Partagez|


Les mots parlent trop + popi&nova

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


En ligne
avatar

› Âge : 26 ans, ça rapproche du gouffre de la trentaine plus effrayant que la mort.
› Appart : #1201, un vrai bordel de bibelots mélangeant les journaux de Dasha et ses propres affaires.
› Occupation : Professeur particulier, wedding planner à l'origine.
› DC : l'Azur en porcelaine.
› Messages : 217
› Nombre de RP : 9

Message(#) Sujet: Les mots parlent trop + popi&nova Mar 25 Juil - 18:17



○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○
Les mots parlent trop 
ceux qui regrettent, ceux qui aiment
et ceux qui espèrent, qui doutent un peu.
popi & nova

Ici, elle n'a pas vraiment besoin de parler, à peine quelques regards qui se croisent mais la plupart des gens ont leurs yeux bien figés sur les lignes qu'ils ont sous les yeux. L'ombre d'un sourire sur les lèvres, elle savoure le silence et les chuchotements qui se perdent çà et là autour d'elle. Persiste qu'elle a une certaine envie qui fourmille en elle, de partager  ce qu'elle lit avec quelqu'un d'autre. Ca n'intéresse pas réellement sa sœur, elle n'est pas une fille aimant beaucoup les histoires où l'amour règne et brille en maître mais ça la fait rêver Nova, les histoires qui finissent bien et où la passion peut parfois régner. Peut-être que c'est un peu ce qu'elle a toujours voulu mais n'a jamais eu, même avec un fiancé qu'elle a aimée pendant six ans. Six longues années où elle a eu l'impression d'être dans une belle réalité, dans une sorte de copie parfaite de ce qu'avait pu être la relation de ses parents. Mais plus le temps se meurt et plus Nova se rend compte que non. Qu'il n'y a jamais rien eu de semblable entre elle et son fiancé. Que sa mère était l'amour de toutes les vies que pourrait avoir son père et l'inverse était réciproque. Reposant son livre, ses pensées s'emmêlent et son esprit divague, se demandant si aujourd'hui, ils ce sont à nouveau rencontrés, dans ces autres vies en lesquelles elle croit férocement. Elle l'espère pour eux, qu'ils auront une fin moins tragique que celle qu'ils ont connus dans sa vie à elle. Ses paupières s'alourdissent et elle lève une main surprise à ses yeux, honteuse de les sentir prêts à lâcher des larmes qu'elle ne laisse jamais remonter à la surface. Nova ne pleure jamais car il n'y a jamais de raison valable de pleurer la mort des gens puisqu'ils reviennent plus tard. Pas vrai ? Baissant la tête, elle prend plusieurs inspirations avant de retrouver son calme, reprenant lentement mais sûrement sa lecture. Elle sent soudainement une présence, une ombre qui la domine et ses yeux de nébuleuse se relèvent pour rencontrer un visage inconnu à qui elle sourit, comme un automatisme. Inconnu ou non, Nova sait qu'un sourire fait toujours plaisir. Va-t-il s'asseoir en face d'elle ou n'est-il que de passage ? Elle n'en sait rien et elle a bien l'envie de lui proposer de prendre place ici, cherchant, curieuse, si ses mains tiennent des livres sur lesquels elle pourra converser avant de se souvenir qu'ici, le silence règne et qu'une conversation sera malvenue, de toute façon mais elle et les règles, c'est une sorte de paradoxe compliqué, comme si il n'y a qu'elle qui peut imposer un silence. Sa voix s'élève dans un doux chuchotement alors qu'elle demande « Vous voulez … vous asseoir, peut-être ? » et elle hausse les sourcils, comme une enfant qui attend un oui, un non, quelque chose de toute façon. .


☆☆☆ MOU COMME L'AMOUR, Il m'a dit qu'il m'aimait, quand il était ivre et quand il ne l'était plus. Il m'a dit qu'il penserait à moi, chaque minute, que je serais sa douleur et son réconfort. Il m'a dit qu'il aimait mon cul, mes yeux bizarres ma bouche à mourir. Dans quelques semaines, il m'aura oubliée. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11654-nova-explosion-d-etoil


En ligne
avatar

› Âge : 29 y.o.
› Appart : #1409 ( quatorzième étage )
› Occupation : directeur de l'hôtel l'Etoile
› DC : Franz - Rauera - Nikita - Apolline
› Messages : 161
› Nombre de RP : 20

Message(#) Sujet: Re: Les mots parlent trop + popi&nova Jeu 27 Juil - 11:06

Je n’ai pas eu de temps pour moi ces derniers jours. Avec l’ouverture de l’hôtel, les clients se pressent, les fournisseurs m’écrivent, posent des questions, s’interrogent, j’ai eu à effectuer quelques visites dans des établissements concurrents, et à gérer quelques rencontres professionnelles, qu'elles soient en lien avec la partie légale ou la partie illégale de mes affaires. Je n’ai pas pu me poser un seul instant, et je crois que j’ai besoin d’une pause. Dans ce genre de moment, je sais quelle est la solution à mes soucis, celle qui prendrait la tête à un bon nombre de gens: la philosophie. J’ai demandé à Albert de m’emmener avec ville avec la jaguar, et je l’ai laissé disposé après m’avoir déposé à la librairie. Je ne sais pas s’ils auront les livres qui m’intéressent, le quartier n’étant pas particulièrement réputé pour sa richesse culturelle, mais j’ai appris, lors de mon séjour en Italie, à ne pas juger sur l’apparence.

Une fois dans la librairie, mon pas se fait plus doux, mon visage plus serein aussi, parce que je me sens toujours beaucoup plus apaisé lorsque je suis entouré de livres et de gens calmes qui semlent avoir les mêmes centres d'intérêt que moi. La pulpe de mes doigts se posent contre le cuir relié d’un livre au nom d’un auteur si difficile à orthographié correctement. Nietzsche. Je le tire doucement, et jette un coup d’oeil aux tables de lectures qui sont mises à la disposition des clients de la librairie. J’hésite, puis m’approche. Mes yeux se posent sur une petite tête brune, qui me rappelle un peu Dulcia et j’esquisse un petit sourire en la regardant, jusqu’à ce qu’elle lève les yeux, aggripe mon regard, et m’offre un sourire. Je déglutis, laisse mon livre glisser, piteusement, de mes mains et finis par hocher la tête: - Je… Oui. Oui je vais m’asseoir. Je me baisse pour rattraper le livre, tombé face vers le sol, grand ouvert, et tire la chaise pour m’installer face à elle. Je pose le livre, fermé, et hésite quelques instants, avant de remonter les yeux vers elle: - Que lisez vous? Qu’est-ce qui m’a pris? Je sais pas.



CHAINED
Do you ever feel like breaking down? Do you ever feel out of place? Like somehow you just don't belong, and no one understands you ? Do you ever wanna run away ? Do you lock yourself in your room aith the radio on turned up so loud and no one hears you screaming.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11563-popi-l-extase-totale


En ligne
avatar

› Âge : 26 ans, ça rapproche du gouffre de la trentaine plus effrayant que la mort.
› Appart : #1201, un vrai bordel de bibelots mélangeant les journaux de Dasha et ses propres affaires.
› Occupation : Professeur particulier, wedding planner à l'origine.
› DC : l'Azur en porcelaine.
› Messages : 217
› Nombre de RP : 9

Message(#) Sujet: Re: Les mots parlent trop + popi&nova Mar 1 Aoû - 18:56



○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○
Les mots parlent trop 
ceux qui regrettent, ceux qui aiment
et ceux qui espèrent, qui doutent un peu.
popi & nova

Le livre glisse de ses mains alors qu'elle garde les yeux figés sur son visage. Son visage lui fait penser à ses princes qu'on aperçoit parfois dans les dessins animés, les traits aristocrates, qu'on aime observer longuement et l'allure pourtant incertaine. Sa nervosité la fait un peu plus sourire et elle espère qu'il ne prendra pas cela pour de la moquerie. Il lui répond d'un « Je… Oui. Oui je vais m’asseoir. » ramassant finalement l'ouvrage écroulé au sol pour le déposer sur la table. C'est en oubliant sa tristesse et un peu sa lecture qu'elle ne le guette de ses grands yeux, silencieuse. Elle ne sait pas ce qu'elle peut bien dire, quitte finalement son visage du regard pour revenir à des lignes où s'emmêlent le romantisme et la passion. Tout ce qu'elle n'a jamais vraiment rencontré. « Que lisez vous? » La voix du prince lui paraît plus proche et elle revient à lui, l'air un peu surprise qu'il s'y intéresse. Ses paupières deviennent papillons, lui donnant sûrement l'air d'une idiote mais elle en l'habitude. S'avançant un peu sur la table, l'air toujours si amusée, elle chuchote « Un roman d'amour. Je suis un peu cliché, non ? » un rire qu'elle soupire pour ne pas briser le silence avant de jeter un œil à son livre à lui, toujours clos « Et vous, vous vous apprêtiez à lire quelque chose ? » Ou peut-être que, finalement, le livre l'ennui ? Ça arrive après tout. Reculant finalement contre sa chaise, sa peau pâle se calquant à la lumière orangée qui filtre des lampes installées au table, elle penche un peu la tête « Vous pouvez vous détendre, vous savez ? Je ne sais pas si j'ai l'air méchante mais … je ne le suis pas. Je crois. » qu'elle ajoute avec un sourire mutin.

Marquant finalement la page de son livre, elle se décide à mettre un peu de côté son livre, ravie d'avoir quelqu'un avec qui elle peut échanger, de faire prospérer cet air apaisant de chuchotements qui fuitent d'un peu partout. Et c'est sans réel gêne, ni sans vraiment se rendre compte qu'elle se remet à le fixer, détaillant ses traits, débordante de curiosité, l'envie de mémoriser chaque rencontre, à présent. De pouvoir recroiser ce garçon dans la rue et lui renvoyer un sourire qui veut dire quelque chose. Et les détails s'empilent, lui rappellent ces types auxquels elle s'accroche dans des cocktails ennuyants, où on parle argents, entreprises ou femmes. Ces types qu'elle cherche comme une affamée pour pouvoir offrir un beau chemin à Dasha. Puis quelque chose lui vient et elle a l'air subitement fascinée « Vous auriez dû mettre des lunettes de soleil ou une casquette. » et peut-être que cette phrase sortie de nul part n'a pas de sens alors elle précise « Si vous êtes vraiment un Prince, je veux dire. Pour qu'on ne vous reconnaisse pas mais ne vous en faites pas … Je ne dirais rien. » c'est une promesse chuchotée, comme une enfant peut le faire à un adulte et elle pince les lèvres comme pour sceller son serment.


☆☆☆ MOU COMME L'AMOUR, Il m'a dit qu'il m'aimait, quand il était ivre et quand il ne l'était plus. Il m'a dit qu'il penserait à moi, chaque minute, que je serais sa douleur et son réconfort. Il m'a dit qu'il aimait mon cul, mes yeux bizarres ma bouche à mourir. Dans quelques semaines, il m'aura oubliée. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11654-nova-explosion-d-etoil


En ligne
avatar

› Âge : 29 y.o.
› Appart : #1409 ( quatorzième étage )
› Occupation : directeur de l'hôtel l'Etoile
› DC : Franz - Rauera - Nikita - Apolline
› Messages : 161
› Nombre de RP : 20

Message(#) Sujet: Re: Les mots parlent trop + popi&nova Ven 4 Aoû - 16:51

J’ai perdu l’habitude. Perdu l’habitude des gens ordinaires, de la douceur quotidienne, et de la simplicité des choses aussi simple que celle de venir lire un bouquin dans une bibliothèque. Pourtant, c’est à ça que ressemblait ma vie lorsque je vivais à Florence. Y’a des jours où je me dis que je n’aurais jamais dû quitter la jolie ville Toscane. C’était simple là bas, pas d’affaires à gérer, pas de famille sur le dos, pas de fiancée qui me fuit. Elle ne peut pas s’en rendre compte la jeune inconnue, mais elle me replonge un temps certain un arrière, à une époque où tout était simple, où j’avais une autre fiancée, bien plus amoureuse, où j’avais tout pour être heureux. Faut croire que le bonheur n’est pas fait pour me réussir. Faut croire, parce qu’à chaque fois que les choses vont à peu près bien, ça déconne, ça foire, et ça marche plus. Je soupire, chasse le soupire en relevant les yeux vers elle. Elle bat des cils. Un peu comme Dulcia, un peu comme avant.
Elle étouffe un rire en parlant de ce qu’elle lit, et c’est joli. Tu hoches la tête, simplement, poussant le livre vers elle, de deux doigts. - Nietzsche. Bien moins romanesque que le votre. J’esquisse un sourire, alors que les lumières dessinent sur son teint de poupées, des éclats orangés. Elle me demande de me détendre, et un rire nerveux franchit la barrière de mes lèvres: - Excusez moi, j’ai perdu l’habitude. Vous n’avez pas l’air méchante non. Elle a l’air rêveuse, perdue, elle a l’air d’une Emma Bovary avec un joli sourire, mais pas méchante.

Je ramène mon livre vers moi, je l’ouvre à la première page mais avant d’avoir le temps de lire, je sens ses yeux qui se posent sur moi. Je déglutis légèrement et relève finalement les yeux. Je ne croise pas tout de suite son regard, comme s’il était trop occupé à détailler mon visage. Alors mes yeux glissent un peu sur le sien, pour la découvrir. J’arque un sourcil sans comprendre ce qu’elle essaie de me dire avant de rire en la regardant. - Je suis navré de vous décevoir, mais je ne suis pas un Prince. Mais ça a l’air joli d’être un prince, dans son monde à elle, en même temps. - Pourquoi je serais un prince? Ma main passe dans ma nuque, alors que mes doigts caressent la couverture en cuir du livre. - Mais je suis sûre que vous gardez très bien les secrets. J’en suis convaincu.




CHAINED
Do you ever feel like breaking down? Do you ever feel out of place? Like somehow you just don't belong, and no one understands you ? Do you ever wanna run away ? Do you lock yourself in your room aith the radio on turned up so loud and no one hears you screaming.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11563-popi-l-extase-totale


En ligne
avatar

› Âge : 26 ans, ça rapproche du gouffre de la trentaine plus effrayant que la mort.
› Appart : #1201, un vrai bordel de bibelots mélangeant les journaux de Dasha et ses propres affaires.
› Occupation : Professeur particulier, wedding planner à l'origine.
› DC : l'Azur en porcelaine.
› Messages : 217
› Nombre de RP : 9

Message(#) Sujet: Re: Les mots parlent trop + popi&nova Lun 7 Aoû - 19:06



○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○
Les mots parlent trop 
ceux qui regrettent, ceux qui aiment
et ceux qui espèrent, qui doutent un peu.
popi & nova

Et quand elle lui demande ce qu'il lit à son tour, il lui répond « Nietzsche. Bien moins romanesque que le votre. » un sourire qui ne se décroche pas de ses lèvres alors qu'elle secoue un peu la tête « Oh non ! Ce doit être bien plus intéressant et peut-être un peu plus utile à votre culture ? » Nova elle en a lu un peu trop des livres ennuyants, qui apprennent, certes, beaucoup de choses mais l'endorment aussi rapidement que les berceuses que pouvaient lui chuchoter son père. Mais elle admire les gens comme son voisin de table qui arrive à lire ce genre de livres sans se lasser et sans s'endormir. « C'est votre genre de lecture préférée ? » qu'elle demande alors, curieuse de savoir si la philosophie est quelque chose qui le passionne ou simplement une envie soudaine. Ou peut-être est-ce de la poésie ? Elle ne s'en souvient plus tellement et préfère retourner à sa lecture bien que les mots ne lui viennent pas vraiment au cerveau, un peu trop concentré sur lui et son air un peu nerveux, l'envie de le rassurer lui vient et les paroles glissent dans un chuchotement un peu malicieux « Excusez moi, j’ai perdu l’habitude. Vous n’avez pas l’air méchante non. » elle cille, intriguée « L'habitude ? De parler aux gens ? Ou d'aller dans une bibliothèque ? » peut-être les deux et elle trouve ça mignon, parce qu'il a l'allure d'un enfant perdu dans un endroit inconnu et fascinant. Sûrement qu'elle le comprend un peu, c'est ce qu'elle ressent lorsqu'elle sort, perdue dans une foule qu'elle essaie de comprendre mais qui ne la voit pas.

La mauvaise habitude de fixer les gens lui revient, ses yeux quittent les pages du livre pour revenir à lui, inconsciente du fait que ça peut le rendre nerveux ou en colère. Elle ne réfléchit pas avant de parler, de laisser venir les mots et de lui donner un bout de ce qu'elle imagine dans sa tête remplie de choses étranges. « Je suis navré de vous décevoir, mais je ne suis pas un Prince. » mais elle n'est pas déçue, elle s'en étonne juste un peu en le regardant encore - Pourquoi je serais un prince? et il a l'air un peu plus mal à l'aise quand il le lui demande et elle baisse les yeux sur son livre, réfléchissant à ce qu'elle peut bien dire, se sent bêtement ravie lorsqu'il ajoute « Mais je suis sûre que vous gardez très bien les secrets.» Nova relève la tête, un peu trop vivement repoussant les mèches sombres de sa frange qui lui reviennent dans les yeux « Oh, oui, j'aime bien que l'on me confie des choses d'ailleurs. Je pense être la boite parfaite pour les garder bien au chaud puisque j'oublie tout très vite. » c'est un brin narcissique ou idiot peut-être mais elle ne s'en rend pas vraiment compte poursuivant d'une voix légère « Et vous avez de jolies manières, celles qu'ont les Princes dans les livres. Je suis sûre que votre sang n'est pas totalement rouge, il y a un peu de bleu dedans peut-être ? » elle joue avec les mots, lui renvoie un sourire avant de finalement lui tendre sa main « Je m'appelle Nova, au fait. » et elle attend qu'il prenne ses doigts tendus, lui donne un prénom et elle est certaine que ce sera un nom de Prince.


☆☆☆ MOU COMME L'AMOUR, Il m'a dit qu'il m'aimait, quand il était ivre et quand il ne l'était plus. Il m'a dit qu'il penserait à moi, chaque minute, que je serais sa douleur et son réconfort. Il m'a dit qu'il aimait mon cul, mes yeux bizarres ma bouche à mourir. Dans quelques semaines, il m'aura oubliée. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11654-nova-explosion-d-etoil


En ligne
avatar

› Âge : 29 y.o.
› Appart : #1409 ( quatorzième étage )
› Occupation : directeur de l'hôtel l'Etoile
› DC : Franz - Rauera - Nikita - Apolline
› Messages : 161
› Nombre de RP : 20

Message(#) Sujet: Re: Les mots parlent trop + popi&nova Mar 8 Aoû - 10:35

Je sais bien, que ce ne sont pas les lectures qui font rêver la plupart des gens. On préfère souvent se perdre dans un roman, un traité de philosophie c’est plus froid, c’est plus austère aussi. C’est peut-être pour ça que ça m’est si familier, surtout en ce moment. Difficile à dire. Dans tous les cas, la philosophie a toujours occupé une grande place dans ma vie, et je ne suis pas prêt à l’en chasser. Je devrais peut-être. A force de vivre en théorie, force est de constater que j’ai quelques difficultés avec la vraie vie. - A vrai dire oui. Je faisais des études de philosophie avant. C’est pas une question d’utilité. C’est juste… Je crois que les romans sont de trop belles histoires pour que j’arrive à m’y plonger. Force est de constater que rien n’est aussi beau que dans les livres, surtout dans ce quartier, mais c’est joli de voir une jeune femme pouvoir se perdre encore dans la lecture futile des romans d’amour.
A sa question, le rose me monte aux joues et je détourne les yeux, pudiquement. Je me rend compte de combien ma réponse va me donner l’air étrange, mais je ne me vois pas lui mentir alors qu’elle me regarde avec d’aussi grands yeux d’enfants. On a jamais envie de mentir aux gens qui portent ce genre de regard sur le monde.
Pourtant, j’ai menti une fois à Dulcia.
Maintenant c’est fini.
- De parler aux gens oui. Je cotôie du monde dans mon travail, mais c’est différent. Il n’y a plus l’idée de contrainte, ni le sérieux des affaires derrière lequel se cacher.

Dans sa bouche, ça sonne bien d’être un prince, et je crois que pendant quelques secondes, je me dis que j’ai envie de jouer à ce jeu là, de lui raconter mille et une histoires, parce qu’on ne se reverra peut-être jamais et qu’un peu de rêve ne coûte pas grand chose, mais le visage de Dulcia me revient encore, et m’interdit farouchement de mentir, alors je rétablis la vérité, si j’étais un prince charmant, je n’aurais pas perdu la belle italienne, je n’aurais pas blessé ma princesse turque. - Vous oubliez tout? Pourquoi donc? Je demande, curieux, regrettant déjà, parce qu’il n’est pas très correct de poser ce genre de question à quelqu’un que l’on connait à peine. Alors qu’elle poursuit, j’esquisse un sourire plus doux. Je ne peux pas cacher mon éducation surannée, et je hausse les épaules en lui faisant un clin d’oeil amusé: - Peut-être. Qui sait. Elle tend la main et m’indique son prénom. Lorsqu’une femme me tend la main, je suis incapable de la serrer. Alors je viens la saisir doucement, y dépose un doux baise main avant d’ajouter: - Et moi Léopold. Mais tout le monde m’appelle Popi. Nova, c’est italien aussi Nova.





CHAINED
Do you ever feel like breaking down? Do you ever feel out of place? Like somehow you just don't belong, and no one understands you ? Do you ever wanna run away ? Do you lock yourself in your room aith the radio on turned up so loud and no one hears you screaming.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11563-popi-l-extase-totale


En ligne
avatar

› Âge : 26 ans, ça rapproche du gouffre de la trentaine plus effrayant que la mort.
› Appart : #1201, un vrai bordel de bibelots mélangeant les journaux de Dasha et ses propres affaires.
› Occupation : Professeur particulier, wedding planner à l'origine.
› DC : l'Azur en porcelaine.
› Messages : 217
› Nombre de RP : 9

Message(#) Sujet: Re: Les mots parlent trop + popi&nova Ven 11 Aoû - 18:54



○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○
Les mots parlent trop 
ceux qui regrettent, ceux qui aiment
et ceux qui espèrent, qui doutent un peu.
popi & nova

Philosophie et romance s'en mêlent et peut-être que ça fait un bon mélange des genres, que ça donnerait quelque chose de plaisant à lire. Elle le pense vraiment. Et elle se demande ce qui peut bien le fasciner dans ce genre de lecture ou si ça n'est rien qu’une envie passagère comme elle en a souvent. « A vrai dire oui. Je faisais des études de philosophie avant. C’est pas une question d’utilité. C’est juste… Je crois que les romans sont de trop belles histoires pour que j’arrive à m’y plonger. » cette dernière remarque la rend presque triste pour lui et elle a le réflexe, sans être gênée, de poser sa main sur la sienne, l'air presque inquiet « Vous ne pensez pas que vous avez aussi droit à lire de jolies histoires ? Vous avez … le cœur brisé, peut-être ? » et elle sait bien que ça fait mal quand le palpitant craque sous les coups sans pitié que lance parfois l'amour. C'est cinglant, sanglant. Puis elle retire lentement sa main avant de pencher un peu la tête quand il lui avoue ne plus avoir l’habitude. Nova se fait curieuse, un peu trop peut-être alors qu'elle ignore si sa question le met ma la à l'aise ou en colère. Les deux peut-être mais sa réponse n'a rien de méchante, elle la fait même sourire « De parler aux gens oui. Je côtoie du monde dans mon travail, mais c’est différent. » elle hoche doucement la tête avant de s'appuyer contre sa chaise, le fixant avec un air un peu mutin « Un homme d'affaires hein ? Vous vivez dans un monde bien austère, j'en suis certaine. » elle espère bêtement apporter un peu de couleur dans sa vie, juste parce qu'elle en a envie.

Ses yeux remplis d'étoiles le détaillent encore, s'accrochent aux détails, à ces choses qui font d'une personne ce qu'elle est et ce qu'elle montre aux autres sans qu'on ait à parler. Et Nova la sentiment qu'il est peut-être un prince, de ceux qui la faisaient rêver enfant, de celui qu'elle a perdu sans vraiment savoir pourquoi, de ces princes qu’elle veut pour sa Dasha. Et il semble gêné et elle attend sagement une réponse, se décidant à refermer son livre pour le moment. Parce que la réalité a l'air un peu plus intéressante cette fois. Puis elle précise bien vite qu'elle garde bien les secrets, oui, qu'elle ne garde rien bien longtemps puisque ça s'efface. « Vous oubliez tout? Pourquoi donc? » et sa question la laisse un instant silencieuse alors qu'elle hausse les épaules « Je ne sais pas. Je crois que j'ai toujours été comme ça. Comme un tableau sur lequel on écrit des choses puis qu'on efface et ainsi de suite. » puis elle se penche à nouveau vers lui, sourire en coin, murmure à nouveau « C'est pour ça que je fixe les gens, j'ai vraaaiment besoin de retenir leurs visages, de me souvenirs que je les ai croisés. Sinon … ça les rendraient tristes que je ne me souvienne pas d'eux, n'est-ce pas ? » et elle hausse un sourcil comme pour souligner sa question sans forcément qu'il ait à y répondre. S'éloignant, elle le soupçonne de ne pas être totalement de ces gens lambda que l'on croise dans la rue, plutôt de ceux qui sont nourris à la cuillère argentée. Et ça na la dérange pas vraiment. « Peut-être. Qui sait. » et son clin d’œil lui fait lâcher un rire qui lui attire les regards furieux mais ça ne l'arrête pas vraiment, aveugle de ce qui l'entoure. Puis elle se décide à se présenter, lui tendant sa main. Mais il ne la serre pas, dépose ses lèvres sur le dos de sa main et Nova reste saisi d'émerveillements oscillant entre lui et sa main qu'il vient d'embrasser « Oh ! C'est finit, je pense définitivement que vous êtes un Prince, je suis désolée. » et elle n'en a pas vraiment l'air avec son grand sourire alors qu'il se présente à son tour « Et moi Léopold. Mais tout le monde m’appelle Popi. » Nova hoche doucement la tête, retirant doucement sa main qu'elle garde contre sa poitrine, comme pour ne pas la toucher tout de suite « C'est joli Léopold, c'est très … français, non ? » puis elle ajoute avec un peu d'entrain « Mais je préfère Popi, c'est mignon ! » puis elle reprend « Alors dites-moi Poppi … Vous accepteriez de m'accompagner reposer mon livre dans son rayon ? » et elle se remet à chuchoter « Comme ça on ne dérangera plus personnes avec notre discussion, pas vrai ? »


☆☆☆ MOU COMME L'AMOUR, Il m'a dit qu'il m'aimait, quand il était ivre et quand il ne l'était plus. Il m'a dit qu'il penserait à moi, chaque minute, que je serais sa douleur et son réconfort. Il m'a dit qu'il aimait mon cul, mes yeux bizarres ma bouche à mourir. Dans quelques semaines, il m'aura oubliée. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11654-nova-explosion-d-etoil


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Les mots parlent trop + popi&nova

Revenir en haut Aller en bas

Les mots parlent trop + popi&nova

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les actions parlent plus que les mots
» Les actions parlent plus que les mots
» Poésie : Les Mots des Autres_ les poèmes qui vous parlent...
» juste pour dire quelques mots au sujet des réveillons en ce qui me conserne!!
» Mots sans voyelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: LES ALENTOURS :: Le Bronx :: La Librairie-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)