Répondre au sujet Partagez|


Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar

› Âge : 49 ans. La cinquantaine vicieuse qui toque à la porte.
› Appart : #402 (F1- étage 4)
› Occupation : Écrivain en pleine lutte avec la page blanche.
› Messages : 25
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 14:05


Lawrence Sterne
Can't find the strength to stand alone
Can't seem to find my way back home
I fell so far so deep
Can't eat, can't breath, can't sleep
Don,t much care if I live or die.



(NOM) Sterne. (PRÉNOM) Lawrence, James. (ÂGE) 49 ans. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) le 18 juillet à NYC. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Écrivain en pleine lutte avec la page blanche. (NATIONALITÉ) Américaine. (ORIGINES) Américaines. (STATUT CIVIL) Divorcé. Les factures toujours à charge. (ORIENTATION SEXUELLE) Bisexuel. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) Il y a deux ans et demi.  (GROUPE) NOUS SOMMES DE CEUX QUI SURVIVENT.

« Une petite phrase dite par votre personnage  »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Il y a un peu plus de deux ans. Il me fallait un endroit pour me cacher de ma vérité. Qui puisse concurrencer la laideur e ce que j’étais devenu. Qui puisse dévisager de front, contenir mes pêchers sans avoir à rougir. Je voulais faire partie du décor, n’être qu’une anecdote, quasi invisible. Il me fallait un endroit où disparaître enfin. Mais pas dans la facilité. Quand je pense à Marc, je me dis que ça n’a pas dû être facile pour lui. Qu’il n’avait rien à quoi se raccrocher. Peu de visages familiers autour de lui. Une absence que je cherche toujours à expier. Je trouve que la plupart des insultes que je peux lire dans les graffitis me correspondent plutôt bien. Les mots assassins. Ils me transpercent, ceux-là. Ils me laissent exsangue.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) La plupart me sont inconnus. Visages à peine familiers. Pourtant je participe à ma façon à chaque moment de leurs vies. Les murs sont du papier. J’éprouve la sensation d’être à l’intérieur d’une ruche, bourdonnement incessant – conversations  étouffées, cris, portes qui claquent et tout ça dans un maelström d’émotions -  qui me rappelle à quel point je peux être vide. D’envies, de désirs, de vie… Plus cruel encore, de mots. J’ai déjà vomi mon absence sur leurs paliers. Fait déguerpir des gamins dans mes périodes les plus sombres. Fait rire les demoiselles quand j’ère le cul à l’air. Je deviens boulet pour la petite vieille à laquelle j’impose ma présence, certain d’avoir encore la force de monter cinq étages chargé de ses courses.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) L’alcoolique doucement fou. Le déchet notoire. Je n’ai pas été sobre depuis que j’ai posé mes valises ici. J’ai trop souvent abandonné ma dignité pour pouvoir susciter encore un peu de leur respect. Au début j’étais sujet d’inquiétude. On m’a bien laissé quelques lasagnes sur le pas de la porte en me demandant de restituer le plat ensuite, même endroit. Je me sentais agressé par l’écriture appliquée sur les post-its , par leur sollicitude, alors j’ai envoyé le monde entier au diable. On ne  m’a plus laissé que des petits fascicules sur la beauté de Dieu et de son amour. Sur le pouvoir de la rédemption. J’crois bien qu’ils estiment que j’ai gâché son don. Mais je les emmerde. J’ai déjà essayé de parler avec cet enfoiré. Et il y a des choses sur lesquelles il ne veut pas céder.





- La pub c’était l’idée de Marc. Allier son bagou légendaire, à la magie des mots qui filtrait à travers Lawrence. Rapidement ils se sont fait un nom. La Grande Pomme leur mangeait dans la main. La facilité du succès lui est montée à la tête. Il s’y est perdu, toujours la tête entre des cuisses le crâne explosé sous l’effet de drogues. Le goût de la facilité sur la langue.
- Il n’a jamais connu son père et c’est comme une blessure restée à vif. Un manque sur son identité qui s’est mué en une faiblesse. Pourtant il n’a jamais manqué du modèle de figure paternelle puisqu’après quelques relations infructueuses sa mère s’est finalement remariée quand il avait 12 ans pour ne plus jamais se séparer. Et que son beau-père s’est comporté avec lui, comme avec sa fille née de cette union.
- Caroline. Considérée comme si le même sang coulait dans leurs veines. Prunelle de ses yeux, trésor savamment préservé. Leur complicité a toujours été évidente. Une proximité qu’il laisse s’étioler depuis l’attentat, refusant qu’elle ne soit elle aussi grignotée par les démons en train de l’avaler. Ses appels sont des mensonges, passés lors de ses rares jours de pleine conscience, l’excuse toujours au bord des lèvres. Pas le temps. Pas là. Il ne veut pas qu’elle sache ce qu’il est devenu.
- Marc. Le fantôme de Marc. A chaque seconde. Chaque souffle, geste ou pensée. Frère perdu. Dans le tourbillon des si et des peut-être Lawrence est en train de se noyer. S’il avait été là. S’il y était allé à sa place. S’il l’avait senti. La culpabilité le bouffe comme s’il avait été sur ce putain d’avion à prendre en otage tout l’équipage. Il finit par lui donner tellement de pouvoir, que s’il ne boit pas assez, ou s’il boit trop, il le voit, ressent sa présence.
- Il a bien essayé de recoller les morceaux. Mais à prendre sa place dans sa famille. A raconter son histoire à sa place il n’est devenu qu’un imposteur. Un imposteur qu’on saluait pour avoir eu le courage de coucher sur le papier la tragédie, pour avoir mis des mots sur la douleur et l’incompréhension.
- Père. Cadeau volé, spolié. Papa. Musique la plus douce à ses oreilles. Baume sur le vide de son âme. Il avait troqué avec aisance le costume du Tonton pour celui de père. Maggie. Lumière. Or. Petite fée au rire magique. Le lien sacré de son mariage bancal et emprunté. Sa plus grande joie et erreur à la fois. Plus le spectre donnait de la voix, moins il se sentait à sa place. Jusqu’à fuir le seul bonheur qui le maintenait encore le visage hors de l’eau. De là, la chute. L’appel à sa propre mort. Il devient l’absent.
- La plume, prise pour une conversation à sens unique. Des pages et des pages encore noircies de questions à l’adresse de Marc. Témoignage avorté de ce que la mort lui a ôté. Maggie a fait ses premiers pas. Tu l’aurais vue dans son petit tutu. J’ai vendu l’entreprise. J’essaie. J’essaie mais je n’y arrive plus. Je ne peux pas la voir commencer à doucement me détester. Pourquoi tout ce que je touche devient laid ?



PSEUDO/PRENOM : Nita/Anita ÂGE : 25. Je passe. PAYS : France. FRÉQUENCE DE CONNEXION : 4-5/7. Bien qu'en générale 7/7.
COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : bazzart.REMISE EN JEU C'est un scénario donc il appartient avant tout à son créateur. Oui. (TYPE DE PERSO) Scénario de @Celso Maestriani (CRÉDITS) tumblr gif hunts COMMENTAIRE OU SUGGESTION : This is my precious.  ANGE  AVATAR : Mads Mikkelsen.  

© Nous sommes de ceux



Dernière édition par Lawrence Sterne le Mer 19 Juil - 16:00, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11702-lawrence-i-lay-low-lay


avatar

› Âge : 49 ans. La cinquantaine vicieuse qui toque à la porte.
› Appart : #402 (F1- étage 4)
› Occupation : Écrivain en pleine lutte avec la page blanche.
› Messages : 25
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 14:05


Raconte moi une histoire...
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

Quelque chose mourrait en lui chaque fois qu’il lui tendait l’enveloppe. La sensation de bonheur lui vrillait les entrailles quand il lui ouvrait la porte et qu’ils s’observaient comme à la recherche d’une étincelle nouvelle ou simplement pour constater que celle nourrie depuis la première rencontre ne s’était pas éteinte. Les premiers mots étaient toujours futiles, quand bien même Lawrence connaissait leur pouvoir. La plupart du temps, Celso avait le don de lui faire oublier qu’il payait sa compagnie. Il se glissait sous sa peau, avec une exquise douleur et prenait possession de lui tout entier. Il s’abîmait contre lui, sans pudeur et sans réserve. Il se donnait à ses crocs avides et à l’exigence de ses mains sans complaisance. Mieux que personne, il savait soupirer son nom, juste au bord du précipice dans lequel l’orgasme le projetait. Puis il y avait ces moments, comme là, où le silence pesait si sombrement dans la pièce que le froissement du papier de l’enveloppe qui disparaissait dans sa poche lui vrillait les tympans. Lorsqu’il collectait ses vêtements dispersés dans la pièce avec une cadence calculée, retrouvant une expression lisse de standardiste amène. Ou encore qu’il le mordait soudainement et que ses ongles se plantaient dans sa peau alors qu’il lui rappelait de mettre un préservatif alors que l’envie faisait fondre ses entrailles.

Il n’avait alors eu plus qu’une idée en tête. Le dévorer. La douceur avec laquelle il le faisait sien d’habitude se transformait en violente bacchanale. Il laissait sur sa peau constellée la marque de ses dents. Ente ses reins, la brûlure de sa présence brute. Martelée par la cadence avortée de son palpitant. Il pompait entre ses lèvres son aveu de soumission, giclée doucereuse sur sa langue. Il voulait le voir se débattre dans les draps, se tendre, gémir, supplier et enfin se donner sans le jeu des apparences. Il voulait sur ses traits le masque de l’orgasme non simulé. Et enfin il redevenait patte de velours, ronronnant contre sa peau chaude parcourue de frissons. Il flottait ensuite dans l’air comme une odeur de rédemption, mariage de la peau du prostitué contre la sienne. De son essence volée à la faveur de ses lèvres et de ses mains, de leurs deux corps arrachés au supplice du plaisir. Et d’un scotch éventé qui imbibait le tapis et brouillait les lettres froissées abandonnées au sol. Une quiétude chaude, bercée par les ronflements qui manquaient de discrétion de la bête avachie sur le ventre. Repue. Assagie par le corps esquinté qui gisait à ses côtés. Cette fois-là ne fit pas exception aux autres. Il s’était endormi encore arrimé à lui, volé à la vigilance par le poison des liqueurs ingurgitées.

Quand un rêve de cendres et de feu vint l’effleurer, grignotant le calme installé. Les paupières frémirent, les yeux roulant dans les orbites alors que la respiration devenait hachée, bouffée par la peur. Il poussa un glapissement fauve en se redressant dans les draps mouillés de sueur.

Projeté dans les décombres rougeoyants, il luttait pour faire entrer l’air dans ses poumons alors que la cendre voletait autour de lui comme une première neige d’hiver, zébrée de braises mourantes. Il essayait de bouger, mais ses membres étaient trop lourds. De crier. Mais les sons bourdonnaient à ses oreilles, dans un brouhaha indistinct couvert par la résonnance des battements de son cœur contre sa cage thoracique. La peur, giclée acide contre son palais, inondait ses veines. Sensation mourante dans ses muscles d’un train lui ayant roulé dessus. Ou de quelque chose d’approchant. Ses pupilles sombres cherchaient quelque chose de familier et de rassurant. Mais tout n’était que destruction. Une nausée le prit, quand de la fenêtre il vit une silhouette passer comme un mirage. La panique reflua dans ses veines et il se mit à hurler son prénom comme un possédé.

Marc. MAAAARC. MAAAAAAARC !

Il n’était nulle part. Dans la foule qui se pressait dans les escaliers et faisait horriblement écho à des bovins luttant dans la file qui les menaient tout droit à leur mort. Il vit une femme se faire avaler par la foule, croisant son regard de bête effrayée puis la perdit vue, broyée par la panique. Ni dans ceux qui se cachaient sous les tables et bureaux. Visages noircis zébrés de leurs larmes. Il avançait contre-courant. Ballotté comme en pleine tempête. La fumée pesait sur ses poumons et lui brûlait les paupières mais il devait continuer. Il le devait.

Quand enfin. Soulagement diffus à la vision d’un visage qui ne lui était pas inconnu. Il luttait de nouveau pour se sortir de la mélasse dans laquelle il s’engluait. Il y était presque. Un bref éclat de rire franchit ses lèvres. Putain t’es con. Tu vois pas que tu m’as fait peur ! Il le serra dans ses bras en laissant échapper un gargouillis étranglé, mariage indécent entre sanglots et éclats de rire. Marc protesta, arguant un bobo sans conséquence et Lawrence le força au silence. Je croyais t’avoir perdu. J’ai vu toute ma vie défiler sans toi. Tu ne peux pas t’imaginer l’horreur que c’était. Il le broya littéralement dans son étreinte, essayant d’étouffer la réalité.
Et le sol s’ouvrit sous ses pieds.

Ses cris firent soudain écho dans la chambre et il sentit deux pognes l’agripper. Des lèvres chaudes effleurer sa nuque alors que devant lui il voyait toujours la silhouette de Marc disparaître dans l’oubli. Il se mit à lutter contre la prise rassurante qui voulait le ramener au présent. Bondit du lit et fit exploser une bouteille encore à moitié pleine dans sa chute. Morsure du verre dans son derme. La douleur, avec une efficacité vipérine, le ramena soudain à la réalité.  Et la blessure ouverte laissa le démon suinter. Comme jamais encore avec Lui.

« Dégage ! » Ses doigts avaient trouvé l’enveloppe généreusement garnie et il lui avait jetée au visage. « T’as eu ce que tu voulais maintenant fous le camp ! » Colère mitraillée à son visage, attisée par la honte de ce qu’il était. Un vieux fou d’ivrogne que ses cauchemars étaient en train de bouffer.







© Nous sommes de ceux


Dernière édition par Lawrence Sterne le Mer 19 Juil - 17:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11702-lawrence-i-lay-low-lay


avatar

« les papiers mâchés »
› Âge : thirty-seven yo – august, 9th.
› Appart : #605 / 6th floor, avec son nouveau compagnon d’infortune hannibal le chaton.
› Occupation : catin usée et usagée, morceau de viande à vendre bientôt trop noire pour être sauvée.
› DC : les prunelles céruléennes (oreste) la princesse aux arcs-en-ciel (flora) la seal noyée (elinor) & l’étoile morte (solal).
› Messages : 357
› Nombre de RP : 2

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 14:11


je rédigerai un petit mot plein d'amour une fois que j'aurai repris mes esprits. chou
pour l'instant je suis trop FAN pour dire quoi que ce soit à part merciii (et t'es le plus beau).

c'est bon j'ai été faire un plongeon en antarctique. ça va mieux. Cool

n'hésite pas à me contacter pour tout ce que tu voudras. COOKIE



Mon Lawrence. CANDICHOU Comme je t'espérais bon sang. I love you
Tu es toujours aussi beau malgré les années qui passent et les 50 ans qui se rapprochent. :hihi: Je m'en fiche, t'es le plus beau à mes yeux. CUTE

En tous les cas, je te souhaite la bienvenue par ici. :l: J'espère que tu te plairas parmi nous et que tu te feras ta petite place au sein de ce forum. ho UP
N'hésite surtout pas si tu veux paopoter, me poser des questions, que j'écoute tes complaintes, whatever. Ma boîte à MPs est grande ouverte,
24/7 pour toi. COOKIE

Je te souhaite bon courage pour la rédaction de ta fichette, hâte de lire tes merveilles. DE CEUX Et hâte surtout de développer nos liens et de lire tes aventures sur le forum. CANDICHOU FANGIRL COOKIE

Encore une fois merci de tenter le scénario, je prie pour que maintenant tu restes là avec moi. HUG Et sinon ben je t'attacherai comme ça tu seras mon prisonnier. KITTIES
(PS, ton pseudo, Nita, c'trop meugnon. CANDICHOU)

Puis sinon : HOT HOT HOT AS Parce que voilà, Mads. Pis Mads &
Hugh. HOT HOT HOT




become the beast
what he has is pure empathy. he can assume your point of view, or mine — and maybe some other points of view that scare him. it’s an uncomfortable gift. perception’s a tool that’s pointed on both ends.


Dernière édition par Celso Maestriani le Mar 18 Juil - 14:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tinyurl.com/zqsnbcd


avatar

› Âge : 49 ans. La cinquantaine vicieuse qui toque à la porte.
› Appart : #402 (F1- étage 4)
› Occupation : Écrivain en pleine lutte avec la page blanche.
› Messages : 25
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 14:17



ARGH
Mais tu as un lien de parenté avec Flash ou ? Shocked

Merci pour le petit mot d'amour. Tu sais qui venir voir pour plus. blasé CAÏN LE CAÏN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11702-lawrence-i-lay-low-lay


avatar

› Âge : Trente-sept douilles échouées, éparpillées à terre.
› Appart : #1513/15ème, seul dans un grand appartement bien vide à présent. Et trop silencieux.
› Occupation : Officiellement, professeur particulier de langues (Suédois, Russe et Gaélique Irlandais). Officieusement, infiltré dans un grand réseau de proxénétisme pour lequel il est un informateur. En réalité ? Agent du FBI sous couverture, anciennement policier dans les moeurs puis la criminelle de L.A. après avoir été sniper au sein de la US Army.
› DC : Le guitariste Islandais au coeur arraché (Àsgeir Aylen), l'Irlandais aux poings écorchés (Aisling Ó Luain) & la catin aux couleurs mensongères (Aaliya Abelson).
› Messages : 743
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 14:19

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU(...)UUUE ! CANDICHOU BRILLE
Tu donnes du rêves et du bonheur toi tu sais. :l: C'est déjà tant de joie de voir, de sentir que Lawrence te plaît tant, mais fiouuu, tes mots pour le faire vivre, c'est juste indescriptible. OMG ho J'ai hâte de le découvrir sous ta jolie plume au Parking (de stalker ouioui What a Face ), de te lire avec Celso et tous tes futurs liens. BRILLE Et bien sûr de RPotter avec toi. CANDICHOU De voir où nos liens vont nous mener, au fil de nos écrits. ho
J'espère que tu te sentiras ici comme à la maison. :l: Have fun ! BRILLE



TIME IS RUNNING OUT

There are foundational elements  in our lives. People... that form the brick and the mortar of who we are. People that are so deeply embedded that we take their existence for granted until suddenly they're not there. And we... collapse into rubble.© signature by anaëlle.


Dernière édition par Lyam O'Neill le Mer 19 Juil - 20:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5366-lyam-o-neill-it-s-too-c


avatar

› Âge : 49 ans. La cinquantaine vicieuse qui toque à la porte.
› Appart : #402 (F1- étage 4)
› Occupation : Écrivain en pleine lutte avec la page blanche.
› Messages : 25
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 14:28


damn
Petit cupcake I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11702-lawrence-i-lay-low-lay


avatar

« les papiers mâchés »
› Âge : thirty-seven yo – august, 9th.
› Appart : #605 / 6th floor, avec son nouveau compagnon d’infortune hannibal le chaton.
› Occupation : catin usée et usagée, morceau de viande à vendre bientôt trop noire pour être sauvée.
› DC : les prunelles céruléennes (oreste) la princesse aux arcs-en-ciel (flora) la seal noyée (elinor) & l’étoile morte (solal).
› Messages : 357
› Nombre de RP : 2

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 14:38


Petit mot d'amour rédigé. :hihi:
(Et oui, je suis sa cousine éloignée. AS Et encore, j'ai déjà fait plus rapide pour poster un message sur une présa. MDR Demande à Lyam !)

Dis donc. Ça devrait être moi ton petit cupcake. Surprised NIARK




become the beast
what he has is pure empathy. he can assume your point of view, or mine — and maybe some other points of view that scare him. it’s an uncomfortable gift. perception’s a tool that’s pointed on both ends.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tinyurl.com/zqsnbcd


avatar

› Âge : 49 ans. La cinquantaine vicieuse qui toque à la porte.
› Appart : #402 (F1- étage 4)
› Occupation : Écrivain en pleine lutte avec la page blanche.
› Messages : 25
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 14:45




Aww ton petit mot a fait fondre mon cœur. CUTE Déjà qu'il était tout tendresse pour Lawrence... Tu veux m'achever ou quoi ?

Je vais venir t'embêter parce que déjà j'adore papoter mais aussi tout simplement parce que j'ai déjà des petites questions HEU.
En tout cas c'est un accueil qui fait largement plus plaisir que le précédent que j'ai eu MDR

Je suis un peu impressionnée parce que ça faisait longtemps que j'étais pas tombée sur un scénario aussi bon. chou


Et ne commence pas la jalousie. HEIN J'adopte juste tes petits surnoms. :YEAH:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11702-lawrence-i-lay-low-lay


avatar

› Âge : vingt six années qu'elle ne compte plus, qu'elle ne célèbre jamais. (seize avril)
› Appart : cinq cent vingt avec ce qu'il reste des williamson, aidan et arès (la belle et le cabot)
› Occupation : junkie insomniaque, amoureuse de la bouteille. (femme de ménage à l'étoile et au chat noir)
› DC : chuck malverti
› Messages : 1155
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 14:51

quel merveilleux choix de scénario :l:
(et ce titre black roses) FAN

bon courage pour la rédaction, et bienvenue parmi nous ANGE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6310-sway-to-the-sound-of-a-


avatar

› Âge : 49 ans. La cinquantaine vicieuse qui toque à la porte.
› Appart : #402 (F1- étage 4)
› Occupation : Écrivain en pleine lutte avec la page blanche.
› Messages : 25
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 14:58



Oh wow je pensais pas que les paroles seraient spotted. OMG
Nice guurwl JAIME

merci :l:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11702-lawrence-i-lay-low-lay


avatar

› Âge : 26 ans, ça rapproche du gouffre de la trentaine plus effrayant que la mort.
› Appart : #1201, un vrai bordel de bibelots mélangeant les journaux de Dasha et ses propres affaires.
› Occupation : Professeur particulier, wedding planner à l'origine.
› DC : l'Azur en porcelaine.
› Messages : 220
› Nombre de RP : 10

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 15:13

ah mais ce perso DRAMAQUEEN
excellent choix de scénario, j'ai hâte de stalker toussa NIARK (j'suis pas creepy non Surprised)
bienvenue ici :l: (puis ptain cet avatar HOT)


☆☆☆ MOU COMME L'AMOUR, Il m'a dit qu'il m'aimait, quand il était ivre et quand il ne l'était plus. Il m'a dit qu'il penserait à moi, chaque minute, que je serais sa douleur et son réconfort. Il m'a dit qu'il aimait mon cul, mes yeux bizarres ma bouche à mourir. Dans quelques semaines, il m'aura oubliée. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11654-nova-explosion-d-etoil


avatar

› Âge : 49 ans. La cinquantaine vicieuse qui toque à la porte.
› Appart : #402 (F1- étage 4)
› Occupation : Écrivain en pleine lutte avec la page blanche.
› Messages : 25
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 15:18




De stalker carrément. MDR
J'avoue le scénario est magique coeur

Merci beaucoup. Ton avatar a un côté délicieusement rétro j'adore JAIME
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11702-lawrence-i-lay-low-lay


avatar

« Oulala la didou ! »
« Oulala la didou ! »
› Âge : vingt-huit ans.
› Appart : #603, avec l'autre partie de son coeur.
› Occupation : à vendre son corps pour leurs rêves.
› DC : gala.
› Messages : 160
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 15:21

OMFGG. DRAMAQUEEN RIP
Je suis tellement contente que tu sois là, si tu savais comme Celso t'attendait. JAIME Elle ne va plus tenir en place maintenant FAN (justement elle vient de me dire "tu peux pas imaginer, je sautille sur mon siège depuis son arrivée !" MDR MDR)
J'ai hâte de vous lire BAVE2 Rolling Eyes Bienvenue parmi nous en tous cas ! CANDICHOU


sans toi je prends l'eau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5469-sin-ce-qui-sauve-le-moi


avatar

› Âge : 26 ans, ça rapproche du gouffre de la trentaine plus effrayant que la mort.
› Appart : #1201, un vrai bordel de bibelots mélangeant les journaux de Dasha et ses propres affaires.
› Occupation : Professeur particulier, wedding planner à l'origine.
› DC : l'Azur en porcelaine.
› Messages : 220
› Nombre de RP : 10

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 15:25

@Lawrence Sterne a écrit:



De stalker carrément. MDR
J'avoue le scénario est magique coeur

Merci beaucoup. Ton avatar a un côté délicieusement rétro j'adore JAIME

je stalke tout MIAOU je suis làààà, je suis là dans les campaaaagnes


han merci OMG tu vois, nous sommes fait pour nous entendre si tu aimes mon avatar et moi le tien DRAMAQUEEN un lien s'impose donc NIARK  (oui, on pécho du lien comme on peut :hihi:)


☆☆☆ MOU COMME L'AMOUR, Il m'a dit qu'il m'aimait, quand il était ivre et quand il ne l'était plus. Il m'a dit qu'il penserait à moi, chaque minute, que je serais sa douleur et son réconfort. Il m'a dit qu'il aimait mon cul, mes yeux bizarres ma bouche à mourir. Dans quelques semaines, il m'aura oubliée. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11654-nova-explosion-d-etoil


avatar

› Âge : 49 ans. La cinquantaine vicieuse qui toque à la porte.
› Appart : #402 (F1- étage 4)
› Occupation : Écrivain en pleine lutte avec la page blanche.
› Messages : 25
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn Mar 18 Juil - 15:30




Sin - Of course, no pressure at all MDR. Vous allez me tuer MDR
OMG merci

Nora - arrête ces gifs c'est flippant DRAMAQUEEN MDR
On pourra discuter de ça sans soucis COOKIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11702-lawrence-i-lay-low-lay


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn

Revenir en haut Aller en bas

Lawrence // I lay low, lay low and watch the bridges burn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Les ailes de l'amour ...
» Historique de la formation des témoins de Jéhovah
» Le 06/02/2011 Ovnis triangulaires aperçus dans le 77 (Enquête de Lambda)
» Vidéos Youtube qui dégradent l'image de l'enseignant... On fait un signalement massif ?
» Watchtower : deux nouvelles brochures créationnistes

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: De ceux qui ont succombé :: Les Locataires du Parking :: Les Dossiers Approuvés-
Répondre au sujet
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)