AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
(ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles.



 

Répondre au sujet Partagez|


(ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar

« Bousillé »
› Âge : Dix-neuf ans vieillis par les tourments. Dix-neuf anniversaires et pas un souhaité correctement.
› Appart : Dans l’appartement de ta patronne, Deirdre, le 107. Elle t’a ouvert quand tu as frappé comme un malade désespéré à toutes les portes de l’immeuble. Dès le moment où elle t’a donné une chambre chez elle, un travail même, tu as promis de te souvenir d’elle le jour où tu partiras sans dire un au revoir. Parce que tu disparais toujours. Tôt ou tard.
› Occupation : « Artie », « Marty », « gamin », c’est tes surnoms au garage. Ceux que tu acceptes parce que tu t’en fiches pas mal du prénom quand tu ne sais même plus quel est le vrai. Tu apprends encore, tu essaies de réparer ce fichu moteur mais tu n’as pas le bon outil dans la main. Ah. Cassé.
› DC : Kendall, la dramaqueen.
› Messages : 34
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Sam 27 Mai - 1:00


Art de la Rose
« Mais ta jeune et brillante image,
Que le regret vient embellir,
Dans mon sein ne saurait vieillir
Comme l'âme, elle n'a point d'âge. »



(NOM) Ce n’est pas un nom, c’est trois mots posés à la fin d’un premier poème écrit, les mains douces, encore enfantines. Mais on s’en fiche qu’il ne soit pas réel, qu’il soit trop romantique, trop français. Lui, il aime bien cette fleur, il aime bien les romances. Celles tristes, celles joyeuses. Chaque amour à sa rose, sa couleur. Lui, il ne sait encore quel pigment choisir, alors ce n’est que de la Rose, sans adjectif parce qu’elle n’a pas encore de teinte définie.  (PRÉNOM) Art, ce n’est pas non plus son prénom. C’est le diminutif d’Arthur et là encore, c’est une fausse identité. C’est français aussi. C’est l’autre, Alwin, qui lui a donné ce prénom parce qu’il a bien aimé le surnommé comme s'il était une œuvre, alors le poète a gardé les lettres sur son front. Pour lui faire plaisir. On n’a rien dit lorsque François-Marie Arouet a changé de prénom, alors pourquoi, là, ça changerait ?(ÂGE) Il est jeune encore. Il a dix neufs ans, et il n’a pas les mêmes passe-temps que les autres. Il n’a pas fait toutes ces conneries, toutes ces choses qu’on regrette un jour. Lui, il préfère lire, écrire, et apprendre les poèmes qu’il lit par cœur, comme une douce mélodie sans piano.  (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) On s’en fiche de cela aussi. Il est né quelques par aux États-Unis, a vécu peut-être ailleurs, dans un état qu’il a fui. Comme ça. Sans rien, juste en courant, le souffle saccadé et les joues rouges par l’effort. Il a ouvert les yeux en saison d'hiver, le trois décembre.  (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Il écrit sur les murs, grave les briques de ses ongles cassés. Il ne peut faire rien d’autre qu’attendre qu’un passant lui donne une pièce parce qu’il est venu sans rien dans les poches, sans diplôme, sans carte d’identité, sans argent. Il est par ci, par là dans la rue. Mais, y'a cette femme qui l'a accueilli chez elle. Qui l'a aidé à se refaire ou du moins à tenter de construire une vie normale. Il ne sait pas comment réparer une voiture ou une moto mais il ne demande qu'à apprendre. Et elle est là pour l'aider. (NATIONALITÉ) Il est américain, il n’aime pas l’idée qu’il fasse parti de toutes ces personnes qu’on idolâtre dans les pays étrangers. Que l’on voit comme des chanceux, des gens riches et il en passe, parce que ce n’est pas cela la réalité. La réalité c’est que l’Amérique est un pays comme les autres. Avec des classes sociales. Des gens qui fouillent les poubelles et d’autres qui se plaignent de leur palace pas assez spacieux. Y'a pas de rêve américain. Y'a juste eu deux ou trois personnes motivées qu'ont au passage, doré l'image de ce pays de merde. (ORIGINES) Il aurait aimé être français, être un descendant éloigné de Lamartine ou de Musset parce que c’est ses auteurs préférés. Mais il n’a pas d’origine. On ne lui en a pas donné à l'orphelinat. (STATUT CIVIL) Il ne sait pas trop. Il n’a jamais su ce qu’il était pour lui, pour Alwin, pour les autres. Il est parti quand c’est devenu trop sérieux. Trop dangereux.  Que l’autre l’a demandé en fiançailles, mais que jamais ils n’avaient dit être ensemble. Parce que ça ne se dit pas ces choses-là, ça se comprend et Art il n’a pas envie de comprendre. (ORIENTATION SEXUELLE) C’est abstrait. Ça n’a jamais été claire, jamais été prononcé. Il a rien dit lui sur ses envies, ses plaisirs, ses fantasmes. Il a juste essayé par ci par là, et c’est vers lui qu’il s’est tourné ensuite. Mais c’est bien insignifiant maintenant. Peu important. Maintenant que son corps est mutilé, qu’il est un garçon à moitié. Il n'a plus envie d'aller vers les autres pour ce genre de chose par honte, par peur, par blocage. Alwin a eu ce qu’il voulait. La poète n'accepte qu'une personne à présent. Celle qui l'effraie. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) Il y a quelques semaines. Son cœur panique encore à l’idée de le croiser. Lui. Celui qui trouve toujours sa cachette un jour ou l'autre.  (GROUPE) La nuit, le jour, il rêve. Il regarde le ciel en pensant à tous ces vers qu’il lit et qui le transportent.

« La rose pourpre ou « noire », c’est l’amour fou. Passionnel. C’est un peu toi, Alwin.  »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Oh, il n’a toujours pas d’appartement à son nom, d’ailleurs quel nom ? Il disparait la nuit, quelque part. Se cache et s’endort. Et puis au petit matin, il erre déjà sur les trottoirs, se crispe quand il croit voir son tendre cauchemar, et puis sourit. Il sourit à tous ces gens qui l’ignorent. On le croise depuis quelques semaines maintenant, il a toujours les sens en alerte, il a toujours l’air … effrayé.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Pour l'instant il ne connait pas grand monde. En fait, il n'y a que Deirdrei. Il est chanceux d’être tombé sur elle, en tout cas c'est ce qu'il pense. Elle est... très maternelle avec lui, ça lui fait drôle lui qui n'a jamais dû prendre en compte une quelconque mère dans son entourage. Mais ça lui va bien à lui. Il a pu se cacher chez elle quand il en avait besoin, et rattraper une bonne nuit de sommeil. Elle lui a donné les clefs d'ailleurs, et un job aussi pour payer sa part de loyer mais il veut pas s'imposer. Alors il garde cette roue de secours mais il se fait peu présent. Parce qu'ils se connaissent pas après tout, Dei a peut-être besoin de son intimité. Mais il l'aime bien. Il est content de voir que y'a pas que des crevards ici.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Ce qui est surprenant, c’est voir ce gamin chantonnait des vers trop lyriques comme une simple musique. C’est le voir rire alors qu’il est comme tous ces gens dans la merde. Il n’inspire pas confiance. Y’a quelque chose qui cloche. Ses yeux ont l’air si tristes, si paniqués, il regarde toujours autour de lui, chaque seconde, chaque fois qu’une feuille tombe. Pourtant, il sourit tout le temps. Montre son incisive cassée en jurant que ce n’est qu’un accident d’enfance. Il ment bien, alors on le croit.

PSEUDO/PRENOM : Xerxes, c’est chaud à dire, hein ? On dit plus souvent Kenny. Sinon je m’appelle Lucie toujours. ÂGE : Toujours 16 piges.  PAYS : La Frensse. FRÉQUENCE DE CONNEXION : EVERY FUCKING DAY. COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : J’ai oublié. REMISE EN JEU Non. (TYPE DE PERSO) Il est tout droit sorti de mon cul. (CRÉDITS) Ned et thestral.COMMENTAIRE OU SUGGESTION : Nope. AVATAR : Anton Lisin.

© Nous sommes de ceux



Dernière édition par Art de la Rose le Sam 27 Mai - 15:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11288-art-laisse-moi-respire


avatar

« Bousillé »
› Âge : Dix-neuf ans vieillis par les tourments. Dix-neuf anniversaires et pas un souhaité correctement.
› Appart : Dans l’appartement de ta patronne, Deirdre, le 107. Elle t’a ouvert quand tu as frappé comme un malade désespéré à toutes les portes de l’immeuble. Dès le moment où elle t’a donné une chambre chez elle, un travail même, tu as promis de te souvenir d’elle le jour où tu partiras sans dire un au revoir. Parce que tu disparais toujours. Tôt ou tard.
› Occupation : « Artie », « Marty », « gamin », c’est tes surnoms au garage. Ceux que tu acceptes parce que tu t’en fiches pas mal du prénom quand tu ne sais même plus quel est le vrai. Tu apprends encore, tu essaies de réparer ce fichu moteur mais tu n’as pas le bon outil dans la main. Ah. Cassé.
› DC : Kendall, la dramaqueen.
› Messages : 34
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Sam 27 Mai - 1:00


Raconte moi une histoire...
« Ouvre les yeux, dirais-je, ô ma seule lumière !
Laisse-moi, laisse-moi lire dans ta paupière
Ma vie et ton amour !
Ton regard languissant est plus cher à mon âme
Que le premier rayon de la céleste flamme
Aux yeux privés du jour. »

J’ai peur. J’ai peur qu’il vienne dans la nuit, qu’il me fasse du mal parce que je ne suis pas assez beau sur sa toile. J’ai peur qu’il m’enlève le peu qu’il me reste parce que le voisin m’a regardé. J’ai peur mais je l’aime aussi. Je l’aime quand il est doux, qu’il dépose ses lèvres sur mes épaules pour me réveiller. Qu’il me demande de réciter mon poème préféré parce que lui ça ne le dérange pas de m’entendre. Ça ne le dérange pas de ne pas comprendre.


(L'ENFANCE DES INSOUCIANTS) Il court. Il rit. C’est l’enfance sur ses traits. C’est l’innocence fougueuse dans ses pupilles quand il se tourne vers ses amis. Ils ont tous les trois fugué ce soir. L’adrénaline coule dans ses veines, cette si douce sensation d’exister quand personne ne veut de lui. Quand il n’a besoin de personne pour sourire. Lui, il s’en fout qu’il n’y est aucune demande d’adoption. « Jared ! Attends-nous ! », il rit parce qu’il a toujours été le plus rapide de l’orphelinat, celui qui a les bonnes notes au relai, mais qui s’ennuie sur une chaise. Il leur répond que c’est eux qui ne sont pas assez rapide, il cri à travers les arbres, à travers cette forêt qu’il a traversé tant de fois déjà. « Vous allez rater la pleine lune ! », il se plaint à son tour et puis finalement, il trouve un arbre, il y grimpe comme si c’était facile. Jay, le suit. Kesley a besoin d’aide. A cet âge, Art était heureux. C’était le plus vieux de la bande. Celui qui tendait la main à la petite Kesley pour la tirer vers lui. Ils se chatouillent, rigolent, s’installent en ligne sur la branche. Et puis ils lèvent tous la tête, Art est le premier à sourire, « On allait pas rater la pleine lune si on marchait, Jared », déclare la blonde, et le nommé ricane. Oui, c’est vrai. Mais il aime voir toutes ces étoiles, il aime cet immense astre qui mange le ciel noir. Il aime le vent qui glisse sur les nuques et s’épanouit sur les feuilles.

« Tu es encore sorti hier soir, Jared », elle soupire cette pauvre femme à la charge de tous ses enfants pas bien aimés. Mais elle ne sait plus quoi faire avec l’un deux. Parce qu’elle a beau le punir, beau le prévenir, il recommence. « Ça m’aide à écrire ! », « Jared, écrire ne te donnera pas de famille ni de travail, d’accord ? Un papa et une maman ne veulent pas d’un enfant désobéissant », « alors j’en veux pas moi, de famille », il hausse les épaules. Il veut écrire avant d’aimer. Il veut gribouiller du papier avant de vivre. Il gesticule sur sa chaise, montre le mauvais comportement parce qu’il sait qu’avec cela on ne voudra pas de lui. Il veut pas de maman et papa. C’est simple à comprendre. Et il a eu ce qu’il voulait. Personne n’a voulu de cet enfant turbulent, rebelle. Kesley s’est faite adoptée, Jay aussi. Lui il est resté à l’orphelinat, à jouer les grands frères. Les parents se sont toujours désistés. Peut-être que c’était un surdoué, mais il en foutait jamais une devant le tableau. Peut-être qu’il était gentil, serviable, exemplaire mais il décevait toujours les adultes. Il aime bien ça lui. Il aime bien la bibliothèque de l’orphelinat. Il aime bien la directrice dans le fond. Ça a toujours été sa mère pour lui alors il s’en fout des autres. Il préfère l’aider, elle, elle qui n’a jamais pu avoir d’enfant, elle qui venait embrasser son front à chaque fin de repas, qui cédait toujours à ses petites rebellions.

(L’ENCRE DES ÉCORCHÉS) Elle n’a jamais compris cet implication chez lui. Il ne faisait jamais ses devoirs mais il trainait à la bibliothèque. Il venait la voir en criant « J’ai appris comment on disait « il faut souffrir » en français ! », parce qu’il développait une admiration pour cette langue lointaine. Étrangère. Et à côté de cela, il avait de mauvais bulletins. Elle l’observait souvent se dandiner sur sa chaise, plongé dans ce qu’il écrivait, la langue coincée au coin des lèvres. Il s’asseyait toujours sur son pied droit, il avait installé son petit bureau dans l’office de la directrice. Parce qu’il avait ce privilège avec elle. Parce que la bibliothèque n’était pas assez calme pour créer ses vers dans une langue qu’il ne maitrisait pas encore. Elle se demandait ce qu’il pouvait bien écrire… Il n’a jamais accepté qu’elle  lise un de ses poèmes. Parfois il s’arrêtait d’écrire, il regardait par la fenêtre, le regard vague. Le visage triste. Et puis il s’y remettait. Sans cesse. Toujours les mêmes gestes. Il était calme seulement le crayon à la main, seulement face à son imagination et ses écrits remplis encore de fautes. Elle n’a jamais compris. Elle lui a de nombreuses fois répété qu’écrire n’était pas un métier. Qu’il fallait travailler dur pour avoir un emploi. Mais il répondait toujours la même phrase, toujours sur le même ton, « alors j’écrirais mon travail ». Elle ne savait plus comment le raisonner au fil des années.

Il fuguait plus souvent à l’adolescence. Il emportait deux trois livres avec lui, des feuilles et des stylos. Il courait de moins en moins souvent vers la forêt, il se dirigeait plus régulièrement vers la ville. Du haut de son bureau, elle se demandait bien qui il allait voir. Toujours le soir, toujours à 22h30, il sortait. Il partait pour la nuit et parfois il ne revenait pas le lendemain. Parfois il s’absentait une semaine. Elle ne savait plus quoi faire. Il lui échappait entre les doigts. Mais il avait toujours été comme cela après tout. Discret quand il le voulait, silencieux sur sa vie, ses rêves, ses envies. Il ne parlait plus de la lune qu’il observait la nuit, maintenant quand elle lui posait la question pour savoir ce qu'il était allé faire, il répondait, « oh rien. Rien d’important », mais elle avait très bien vu cet hématome sur son bras.  

(LES CŒURS DES TOURMENTÉS) C’est cette partie de l’histoire qu’elle ne connait pas. Celle qui faut mieux ne pas connaître. Alwin, c’est lui. C’est cet homme qu’il a rencontré quand il est entré dans ce bar. Il avait 13 ans à l’époque. Il lui a souri, comme il a souri au bourré du fond. Il s’est installé sur ce bar, il a ouvert son livre et il a réécrit les vers de Musset pour apprendre à bien écrire. Pour ne plus faire de fautes. Il avait encore la tête plonger dans ses feuilles, la langue toujours coincée au coin de ses pulpeuses. La première fois, ils ne se sont pas parlé. Y’en a un qui ne regardait personne et un autre qui l’observait, le verre de whisky à la main. Et ils sont revenus les mêmes jours, les mêmes soirs. Toujours un sourire, toujours un livre ouvert, toujours le whisky à la main. Et après deux mois à l’observer, Alwin est venu le voir. « Tu lis quoi ? », « Les nuits, de Musset » , il avait simplement répondu. Il savait qu’il l’observait depuis 6 semaines. Et puis, deux artistes se sont trouvés. Un à plume, l’autre à pinceau. Ils sont revenus les mêmes jours, les mêmes soirs. Toujours un sourire, toujours un livre ouvert, toujours le whisky à la main. Leurs tabourets étaient juste côte à côte maintenant. Art lui lisait la page en français, et Alwin l’écoutait des yeux. Un enfant et un adulte. Un innocent et un méchant loup. Parfois, ils échangeaient les rôles. Parfois c’était Art qui goutait à l’alcool en trempant les lèvres et Alwin qui écorchait la langue française. Ils se sont trouvés. Ils ont ri ensemble. Au début, c’était beau. C’était léger. Ils parlaient de la vie, sans parler de la leur, de l’humain et des arts sans montrer les leurs. Oh, c’était tellement attendrissant leurs regards timides, leurs caresses légères et secrètes sur les cuisses, sur les épaules, sur les joues. C’était beau de voir l’adulte tomber amoureux, et l’enfant croire au premier amour. Ils rentraient toujours à l’aube chacun de leurs côtés, et la directrice ne s’inquiétait de rien encore à ce moment-là.

Et puis, ils sont allés plus loin que les rendez-vous innocents. Que la séduction des premiers jours. Non, ça ne leur a pas suffi. Alwin l’a invité chez lui et il a accepté. Ils se sont embrassés la première fois sous les draps. Ils rigolaient, se chatouillaient et s’embrassaient. C’était tendre encore. C’était beau. Mais Art devait toujours partir tôt le matin et ne revenir que le soir. Alwin il voulait le garder pour lui toute la journée, et il lui a demandé. Il a accepté au début de sécher quelques cours, quelques jours en pensant que ce n’était qu’une fois. Qu’une première dernière fois. Puis il s’est fait plus insistant, plus autoritaire. Il lui a tenu le bras, broyer l’os quand il lui expliquait qu’il ne pouvait pas rester aujourd'hui. Et Alwin il faisait peur. Alwin, il allait exploser s’il ne cédait pas. Alors il restait. Il restait même s’il voulait partir. Même s’il voulait lui dire qu’il faisait bien ce qu’il voulait, qu’il n’avait pas d’ordre à lui donner. Mais après cela, Alwin redevenait doux, amoureux, il lui chatouillait les épaules de ses lèvres et Art il oublié bien vite. Bien trop vite.

(LES CORPS DES ABIMÉS) Il est revenu à l’orphelinat avec trois coupures aux bras, et une au ventre. Il a rien voulu dire, il a juste répondu qu’il s’était pris les branches dans sa course. La directrice ne l’a pas cru, mais elle a laissé passer. Et ce fut la fois de trop. Un soir, il est ressorti et on ne l’a plus jamais revu. Peut-être que si elle avait insisté, elle l’aurait protégé. Peut-être, oui. Sûrement. Il a rien dit, mais ses yeux lui ont parlé, elle l’a vu. Ils ont crié à l’aide mais elle n’a pas voulu y croire. Et elle regrette. Elle regrettera toute sa vie d’avoir perdu son enfant de cœur. Ce soir-là, il a pris comme d’habitude des livres, des stylos et des feuilles. Un sac en plus. Ça ne lui a pas trop donné de soupçon. Elle l’a laissé partir une nouvelle fois, cachée derrière sa fenêtre, au troisième étage de l’établissement. Mais, il n’est jamais revenu. Elle a cherché dans toutes les pièces, dans toutes les chambres, il n’était plus là. Il ne restait que son doudou sur le lit, le reste avait disparu. Elle a pleuré, elle a appelé la police. Ils ne l’ont pas trouvé non plus. Encore aujourd’hui on cherche un dénommé Jared Williams. C’est la faute à Alwin. Il l’a emprisonné chez lui, et Art est devenu Art. « Tu es magnifique, bouge pas », il le dessinait jour et nuit. Quand il était triste, quand il lisait, quand il écrivait. Il ne souriait plus comme avant. Il rigolait moins souvent. « Tu vas où ? Tu sors pas d’ici, j’t’ai dis », « je veux juste prendre l’air », « non je t’ai dis que tu bougeais pas d’ici. Va dans le lit, j’arrive », « mais- », « très bien », il l’a méchamment pris par le bras. Il l’a trainé à travers l’appartement, et Art il s’excusait, « désolé ! Arrête tu me fais mal ! Je recommencerais plus promis ! », Alwin l’a jeté sur le lit et l’a attaché à celui-ci. Il lui a pris sa liberté à laquelle Art s’était toujours frotté plus jeune, et il lui a encore coupé la peau.

Ce n’était plus comme avant. Art avait peur, Alwin l’aimait trop. Il était de plus en plus bizarre, et un jour, il a totalement vrillé. Il est rentré à la maison en furie, alors qu’Art attendait patiemment son retour, dans le lit, nu parce qu’Alwin ne voulait voir aucun vêtement sur son corps et attaché au barreau du lit. Il a levé la tête de son livre, il lui a demandé ce qu’il se passait. « Ce qu’il se passe ? Ce qu’il se passe, c’est que tu vas draguer d’autres mecs, Art ! », quoi ? Il a pas compris le gamin parce qu’il est resté sagement à sa place toute la journée, qu’il attendait son retour pour avoir un peu de présence humaine parce que ça lui manqué cruellement ces derniers temps. Il craignait toujours autant Alwin, mais il l’aimait aussi un peu maintenant. Mais pas de son propre chef. Alwin lui a foncé dessus, lui a attaché le second poignet et l’a giflé. Art attendait qu’il s’explique. En réalité, Alwin avait juste montré ses toiles à un acheteur parce qu'il manquait de fric, et celui-ci avait eu le malheur de complimenter sa muse. « Non, Alwin qu’est-ce que tu fais ?! Arrête ! », l’adulte lui a bloqué les jambes, il avait un couteau dans la main. Il a cru qu’il allait le tué mais cette idée aurait été moins douloureuse que celle qu'il s'apprêtait à subir. Il a crié à s’en casser les cordes vocales. Il a voulu bouger et la lame ne s’est que plus enfoncée. « Tu verras, tu seras magnifique, Art. Tu seras parfait sur mes toiles », le gamin n’arrivait même plus à crier son prénom. La douleur lui brûlait la peau, lui lasserait le cœur, lui déchirait les poumons. Il a beaucoup saigné. Abondamment. Il a cru mourir quand la souffrance était si forte que son cerveau ne la captait plus, qu’il a tout éteint dans sa tête et que le gamin s’est effondré sur le drap. Tout transpirant. Changé à jamais injustement. Et il s’est réveillé, le drap encore marqué de rouge, il a continué d’avoir mal et aujourd’hui il est bercé par des douleurs fantômes. A son réveil, Alwin le regardait, le sourire aux lèvres, les doigts lui frôlant délicatement la peau, « t’inquiète pas c’est fini. Tout est réglé, tu saignes plus », et Art il a baissé les yeux. Il a voulu crier mais rien n’est sorti. Il n’avait plus que la moitié entre ses jambes. Et Alwin il l’a embrassé, il l’a complimenté, il s’est occupé de lui le temps que cela cicatrise. Parce qu’il l’aime. Il l’aime et il veut simplement qu’il soit magnifique à ses yeux. C’est tout.


(LES BONJOURS DES ADIEUX) Il court. Il pleure. Il le fuit encore. Il a pu se tirer des draps cette nuit et il a foncé vers la porte. Il est parti, et il a couru, couru et couru encore. Il le fuit mais il l’aime. Il a mal et il a peur de lui. Mais leur relation s’est trop encré aux creux de sa poitrine, son cœur s’est trop habitué au sien, le sien à son cœur. Sa présence le rassure quand il reste seul des journées entières. Il a bien joué ses pions Alwin. Maintenant Art, il a plus peur des autres que de lui. Maintenant il ne accepte que ses doigts sur sa peau et non ceux des autres. Alors il fuit, mais Alwin va le retrouver. Parce que c’est son corps qui s’échappe. C’est son Art, son âme, son sang. Alwin a tatoué son prénom sur la hanche de l'adolescent, l’a demandé en fiançailles hier et il fuit cette nuit. La bague au doigt, sa signature sur sa peau, sa marque partout sur lui, sur son cœur. Il n’y a plus de Jared. Jared, il est mort. Il n'y a plus qu'Art. Craintif. Effrayé. Amoureux contre sa volonté.  

« Crois-tu donc que je sois comme le vent d'automne,
Qui se nourrit de pleurs jusque sur un tombeau,
Et pour qui la douleur n'est qu'une goutte d'eau ?
Ô poète ! un baiser, c'est moi qui te le donne.
L'herbe que je voulais arracher de ce lieu,
C'est ton oisiveté ; ta douleur est à Dieu.
Quel que soit le souci que ta jeunesse endure,
Laisse-la s'élargir, cette sainte blessure
Que les noirs séraphins t'ont faite au fond du cœur :
Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur.
Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poète,
Que ta voix ici-bas doive rester muette.
Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,
Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots. »


Dernière édition par Art de la Rose le Dim 28 Mai - 10:45, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11288-art-laisse-moi-respire


avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #522 avec son homme, pas loin de la famille
› Occupation : Infirmière diplômée
› DC : La petite Lizz et le paumé Ben
› Messages : 1311
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Sam 27 Mai - 1:05

Ce début de fiche, je OMG FAN
J'adore, j'ai tellement hâte d'en savoir plus BRILLE
Re-bienvenue parmi nous en tout cas :l:



ŒIL QUI PLEURE
☆☆☆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2061-aliah-vouloir-vivre-par


avatar

« Infected Mushroom »
« Infected Mushroom »
› Âge : 46 ans
› Appart : #1309, avec Samuel & Leòn.
› Occupation : Architecte Urbaniste / Photographe Spiderman
› DC : Niilo, Ness, Nathan
› Messages : 1920
› Nombre de RP : 7

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Sam 27 Mai - 1:14

T'as vraiment une gueule d'emo fragile.


L'ennui, le temps disparaîtront.
Nous resterons longtemps au même endroit à se cacher de rien, invisibles car personne ne nous cherchera.
Pauline Picot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9352-sly-c-est-l-histoire-d-


avatar

« Bousillé »
› Âge : Dix-neuf ans vieillis par les tourments. Dix-neuf anniversaires et pas un souhaité correctement.
› Appart : Dans l’appartement de ta patronne, Deirdre, le 107. Elle t’a ouvert quand tu as frappé comme un malade désespéré à toutes les portes de l’immeuble. Dès le moment où elle t’a donné une chambre chez elle, un travail même, tu as promis de te souvenir d’elle le jour où tu partiras sans dire un au revoir. Parce que tu disparais toujours. Tôt ou tard.
› Occupation : « Artie », « Marty », « gamin », c’est tes surnoms au garage. Ceux que tu acceptes parce que tu t’en fiches pas mal du prénom quand tu ne sais même plus quel est le vrai. Tu apprends encore, tu essaies de réparer ce fichu moteur mais tu n’as pas le bon outil dans la main. Ah. Cassé.
› DC : Kendall, la dramaqueen.
› Messages : 34
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Sam 27 Mai - 9:34

@Aliah Williamson a écrit:
Ce début de fiche, je OMG FAN
J'adore, j'ai tellement hâte d'en savoir plus BRILLE
Re-bienvenue parmi nous en tout cas :l:

Mooh CUTE Merci à toi :l:

@Sly Diaz a écrit:
T'as vraiment une gueule d'emo fragile.

Oh bah tiens, Elliot a dit que je ressemblais à Al NIARK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11288-art-laisse-moi-respire


avatar

› Âge : vingt-deux ans à passer le temps.
› Appart : #515.
› Occupation : il passe de boulot en boulot, tantôt derrière le comptoir d'un bar, tantôt dans les rues du bronx à distribuer des prospectus. et puis parfois il se laisse embarquer dans des affaires un peu louches, pour payer le loyer qu'il dit.
› Messages : 181
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Sam 27 Mai - 9:50

ce nouveau perso promet OMG
rebienvenue :l:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9868-daniel-keep-the-wolves-


avatar

› Âge : 33
› Appart : #309
› Occupation : Enquetrice freelance
› Messages : 302
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Sam 27 Mai - 10:42

Re-bienvenue HELLO




No Rebel
I’m addicted to life in the fast lane
I’ve got an appetite for what the dash say
Hurry up wanna rush and make some memories
Ah yea yea yea
Let’s keep running away from the sun
I don’t care how just care bout the outcome
Let’s Chase the things that never come easily
Does it mean that I’m a rebel

@GENER8ION feat Tayla Parx  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9670-london-godwick-fouineus


avatar

› Âge : trente-trois ans.
› Occupation : comptable, les chiffres lui sortent par les yeux.
› DC : papa ours et vilain ours : chad et vinnie.
› Messages : 25
› Nombre de RP : 2

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Sam 27 Mai - 11:05

ohlala mais anton me rappelle tellement de bons souvenirs, ça me fait plaisir de le voir sur DC :l:
Termine vite cette fiche que je puisse correctement faire ma groupie (même si le début me dibdidbkdndjd POTTE )
re LOVE


Les gros, les trop maigres, les pas beaux, les défavorisés de la gueule, on leur donne un doigt et ils partent avec le bras. Ils manquent tellement d'affection que lorsqu'ils ont quelqu'un, ils le vident en moins de deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11210-stan-mon-roi


avatar

« Bousillé »
› Âge : Dix-neuf ans vieillis par les tourments. Dix-neuf anniversaires et pas un souhaité correctement.
› Appart : Dans l’appartement de ta patronne, Deirdre, le 107. Elle t’a ouvert quand tu as frappé comme un malade désespéré à toutes les portes de l’immeuble. Dès le moment où elle t’a donné une chambre chez elle, un travail même, tu as promis de te souvenir d’elle le jour où tu partiras sans dire un au revoir. Parce que tu disparais toujours. Tôt ou tard.
› Occupation : « Artie », « Marty », « gamin », c’est tes surnoms au garage. Ceux que tu acceptes parce que tu t’en fiches pas mal du prénom quand tu ne sais même plus quel est le vrai. Tu apprends encore, tu essaies de réparer ce fichu moteur mais tu n’as pas le bon outil dans la main. Ah. Cassé.
› DC : Kendall, la dramaqueen.
› Messages : 34
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Sam 27 Mai - 16:17

Merci à vous, London et Daniel :l: :l:

@Stanislas Conticini a écrit:
ohlala mais anton me rappelle tellement de bons souvenirs, ça me fait plaisir de le voir sur DC :l:
Termine vite cette fiche que je puisse correctement faire ma groupie (même si le début me dibdidbkdndjd POTTE )
re LOVE
Ouiii je finis vite FAN FAN
:l:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11288-art-laisse-moi-respire


avatar

› Âge : dix-huit ans, douce jeunesse.
› Appart : 1109, onzième étage avec le paternel.
› Occupation : elle bosse dans un restaurant, puis elle aide son père dans son commerce.
› DC : aucun.
› Messages : 191
› Nombre de RP : 7

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Sam 27 Mai - 18:07

t'es comme une magicienne, tu me vends du rêves alors que j'suis réveillée. POTTE

re-bienvenue par ici avec le poète. :l: OMG



i will always care for you,
even if we're not together
and even if we're far away,
far away from each other.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« Chouchou d'Al »
› Âge : Dix-sept désillusions.
› Appart : #1411 avec Al et Badz.
› Occupation : Survivre et c'est à plein temps.
› DC : Slavko et son désir d'exister.
› Messages : 1202
› Nombre de RP : 16

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Sam 27 Mai - 22:56

Mon souffre douleur. :l:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t8762-lincoln-it-s-morning-ag


avatar

« Bousillé »
› Âge : Dix-neuf ans vieillis par les tourments. Dix-neuf anniversaires et pas un souhaité correctement.
› Appart : Dans l’appartement de ta patronne, Deirdre, le 107. Elle t’a ouvert quand tu as frappé comme un malade désespéré à toutes les portes de l’immeuble. Dès le moment où elle t’a donné une chambre chez elle, un travail même, tu as promis de te souvenir d’elle le jour où tu partiras sans dire un au revoir. Parce que tu disparais toujours. Tôt ou tard.
› Occupation : « Artie », « Marty », « gamin », c’est tes surnoms au garage. Ceux que tu acceptes parce que tu t’en fiches pas mal du prénom quand tu ne sais même plus quel est le vrai. Tu apprends encore, tu essaies de réparer ce fichu moteur mais tu n’as pas le bon outil dans la main. Ah. Cassé.
› DC : Kendall, la dramaqueen.
› Messages : 34
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Sam 27 Mai - 23:20

@Moe Delaunay a écrit:
t'es comme une magicienne, tu me vends du rêves alors que j'suis réveillée. POTTE

re-bienvenue par ici avec le poète. :l: OMG
POTTE :l: :l:

Lin : FUCK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11288-art-laisse-moi-respire


avatar

« Balkanski tigar »
› Âge : 39
› Appart : #002 / rdc
› Occupation : Mercenaire freelance (mafia)
› DC : Samuel Black & Maaike Ortega
› Messages : 4799
› Nombre de RP : 166

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Dim 28 Mai - 0:30

Re- Bienvenue ! HELLO



"Nous avons vraiment apporté l'enfer, ou le paradis, sur terre."

Richard Morgan

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7739-slavenko-kovacs-en-cons


avatar

› Âge : 24 ans (23 avril).
› Appart : #1307 / 13ème étage.
› Occupation : Etudiante en littérature et tapin la nuit.
› Messages : 212
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Dim 28 Mai - 13:46

Rebienvenue coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9848-aimee-au-diable-toi-et-


avatar

« Fallen »
› Âge : Qui aurait cru que tu vivrais aussi longtemps, voilà 23 ans que ta mère t'as donner la vie.
› Appart : 812 au huitième étage.
› Occupation : Un métier qui n'en n'est pas vraiment un : le vol.Loin d'être le robin des bois du pauvre, tu pilles sans relâche même à ceux qui n'ont rien.
› Messages : 58
› Nombre de RP : 5

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles. Dim 28 Mai - 17:32

Re-bienvenue wifey !! coeur




BROKEN
© FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: (ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles.

Revenir en haut Aller en bas

(ART) Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Regarde la Terre respirer !
» Lèvres extra-sèches
» « Je vous laisse la paix, c'est ma paix que je vous donne » (Jn 14,27)
» Ca laisse rêveur.
» Rouge à lèvres

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: De ceux qui ont succombé :: Les Locataires du Parking :: Les Dossiers Approuvés-
Répondre au sujet
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Killian est perdu Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe)