AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
UA - Look Back on Your Life [Nina]



 

Partagez|


UA - Look Back on Your Life [Nina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
les locatairesles potins


avatar

« Balkanski tigar »
› Âge : 39
› Appart : #402 / #002
› Occupation : Trafiquant d'armes, mercenaire et gérant d'une salle de Boxe et Muscu
› DC : Samuel Black
› Messages : 5265
› Nombre de RP : 185

Message(#) Sujet: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mar 28 Fév - 16:09

C'est déjà la clope à la main que je m'extirpe de la foule qui sort du terminal dans un brouhaha chaotique et pourtant organisé. Putain, y a un monde de dingue ce soir, normal c'est vendredi, les business men rentrent chez eux et les touristes affluent pour un City trip dans la grosse pomme. Je récupère ma valise que j'ai en plus de mon bagage à main et une fois les contrôles douaniers passés, très vite (qu'est-ce que je kiffe mon passeport diplomatique), je peux sortir pour me retrouver à l'air libre. J'observe un  instant la faune des voyageurs, la porte automatique près de moi reste presque ouverte non stop tant il y a de passage.

Il est 18h et il fait encore chaud à New-York, ils ont annoncé une canicule pour tout le weekend. Dans mon costume gris clair, chemise blanche, cheveux courts, je regrette la climatisation de la business class. Je mets mes lunettes de soleil, j'allume ma clope d'un geste appliqué, me penchant vers la flamme pour éviter que le vent léger ne la souffle. J'expire avec lenteur la première bouffée, la meilleure. J'inspire l'air de NY, malgré les cinq années écoulées depuis que j'ai quitté la ville, je ne la trouve pas changée. La bonne grosse pomme. Une certaine nostalgie me poigne le cœur, que je chasse rapidement.

Je reste là à fumer ma cigarette, tranquillement, à regarder la file de taxis et les gens qui arrivent en courant, échevelés, en retard, ceux qui sont paisibles, les autres qui stressent ou qui jettent des regards perdus autour d'eux. Je remets machinalement mon téléphone en route, enlevant le mode fly. Je prends le temps d'envoyer un texto, enchaine une seconde clope. Après onze heures de vols, je suis heureux de me dégourdir les jambes et de satisfaire à mon addiction, ça je peux vous le dire ! La tentation d'un café suit celle de la cigarette bien que j'en ai bu dans l'avion.

Je jette ma clope entamée dans un cendrier géant prévu à cet effet et j'ôte mes lunettes pour rentrer à nouveau dans l'aéroport et aller aux toilettes. Ma nuque fourmille, sentiment familier de quelqu'un qui m'observe. Lunettes à la main, je me fige, regarde mine de rien autour de moi comme si j'étais perdu et que je cherchais des panneaux, mais je suis déjà sur mes gardes, méfiant. Et je croise son regard. Son regard à elle, son regard qui me projette cinq ans en arrière, une éternité, une autre vie. Un rush de sentiments contradictoires, puissants, se propulse dans mes veines faisant battre mon cœur à vitesse dingue comme s'il allait sortir de la cage thoracique. Je fais un pas vers elle sans réfléchir. "Nina."



"J'en étais réduit au rôle de passager dans la voiture d'observation située derrière mes yeux."

Richard K. Morgan
Carbone Modifié


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7739-slavenko-kovacs-en-cons


En ligne
avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #002 (rdc) avec Slavenko
› Occupation : Officiellement informaticienne, spécialisée dans la sécurité informatique. Officieusement cambrioleuse et hackeuse.
› DC : Eden & Lieven
› Messages : 3966
› Nombre de RP : 166

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mar 28 Fév - 17:09

Non, je sais, je suis désolée. [...] J'en sais rien, je crois que le prochain vol est dans trois heures au moins. S'il n'est pas complet, sinon ce sera demain matin

Je soupire, à la fois exténuée et en colère contre moi-même, parce que je savais que j'allais louper cet avion. Perchée sur mes escarpins, appuyée contre le comptoir du Starbucks de l'aéroport, j'attends qu'on daigne me servir le café que j'ai commandé il y a déjà dix bonnes minutes. Il y a un monde fou, ils sont débordés, mais c'est juste un foutu café, merde. Je baisse les yeux sur la robe que je porte, bordeaux, coupe droite qui s'arrête un peu au-dessus du genou, la lisse du plat de la main alors que c'est inutile, et j'acquiesce par des "mh, mh" à ce que j'entends dans le téléphone.

Enfin, le café arrive, j'ai déjà payé alors je me contente de le prendre avec un signe de tête en guise de remerciements. Je dois admettre que je galère un peu avec le sac à main accroché à mon bras, le téléphone dans la main et la valise que je fais rouler dans l'autre. Je pivote, coince le téléphone entre mon épaule et mon oreille et tente de m'éloigner de la queue qui poireaute toujours devant le café. Je devrais être habituée aux aéroports, pourtant, mais d'ordinaire je suis à l'heure, alors j'arrive assez rapidement dans l'avion et je n'ai qu'à me distraire pendant le vol.

Mais non, elle ne me réclame pas. Ecoute, elle ne sait pas parler, elle doit juste avoir faim. [...] Oui, non, pas ça, c'est...

J'interromps ma phrase, laisse retomber la main qui tient toujours le téléphone et je me fige, comme si le temps s'était mis sur pause. Je crois que même mon coeur s'est arrêté de battre, je retiens mon souffle, les jambes tremblants déjà. Je n'ai pas besoin de me demander si c'est lui. Je le sais, je le sens. Cinq ans ne l'ont pas changé au point que je ne sache pas le reconnaître, et quand il pivote je n'ai que la confirmation de ce que je savais déjà. Quelque chose se brise en moi, les barrières si douloureusement érigées implosent et laissent éclater tout ce que j'ai tenté d'enfouir pendant tant d'années. Ils avaient raison, ils ne m'ont pas menti. Il n'est pas mort. Et visiblement, il n'était pas en prison non plus. En réalité, il semble même aller foutrement bien.

Une décharge électrique me parcourt l'échine quand il prononce mon nom en s'approchant de moi. Mon corps manque d'avoir ces vieux réflexes que je pensais détruits : me jeter à son cou, enrouler mes bras autour de lui, glisser ma main dans ses cheveux. Je sais que je devrais tourner les talons et me barrer, mais je suis incapable de me détourner de lui. Incapable de prononcer le moindre mot, aussi. Dans ma main, le téléphone n'arrête pas de sonner.




Poison


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7945-nina-don-t-tell-me-this


avatar

« Balkanski tigar »
› Âge : 39
› Appart : #402 / #002
› Occupation : Trafiquant d'armes, mercenaire et gérant d'une salle de Boxe et Muscu
› DC : Samuel Black
› Messages : 5265
› Nombre de RP : 185

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mar 28 Fév - 21:37

J'ai avancé vers elle sans vraiment me rendre compte que je le faisais, hypnotisé par sa présence, son regard sombre. Je suis comme le papillon qui va vers la lumière en sachant qu'il va se brûler les ailes. Je devrais faire demi-tour, faire semblant que je ne l'ai pas vue, pas reconnue, mais non, je fonce droit sur elle sans discontinuer de mon chemin. Je m'arrête devant elle, trop proche, mon regard déjà plongé dans le sien.

Elle n'a pas vraiment changée et pourtant elle est sensiblement différente. Ses talons la rehaussent de quelques centimètres mais elle reste bien plus petite que moi et je la surplombe, la domine toujours. Elle a toujours son allure fine et gracieuse de voleuse, mais elle a perdu cet air de désespoir qui flottait au fond de son regard. Elle porte une robe qui la sublime et je la mange des yeux comme il y a cinq ans, comme si ces cinq années ne s'étaient pas écoulées, que je le lui avais pas tourné le dos sans me retourner.

Je lève lentement la main gauche vers son visage, cette main qui s'orne toujours de l'alliance de notre mariage, je ne l'ai jamais enlevée. Nous n'avons jamais divorcé au fond, j'ai juste disparu de sa vie, comme une étoile filante aui arrive en bout de course sur l'horizon. J'effleure sa peau à la lisière des cheveux comme autrefois. Son contact me renvoie des décharges électriques comme je n'en avais plus connues. Je répète son prénom, d'une voix vibrante et chaude, la même voix que j'avais quand elle m'appartenait. "Nina." Mon corps ploie d'instinct vers elle, attiré par le sien à un niveau inconscient, irrationnel ou instinctif, je ne sais pas trop, quand je réalise ce que je fais, et notre environnement. Le téléphone qui n'arrête pas de sonner dans sa main.

Je me redresse en inspirant, et le monde semble regagner sa place, les choses s'espacer et nos corps s'éloigner l'un de l'autre, même si nous ne bougeons pas. Curieuse perspective de l'esprit. J'ai un geste vers son portable qui sonne encore, avec entêtement. "Tu ne réponds pas ?"




"J'en étais réduit au rôle de passager dans la voiture d'observation située derrière mes yeux."

Richard K. Morgan
Carbone Modifié


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7739-slavenko-kovacs-en-cons


En ligne
avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #002 (rdc) avec Slavenko
› Occupation : Officiellement informaticienne, spécialisée dans la sécurité informatique. Officieusement cambrioleuse et hackeuse.
› DC : Eden & Lieven
› Messages : 3966
› Nombre de RP : 166

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mar 28 Fév - 21:54

Je ne parviens même pas à avoir le moindre mouvement de recul quand il s'avance vers moi, si proche que je peux sentir son odeur. Est-ce qu'il a changé de parfum ? Evidemment, en cinq ans, il a du changer de parfum. Je ne comprends pas ce qu'il fait, pourquoi il s'approche de moi, pourquoi il me parle alors qu'il m'a fuit si brutalement. Sa seule présence réveille les douleurs lancinantes qui m'ont habitée pendant des mois après son départ, rouvre ces plaies dont j'ai toujours su qu'elles ne cicatriseraient jamais. Il suffit de rien, depuis cinq ans, d'un mot, d'un lieu, d'un regard, pour que tout me ramène à lui, constamment. J'ai juste appris à repousser son souvenir, avec le temps.

Tous mes muscles sont crispés, la ligne de mes épaules est nouée d'une tension atrocement douloureuse. Je ne pourrais pas être plus sur la défensive que je le suis en cet instant. J'essaie de me convaincre que je fais face à l'ennemi. J'essaie de me rappeler, en vain, ce qu'on a tenté de m'apprendre durant la thérapie. Pourtant j'ai eu une séance ce mois-ci, mais tout s'estompe dans mon esprit, tout se délite quand il est si proche de moi. Son regard est trop sombre pour ne pas me hérisser la peau de chair de poule, avant même qu'il ne me touche. Parce que lorsqu'il le fait, quand ses doigts chauds effleurent ma peau, j'ai un brusque mouvement vers l'arrière. Je me soustrais à son contact, comme s'il m'avait brûlée.

J'ai oublié le téléphone, je ne l'entendais même plus jusqu'à ce qu'il me rappelle la sonnerie qui en devient insupportable. Je baisse les yeux, relève la main pour observer quelques instants l'écran où apparaît la photo d'un homme, brun, la peau hâlée, des yeux noirs, c'est tout ce qu'on voit avant que je n'interrompe la sonnerie. Je devrais répondre, pourtant, parce qu'aussi anodin que ça puisse sembler, je suis encore en train de tourner le dos à quelque chose, de renoncer à quelque chose, pour Lui. Pourtant j'éteins malgré tout mon téléphone, le range brusquement dans mon sac en manquant de renverser mon café. Je... Non, c'est pas important. Je relève les yeux vers lui, mon cœur loupe un battement. Qu'est-ce que tu fais ici ?




Poison


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7945-nina-don-t-tell-me-this


avatar

« Balkanski tigar »
› Âge : 39
› Appart : #402 / #002
› Occupation : Trafiquant d'armes, mercenaire et gérant d'une salle de Boxe et Muscu
› DC : Samuel Black
› Messages : 5265
› Nombre de RP : 185

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mar 28 Fév - 22:37

Elle a un geste de recul et mes doigts se retrouvent orphelins. Je cille légèrement et mon regard se pose sur le téléphone qu'elle a levé. Un visage d'homme dessus m’apparaît brièvement. Il n'y a qu'un mec pour être aussi insistant de toute façon, son mec. La jalousie me mord cruellement les entrailles et je m'assombris dangereusement. Pourtant je n'ai aucun droit sur elle et en cinq ans, elle a pu se faire sauter par la planète entière si ça lui chante, qu'est-ce que je pourrais y redire ? J'ai renoncé à elle, à nous. Mais c'est juste que je n'y pense pas d'habitude.

J'ai fait ce que je sais si bien faire, j'ai mis Nina et nos souvenirs dans ma boite de Pandore. Je ne l'ouvre jamais. Parfois elle s'entrouvre toute seule, d'elle-même, au détour d'un mot, d'une situation mais alors je la referme bien vite cette boite. Après des mois de sevrage, il n'y a guère plus que la nuit que le visage de Nina me hante , que le souvenir de sa peau de lait me tourmente et que je me consume dans les affres du manque comme un camé. Je préfère souvent l'insomnie à devoir affronter son regard accusateur et empli de douleur dans mes rêves. Mais finalement, là en face de moi, Nina a l'air bien. Elle a même l'air d'avoir refait sa vie, et d'avoir suffisamment tourné la page pour m'affronter. Ça devrait me réjouir mais ça ne fait que briser un peu plus quelques chose en moi.

"Je viens juste d'atterrir, y a une demi-heure." J e montre le Starbuck derrière nous, arrange la vérité. "Je venais chercher un café avant de prendre un taxi". Je ne lui en propose pas un, elle a un gobelet à la main. "Et toi ? Tu as le temps 5 minutes ?" Cinq minutes pour remonter cinq années, vous aussi vous trouvez que c'est le deal du siècle ? Pourtant je reste là à la dévisager gravement



"J'en étais réduit au rôle de passager dans la voiture d'observation située derrière mes yeux."

Richard K. Morgan
Carbone Modifié


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7739-slavenko-kovacs-en-cons


En ligne
avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #002 (rdc) avec Slavenko
› Occupation : Officiellement informaticienne, spécialisée dans la sécurité informatique. Officieusement cambrioleuse et hackeuse.
› DC : Eden & Lieven
› Messages : 3966
› Nombre de RP : 166

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mar 28 Fév - 22:50

Je me fiche éperdument de savoir qu'il vient seulement d'atterrir. Je veux savoir ce qu'il fait ici, à New-York. Pourquoi il n'est pas dans une putain de prison de haute-sécurité à Guantanamo, pourquoi il n'a pas une jambe en moins, pourquoi il n'est pas défiguré. Pourquoi il est là, pourquoi semble aller si bien. Pourquoi il a troqué ses treillis pour ce costume et pourquoi il a coupé ses cheveux. Pourquoi est-il parti, m'a-t-il lâchement abandonnée, si tout va si bien pour lui ? J'ai tenté de me convaincre, durant des mois, qu'il n'avait pas eu le choix, que ça devait être terriblement grave, qu'on l'empêchait de me joindre, qu'on l'avait kidnappé. Vous n'imaginez pas les scénarios que j'ai pu inventer pour justifier son silence. Et puis j'ai compris qu'il avait fait avec moi la même chose qu'avec Ornela, et qu'avec sa mère auparavant. Il était juste parti, il avait seulement tourné les talons. Non seulement il ne reviendrait pas, mais il n'appellerait pas. Des mois de thérapie pour me foutre ça dans le crâne.

Pourtant je ne lui dis rien, je ne fais pas de commentaires, j'enferme ma répartie acerbe sous un masque que je voudrais froid et distant. Je ne suis pas certaine d'y parvenir, de réussir à renvoyer cette image-là. La raison me hurle de dire non, que je vais rater mon vol, que je suis déjà en retard. Ou que je n'ai simplement rien à lui dire, que je n'ai pas cinq minutes pour lui. Pourquoi les aurais-je quand il n'a pas pris cinq secondes pour moi ? Je me serais contentée d'un texto, d'un mot sur un post-it. Même d'un message qu'il aurait demandé à Tiosav de me transmettre. J'aurais donné ma vie pour n'importe quoi, un signe le plus infime soit-il que je n'avais pas complètement rêvé les derniers mois de ma vie. Je suis convaincue qu'il ne mérite pas cinq minutes.

D'accord. C'est pourtant ce que je m'entends répondre avec effroi. Cinq minutes. J'impose de suite la deadline. Je devrais me presser, de toute façon. Il faut que je fasse changer mon billet si j'ose espérer pouvoir prendre le prochain avion. Mais je suis à des kilomètres de ces considérations là, à présent. Les tables sont toutes prises au café mais j'avise un banc contre un mur, un peu plus loin, encore vide. Je ne veux pas le laisser m'entraîner, choisir où l'on se pose ou même décider si on reste debout ou non. Il faut que je garde un minimum de contrôle sur la situation parce que je vais péter les plombs. Sans lui demander son avis, je me dirige donc vers le banc en question, d'un pas pressé parce que je sais que je vais trembler si je ralentis.





Poison


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7945-nina-don-t-tell-me-this


avatar

« Balkanski tigar »
› Âge : 39
› Appart : #402 / #002
› Occupation : Trafiquant d'armes, mercenaire et gérant d'une salle de Boxe et Muscu
› DC : Samuel Black
› Messages : 5265
› Nombre de RP : 185

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mar 28 Fév - 23:31

Le temps semble se ralentir, s'étirer et brusquement s'accélérer pour reprendre sa place quand elle accepte. Je la vois qui cherche, se dirige vers un banc non loin de là. Je ne la suis pas tout de suite. Je me tourne vers le comptoir du Starbuck, fait un geste à une des jeunes filles qui fait le service, et en souriant lui tend un billet malgré la file qui attend ses macchiatto caramel et autres douceurs "Juste un expresso - gardez la monnaie" Ça marche parce que le pognon et le sexe font tourner le monde et j'ai mon café en trente secondes. Je remercie la gamine et je rejoints Nina, traversant l'espace qui nous sépare comme si je remontais le fil du temps.

Mon gobelet brûlant à la main, les cafés du Starbuck sont toujours imbuvables tellement ils sont chauds et en plus c'est du jus de chaussette même leur expresso, je m'assieds près d'elle, posant mes sacs à nos pieds et j'avise sa valise. Il n'y a pas d'étiquette de vol dessus, elle n'a pas encore pris son avion, pas enregistré son bagage. Il est un peu plus de dix-huit heures, elle est sur le départ. Où va-t-elle ? Où rentre-t-elle ? Va-t-elle rejoindre cet homme qui essaye désespérément de la joindre, qui l'appelle lui. "A quelle heure est ton avion ? " Ouai je tourne autour du pot, mais je ne sais pas quoi lui dire, j'ai juste envie de sa présence, comme j'en ai eu envie toutes ces années. C'est fou je la croise par hasard et je retombe totalement accro. Non, je me rends compte que je n'ai jamais cessé de l'être. J'ai mal au ventre de tension contrôlée, et mon regard sombre, noir, intense ne la lâche comme si elle était un mirage qui allait s'évanouir si je la quittais des yeux. Des milliers de mots tourbillonnent dans ma tête mais je n'en dit aucun sauf les plus banals. "Tu habites toujours New-York ? "



"J'en étais réduit au rôle de passager dans la voiture d'observation située derrière mes yeux."

Richard K. Morgan
Carbone Modifié


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7739-slavenko-kovacs-en-cons


En ligne
avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #002 (rdc) avec Slavenko
› Occupation : Officiellement informaticienne, spécialisée dans la sécurité informatique. Officieusement cambrioleuse et hackeuse.
› DC : Eden & Lieven
› Messages : 3966
› Nombre de RP : 166

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mar 28 Fév - 23:40

Je m'installe sur le banc et je ne sais pas si c'est mieux ou pire qu'il ne vienne pas tout de suite avec moi. Ca me laisse le temps d'essayer de me reprendre mais j'ai juste l'impression d'être en train de me noyer. Je profite qu'il ait le dos tourné pour prendre de grandes inspirations, je crois que je suis en train de faire une crise d'angoisse. J'ai chaud, mes mains sont moites, j'ai le palpitant qui menace de s'échapper de ma poitrine et j'ai envie de pleurer au moins autant que j'ai envie de vomir. C'est rien de nouveau, pourtant, je suis supposée avoir appris à gérer. Mais c'était plus facile d'appliquer les exercices qu'on m'a donnés à faire quand j'étais seule dans ma chambre plutôt que maintenant qu'il est juste là, à quelques mètres de moi à peine. Ce qui me tue le plus, c'est que je sais que c'est plus facile pour lui. Ca l'est forcément, c'est lui qui s'est barré. Et puis il sait faire ça, verrouiller les émotions. Moi j'ai passé cinq ans à tenter d'apprendre et je réalise que je ne sais toujours pas faire.

J'ai le temps d'inspirer encore, de faire le décompte dans mon esprit avant qu'il ne me rejoigne. Je parviens à faire cesser le tremblement de mes mains juste avant qu'il ne s'installe à côté de moi. Mais je n'y arrive que parce que je crispe douloureusement tous mes muscles. Je devrais lui mentir, lui dire que mon avion décolle dans une heure, qu'il faut que j'y aille. Mais je n'ai jamais su lui mentir, pas à lui. Aujourd'hui encore je ne sais pas faire. Il était à 18h. Il faut que je prenne le prochain. Le prochain vol pour lequel je ne suis même pas certaine qu'il reste des places. Je devrais être en train de me bouger pour être sûre de l'avoir, pour ne pas louper encore une nuit, pour ne pas arriver demain parce qu'il m'en voudra terriblement de ne pas être là ce soir. Pourtant je suis là, assise sur ce banc, à espérer que le temps s'arrête juste parce qu'Il est là et que je ne sais plus respirer.

Je ne réponds pas à sa question. Je ne veux pas qu'il sache, je ne veux pas le laisser entrer dans ma vie, lui dire ce que je suis devenue, comment j'ai évolué. Je ne veux pas qu'il ait une ouverture, un nouveau moyen de me briser. Pourquoi t'es parti ? S'il a tout son temps ce n'est pas mon cas. Ca fait cinq ans que j'attends de savoir, que je me tue à essayer de comprendre. J'ai ancré mon regard au sien et je refuse de le lâcher, je ne le laisserais pas fuir avant d'avoir les réponses que j'attends.




Poison


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7945-nina-don-t-tell-me-this


avatar

« Balkanski tigar »
› Âge : 39
› Appart : #402 / #002
› Occupation : Trafiquant d'armes, mercenaire et gérant d'une salle de Boxe et Muscu
› DC : Samuel Black
› Messages : 5265
› Nombre de RP : 185

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mer 1 Mar - 0:15

Ok. Elle ne dit pas quand est le prochain, n'esquisse pas un geste pour vérifier sur son téléphone ou sur un panneau. Peut-être qu'elle a déjà son billet, je me perds en conjectures stériles, mon regard accroché au sien, me perdant dans leurs méandres, les méandres d'une vie que je ne connais pas. Je me souviens brusquement de leur lueur quand elle gémissait de plaisir sous moi, regard noyé d'amour et j'arrête un instant de respirer sous le choc de la douleur avant de refouler le souvenir que sa question brise. Je n'ai pas de réponse à sa question, ou plutôt j'en ai des milliers.

Il y a eu la cure et la thérapie, ce début de thérapie où elle allait mieux. Et il y a aussi eu la rechute dans la came, parce que l'opération "Tobias" s'est mal passée et que j'ai failli claquer au cours de la fusillade. Et une nouvelle fois une cure et puis des rechutes, pas toujours grave, parfois très espacées mais toujours toujours à cause de moi, à cause de ma vie de mafieux, du spectre de la prison ou de la mort. Et puis il y a eu les voisins et leur bébé, et le regard de Nina qui ne demandait pourtant jamais rien. Juste parfois, quand elle pensait que je ne la regardait pas, je voyais comment elle le regardait, l'incarnation de la famille. Je suis parti à un moment où elle allait assez bien pour le supporter. Je savais qu'elle le supporterait, qu'elle était assez forte. Elle avait décroché depuis plusieurs mois, elle suivait une thérapie qui lui réussissait, elle avait de nouveaux amis, cleans, des gens qui n'étaient ni du milieu, ni même dans l'illégalité . Elle avait un job et lisait des livres qu'elle ramenait de la bibliothèque.

Et il y avait moi. Moi et mes pulsions de violence inassouvies, moi et mes démons, incapable de progresser, de devenir celui qu'elle méritait. Moi qui la tirait vers le bas et le gouffre. Et Mirko qui m'offre l'échappatoire, un soir où je sombre de désespoir dans une de ces raves comme celle du soir où elle est venue me chercher après qu'Ivo m'ait fait douter. Le jet privé de Mirko m'emmena directement, sans que j'ai le temps de réfléchir davantage, sinon j'aurais été incapable de me séparer d'elle. C'est à peu près le moment où ça a commencé à bouger dans les Balkans, en république de Serbie avec les élections. Je suis retourné au pays et on a organisé le soutien à la rébellion qui est devenue une guerre. Une guerre pour l'indépendance de mon pays, mais surtout une guerre pour effacer mon passé.

Des milliers de réponses et aucune ne passe la barrière de mes lèvres tandis que mon regard se teinte de souffrance. On ne plaint jamais celui qui quitte parce que c'est lui qui initie le choix, pourtant je peux vous assurer que ça n'ôte pas pour autant la douleur de la perte. Je me suis arraché moi même mon cœur palpitant pour le fouler aux pieds. Des milliers de réponses mais surtout une qui me saute aux yeux. Elle va bien. Elle est là pimpante dans sa robe pourpre, j'aime le pourpre qui tranche avec sa peau de lait, son amoureux l'attend quelque part, elle est heureuse, enfin elle l'était avant que je n'entre dans son champ de vision. "Tu as l'air en forme" Je ne cherche pas à me dérober à son regard, je le soutiens à l'inverse. Je réponds sans mélodrame dans la voix, au contraire je suis neutre et factuel, presque froid.  "Parce que le problème, c'était moi Nina, ça a toujours été moi qui t'empêchait d'avancer. Regarde-toi...Tu vas bien. " Mieux que le temps où on était ensemble et où on passait des sommets les plus délicieux aux pires descentes. Pourtant je ne peux pas m'empêcher d'avoir une légère note d'interrogation dans ma voix.



"J'en étais réduit au rôle de passager dans la voiture d'observation située derrière mes yeux."

Richard K. Morgan
Carbone Modifié


Spoiler:
 


Dernière édition par Slavenko Kovacs le Mer 1 Mar - 0:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7739-slavenko-kovacs-en-cons


En ligne
avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #002 (rdc) avec Slavenko
› Occupation : Officiellement informaticienne, spécialisée dans la sécurité informatique. Officieusement cambrioleuse et hackeuse.
› DC : Eden & Lieven
› Messages : 3966
› Nombre de RP : 166

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mer 1 Mar - 0:29

Encore une fois le temps s'étire à l'infini tandis que je suis là, à attendre une réponse qui ne vient pas. La douleur lancinante qui a occupé ma poitrine sans interruption pendant des mois revient en force et je ne sais plus la refouler. J'ai l'impression d'avoir la chair à vif, je ne sais plus quoi faire de mes mains, je ne sais plus où regarder. Et puis il y a ces pulsions, vestiges du passé qui réapparaissent comme par enchantement. Les fourmis dans mes doigts parce que je voudrais les glisser sur sa nuque, dans ses cheveux. Ma bouche qui s'assèche parce qu'il est là, trop près de moi, et que j'ai besoin de me rappeler ce que ça fait que d'avoir son souffle qui se mêle au mien. Me reviennent comme des flashs ces images que j'ai tenté en vain d'enterrer pendant cinq ans, que je ne parviens à étouffer que juste après avoir pris la méthadone. Je n'arrêterais jamais le traitement, c'est ce qu'ils ont dit quand je suis sortie de la dernière cure. C'est un traitement à vie, si j'arrête je replonge.

Je manque de m'étouffer quand il dit que j'ai l'air en forme. Brusquement je me revois cinq ans en arrière. Le soir où Tiosav est venu dans cet appartement qui était le nôtre pour me dire qu'il n'était pas mort, mais qu'il ne reviendrait pas. Qu'il fallait que j'arrête de le chercher. C'est limite s'il ne m'a pas fait comprendre que j'aurais de sérieux ennuis si je continuais de fourrer mon nez où il ne fallait pas. J'ai fait une overdose cette nuit-là. Encore une. Je me demande aujourd'hui pourquoi j'ai survécu une seconde fois, alors qu'il me paraît évident à présent que j'aurais du y rester. Je ne serais jamais guérie de lui. Cinq années passées à lutter et il suffit qu'il apparaisse par hasard dans le hall d'un aéroport pour que j'ai l'impression de mourir à nouveau.

La réponse tombe et brise toutes mes défenses, fait voler en éclats les dernières barrières qu'il me restait pour lutter. Je m'attendais à tout sauf à ça. Alors c'est tout ? C'est juste toi qui a décidé de partir ? Ma voix tremble déjà, j'ai l'impression qu'on vient de m'arracher le coeur de la poitrine. Pendant cinq ans je suis parvenue à croire qu'il y avait une raison à son silence, qu'il cherchait à me protéger, que j'étais en danger. Qu'on l'avait forcé à partir. J'ai fini par comprendre qu'il n'allait pas me revenir mais j'ai survécu avec cette idée que, quelque part, on l'avait arraché à moi. Qu'il n'était pas parti de son plein gré. Et pourtant c'est le cas. D'un revers de la main, il a balayé notre mariage, tout ce qu'on représentait, tout ce qu'on avait construit. Et il est parti, sans un regard en arrière. Je n'ai même pas la force ou l'arrogance de lui étaler mon faux bonheur à la gueule, mon ego s'est fait la malle il y a un moment déjà.

Toi aussi, t'as l'air en forme. Je crache ces mots avec dédain, parce que je lui en veux d'aller si bien. Je sens que le souffle commence à me manquer alors je me lève, j'abandonne ma valise parce que je n'y pense pas, parce que plus rien ne compte. Je cherche du regard le panneau qui indique les toilettes, j'ai besoin d'un refuge, d'un endroit où vomir. D'un endroit où mourir, peut-être.





Poison


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7945-nina-don-t-tell-me-this


avatar

« Balkanski tigar »
› Âge : 39
› Appart : #402 / #002
› Occupation : Trafiquant d'armes, mercenaire et gérant d'une salle de Boxe et Muscu
› DC : Samuel Black
› Messages : 5265
› Nombre de RP : 185

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mer 1 Mar - 10:07

Elle résume d'une façon brève qui me tue. C'est du béton liquide à prise rapide qui me coule dans le ventre. Je me fige, coupable, sous son regard douloureux et accusateur. C'est tellement plus que ça mais oui, finalement, ça se résume à ça. Je suis parti. Pas totalement de mon plein gré mais pour la sauver, pour nous sauver. Je ne parviens pas à dissimuler le désarroi qui s'empare de moi. Il vaudrait tellement mieux qu'elle me haïsse comme le salaud de l'histoire que je suis mais ça me tue qu'elle me déteste. Je me sens remonter trois, quatre ans en arrière quand je plongeais dans les combats avec violence pour oublier. J'y ai gagné ces foutues médailles de bravoure. Bravoure, tu parles, désespoir le plus profond, envie de mourir sans avoir le courage de se foutre en l'air soi-même. Et l'instinct de survie tenace couplé à la chance comme une ironie du Destin.

Je la regarde s'éloigner, me lève sans la suivre. Mon regard se pose sur les sacs et valises. Si on laisse ça là, ces cons de la sécurité vont les faire exploser dans 5 mn. On ne rigole pas dans les aéroports américains. Je déplace les bagages près du comptoir, demande machinalement à la fille de tout à l'heure. "Vous pouvez me garder les valises quelques minutes s'il vous plait. Ma femme ne s'est pas sentie bien et..." J'ai une sorte de vertige, ma femme, c’est sorti tout seul. Je n'écoute même pas la réponse de l'employée du Starbuck, je me dirige vers les toilettes où à disparu Nina. Combien de fois je suis rentré dans un lieu ainsi pour la trouver au sol, défoncée, les yeux noyés de drogue et de larmes après qu'elle m'ait appelé. J'ai un frisson en passant la porte, je devrais faire demi-tour. Deux américaines qui se lavent les mains, s'offusquent de ma présence, me montrent la direction des toilettes pour homme, je m'en tape. "Nina ?"

Elle est au fond de la dernière longue ligne de cabines, pâle et tremblante. Et mon cœur se serre de la voir comme ça. Ces cinq années ne se sont pas écoulées si j'en juge par les sentiments intacts que j'éprouve, puissants et dévastateurs, qui me mettent à nu. Je ne réfléchis pas, si je le faisais, je ferais demi-tour, la laisserais à la vie qu'elle s'est construite, la laisserais me détester et puis m'oublier encore. Mais à présent qu'elle est là, je ne peux plus refermer la boite de Pandore. Mes pas me portent vers elle, je l'enlace dans le même mouvement comme j'ai rêvé mille fois de le faire et ma bouche s'écrase sur la sienne dans un baiser passionnel qui me donne le vertige, m'embrase et me brule douloureusement.



"J'en étais réduit au rôle de passager dans la voiture d'observation située derrière mes yeux."

Richard K. Morgan
Carbone Modifié


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7739-slavenko-kovacs-en-cons


En ligne
avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #002 (rdc) avec Slavenko
› Occupation : Officiellement informaticienne, spécialisée dans la sécurité informatique. Officieusement cambrioleuse et hackeuse.
› DC : Eden & Lieven
› Messages : 3966
› Nombre de RP : 166

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mer 1 Mar - 10:38


Je suis prise de vertiges, la tête me tourne comme si je risquais de m'écrouler à tout moment, ce qui est très probablement le cas. Je ne comprends pas, ou plutôt je refuse de comprendre. Pourtant ils ont essayé de me le dire, tout le monde a essayé, même les psy, même les médecins de l'hosto, ceux des centres de desintox que j'ai faits après son départ. Mais je n'ai voulu croire personne. Comment aurais-je pu les croire ? C'était remettre en question plus d'une année de ma vie, bousiller tout ce sur quoi mon équilibre si fragile reposait. Il avait promis qu'il serait là, qu'il ne m'abandonnerait pas, qu'il était à moi autant que j'étais à lui. Combien de fois nous étions-nous répétés ces mots-là, dans sa langue et dans la mienne ? Comment aurais-je pu croire qu'il était parti de son plein-gré après plus d'un an à me bercer de ses promesses ?

Et maintenant tout s'écroule. Je crois que j'aurais préféré qu'il me mente. Qu'il invente une menace de mort, autre que les craintes qui n'existaient que dans son esprit. J'aurais pu accepter, apprendre à pardonner. Mais ça ? Les deux filles en train de se laver les mains me lancent des regards entre pitié et dédain. Je dois être blanche comme un linge. Je crois que j'hyperventile, je respire à grandes inspirations douloureuses qui me compressent la poitrine. Ma vision se brouille de larmes, ça fait des années que je ne me suis pas sentie si mal. Quatre ans, je crois. Je me penche, les mains appuyées sur mes cuisses, la bouche ouverte pour tenter de trouver de l'air.

Sa voix retentit, résonne contre les murs et me glace le sang. J'ai tout juste le temps de me redresser qu'il est déjà sur moi, sa bouche sur la mienne me coupant brusquement le souffle. Je me vois le repousser, le gifler, lui envoyer mon poing dans la tronche en lui hurlant de se barrer. Mais ce n'est pas ce que je fais. Un gémissement plaintif m'échappe et j'enroule mes bras autour de son cou, ma main remontant dans ses cheveux. La douleur me tord le ventre quand je réalise qu'il s'est coupé les cheveux et ce constat me ramène brusquement au présent. Je voudrais fermer les yeux et être projetée cinq ans en arrière, qu'il ne soit jamais parti, qu'il ne m'ait jamais laissée.

Pourtant une fois encore je ne m'écarte pas. Je me presse contre lui, dévorant sa bouche, ma langue cherchant la sienne avec la même avidité qu'autrefois. Ma main libre se glisse dans son dos, sort la chemise de son pantalon pour pouvoir se faufiler sous le vêtement, contre sa peau. Une plainte d'animal blessé franchit la barrière de mes lèvres quand je retrouve la chaleur de sa peau sous mes doigts, et je baigne ses joues et ses lèvres de mes larmes. Je n'ose pas le regarder, interrompre le baiser pour m'éloigner de lui. Dans son dos, les deux filles se sont barrées.






Poison


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7945-nina-don-t-tell-me-this


avatar

« Balkanski tigar »
› Âge : 39
› Appart : #402 / #002
› Occupation : Trafiquant d'armes, mercenaire et gérant d'une salle de Boxe et Muscu
› DC : Samuel Black
› Messages : 5265
› Nombre de RP : 185

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mer 1 Mar - 11:37

Un instant, je crois qu'elle va me repousser, un instant je crois que la raison va prendre le dessus. Et tout vole en éclats, mes résolutions, les siennes aussi très certainement, ce qu'il faudrait faire ou ne pas faire. Je me fous de tout parce que ses bras se nouent à mon cou que ses doigts se glissent dans mes cheveux courts en ce geste qui signifie que je lui appartiens encore malgré le temps et la distance.

Sa bouche s'ouvre dans un gémissement et livre le passage, nos langues se cherchent avec la même avidité. Je ne respire que par son souffle. Je gémis sous ses mains qui se glissent sous ma chemise, ma peau se hérissant et frissonnant. Mon corps se souvient lui et réagit aussi fort qu'il y a cinq ans. Notre relation a toujours été passionnelle, sexuellement explosive. Un désir urgent me saisit, m'embrase les reins. C'est le chemin de son corps que je veux retrouver. Comme tout ce que j'ai connu m'a paru fade en comparaison de Nina ! Chaque étreinte dans les bras d'une autre n'a été qu'un soulagement passager et une déception, ne laissant qu'un vide amer et un gouffre à chaque fois plus grand. Je remonte sa robe en glissant sur ses cuisses nues, empaumant une fesse d'un geste possessif tandis que mon autre main s'est glissée sur sa nuque comme autrefois.

Je la soulève comme une plume, la pose sur le rebord entre deux lavabo. Elle est toujours aussi légère, aussi belle et merveilleuse qu'autrefois. Je crève de ne pas pouvoir toucher davantage sa peau, remonte un plus sa robe pour enserrer sa taille, caresser ses hanches. Je gémis, fébrile tandis que je mors ses lèvres, continue ce baiser dévorant comme si nous pouvions combler cinq ans d'absence. Cinq ans, cinq à rêver, fantasmer de ce moment dans le secret de mes insomnies ou le relâchement du sommeil. Et aucun rêve, aucun fantasme n'était à la hauteur du déchainement de désir et d'émotions et d'extase.




"J'en étais réduit au rôle de passager dans la voiture d'observation située derrière mes yeux."

Richard K. Morgan
Carbone Modifié


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7739-slavenko-kovacs-en-cons


En ligne
avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #002 (rdc) avec Slavenko
› Occupation : Officiellement informaticienne, spécialisée dans la sécurité informatique. Officieusement cambrioleuse et hackeuse.
› DC : Eden & Lieven
› Messages : 3966
› Nombre de RP : 166

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mer 1 Mar - 11:54


Je n'ai plus aucune pensée consciente, aucun réflexe cohérent. Il devrait y avoir une partie de moi, même lointaine, en train de me souffler que je ne devrais pas faire ça. D'une part parce que je suis en train de m'offrir à cet homme qui m'a tout pris, qui m'a brisée plus que Tobias lui-même n'avait su le faire, qui n'a laissé de moi que des cendres entre lesquelles il m'a fallu quatre ans pour trouver des parcelles de moi à assembler... Ensuite parce qu'il y a un autre homme qui m'attend à l'heure actuelle, à Paris, et que je suis en train de tout briser. Mais cet homme-là n'existe plus, je ne me souviendrais même pas de son prénom si quelqu'un me le demandait à cet instant précis. Il n'y a que lui, il n'y a toujours eu que lui. Combien de fois ai-je du me mordre les lèvres au sang pour ne pas gémir son nom à Lui au coeur de l'orgasme ? Toutes ces étreintes qui m'ont semblé si vaines, si fades à côté des nôtres. Je lui appartiens, encore aujourd'hui, je n'ai jamais cessé de lui appartenir.

Ses mains qui courent sur ma peau sont comme autant de brûlures qui me font gémir sous ses doigts. Il ne fait que me toucher à peine et je suis déjà là, brûlante, fébrile, trempée avec la même rapidité folle qu'autrefois. Il m'embrase d'un seul regard, pourtant rien n'a jamais été aussi douloureux que le feu qui me consume d'être entre ses bras à cet instant. Le pire, c'est que je sais que je vais me brûler, que je replonge, que c'est pire qu'une rechute d'héro, parce que c'est lui et que ça me tue. Mais je ne peux pas me défaire de ses bras, de ses mains qui cherchent ma peau.

Le lavabo est froid sous mes fesses et j'enroule mes jambes autour de ses hanches, l'attire à moi pour l'empêcher de me fuir. Rien n'est plus frustrant que de devoir me contenter de si peu après cinq années d'absence, de silence. Je voudrais sa peau nue soudée à la mienne et on est là, dans les chiottes d'un aéroport, à se dévorer sans se déshabiller. Si je n'étais pas si mal, je penserais au Sex in the ladie's room et ça me ferait sourire. Mais je pleure, je ne souris pas. Mes mains se glissent entre nous, défont la ceinture de son pantalon, le font glisser sur ses hanches en même temps que son boxer. Je cherche son regard quand j'enroule mes doigts autour de sa queue, déjà dure, déjà tendue vers moi. Comme avant. Comme si rien n'avait changé. Comme s'il n'était jamais parti.






Poison


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7945-nina-don-t-tell-me-this


avatar

« Balkanski tigar »
› Âge : 39
› Appart : #402 / #002
› Occupation : Trafiquant d'armes, mercenaire et gérant d'une salle de Boxe et Muscu
› DC : Samuel Black
› Messages : 5265
› Nombre de RP : 185

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina] Mer 1 Mar - 12:48

Je gémis contre sa bouche, halète sans trouver mon souffle quand elle défait mon pantalon, quand ma queue se retrouve dans sa paume, à sa place. J'ai oublié le lieu, et ces autres qui peuvent nous surprendre. On en a eu de ces étreintes sauvages, mais aucune ne m'a procuré ce mélange de mélancolie douce-amère et de joie si primale. Je tire le tissu de la culotte, écarte le piètre obstacle et je m'enfonce en elle d'une poussée où j'expire un grognement contre sa bouche. Je revis en retrouvant ma place, sa chaleur qui m'appartient, avec cette impression que le brouillard de ma vie se dissipe. Je l'enlace, l'attire contre moi, la dévorant toujours tandis que le plaisir qui me submerge me pousse en coups de reins au fond d'elle. Il n'y a pas de jeu, pas de retenue, juste le nécessité frénétique d'assouvir ce besoin vital trop longtemps ignoré, mis de coté. Elle noue ses jambes autour de moi, vient à ma rencontre avec la même frénésie que moi. Je glisse une main sous le tissu, empaume son sein contre lequel je voudrais frotter mon visage. Je veux sa peau contre la mienne, ses soupirs et ses "je t'aime". Je jouis trop vite, trop fort, incapable de lutter contre la vague inexorable. Je me vide en longs spasmes au fond d'elle, mettant enfin mon odeur sur son corps tandis mes baisers se font plus langoureux, sous l'afflux de volupté qui me coule dans les veines. Je n'ai pas connu pareille extase depuis 5 ans. Elle seule me fait vibrer, trembler, perdre tous mes moyens, tous mes repères, toutes mes défenses.

Je ne reconnais pas ma propre voix quand je murmure ces mots d'amour que je n'ai jamais eu que pour elle. "oh dušo, dušo moje, ne plači moj andjeo." J'embrasse les larmes de ses joues, ses paupières, caresse ses cheveux humides de larmes. "Još uvek te volim, uvek sam te volela". J'ai un sanglot que j'étouffe contre son cou en la serrant convulsivement contre moi d'un geste possessif. Je ne peux pas me déprendre d'elle, je ne peux pas la quitter à nouveau, pas après m'être languis d'elle durant ces années, je n'ai plus cette force aujourd'hui. Pas quand je vibre contre elle comme ça.



"J'en étais réduit au rôle de passager dans la voiture d'observation située derrière mes yeux."

Richard K. Morgan
Carbone Modifié


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7739-slavenko-kovacs-en-cons


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: UA - Look Back on Your Life [Nina]

Revenir en haut Aller en bas

UA - Look Back on Your Life [Nina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 9Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Sujets similaires

-
» La nina el nino
» Le phénomène "second life"
» La NINA actuel est l'un des plus puissants depuis un siecle....
» Nina la chienne de Brigitte Bardot perdue
» Apocalyptica/Nina Hagen - Seemann.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Annexes :: RP Alternatifs :: Univers Alternatifs-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)