça ! BANANE

Ton vava est tout choupi j'adore. :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune. Dim 26 Avr - 17:11

Héé c'pas ma faute, fallait demander à maman de me pondre plus tôt. Laughing Surprised Pas de souci pour un lien, même si je préfère le surnom de la teigne du parking. OMG Merci à vous deux. ho ROBERT
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: elie ≈ perché sur son croissant de lune.

Revenir en haut Aller en bas

elie ≈ perché sur son croissant de lune.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» CROISSANT DE LUNE DU 5 MARS
» Petit croissant de lune
» Petit croissant de Lune
» Croissant de lune sur/au dessus de la tête
» un petit croissant fin à son 1er jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)