Partagez|


Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 6:14


Malo Caballero



(NOM) Catalàn Caballero. En Espagne, la coutume pour l'appellation personnelle est à deux noms de famille : en premier lieu, vient le premier nom de famille du père, suivi du premier de la mère ; tel est l'ordre traditionnel. Officiellement, sur le sol Americain, je ne suis que Malo Caballero. Cela grâce à la loi actuelle sur l'égalité des sexes, qui a permis l'inversion de mes deux nom.(PRÉNOM) Malo, prénom qui traduit par « prince sage », je l'étais peut être avant, mais sage, je ne le suis plus vraiment. MIAOU  (ÂGE) 30 ans (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 8 avril 1987 à Almeria, Andalousie, Espagne (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) J'ai fais des études de Physiothérapie, mais mon diplôme, n'étant pas valable tel quel, aux Etats-Unis, je me suis alors choisi une nouvelle carrière ici.  Je suis devenu Pompier HEHE  (NATIONALITÉ) Espagnole (ORIGINES) Hispanique (STATUT CIVIL) Célibataire je suis. Il faut mieux être seul, soi-même et heureux, que mal, voir très mal accompagné. (ORIENTATION SEXUELLE) Je suis... je suis, mais après tout pourquoi vouloir se mettre une étiquette  YO   (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) le   8 août il y a 7 ans  (GROUPE) Je pense être De ceux qui vivent. J'ai bien trop longtemps Rêvé ma vie.

« Je suis ce que je suis, je n'existe pas pour vous plaire, ni pour me taire  »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Enfant unique d'une famille Andalouse, j'ai finis par ne plus supporter ma vie. Ne répondant pas aux attentes de mon père, n'arrivant pas à me conformer à la conception du fils qu'il désirait. J'ai dés que j'ai pu essayé de m'éloigner de lui et de l'entreprise familiale. Mes études de Physiothérapie n'ont en rien aidé. Un jour à la limite de l'asphyxie, ma mère m'a aidé à fuir l'Espagne pour les Etats unis avec un visa de travail. Arrivé sur le sol Américain, je me suis trouvé un petit boulot et ai vécu quelque jour dans un motel, sur que tout cela me changeait, mais ça ne me dérangeait pas. J'ai lancé les démarches, en passant par un organismes, qui a fait appel à une "Credential Evaluation Services", c’est-à-dire une sociétés indépendantes pour évaluer mes connaissances et les mettre en comparaison avec un équivalent américain. Malheureusement, dans mon cas, les frais de ces analyses sont à ma charge, alors j'ai du repousser cela, voulant tout payer de ma poche. J'ai emménager au parking le 8 août 2010.J'aurais quitter cet endroit depuis, mais j'y ai fais ma vie et ne me vois pas en partir.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) C'est vrai pour certain, ce n'est qu'un vieil immeuble qui ne paie pas de mine, pour moi c'est ma maison, celle que j'ai choisi & celle que je finance moi-même, sans l'aide de mon père. Pour moi c'est la maison du bonheure & de la vie. Vous savez on ne peut pas s'entendre avec tout le monde, vrai que certain sont un peu bruyant. Vrai aussi, que certain n'aime pas les étranger ni même les personnes qui ne sont pas comme eux. Mais j'aime mes voisins, certains sont devenu des amis, d'autres sont comme de la famille. Certains vivent leur vie, d'autre me rappel Almeria. Le quartier de mon grand-père, vivant et un monde à part entière. Un vrai brassage culturel. ce que j'aime c'est de voir toutes ces personnes qui s'entraident les uns les autres. Je ne pourrais pas dire qu'on s'aime et que l'on s'entraide tous non. Tous les êtres humains ne sont pas adeptes. Ce que je dis c'est que chacun trouvera une ou plusieurs personnes pour l'aider, s'il a besoin d'aide.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Comme je disais on ne peut pas plaire à tout le monde. Je dois en déranger certains et d'autres me comptent parmis leurs amis, d'autre encore me tolèrent. Mon appartement est vivant. Quelques nuit, peu souvent, mais j'avoue cela arrive, j'en oublie d'habiter en immeuble. Au de là de ça, je pense être un voisin sympathique, qui a sa porte grande ouverte, enfin façon de parler. Peu importe si je rentre tard, si je suis d'astreinte, je répondrais toujours présent en cas de besoin. Même pour simplement discuter devant une tasse de café ou d'autre chose, ou encore un verre. Je ne suis pas le dernier à inviter mes amis pour une soirée simple, sans prise de tête. Le mot d'ordre est ENJOY. Il faut profiter de chaques jours comme si c'était le dernier. Bon je l'avoue, j'aime aussi dormir et me reposer, alors je m'organise des moment pour. Autrement, si besoin un sms et je rapplique. Oui je ne suis pas très "appel téléphonique". Si je ne répond pas à votre demande, c'est que je suis entrain de combattre le feu, de braver les flammes, autrement je vous aiderais avec plaisir.

PSEUDO/PRENOM : HECRAM/MALO ÂGE : 33 ans (Forum à partir de 16 ans pour rappel) PAYS : France FRÉQUENCE DE CONNEXION : 4/7 COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : par une amie  coeur REMISE EN JEU Non je ne préfère pas désolée  SLIP (TYPE DE PERSO) inventé (CRÉDITS) WOLFELA COMMENTAIRE OU SUGGESTION : Je suis contente d'être parmis vous  SLURP  AVATAR : Miguel Angel Silvestre

© Nous sommes de ceux



Dernière édition par Malo Caballero le Mar 20 Juin - 2:28, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 6:14


Raconte moi une histoire...
Vivre chaque jour comme si c'était le dernier.

Malo est né au petit matin du 8 avril 1987 à Almeria en Andalousie. Fils unique de Rafael et Estella, fruit de l'amour du couple uni et heureux, qui s'aiment comme au premier jour. 
Il est un petit miracle pour eux ,qui ne devaient pas avoir d'enfant. Malo a connu une enfance & adolescence heureuse et dorée. Il avait tout pour réussir  en succédant un jour à son père et pourtant...


Ça, c'est ce que les journaux pouvait dire à mon sujet. Les journaux? oui vous avez bien lu. Je suis le fils de Rafael Catalán, cet homme est propriétaire de plusieurs grands hôtels en Andalousie. Le premier est sorti de la terre à Almeria. C’est un enfant du pays, qui  a construit son empire de toute pièce. Parti de rien, il s'est fait tout seul.
Ce que les gens ne disent pas, c’est qu’Il ne voyait en moi que son héritier, celui qui allait prendre sa suite et continuer à vivre son rêve.
Ce qu’ils ne disent pas non plus, c’est que j’ai été éduqué et façonné à l'image du fils, que Rafael avait toujours rêvé.
Enfant, je semblais passif et heureux d’être celui que je paraissais être. Solitaire je l’étais mais pas par choix. J'ai finis par m'isoler des autres, pour me protéger, même si ça ne me rendait pas plus heureux pour autant, bien au contraire. J'étais triste comme les pierres, malheureux, mais l'éducation de mon père m'a appris sans qu'il ne veuille vraiment, l'art et la manière de me cacher derrière un masque ou même plusieurs. Cela même à ses yeux. Ou alors, ne voit il, que ce qu'il veut bien voir, se moquant au fond de mon bien être et bonheur... J'étais celui qu'il voulait, que je soit. Je n'étais pas moi.
On disait, que j’étais imbus de moi-même. Les jaloux ont lancé cette rumeur, enfin, quand je dis les jaloux, je parle de ceux qui ont tout fait pour devenir mes amis. N'étant  pas dupe , j'avais bien compris, qu'ils s’intéressaient à moi car j’étais le fils de Rafael Caballero et non parce que je les intéressait moi.
D’autres, aimaient mon image, mais personne n'était curieux de me connaître réellement.  Personne n'a cherché à connaître le moi, derrière le personnage construit par mon père. j’ai vécu plusieurs année en étant qu’une image. J’aimais et j’aime encore passer du temps avec les femmes, mais rien ne se passaient entre elles et moi. Certaines ne l’acceptaient pas et ont dit de moi, que je n’étais qu’un coureur de jupon, qui se servaient des filles comme de kleenex, en les jetant une fois qu’il n’en voulait plus.
J'avais tout pour être heureux, de l'argent, un nom, un avenir, des femmes à mes pied et autant de monde que je voulais autour de moi. Ça ne me suffisait pas, ça ne me suffisait plus. Je n'étais pas moi, je n'arrivais pas à être heureux ainsi. Ça a peut-être du sens pour certains, mais pour moi ça n'était pas sain. J'ai quelques fois tenté de montrer mes fails, J'étais l'ombre de moi-même, un automate. On parlait en mon nom, sans écouter ma voix.

Seule ma mère voyait ma souffrance. J’ai mis du temps à lui avouer, que je n’étais pas heureux. J'ai finis par lui avouer, que je ne voulais pas vivre ainsi, que je voulais vivre ma vie comme je l'entendais, en étant heureux. J'ai finis par lui dire, que je voulais être enfin moi. On a tenter de me construire la vie que je voulais là-bas. On a finit par s'avouer, que je ne pourrais jamais le faire à Almeria ou en Espagne. Alors, elle m'a aider à fuir, la pression médiatique & mon père, aux Etats – Unis.`Pour me protéger, nous avons fais les démarche afin, que seul le nom de ma mère apparaisse sur mes document là-bas. Seul mon passeport portera mes deux nom comme le veut la loi Espagnole & le Système traditionnel des noms espagnols.
Elle a en fait, toujours vu le VRAI moi.
Ne croyez pas qu'elle aimait me voir être celui, que mon père voulait que je sois. A maintes reprise elle m'a dit vouloir, me voir heureux, à maintes reprise, elle m'a dit s'inquiéter. Mais moi, je prenais sur moi.

Aujourd'hui, je suis heureux, qu'elle et moi, nous soyons parler à coeur ouvert.

Août 2010 a été le mois où je me suis sentis enfin moi-même. Un nouveau continent, une nouvelle ville, une nouvelle vie, ma vie. Le jour de mon arrivée au parking, j'étais si heureux. Le premier jour du reste de ma vie. Le 8 août est mon nouvel anniversaire.Si vous savez ce que je suis heureux depuis.
Je sors, je fais la fête, je profite de la vie, j'y croque à pleine dent.

Ah... je ne suis pas l'exception à la règle, je ne vis pas que des jours rose, seulement, je suis moi-même, je me sens à ma place. Je fais un métier qui me plait et je vis comme je l'entends, sans me poser trop de question. Tout ce que j'ai voulu avant d'arriver ici, en sommes et même un peu plus.

Je sais que certain doivent me prendre pour un fou, mais je me plais vraiment au Parking.
Je sais cet immeuble ne paie pas de mine, simplement, c'est mon premier chez moi. Le premier qui n'appartient qu'à moi. Le premier que je paie moi-même sans entendre, que je ne connais pas la valeur de l'argent, étant né avec une cuillère en argent dans la bouche et l'argent de papa pour exaucer tous mes souhaits. Ces gens n'ont pas compris, que l'argent ne fait pas le bonheure. J'entends déjà d'autres me dire, facile de parler pour toi qui a eu la vie que tu as eu. L'argent aide à voir la vie plus en couleur, je n'ai jamais dis le contraire. Je le reconnais, certain mois et même semaines, une petite voix, voulant me voir retourner aux pays, me disait :*mais quelle bêtise de vouloir vivre ta vie en étant toi-même aussi loin de maman et surtout de papa* avant qu'une autre , celle de ma mère ne me dise * Tu es fort et courageux. Je suis fière de toi, tu vis enfin la vie, que tu voulais. Tu es si heureux ! Cela s'entend et se voit. Continue comme ça, mon chéri.* Je ne veux pas revenir en arrière. Hors de question! Alors, je relevais mes manche et travaillais plus durement. Maintenant je suis pompier depuis plusieurs années, je pourrais quitter cet endroit. Je n'y suis pas prêt.

Je l'ai retaper un peu, en ai fait un endroit sain, un endroit haut en couleur, où il fait bon vivre.

Et puis j'aime mes voisins. Bon je ne plaît pas à tout le monde. Je derange certains. Il y en a qui sont bruyant à souhait, mais c'est la vie en immeuble qui veut ça et ça me rappel les quartier où j'aimais trainer à Almeria. D'autres sont devenu des amis et d'autre encore, un peu comme la famille.

En parlant de famille, depuis quelques semaines vit avec moi, une jolie jeune fille en détresse, elle s'appel Mirény et c'est ma Meilleure amie, je revois, comme si c'était hier, notre rencontre... Elle n'était pas en grande forme, elle était assise là sur un banc. Je lui ai souris et me suis assise à côté d'elle, je ne voulais pas l'apeurer ni même la brusquer. j'ai finis par ouvrir la bouche et dire

"Nous avons eu tous deux une journée difficile, si vous voulez parler je suis là... "

Sur le coup, elle s'est levée tel un ouragan, elle était si révoltée. Il y avait tant de colère en elle. Elle semblait vivre un combat intérieur. Elle s'est époumonée sur moi, quand, sans crier gare, elle s'est mise à pleurer. Je me suis approché et l'ai prise dans mes bras. Je l'ai fais se rassoir. Comme elle frissonnait, je lui ai mis ma veste sur les épaules.
On est resté là quelque minutes sans parler, avant que l'on ne se lance dans une discussion.  On s'est rencontré 5 jours après mon arrivée & l'on ne s'est plus vraiment quitté. C'est une femme très forte que je suis heureux d'avoir dans ma vie, mais aussi dont je suis heureux de faire partie de la sienne. Oui je sais ça fait beaucoup de bonheur dans ma vie. Avec nous vit son fils, Thomas. un amour de petit gars.

S'ils vivent avec moi, c'est parce qu'il y a quelques semaine de ça, alors que j'étais à la caserne, j'ai reçu en pleine nuit un appel de Miré en pleure, hurlant que son immeuble était en feu. Ma brigade et moi-même sommes allés maîtriser le feu, un peu trop tard pour sauver quoi que ce soit. Ni une ni deux, je les ai accueillis à la maison. Elle voulait se débrouiller seule, je lui ai laissé croire que j'étais d'accord. Quand elle m'a annoncé qu'elle allait loué un studio au parking, je lui ai dit qu'il en était hors de question. Je lui ai dis que si elle voulait participer aux dépenses on s'organiserait, mais que Thomas et elle allait continuer à vivre avec moi.
Nous voilà depuis un peu moins d'un mois en colocation. Elle est l'ombre d'elle-même, mais ne le montre pas à son fils. J'essaie de mon côté de l'aider et de lui changer les idées, choses un peu complexe, elle a tellement de rage en elle. Elle a beau me dire que c'est à cause de l'incendie et uniquement, je n'en crois pas un traître mot... Affaire à suivre.

© Nous sommes de ceux


Dernière édition par Lito Caballero le Lun 19 Juin - 15:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 26 ans
› Appart : 1204 (12ième)
› Occupation : T'as pas d'études, t'as pas eu la chance d'en avoir, mais tu bosses dans une petites boutiques de fringues, question de mettre de la bouffe dans le ventre de ton gamin.
› Messages : 138
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 6:15

Helll you MIAOU


Mon coloc amour!!!

Ta fiche est parfaite!!!! JAIME chou


i hate you, i love you
Feeling used but I'm still missing you and I can't, See the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time, is passing by.  ▬ Erony.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 6:44

HellooooooooW KITTIES

Ma colloc d'Amour SLURP

Merciiiiii yaaa
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« The Dog »
› Âge : 37 ans
› Appart : Appart #1202
› Occupation : Gérant de la maison close Le Moine, Parrain de la mafia Bartolotti
› DC : Jefferson
› Messages : 1373
› Nombre de RP : 5

Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 10:42

Coloc de Mirény ? Ca promet de sacrés liens et rencontres avec les Bartolotti, ça ! héhé damn
Au plaisir alors de jouer avec toi, et bienvenue parmi nous !


....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Je suis un Super Héros:
 

Bartolotti For President !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t4871-nero-the-dog


avatar

« Cowboy »
› Âge : 34 ans
› Appart : #1108 avec son bordel omniprésent.
› Occupation : Porte-flingue pour la mafia italienne des Barto. Il fait aussi, depuis peu, dans le trafic d'armes, si lucratif.
› DC : Angelo, Logan & Kelsey
› Messages : 185
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 12:56

Sexy le coloc de Miré HEHE
Et comme le dit le bro' ça promet de sacrées rencontres MDR

Bienvenue par ici en tout cas ! coeur chou




RPZ:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t10443-eros-hey-man-nice-shot


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 14:14

Merci pour votre accueil I love you chou

Oui ça promet de sacrés liens et rp Laughing
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 28 ans
› Appart : #609 (F3)
› Occupation : Chanteur du groupe Fakir.
› DC : Nate Hemington
› Messages : 567
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 14:14

Coucou :YEAH:

Bienvenue coeur


GOOD STORIES always come from bad ideas
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t10051-cam-whole-lotta-love


avatar

› Âge : 26 ans
› Appart : 1204 (12ième)
› Occupation : T'as pas d'études, t'as pas eu la chance d'en avoir, mais tu bosses dans une petites boutiques de fringues, question de mettre de la bouffe dans le ventre de ton gamin.
› Messages : 138
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 14:18

Eros Bartolotti a écrit:
Sexy le coloc de Miré HEHE
Et comme le dit le bro' ça promet de sacrées rencontres MDR

Bienvenue par ici en tout cas ! coeur chou

Toi si tu touches au coloc. Ton autre cuisse aura une cicatrice MEH


i hate you, i love you
Feeling used but I'm still missing you and I can't, See the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time, is passing by.  ▬ Erony.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 16:03

bienvenue parmi nous. :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 18 années de caprices.
› Appart : #1012, l'endroit où elle essaie de rester le moins, s'échappe autant qu'elle peut loin du démon qui lui sert de garde fou.
› Occupation : période d'un blanc affreux, un silence immonde où elle a plus que son souffle saccadé qui résonne dans l'crâne, l'envie de vengeance, le poison de la folie dans les veines.
› DC : Nova, la nébuleuse
› Messages : 610
› Nombre de RP : 7

Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 16:16

bienvenue ici MIAOU


she's pure, dirty and raw
fée du désastre ☽ Et, dans les pires heures de désespoir, il y avait ce ciel, gris, lumineux ou nocturne, et ce lien créé par la force d’un seul regard, au-delà du monde des humains.


J’ÉTAIS LA PLUS BELLE DU BAL:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t12094-azur-sans-atomes-croch


En ligne
avatar

› Âge : vingt-deux ans de mensonge.
› Appart : #515, avec ses souvenirs et ses démons.
› Occupation : il a délaissé les petits boulots, se plait parfois à dire qu'il est un artiste.
› Messages : 339
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 16:29

bienvenue. :l:




Il me semble parfois que mon sang coule à flots,
Ainsi qu'une fontaine aux rythmiques sanglots.
Je l'entends bien qui coule avec un long murmure,
Mais je me tâte en vain pour trouver la blessure.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9868-daniel-keep-the-wolves-


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 16:46

bienvenue à toi. :l:
Revenir en haut Aller en bas


En ligne
avatar

› Âge : 19yo.
› Appart : #801 - 8e étage
› Occupation : étudiante en langues étrangères.
› DC : //
› Messages : 225
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 17:38

Bienvenue parmi nous ♥


skies on fire
you look so good, my heart rate higher cause architects and artists build towers to admire, but you control the floodgates and i’m on fire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11228-jessica_-now-your-mess


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur Dim 18 Juin - 18:06

Bienvenue coeur
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur

Revenir en haut Aller en bas

Malo Caballero, l'homme qui agace par son bonheur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» L'homme a plus besoin de certitudes que de vérité
» Homme de vérité, de bonheur et de joie.
» Connaissez-vous cet homme, un illuminé ?
» Le "salam" entre homme et femme
» L homme qui créa la vie artificiellement avec simplement de l' eau et de l' électricité .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Azur fête ses 30 balais pity party (groupe)