Partagez|


Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 17:25




Zéphyrin Harrington
Il faut que jeunesse s'amuse.




(NOM) Harrington, c'était tout ce qui restait de l'héritage anglais de ton père. Un nom de famille qui relevait un peu  le niveau. Un nom qui pouvait laisser entendre que vous étiez des gens respectables.  Même si chez toi votre famille était connues pour être celle des camés du coin. Une famille branlante, cassée, brisée. (PRÉNOM) Zéphyrin. Un blase  qui cour pas les rues, les paumés qui te servaient  de parents n'avaient rien trouver de  mieux. C'était l'nom du prête du coin parait-il , le soit disant saint sauveur qui arriverai à les arracher de leur addictions. Un prénom saint qui ne collait pas avec ton tempérament. Trop compliquer, trop colérique tu n'avais rien du sage. (ÂGE) 23 ans, ça fait  vingt-trois ans que ta mère t'as donner la vie. Des débuts difficiles voir dégueulasses  sur terre, tu ne  fais que chercher ta place. Sans but, sans avenir et ça dès le début. Ton existence est vouée à un échec imminent.  (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 16 juin  1994 Compton, LA. Tu pouvais te vanter d'être née le même jour que le grand Tupac Shakur et d'avoir grandit dans le quartier pourris qui avait vu la naissance N.W.A. Parce que même aujourd'hui leur rap faisait encore écho dans ton coeur, et reflétait  une réalité dans laquelle tu avais directement été plongé.  (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Tu n'a jamais été un gars très honnête. Même si tu avais longtemps épouser les bancs de l'école, les études ce n'était pas ton truc. Leur intérêt était un concept qui t'échappais.Alors comme beaucoup de jeune dans ton genre tu volais, pillait. La facilité c'est ce que tu préférais. Voler t'apportais une adrénaline qu'aucun métiers honnêtes ne le fera jamais.  Parce que t'introduire chez les autres était plus amusant que d'aller à la fac. Parce que pointer une arme sur l'épicier du coin était plus intéressant  que travailler. (NATIONALITÉ) Américaine. Tu étais un bon gros produit des Etats-Unis. Consommation de masse, égoïsme comme beaucoup tu avais grandit dans ce pays où on inculquait qu'il n'y avait pas mieux que vous. (ORIGINES) Anglaises et Jamaïcaines. Une union pas si originale que ça mais qui était la tienne. Ton père cet homme convoité à la fac était tomber fou amoureux de la pouffe du coin. Ta mère était une enfant d'immigrés, elle n'avait jamais frôler les bancs de l'école, livrer à elle même elle avait chuter dès son plus jeune âge. Et comme le diable lorsqu'il voulait attirer de nouveaux disciples elle avait charmé ton père pour l'enfermer dans sa sphère infernale. (STATUT CIVIL) Célibataire depuis peu. L'amour et toi ça faisait définitivement deux. Tu n'arrivais plus à comprendre ce mystère, c'était un tout qui t'échappais. Tu en avais même peur, aujourd'hui plus qu'hier. L'amour t'avais blesser, anéantit.(ORIENTATION SEXUELLE) Hétéro, ça ne fait aucun doute. Pour toi il n'y avait rien de plus beau qu'une femme. Pour avoir eu un bon nombre de conquête tu ne t'es jamais poser de question.  Le corps d'une femme , pour toi, était une oeuvre d'art dont tu appréciait explorer les courbes. Les hommes tu ne les avaient jamais regarder, ils ne t'avais jamais attirer. À vrai dire l'idée même de l'homosexualité te froissais un peu. Comme beaucoup de choses de la vie tu n'arrivais pas à percevoir la finesse de deux hommes qui s'aimaient. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) Il y a une semaine à tout casser, le 20 février 2017. C'était vraiment récent. (GROUPE)Ceux qui survivent.

« J’AI D’LA COKE À TE COUPER LE SOUFFLE »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) New York, c'était le premier endroit qui t'étais venu en tête quand tu as décidé de te casser. T'as préféré chevaucher ta bécane et parcourir les 2700 kilomètres qui te séparais de la big apple plutôt que de payer un billet d'avion. Comme toujours tu avais pris ton temps parce que dans la vie ça ne sert à rien de se presser. Le Parking tu y avais atterri sans vraiment savoir comment. Disons que c'est l'destin qui t'y avais emmener. La ville était si grande, si vaste qu'il y avait peu de chance que tu finisse là-bas pourtant c'est le cas.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Pour une fois il te fallait être honnête. C'était délabré voir miteux mais bordel qu'est-ce que ça te rappelais ta maison. Même si ici tu trouvais quelque chose de plus chaleureux, de plus authentique que chez toi. Il y avait un certain cachet dans cette bâtisse qui semblait tombée en ruine. Tes voisins ? T'en branlais pas grand chose. La seule chose qui t'intéressais chez eux c'est ce qu'il pouvait y avoir dans leur appartement. En dehors de cela c'est plutôt chacun sa vie.  

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Mauvaise, très mauvaise.T'es qu'un sale petit con, un délinquant. C'est ancré sur ta gueule comme un tatouage. On doit s méfier de toi parce que tu es fourbe, tu n'as pas d'amis. Tout ce qui t'intéresse c'est ce que tu peux tirer des autres, comme une sangsue t'es prêt à bouffer jusqu'à la dernière goutte de sang même d' un mourant.  La vie c'est une chienne, il te fallait  savoir te mettre du bon côté. Le bon coté étant celui des manipulateurs et des malhonnêtes tu avais bien vite fait fait de choisir ton camp. 




PSEUDO/PRENOM : Keysha  ÂGE : 18 ans. (Forum à partir de 16 ans pour rappel) PAYS : Guadeloupe FRÉQUENCE DE CONNEXION : 5/7j COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : Une amie  REMISE EN JEU En cas de suppression, acceptez-vous que votre personnage soit scénarisé ? Non.  (TYPE DE PERSO) inventé.  (CRÉDITS) AILAHOZ COMMENTAIRE OU SUGGESTION : Nope. AVATAR : Reece King.  


© Nous sommes de ceux





Dernière édition par Zéphyrin Harrington le Sam 1 Avr - 3:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 17:26




Raconte moi une histoire...
Now i just sit in silence.


Un verre, un dernier, et tu te casses. Sois pas con. Vide ton godet, mais en vitesse, dis adieu et rentre chez toi. Tu sais, c'est ta morale et ta fidélité qui sont sur la sellette. Est-ce que tu peux rester loyal ou non ? Parce que la loyauté, c'est très important. Voilà, tu dois y retourner, lui dire adieu, ce fut une délicieuse soirée. Tu fous le camp, tu réintègres ta caisse, tu rentres, tu te branles une ou deux fois, et tout sera dit..

Bordel on t’avais prévenu, on te l’avais dit tellement de fois. L’amour fait des ravages, chaque minutes, chaque secondes il dévaste quelqu’un. En amour jamais on ne gagne, c’est un jeu perdant,  un jeu sadique qui t’arrache ce que tu as de plus précieux. Et maintenant regarde-toi, tu es gagnant ? Perdant ? À en juger par ses larmes qui coulent le longs de tes joues  tu es perdant. Un énième loser.  Tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même, ta mère te l’avais dit, ton père, tes amis te l’avais dit.  «  Elle n’est pas fait pour toi Z’. »   Mais non , naïf tu t’es laisser abusé par son air innocent, ses grands yeux de chats et ses courbes généreuses.  Faut dire elle était si belle. On s’était moquer de toi pour être tomber amoureux d’elle.  Parce qu’elle  était différente aux yeux des autres, parce qu’elle n’était pas mince, parce qu’elle ne rentrait pas dans du trente-six.  La première fois que tu l’avais rencontrer tu ne l’avais pas vu, toi aussi tu aurais dit comme eux dans une situation différente.  Le destin  avait fait que votre première échange ce soit  fait dans ce motel miteux où tu avais louer une chambre pour passer une semaine à la Nouvelle-Orléans.  L’endroit était insalubre , les murs était si fins que tu l’avais entendus sangloté un soir après une soirée arrosée.  Tu avais commencé  à lui parler depuis la terrasse, tu n’avais jamais su pourquoi  elle avait pleurer, mais ce soir-là elle t’avais voler quelque chose. Sa voix t’avais charmé, ses mots légers t’avais envouter alors tu étais tout bêtement tomber. Une discussion sur une terrasse, c’est tout ce qu’il  t’avais fallut.  Toi qui étais connu pour être un loup solitaire, celui que personne ne comprenait. Tu étais un être froid, dur.  Parce que ta vie avait été de la merde depuis le tout premier jour.  Tes parents t’on aimer profondément mais ils n’étaient pas bons à cette tâche. Ils étaient des paumés qui s’étaient retrouver avec un gamin sur le dos sans l’avoir demander.  Ils fumaient, buvaient, se droguaient et ça tout les jours. Ce n’était pas pour autant qu’ils répondaient au clicher des parents violents, ils étaient simplement de mauvais parents. Ils t’avais négligé, tout petit tu avais déjà compris le poids que tu étais pour eux. Se sentir de trop dans sa famille c’est un sentiment terrible que tu as éprouver bien trop tôt.  Pour ne t’avoir jamais encadré, pour t’avoir laisser livrer à toi même dès que tu avais su parler et marcher, ils étaient de mauvaises personnes.  Tu ne leur en voulais pas, grâce à ça, à eux, tu étais fort.  Tu ne te laissais jamais faire. Bien évidemment ça te causais des ennuies parce que t’étais un gars bien trop vif et violent. Bien connu par la Police de ton quartier tu avais déjà fait deux/ trois tour en prison. C’était toujours l’histoire de trois mois puis tu refaisais surface.  Tu te battais pour un rien, tu avais toujours une clope au bec et ton manteau en  cuir sur le dos. Car  toi par contre tu répondais parfaitement au cliché du mauvais garçon. Mauvais à l’école, irrespectueux et nonchalant.   Ça ne te déplaisais pas car grâce à ça  tu pouvais avoir tout les minous du monde.   Parce qu’en bon bad boy tu  vivais pour le sexe. Lorsqu’il s’agissait de tirer ton coup tu arrivais soudainement à manier la langue de Molière  comme si c’était ton grand-père.  C’est certainement pour ça qu’on t’avais dit qu’elle n’étais pas fait pour toi. Seulement, c’était l’inverse. Ta mère, ton père et tes amis avaient simplement voulut te prévenir du danger que tu étais  pour elle. C’était toi qui dévastais les autres.  

Le lendemain lorsqu’elle avait quittée sa chambre tu avais regarder fixement la porte  dans l’espoir de voir une fille plus mince, plus belle  apparaitre. Mais non, il n’y avait qu’elle. «  La grosse, la moche. » Celle qu’on ne regardait pas pour sa beauté.  Son regard qui avait croiser le tiens était désolé, désolé parce qu’elle ne ressemblait pas à ce tu avais attendu.   Tu lui avais lancé un sourire gêné, toi gêné.  En temps normale tu te se serais barrer en lâchant  un simple «  C’était sympa de t’avoir parler hier soir. » , seulement même si tu ne le savais pas à ce moment-là t’étais foutu. L’amour s’était déjà immiscer partout en toi, il se faufilait vicieusement jusqu’à ton coeur pour t’embrouiller.  Alors tu t’étais avancer vers elle et vous avez prit la route vers le centre-ville ensembles. Le reste de ton séjour tu l’avais passer à ses côtés, et à chaque fois que tu posais ton regard sur elle ton coeur battait un peu plus fort pour elle.  Pendant cette semaine-là vous  vous étiez donner l’un à l’autre comme si c’était écrit.  Malheureusement vous viviez dans deux états différents pourtant tu avais  réussis à la convaincre d’emménager avec toi après plusieurs mois à défendre ta cause via internet.  Tu n’étais pas riche;  ta maison c’était le garage de tes parents. Jamais tu n’avais voulu plus.   Votre amour en avait surpris plus d’un.  Elle n’avait rien des bimbo que tu fréquentais généralement, elle n’avait rien des putes que tes amis se payaient.   Si tu n’avais pas été aveugler par ton bonheur, par l’amour que tu lui portais, tu aurais vu qu’elle ne se sentait pas bien. Pendant un an, vous aviez vécu ensemble comme un parfait petit couple à tes yeux.  Tout pour toi avais été parfait en passant par le sexe fougueux sur le sol de la cuisine, aux soirée endiablées dans lesquelles tu l’emmenais. Jamais tu n’avais réaliser que tu étais un virus. Que comme ta mère sur ton père tu l’emprisonnais dans la débauche. Rapidement vos soirées se transformèrent en séance de défonce sur le canapé de votre petit salon. Une aiguille enfoncée dans le bras vous passiez des heures à vous regarder, puis à baiser comme des bêtes. C’était ta vision de l’amour . Tu n’avais pas su deviner sa souffrance, tu n’avais pas su remarquer les regards de travers dans la rues. Tu n’avais pas su découvrir son Malêtre . Malêtre provoquer par tes propres amis, ta propre famille. Parce que lorsque tu quittais une pièce ils ne s’occupaient plus d’elle, parce qu’il la fuyait comme la peste. Parce que ton père l’appelait «  petite baleine » pour rigoler alors que pour elle ça n’avait rien de drôle.   Si tu avais d’avantage prêter attention à tout cela tu ne serais pas entrains de pleurer toute les larmes de ton corps , alors que gisait entre tes bras son cadavre. Elle se  vidait de son sang mais il n’y avait plus rien à faire, elle était déjà morte.  Bordel elle s’était ouvert les veines pendant que tu étais sortie faire les courses. 30 minutes, c’est tout ce qu’il t’avais fallut pour perdre l’amour de ta vie. Son sang était partout sur toi, sur tes mains, sur tes bras, sur ton visage  alors que tu la pressais contre ton corps comme si ça pourrais la ramener à la vie. Tu avais embrassé ses lèvres, son front, son nez. Pendant un moment tu avais songer à  prendre cette même lame qui lui avais ôter la vie pour te taillader les veines. Vous auriez été les Roméo et Juliette des camés. Seulement tu avais été trop lache pour sauter le pas. 

Elle n’était plus là, tu avais encore du mal à t’y faire. Son enterrement tu l’avais fait seul, tu ne voulais pas de tes parents, ni de tes amis. Tu n’avais plus rien à faire avec eux car ils était autant responsable que toi dans ce suicide. Vous étiez chacun des meurtrier, toi pour ne pas avoir vu, tes amis pour l’avoir mise à l’écart et tes parents pour n’avoir considérer tout cela que comme un simple jeu. Aussitôt ses cendres déverser tu avais prit la route, un simple sac à ton dos tu avais sauter sur  ta bécane et tu t’étais barrer. Sans un mot, sans d’au revoir.  Sa perte avait engendré un terrible vide en toi.  Les kilomètre défilaient et la noirceur prenait possession de ton être. Tu étais complètement vider, la vie n’avait plus vraiment de sens. Complètement renfermer tu ne voyais plus aucun intérêt à crée de lien avec quiconque. Tes parents n’avaient certainement pas remarquer ton absence, ils devaient être bien trop occupé à se défoncé devant la télé.  Jamais ton téléphone n’avais sonner pendant ton voyage jusqu’à New York.  Ça aurait pu te blesser, te faire du mal mais tu n’en n’avais plus rien à foutre.  Aussitôt arriver à la big apple les mauvaises habitudes avaient étés reprises.  Ta vie ressemblait peu à peu à celle de tes géniteurs, pathétique et bercer par la drogue.   Pour être franc tu ne t’étais jamais imaginé finir comme ça, aussi vide. Tout ça parce qu’un soir tu avais été trop gentil, tu avais fait l’erreur d’aimer.  On te l’avais dit pourtant, l’amour c’est de la merde.   .



© Nous sommes de ceux




Dernière édition par Zéphyrin Harrington le Jeu 30 Mar - 18:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Le soleil s'est noyé »
› Âge : 23 tours du monde.
› Appart : #007 avec James Bond en fond sonore.
› Occupation : un peu tagueuse, un peu voleuse, un peu hackeuse (surtout poète).
› DC : la belle Électre.
› Messages : 753
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 17:32

Perso je veux bien tes baisers sur ma peau BAVE2 Rebienvenue parmi nous JAIME CANDICHOU


(Personnage en Italie)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6379-gala-cigarettes-after-s


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 17:36

omg t'es trop beau JAIME
Je veux un lien hein MEH POTTE
Et ce perso a l'air génial :l:
Rebienvenue ici :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #522 seule à broyer du noir, pas loin de la famille
› Occupation : Infirmière diplômée
› DC : Lizz & Drill
› Messages : 1367
› Nombre de RP : 2

Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 17:39

Re-bienvenue parmi nous BRILLE
T'es vraiment beau JAIME


« Just smile »
Je vais bien. Ne t'en fais pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2061-aliah-vouloir-vivre-par


avatar

« la cicatrice. »
› Âge : à peine dix-neuf ans, déjà un pied dans la tombe.
› Appart : #1505, tout en haut près des étoiles et du vide. sûrement plus pour longtemps, l'appartement ne se paye pas tout seul, et coma l'est. seul.
› Occupation : lycéen en proie au redoublement. passeur de drogues en voie de reconversion sans parvenir à revenir dans le droit chemin. ancien petit protégé du clan. ninja pro qui boîte un peu. en formation dans le garage de tatie deirdre quand il n'est pas trop occupé à ne rien faire. songe à devenir pute, pour que le suçage de bites devienne rentable. sans avenir notoire, il va sûrement finir dans le caniveau.
› DC : /
› Messages : 1730
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 17:39

LE PRENOM JPP


(personnage à l'hôpital #teamboulet)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5324-coma-les-soupirs-et-les


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 18:06

rebienvenue :)
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Poumons noirs »
› Âge : Le chiffre change comme sur un compteur rouillé à chaque 21 septembre. Elle est loin la majorité, il a encore cette tête d'enfant, ce regard d'adolescent provocateur et pourtant le corps est vieux. Dix-huit années qui s'entassent dans ses pupilles sans qu'elles ne s'effacent réellement, toujours là pour lui rappeler ce qu'il ne veut plus savoir.
› Appart : #1209 avec sa mère qui n'ose le regarder, qui l'ignore, le renie en secret. Et parfois, y'a l'autre qui vient. Celui qui n'est ni son père, ni l'inconnu du coin.
› Occupation : Si la journée, il ne fait pas sa dramaqueen, il travaille avec Avery et toute l'équipe. C'est le hackeur du groupe. Celui qui parle en chiffres binaires quand il ne rend pas un autre service pour son chef.
› DC : Art, l'emo fragile.
› Messages : 347
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 18:21

OK. RÉSERVÉ LES GARS. HOT

T"as compris je vais le faire changer de bord bb.

La bise.


PLEASE
TELL ME AGAIN


C'était moi le roi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t10456-kendall-tu-te-casses-l


avatar

« Poumons noirs »
› Âge : Le chiffre change comme sur un compteur rouillé à chaque 21 septembre. Elle est loin la majorité, il a encore cette tête d'enfant, ce regard d'adolescent provocateur et pourtant le corps est vieux. Dix-huit années qui s'entassent dans ses pupilles sans qu'elles ne s'effacent réellement, toujours là pour lui rappeler ce qu'il ne veut plus savoir.
› Appart : #1209 avec sa mère qui n'ose le regarder, qui l'ignore, le renie en secret. Et parfois, y'a l'autre qui vient. Celui qui n'est ni son père, ni l'inconnu du coin.
› Occupation : Si la journée, il ne fait pas sa dramaqueen, il travaille avec Avery et toute l'équipe. C'est le hackeur du groupe. Celui qui parle en chiffres binaires quand il ne rend pas un autre service pour son chef.
› DC : Art, l'emo fragile.
› Messages : 347
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 18:23

Mes baisers sur ton cul.


PLEASE
TELL ME AGAIN


C'était moi le roi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t10456-kendall-tu-te-casses-l


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 18:43

Gala Bartolotti a écrit:
Perso je veux bien tes baisers sur ma peau BAVE2 Rebienvenue parmi nous JAIME CANDICHOU
Quand tu veux héhé !  Merci ! CUTECUTE
Axl Hazard-Perry a écrit:
omg t'es trop beau JAIME
Je veux un lien hein MEH POTTE
Et ce perso a l'air génial :l:
Rebienvenue ici :l:
Glisse dans les mp tu aura ton lien. ME GUSTA
Merci beaucoup ! :l::l:
Aliah Williamson a écrit:
Re-bienvenue parmi nous BRILLE
T'es vraiment beau JAIME
Merci ! :l::l:
Coma Keating a écrit:
LE PRENOM JPP
MDRRRRRRRR Je suis aller le chercher super loin celui-ci ! 
Vilhelm Björck a écrit:
rebienvenue :)
Merci ! MR GREEN
Kendall Castro a écrit:
OK. RÉSERVÉ LES GARS. HOT

T"as compris je vais le faire changer de bord bb.

La bise.
MDRRRR BÉBÉ OU JA KONNÈT. VIENS
Il est  pire que Swan à ce niveau attention !WESH
Kendall Castro a écrit:
Mes baisers sur ton cul.
SIAM
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Poumons noirs »
› Âge : Le chiffre change comme sur un compteur rouillé à chaque 21 septembre. Elle est loin la majorité, il a encore cette tête d'enfant, ce regard d'adolescent provocateur et pourtant le corps est vieux. Dix-huit années qui s'entassent dans ses pupilles sans qu'elles ne s'effacent réellement, toujours là pour lui rappeler ce qu'il ne veut plus savoir.
› Appart : #1209 avec sa mère qui n'ose le regarder, qui l'ignore, le renie en secret. Et parfois, y'a l'autre qui vient. Celui qui n'est ni son père, ni l'inconnu du coin.
› Occupation : Si la journée, il ne fait pas sa dramaqueen, il travaille avec Avery et toute l'équipe. C'est le hackeur du groupe. Celui qui parle en chiffres binaires quand il ne rend pas un autre service pour son chef.
› DC : Art, l'emo fragile.
› Messages : 347
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 18:56

Pire que Swan? Putain je vais m'éclater je sens. BLBLBLBL


PLEASE
TELL ME AGAIN


C'était moi le roi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t10456-kendall-tu-te-casses-l


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 19:00

Kendall Castro a écrit:
Pire que Swan? Putain je vais m'éclater je sens. BLBLBLBL

Les problèmes mentaux en moins krkr. MIAOU:3
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Poumons noirs »
› Âge : Le chiffre change comme sur un compteur rouillé à chaque 21 septembre. Elle est loin la majorité, il a encore cette tête d'enfant, ce regard d'adolescent provocateur et pourtant le corps est vieux. Dix-huit années qui s'entassent dans ses pupilles sans qu'elles ne s'effacent réellement, toujours là pour lui rappeler ce qu'il ne veut plus savoir.
› Appart : #1209 avec sa mère qui n'ose le regarder, qui l'ignore, le renie en secret. Et parfois, y'a l'autre qui vient. Celui qui n'est ni son père, ni l'inconnu du coin.
› Occupation : Si la journée, il ne fait pas sa dramaqueen, il travaille avec Avery et toute l'équipe. C'est le hackeur du groupe. Celui qui parle en chiffres binaires quand il ne rend pas un autre service pour son chef.
› DC : Art, l'emo fragile.
› Messages : 347
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 19:01

En fait, "OU JA KONNÈT." ça veut dire quoi en créole? HUM


PLEASE
TELL ME AGAIN


C'était moi le roi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t10456-kendall-tu-te-casses-l


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 19:03

C'est l'équivalant de " toi-même tu sais" sinon littéralement c'est  " tu sais déjà".
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau. Jeu 30 Mar - 19:04

CA VA ON LES DÉRANGE PAS LES DEUX ? Surprised
oh tu vas en faire un gay Kendall ? POTTE i'm so shookey mais on s'en doutait Emo
bon azy j'ai hâte de vous stalk maintenant ho
et j'viens dans tes MPs très vite Zeph (ouais je raccourci le prénom sans respect adieu) NIARK :l:
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau.

Revenir en haut Aller en bas

Zéphyrin - Tes baisers sur ma peau.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» probleme de peau....
» Peau d'ours à vendre
» contre la pub pour la peau d'agneau
» J'aurai sa peau !
» Après la peau des animaux terrestres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Azur fête ses 30 balais pity party (groupe)